"Une buse".

Ce substantif féminin polysémique peut avoir en français différentes significations, selon le contexte et le niveau de langage :

  • dans le langage courant, il s'agit :

Une buse : oiseau rapace diurne

    • avant toutes choses d'un nom vernaculaire d'animal, désignant un oiseau de proie diurne (falconiforme), au plumage brun tacheté, aux formes lourdes, au bec et aux serres faibles, que l’on considère comme dépourvu d’intelligence.

Il existe plusieurs espèces de ce rapace en Europe, la plus commune étant la "buse variable".

Buses en laiton
Buses en laiton
    • mais également d'un embout - parfois également appelée "ajutage" - placé à l'extrémité d'un tuyau dans lequel circule un ou plusieurs fluides et destiné à assurer une des fonctions suivantes :
      • dispersion de ce(s) fluide(s) dans un grand volume,
      • ou projection à grande vitesse ou/et mélange de ces fluides.

C'est par exemple le cas de la pièce du carburateur qui augmente la vitesse de l'air lors de son passage au niveau du gicleur.

Les fonctions assurées par la buse reposent sur la forme du conduit qui exploite les propriétés de la tuyère.

    • ou d'un conduit rigide de gros calibre servant à l'écoulement d'un fluide.

Également appelé "Ponceau", la buse (du néerlandais "buis" signifiant "tube") est constituée d'un ou de plusieurs éléments en ciment, céramique, fonte, mais aussi :

Buses de béton armé
Buses en béton armé
      • béton armé,
Buses métalliques en acier galvanisé
Buses en acier galvanisé
      • ou acier galvanisé.
D'argent au tourteau de gueules (blason de la famille de Montpellier)
D'argent au tourteau de gueules (blason de la famille de Montpellier)
    • ainsi que, en héraldique, d'un "meuble" (une figure) représentant un disque de couleur rouge dans les armoiries, ensuite appelé "tourteau de gueules", et parfois "tourteau de pourpre".
  • et dans le registre familier :
    • au sens figuré : d'une personne particulièrement stupide ou bornée ; d'un sot, d'un idiot, d'un imbécile.

On dit par exemple : "Sibeth Ndiaye, Muriel Pénicaud, Christophe Castaner : que des buses ! Édouard Philippe devait vraiment apprécier la fauconnerie... ou la vraie connerie ?".

    • et, dans le Nord de la france, en Champagne, ainsi que pour nos amis belges : d'un échec à une élection, à un examen, etc.

On dit par exemple : "Mon neveu s'est pris une buse à son examen d'urine, c'est te dire s'il est con !".

Nota bene : "La buse" était l'un des surnoms du pirate français Olivier Levasseur.

Sources : wiktionary.org, wikipedia.org, www.languefrancaise.net et www.larousse.org

"Inculte".

On l'ignore souvent, me semble-t-il, mais cet adjectif polysémique du langage courant peut avoir, selon le contexte, trois significations différentes :

  • Qui n'est pas cultivé : une "terre inculte".
  • Qui n'est pas peignée ou entretenue, pour une chevelure ou une barbe : une "tignasse inculte".
  • Qui n'a aucune culture intellectuelle : un "esprit grossier et inculte".

C'est assurément dans ce troisième sens que cet adjectif est le plus utilisé.

Source : www.larousse.fr

"Une agrafe".

Ce substantif féminin polysémique peut désigner, selon le contexte, pas moins de sept objets différents :

Une agrafe de vêtementUne agrafe de vêtement

  • un crochet que l'on engage dans un anneau, une boucle ou une bride et qui sert à joindre les bords opposés d'un vêtement.

Agrafes pour le papier

  • un fil ou une lamelle métallique recourbé(e) aux extrémités, permettant d'attacher, de fixer, d'assembler ensemble plusieurs éléments (feuilles de papier, pièces de cuir, de bois, etc.).

Agrafeuse et agrafes cutanées

  • notamment dans le domaine chirurgical, où l'agrafe permet de souder et de suturer bord à bord les deux berges d'une plaie.
Agrafes métalliques de stylo
Agrafes métalliques de stylo

Stylo bille plastique avec agrafe

  • une languette de métal ou de plastique destinée à accrocher un stylo au rebord d'une poche.
  • dans le bâtiment : une pièce métallique scellée entre les pierres d'un mur, ou entre un placage et un mur, afin de les solidariser.

Un mascaron

  • un mascaron ornant la clef d'un arc de fenêtre ou de porte ; c'est à dire un ornement représentant généralement un masque, une figure humaine, parfois effrayante, à la fonction apotropaïque : il s'agit d'éloigner les mauvais esprits afin qu'ils ne pénètrent pas dans la demeure.
  • dans les chemins de fer : un dispositif permettant - sur un aiguillage - d'immobiliser les lames d'une aiguille dans l'une ou l'autre de ses deux positions possibles.

Sources : www.larousse.fr et www.cnrtl.fr

"Excentrique" ou "Un excentrique".

Cet adjectif et ce substantif masculin polysèmiques du langage courant peuvent avoir différentes significations en fonction des circonstances :

  • "Excentrique" :
    • en géométrie : dont le centre s'éloigne d'un point donné.
    • éloigné du centre (un "quartier excentrique")
    • bizarre, extravagant(e), original(e), singulier(ère) (un "garçon excentrique").
  • "Un excentrique" :
    • un mécanisme conçu de telle sorte que l'axe de rotation de la pièce motrice n'en occupe pas le centre.
    • un individu, une personne bizarre, extravagant(e), original(e), singulier(ère).

Source : www.larousse.fr

"Mettre bas".

Cette locution verbale du langage courant signifie, selon le contexte :

  • Donner naissance à un ou plusieurs petits, "accoucher" pour un animal, plus particulièrement pour les mammifères.

On dit par exemple : "Ma chienne a mis bas cette nuit quatre jolis chiots".

  • Diminuer, abaisser, arrêter.

On dit par exemple : "Arrivé en vue du port, le navire ennemi a mis bas ses feux".

  • perdre ses bois, en parlant d’un cerf.

On dit par exemple : "Les biches savent qu'avant de mettre bas ce ce grand solitaire possédait les beaux bois de la forêt";

  • pour les habitants de l'Île Maurice : mettre ses bas.

On dit par exemple : "Ma femme est presque prête : elle n'a plus qu'à mettre bas et ses chaussures".

Source : wikipedia.org

 

"Un avocat".

Ce mot du langage courant peut avoir en français deux significations différentes.

Et cela, à la grande surprise, parfois, de nos amis étrangers ou de certains jeunes migrants allophones, que j'ai pu avoir l'occasion de cotoyer, qui nous expliquaient qu'ils n'avaient pas faim lorsque nous leur annoncions qu'ils allaient avoir un avocat !

Ce mot désigne en effet, selon le contexte :

Un avocat

  • un juriste, dont les fonctions traditionnelles sont de conseiller, représenter, d'assister et de défendre ses clients (personnes physiques ou morales) en justice, en plaidant pour faire valoir leurs droits et, plus généralement, pour les représenter.

L'avocat a également une fonction de conseil mais aussi de rédacteur d'actes.

Un avocat, fruit de l'avocatier

  • ou : le fruit de l'avocatier, un arbre originaire du Mexique, qui est, de loin, le premier producteur mondial de ce fruit (à lui seul 30 % de la production mondiale), ainsi que le premier exportateur et le premier consommateur.

Avocats sur un avocatier

Je raffole personnellement de ce fruit utilisé en salade ou pour faire du guacamole.

Du guacamole

On peut facilement faire pousser chez soi un avocatier à partir de simples noyaux d'avocat.

Pour l'anecdote, le mot "avocat" provient de l'espagnol "aguacate", lui-même dérivé d'un mot d'une langue locale signifiant "testicule", par analogie avec la forme de cet organe.

Source : wikipedia.org

"Un chouf" ou "Le chouf".

Ce petit mot masculin du registre argotique nous vient directement de l'arabe "Chouf" signifiant "Regarder".

Et il peut avoir pas moins de cinq significations différentes :

  • dans la marine, autrefois : une vigie (registre désuet),
  • dans la marine française : un quartier-maitre chef,
  • pour les voleurs et trafiquants de drogue :
    • le guet, la surveillance, la planque.

On dit par exemple : "Être en chouf".

    • un guetteur, un observateur.

On dit par exemple : "Un chouf de quinze ans gagne malheureusement bien davantage que son père maçon ou chauffeur de bus".

  • un voyeur, un mateur.

Source : wiktionary.org

"Un nez".

Ce substantif du langage courant désigne :

Un nez

  • au sens propre : la partie proéminente du visage, située au-dessus de nos lèvres, entre la bouche et le front, impliquée notamment dans la respiration et l'olfaction.

L’intérieur du nez est une cavité creuse (la "fosse nasale"), divisée en deux "narines" par une fine lame de cartilage et d’os appelée "cloison nasale".

Olivier Polge, créateur-parfumeur chez Chanel
Olivier Polge, créateur-parfumeur chez Chanel
  • et par extension : la personne qui prépare et teste les mélanges d'essences pour composer et créer un parfum.

À mi-chemin entre l'artiste et le chimiste, le "nez" est un maillon essentiel de la création d'un parfum et un personnage clé de l'industrie du parfum.

Ils ne sont qu'une centaine dans le monde.

Et il ne faut pas moins de trois années d'études et sept années ans de stage, soit dix années de formation, pour devenir "nez".

En début de carrière un "nez" est capable de discerner 350 odeurs différentes et, en fin de carrière, plus de 3.000.

Voir également mon article consacré à toutes les façons de dire "Un nez".

Sources : www.msdmanuals.com, www.cosmopolitan.fr et www.passeportsante.net

"Un proposant".

Ce substantif masculin, il me semble peu connu, désigne, selon le contexte :

  • dans les églises réformées ("protestantes") : un candidat au ministère pastoral qui, après les études de théologie, accomplit le stage préparatoire au pastorat. Il est autorisé par la compagnie des pasteurs à lire la Bible dans les temples de la ville et à prêcher dans ceux de la campagne.
  • en médecine : le premier malade d’une lignée qui consulte pour une affection génétique et qui déclenche ainsi une enquête génétique dans sa famille afin de déterminer le mode de transmission de cette affection

On dit par exemple : "Le malade est un petit-neveu du proposant".

  • une personne ou organisation à l’origine d’une proposition.

On dit par exemple : "Comme d'habitude, les proposants ne se bousculent pas au portillon !".

Ou : "Le proposant est un célèbre syndicat, autrefois tout puissant dans cette profession".

Source : wiktionary.org

"Un bahut".

Ce petit mot polysémique change de sens selon le registre de langue et désigne respectivement :

  • dans le langage courant :
    • en architecture : un mur bas servant d'appui à une grille, une colonnade ou une arcade.

Un bahut : mur bas servant d'appui à une grille, une colonnade ou une arcade.

    • un meuble : à l'origine un gros coffre de bois destiné au transport.

Bahut coffre en bois

Puis un meuble de grandes dimensions, tel qu'un buffet.

Bahut en bois

On dit par exemple : "On a voulu se débarrasser du vieux bahut du salon, mais ça nous a pris deux jours, à trois, pour monter le buffet suédois Sküngred qu'on s'est acheté à la place !".

    • un récipient en inox utilisé comme ustensile de cuisine dans les cuisines professionnelles.

Bahut de cuisine en inox

  • dans le registre argotique :
    • un camion, un véhicule poids-lourd.

On dit par exemple :"Tu aurais vu les files de bahuts sur l'autoroute : c'était impressionnant !".

Un bahut : un semi-remorque en argot

    • ou un taxi.

Taxi français des années 1980

On dit par exemple : "J'ai eu du mal à trouver un bahut pour rentrer ; j'ai failli rentrer à pinces".

  • et dans le registre populaire : un collège ou un lycée.

On dit par exemple : "Ras le bol du bahut ! Vivement la fac...".

Le collège Jules-Ferry à Conflans Sainte-Honorine (78), où j'ai étudié de la 6e à la 3e, de septembre 1972 à juin 1976, devenu Lycée depuis
Le collège Jules-Ferry (devenu Lycée) à Conflans Sainte-Honorine (78), où j'ai étudié de la 6e à la 3e, de septembre 1972 à juin 1976
Le lycée Le Corbusier, à Poissy (78), où j'ai étudié de la seconde à la terminale, de septembre 1976 à juin 1979
Le lycée Le Corbusier, à Poissy (78), où j'ai étudié de la seconde à la terminale, de septembre 1976 à juin 1979
Le Lycée Jules-Ferry, à Paris (75), place Clichy, où j'ai fait un début d'hypokhâgne en septembre 1979
Le Lycée Jules-Ferry, à Paris (75), place Clichy, où Diane Kurys a tourné "Diabolo menthe" en 1977 et où j'ai fait un début d'hypokhâgne en septembre et octobre 1979, avant de débarquer à Nanterre (92), en histoire et en droit.

En 1980, Michel Nerval a réalisé un film intitulé "Le bahut va craquer !" :

Affiche du film français de Michel Nerval "Le bahut va craquer" (1980)

Source : wikipedia.org

"S'évanouir".

Ce verbe du langage courant signifie, selon le contexte :

  • perdre connaissance, tomber en syncope.

On dit par exemple : "Ma mère s'est évanouie la seule fois où j'ai obtenu la moyenne en gymnastique".

  • Se dissiper, cesser d'être.

On dit par exemple : "Les illusions de mon père concernant mon appétence pour la pratique du sport se sont rapidement évanouies".

  • Disparaître sans laisser de trace.

On dit par exemple : "La dimension sociale du projet gouvernemental s'est rapidement évanoui".

Ou : "Le cambrioleur s'est évanoui dans la nature".

Source : www.larousse.fr

"La crème" ou "Une crème".

Ce mot plysémique du langage courant désigne, selon le contexte :

  • "La crème" :
    • au sens propre :
      • un produit laitier, séparé du lait par écrémage et utilisé en cuisine : la crème fraîche.
      • un fromage à pâte fondue, la crème de brie de Meaux.
    • et au sens figuré : "le meilleur de".

On dit par exemple : "Ce club ne recrute que la crème des joueurs".

  • et "Une crème" :
    • une préparation sucrées utilisée en pâtisserie :

 

      • sous forme d'appareil pour servir de garniture :
        • la crème d'amandes,
        • la crème au beurre,
        • la crème fouettée,
        • la crème chantilly,
        • la crème pâtissière,
        • la crème mousseline,
        • la crème princesse (ou crème madame),
        • la crème diplomate,
        • la crème chiboust (ou crème à saint-honoré),
        • la crème frangipane.
      • ou en accompagnement d'un dessert :

 

      • ou encore comme entremets, constituant alors le dessert à part entière :

 

        • la crème de marrons,
        • la crème dessert (ou "yaourt au chocolat").

 

    • une liqueur : crème de cacao, de cassis, de menthe.

 

    • en pharmacie et en cosmétologie : une préparation semi-solide pour traitement local constituée à partir d'une phase hydrophile et d'une phase lipophile (à ne pas confondre avec la "Pommade", qui ne contient qu'une seule phase).
      • En pharmacie : préparation destinée à être administrée le plus souvent :
        • par voie cutanée : sur la peau (crème dermique),
        • par voie ophtalmique : dans l'œil (crème ophtalmique),
        • par voie vaginale : dans le vagin (crème vaginale),
        • par voie nasale : dans le nez (crème nasale),
        • par voie auriculaire : dans l'oreille,
        • sur les lèvres (crème labiale).
      • En cosmétologie :
        • crème éclaircissante,
        • crème hydratante,
        • crème solaire,
        • etc.

Source : wikipedia.org

"Pendant" adjectif, "Pendant" préposition ou "Pendant" substantif.

Ce mot polysémique français constitue, je crois, un véritable casse-tête pour les étrangers !

Il peut en effet, selon le contexte, être un adjectif, une préposition ou un substantif.

Et donc avoir de nombreuses significations très différentes les unes des autres, que j'ai essayé de regrouper ici de la manière la plus claire possible :

  • L'adjectif "Pendant" signifie ainsi :
    • "qui pend".

On dit par exemple : "Il reste un vieux fil de téléphone coupé pendant dans le vide".

Ou : "Il est resté là les bras pendants".

    • en droit :
      • "en cours, non terminé ; en instance, en train d'être jugé".

On dit par exemple : "Le dossier est pendant".

      • par extension : "restant en suspens, non encore résolu,  pas tranché".

On dit par exemple : "Ce cas est pendant devant la Cour d'appel".

      • pas encore récolté, pour un fruit.

On parle ainsi de "Fruits pendants par branches" ou de "Fruits pendants par racines".

    • bloqué et impossible à soutenir, pour un pion de bande arrière ayant avancé d'une case, aux dames (pion pendant").
    • sans pion adverse devant eux et sans pion de leur camp sur les colonnes adjacentes, pour deux pions côte à côte au centre, aux échecs ("Pions pendants").
  • la préposition "Pendant" signifie "Durant" ou "Tout au long de".

On dit par exemple : ""Vas te reposer, ma chérie : je vais laver la vaisselle et étendre le linge pendant ta sieste".

Ou : "Pendant la guerre mon grand-père était prisonnier en Allemagne".

  • et le substantif "Pendant" désigne :
    • ce qui concorde avec quelque chose, est comparable à quelqu'un, lui correspond ou lui est semblable :

On dit par exemple : "Pour la Police Nationale, le RAID est le pendant du GIGN de la Gendarmerie Nationale".

Ou : "Paul est le digne pendant de son frère".

    • un objet ou ornement similaire à un autre, par rapport auquel il occupe - dans un ensemble - une place symétrique.

En matière artistique, le mot s'applique par exemple à une paire d’oeuvres de caractère analogue et de proportions à peu près égales, et destinées à se correspondre.

Paire de lampes anciennes

On dit par exemple : "Par un incroyable coup de chance, j'ai pu trouver chez un antiquaire le pendant de la superbe lampe tu m'avais offert à Noël".

    • un objet qui pend ou dont une partie pend.

Pendants d'oreille

On dit par exemple  : un "Pendant d'oreille", un "Pendant d'épée", un "Pendant de baudrier ou de ceinturon".

Source : www.larousse.fr

"Un cuilleron".

Ce mot peu connu, je crois, désigne :

  • principalement : la partie creuse d'une cuillère,
  • mais également : une partie d'une arme à feu, également appelée "Feuille de sauge" (parce qu'elle en a la forme), "Paillette à ressort" ou "Ressort à baguette",
  • et enfin, chez certains insectes volants comme la mouche : une petite pièce membraneuse unie d'une part à la base de l'aile et de l'autre aux côtés du scutellum.

Source : wiktionary.org

"Des spartiates".

Ce substantif désigne :

  • avant toute chose : celui ou celle qui est originaire de l'antique cité grecque de Sparte ("Lacédémone") ou qui y habitait ; en particulier celui ou celle qui fait partie de l'aristocratie, de la caste des guerriers et des citoyens de Sparte.

Spartiates

  • mais également : une sandale de cuir naturel à lanières entrecroisées laissant le pied à découvert, portée par les citoyens de l'antique cité grecque de Sparte.

Une spartiate : sandale de cuir naturel à lanières entrecroisées laissant le pied à découvert, en susage parmi les citoyens de la cité grecque antique de Sparte

Source : www.cnrtl.fr