Ne dites pas à un québecois : "J'adore les gosses, je joue tout le temps avec ; je suis très tactile !" !

Mais plutôt : "J'adore les GAMINS, je joue tout le temps avec ; je suis très tactile !".

Ou : "J'adore les MÔMES, je joue tout le temps avec ; je suis très tactile !".

Car si, pour nous français, ce substantif masculin ou féminin du registre familier signifie "Enfant", il s'agit, pour les québecois, d'un substantif féminin du registre vulgaire signifiant... "Testicule" !

Sur un thème contigu, je vous recommande la lecture de mes articles "Quand la différence de niveau de langage crée l'incompréhension...". et "Ne dites pas : S'palucher l'engin tout l'temps" !

"Bigner".

Ce charmant petit verbe du registre populaire peut avoir, selon le contexte, deux significations radicalement différentes :

  • voir.

On dit par exemple : "Bigne un peu la gonzesse".

  • ou : cabosser, cogner, endommager légèrement.

Il peut alors s'utiliser indifféremment pour une personne ou pour un objet.

On dit par exemple : "Ce type m'énerve : je vais finir par le bigner !".

Ou : "J'ai encore bigné la bagnole de ma chérie : elle va me tuer !".

Sources : www.linternaute.fr et

"Être bien brave", "Être gentil" ou "Être très gentil".

Ces différentes formules s'utilisent pour qualifier :

  • au sens propre : une personne serviable, honnête, bonne, obligeante.
  • et dans le registre familier : une personne gentille ou très gentille, mais un peu stupide.

On dit par exemple :

  • "Cindy est bien brave, mais je ne lui prêterais pas ma voiture",
  • "Kevin est gentil mais il a encore oublié d'éteindre l'enseigne en partant",
  • ou : "Gonzague est très gentil. Il collectionne les ticket de loto perdants".

"Une buse".

Ce substantif féminin polysémique peut avoir en français différentes significations, selon le contexte et le niveau de langage :

  • dans le langage courant, il s'agit :

Une buse : oiseau rapace diurne

    • avant toutes choses d'un nom vernaculaire d'animal, désignant un oiseau de proie diurne (falconiforme), au plumage brun tacheté, aux formes lourdes, au bec et aux serres faibles, que l’on considère comme dépourvu d’intelligence.

Il existe plusieurs espèces de ce rapace en Europe, la plus commune étant la "buse variable".

Buses en laiton
Buses en laiton
    • mais également d'un embout - parfois également appelée "ajutage" - placé à l'extrémité d'un tuyau dans lequel circule un ou plusieurs fluides et destiné à assurer une des fonctions suivantes :
      • dispersion de ce(s) fluide(s) dans un grand volume,
      • ou projection à grande vitesse ou/et mélange de ces fluides.

C'est par exemple le cas de la pièce du carburateur qui augmente la vitesse de l'air lors de son passage au niveau du gicleur.

Les fonctions assurées par la buse reposent sur la forme du conduit qui exploite les propriétés de la tuyère.

    • ou d'un conduit rigide de gros calibre servant à l'écoulement d'un fluide.

Également appelé "Ponceau", la buse (du néerlandais "buis" signifiant "tube") est constituée d'un ou de plusieurs éléments en ciment, céramique, fonte, mais aussi :

Buses de béton armé
Buses en béton armé
      • béton armé,
Buses métalliques en acier galvanisé
Buses en acier galvanisé
      • ou acier galvanisé.
D'argent au tourteau de gueules (blason de la famille de Montpellier)
D'argent au tourteau de gueules (blason de la famille de Montpellier)
    • ainsi que, en héraldique, d'un "meuble" (une figure) représentant un disque de couleur rouge dans les armoiries, ensuite appelé "tourteau de gueules", et parfois "tourteau de pourpre".
  • et dans le registre familier :
    • au sens figuré : d'une personne particulièrement stupide ou bornée ; d'un sot, d'un idiot, d'un imbécile.

On dit par exemple : "Sibeth Ndiaye, Muriel Pénicaud, Christophe Castaner : que des buses ! Édouard Philippe devait vraiment apprécier la fauconnerie... ou la vraie connerie ?".

    • et, dans le Nord de la france, en Champagne, ainsi que pour nos amis belges : d'un échec à une élection, à un examen, etc.

On dit par exemple : "Mon neveu s'est pris une buse à son examen d'urine, c'est te dire s'il est con !".

Nota bene : "La buse" était l'un des surnoms du pirate français Olivier Levasseur.

Sources : wiktionary.org, wikipedia.org, www.languefrancaise.net et www.larousse.org

"Un baveux" ou "Le baveux".

Ce mot français peut avoir différentes significations en fonction du niveau de langue utilisé ou du côté de l'Atlantique où l'on se situe :

  • il désigne ainsi, chez nos amis québecois - dans le registre populaire - une personne arrogante et provocatrice.
  • et dans notre pays :
    • dans le langage courant, dans le Sud-Est de la France : le "bolet jaune", un champignon comestible, également appelé "beurré ou "nonnette voilée".

Bolets jaunes, également appelés "baveux", "beurrés" ou "nonnettes voilées"

    • et dans le registre argotique :
      • un avocat.

On dit par exemple : "Avec un bon baveux j'aurais pu éviter la taule".

Un avocat

      • ou : la verge (le pénis).

La verge ou pénis

On dit par exemple : "J'me suis astiqué le baveux".

On retrouve par exemple ce mot - parmi beaucoup d'autres synonymes - dans la chanson grivoise "Les nuits d'un damoiseau".

Source : wiktionary.org

"Un frisé" et "Une frisée".

Ces deux substantifs peuvent avoir différentes significations selon le contexte et le niveau de langue.

  • Ainsi, "Un frisé" peut désigner :
    • par ellipse lexicale : un individu frisé.

Un jeune homme très frisé

    • ou, dans le registre argotique, pendant la Seconde Guerre mondiale : un soldat allemand.
      Un soldat allemand de la Seconde Guerre mondiale (reconstitution)
      Un soldat allemand de la Seconde Guerre mondiale (reconstitution)
  • et "Une frisée" peut désigner :
    • par ellipse lexicale :
      • une fille ou une femme frisée (langage courant).

Une jeune femme très frisée

      • une salade frisée (langage courant).
      • ou, dans le registre argotique, durant la Seconde Guerre mondiale : une femme-soldat auxiliaire de l'armée allemande.

Que l'on appellait également, dans le registre familier, "Une souris grise".

Femmes-soldats allemandes durant la Seconde Guerre mondiale ou "Souris grises".

 

"Le raisiné".

Ce substantif masculin peut avoir différentes significations en fonction du niveau de langue :

Élaboration de raisiné

  • dans le langage courant, il désigne ainsi : une confiture élaborée à partir de jus de raisin, de sucre, parfois de vin doux, auquel on ajoute souvent des fruits (poires, coings en particulier).

Le raisiné nécessite des raisins très mûrs et très sucrés provenant de coteaux ensoleillés.

Raisiné de Montpellier

Le raisiné se fait généralement avec du raisin noir, mais le "raisiné bourguignon" et le "raisiné de Montpellier" se font avec du raisin blanc.

  • et dans le registre argotique : le sang.

Un doigt avec une goutte de sang

J'ai évoqué dans un autre article "Du raisiné sur les bafouilles", un superbe récit complet en six planches réalisé en 1956 par Morris et Goscinny, que j'ai personnellement découvert en 1980 et qui m'a permis d'apprendre la signification de ce mot.

Source : www.cnrtl et wikipedia.org

"L'entrecuisse" ou "L'entrejambe".

Entrecuisse ou entrejambe

Ces deux mots désignent :

  • dans le langage courant : la partie interne du haut des cuisses (ou jambes).

On dit par exemple : "Je trouve que ce pantalon me sert trop au niveau de l'entrecuisse (ou de l'entrejambe)".

  • et dans le registre familier : le sexe.

On dit par exemple : "Si tu veux mon avis : crois-en mon expérience, ce type s'intéresse davantage à ton entrecuisse (ou à ton entrejambe) qu'à tes capacités cérébrales".

Nota bene : Dans le domaine de la mode et du textile, lorsque l'on prend les mesures d'une personne en vue de déterminer une taille de pantalon, on utilise le mot "entrejambe" de façon impropre pour désigner la distance séparant l'entrejambe de l'extrémité de la jambe.

Mesure de l'entrejambe

Source : wiktionary.org

 

"Gondoler" et "Se gondoler".

  • "Gondoler" est un verbe du langage courant signifiant "Bomber en se gonflant ,en parlant du bois, du carton, etc."

On dit par exemple : "Si tu ranges tes cartons dans cette cave ils vont gondoler en quelques jours".

  • tandis que sa forme pronominale "Se gondoler" signifie :
    • dans le langage courant : "Se déformer, en particulier sous l'effet de l'humidité".
    • On dit par exemple : "La couverture de ce livre commence à se gondoler".
    • et dans le registre familier : "Rire aux éclats", "Se tordre de rire".

On dit par exemple : "J'ai adoré cette pièce de théâtre : les spectateurs se gondolaient du début à la fin !".

Sur ce thème, je vous recommande la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire "Bien rire" ou "Rire beaucoup".

Source : wiktionary.org

"Se languir de".

  • Ce verbe du registre soutenu signifie "S'ennuyer, se morfondre, éprouver de la peine, du chagrin, du fait de l'absence de quelqu'un ou de quelque chose".

On dit par exemple : "Je me languis de ma famille".

  • Pour les Marseillais, en revanche, il signifie dans le langage courant... "Avoir hâte".

On dit par exemple (avé l'assent !) : "Je me languis de pouvoir retourner à la plage".

"Pondre".

Ce verbe du langage courant désigne :

  • au sens propre : faire un oeuf ou déposer un oeuf, pour une femelle "ovipare" telle que la poule ou la tortue.

On dit par exemple : "Mes poules pondent tous les jours".

  • et au sens figuré :
    • dans le registre familier : concevoir un texte, un document, une production de l'esprit.

On dit par exemple : "Je dois pondre une circulaire pour mon chef de service d'ici demain" ou "L'auteur de ces lignes pond tous les jours au moins une dizaine de nouveaux articles pour son blogue J'aime les mots".

    • et dans le registre populaire :
      • mettre au monde un enfant.

On dit par exemple : "Ma voisine du sixième étage à encore pondu un gamin le mois dernier".

      • ou déféquer.

On dit par exemple : "Ma fille est constipée : voila trois jours qu'elle ne pond plus".

"Une grue".

Ce mot a différentes significations, qui peuvent au surplus varier en fonction du registre de langue :

  • Dans le langage courant :
Grue cendrée
Grue cendrée
    • c'est tout d'abord un animal, grand oiseau migrateur de la famille des échassiers, au plumage blanc, gris ou gris-bleu, et à l'instinct grégaire développé,
Grue de chantier
Grue de chantier
    • mais également un appareil de levage et de manutention réservé aux lourdes charges.
Grue d'atelier
Grue d'atelier
  • Tandis que dans le registre familier :
    • c'est une femme niaise,
    • ou une femme facile et vénale,
    • et donc, par extension, une prostituée.

 

Ne dites pas : "Faire du violon" !

Un violon

Mais : "Jouer du violon" !

Ou "Aller en prison", "Être emprisonné" !

Le "Violon" est effet l'un des nombreux mots du registre argotique désignant la prison.