"Le baliste cabri", "Le cochon de mer" Le baliste commun" ou "Le baliste gris".

Le "baliste cabri" ou "cochon de mer" également appelé "baliste commun" ou "baliste gris"

Ces différentes appellations désignent une espèce de poisson marin vivant dans les eaux de la Méditerranée (côtes Sud notamment) et de l'océan Atlantique, et peut être occasionnellement aperçu dans celles de la Manche. Il se  qu'il broie avec sa puissante mâchoire

Doté d'épines dorsales très affûtées, qu'il dresse lorsqu'il se sent en danger, ce poisson possède une mâchoire puissante avec des incisives très marquées, lui permettant de briser les coquilles d’huîtres et de moules et de se nourrir crustacés et de mollusques.

Ses yeux sont très en retrait par rapport à sa bouche, ce qui lui permet de ne pas se blesser lorsqu'il casse ainsi des coquillages.

Très caractériel et agressif, le baliste cabri n'hésite pas à mordre les humains qu'il trouve sur son chemin (baigneurs, soigneurs en aquarium), parfois jusqu'au sang. Un comportement qui peut s'expliquer par une volonté de chasser, de défendre son territoire en période de reproduction ou tout simplement par une sensation de faim. Et qui est exacerbé par le réchauffement des eaux, qui augmente le métabolisme de ce poisson.

Source : wikipedia.org

"Un molosse".

Ce substantif masculin nous vient de l'Antiquité grecque puisqu'il fait référence aux Molosses, une peuplade d’Épire, gouvernée par la dynastie éacide, descendant, selon la légende de Molossos, l'un des trois fils de Néoptolème, le fils d’Achille et de Déidamie, et d’Andromaque.

Les Molosses étaient réputés pour leurs chiens de combat, que les bergers utilisaient pour garder leurs troupeaux.

Le terme "Molosse" désigne ainsi, de nos jours, selon le contexte :

  • dans le langage courant :
    • un chien de garde de troupeau, de grande taille, de type "molossoïde", une appellation qui dérive des Molosses d'Épire d'où provenait Péritas, le chien d'Alexandre le Grand.

Il existe des molosses de type dogue (à poils courts), comme le dogue argentin, le Cane Corso, le bullmastiff ou les bouledogues.

Et les molosses de montagne (à poils longs), comme le saint-bernard, le leonberg ou le terre-neuve.

Un molossoïde de type dogue (à poils courts) : le bullmastiff
Un molossoïde de type dogue (à poils courts) : le bullmastiff
    • et par analogie : une chauve-souris, vivant dans les régions méditerranéennes et en Amérique du Sud, dont le museau est renflé comme celui d'un dogue.

Un molosse du Brésil : l'animal volant le plus rapide du monde

Le molosse du Brésil est l'animal volant le plus rapide du règne animal, avec des pointes à 160 kilomètres par heure, à l'horizontale. Car si les faucons pèlerin peuvent atteindre les 300 kilomètres par heure, c'est en plongeant, et avec l'aide de la gravité.

Un molosse du Brésil en plein vol : l'animal volant le plus rapide du monde

Cette évaluation a été effectuée en 2016 par des scientifiques de l'université du Tennessee, à Knoxville, dont l'étude, publiée dans la revue scientifique Royal Society Open Science, démontre que les vents arrières n'ont pas aidé la vitesse de vol des chauves-souris.

  • et dans le registre soutenu :
    • un gros chien de garde, de taille imposante et d'aspect particulièrement redoutable,

Un molosse extrêmement agressif

    • et par analogie, de façon péjorative : un gardien au physique impressionnant et peu engageant.

Un molosse chargé de la sécurité

Sources : wiktionary.org, www.cnrtl.fr, wikipedia.org et Le Robert

"Le chien des buissons".

Un chien des buissons

Le chien des buissons est un canidé vivant dans les forêts d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud.

L'espèce fut décrite pour la première fois en 1842 à partir de fossiles trouvés dans une caverne du Brésil. Mais l'animal vivant ne fut découvert que plus tard.

Présent dans la forêt guyanaise, il est appelé "Chyen-bwa" en créole guyanais.

Certaines tribus indiennes du Brésil en élèvent comme animal de compagnie.

Description

Il mesure environ 30 cm de haut, 60 cm de long et pèse de 5 à 7 kg. Le pelage est rougeâtre et la queue, relativement courte est marron. La tête est carrée, les oreilles petites et les pattes courtes. Les doigts sont reliés par des membranes qui facilitent la natation.

Comportement

C'est un animal semi-aquatique qui plonge et nage avec une grande facilité. Il vit en groupes, constitués d'une dizaine d'individus, fortement hiérarchisés, et formés de plusieurs couples monogames et des petits du couple dominant.

Un chien des buissons

Reproduction

La gestation dure environ 67 jours et la portée est de 4 à 6 petits qui naissent dans leur terrier et sont alimentés par les adultes durant 5 mois. La maturité sexuelle est atteinte à 12 mois et l'espérance de vie est de 10 ans. Leur activité est diurne et la nuit ils dorment dans des terriers ou dans les cavités des arbres.

Alimentation

Le chien des buissons se nourrit principalement de rongeurs de grande taille comme l'agouti ou le capybara mais consomme également des oiseaux, des amphibiens et de petits reptiles.

Conservation et protection

Il n'est pas autorisé à la chasse ni au commerce et bénéficie d'une protection totale. L'UICN le classe comme animal quasi-menacé en raison de la destruction de son habitat et de l'isolement de ses zones de répartition.

 

Source : wikipedia.org

"Le renard des sables", "Le renard des sables du Sahara" ou "Le renard de poche".

Un fennec

Il s'agit du surnom du fennec, un petit mammifère d'Afrique du Nord, à grandes oreilles pointues.

Le fennec est l'animal national de l'Algérie. Et l'équipe d'Algérie de football est surnommée "Les Fennecs".

Des fennecs, en captivité
Des fennecs, en captivité
Des fennecs, en captivité
Des fennecs, en captivité

Ce petit renard de la famille des canidés vit dans le désert du Sahara et la péninsule du Sinaï.

Avec ses oreilles caractéristiques, il est la plus petite espèce de sa famille. Sa fourrure, ses oreilles et sa fonction rénale sont adaptées aux conditions physiques du désert : températures extrêmes et pénurie d’eau.

Ses oreilles lui servent également de système de ventilation et de refroidissement du sang, l'aidant à résister aux températures élevées et au climat extrême du désert.

Le terme "Fennec" vient de l'arabe et signifie "Renard".

Caractéristiques physiques

Le fennec a de très longues oreilles (pouvant mesurer jusqu'à 10 centimètres), un nez assez long, de longues moustaches et une queue relativement longue, plate et touffue.

Son surnom de "Renard de poche" lui vient naturellement de sa toute petite taille. C'est en effet le plus petit des canidés existant sur Terre, puisqu'il ne mesure que de 20 à 40 cm de long, auxquel s'ajoute une queue de 18 à 30 cm.

Son poids moyen est de 1,7 kg contre 6 kg pour la plupart des autres espèces de renard. Et sa hauteur moyenne est d'environ 20 cm, et environ 35 cm lorsque l'on y ajoute les oreilles. Le fennec a un pelage allant du brun pâle à presque blanc et ressemble beaucoup au renard nain auquel il est apparenté, hormis ses oreilles dressées, chacune aussi grande que la face.

Comportement

La nuit, les longues oreilles du fennec lui permettent d'entendre les plus petits bruits que font ses proies, ce qui lui permet de ne pas faire de longues recherches dans le désert. Le fennec est un redoutable chasseur, rusé et véloce. Il est parfaitement adapté au climat aride, ses oreilles très vascularisées et très grandes comparées à celles des autres espèces de renard sont des éléments refroidisseurs. Les poils sous ses pattes lui permettent de ne pas glisser sur le sable et d'approcher ses proies en silence. Le jour, dans le désert, la température du sable est de 70 °C à la surface. Mais le fennec peut creuser jusqu'à deux mètres de profondeur, ramenant ainsi la température aux environs de 30 °C. La surface plantaire du fennec est couverte de poils épais qui le protègent de la chaleur du sable.

Un fennec, en plein désert
Un fennec, en plein désert

Le fennec creuse très rapidement et, quand il est poursuivi, se cache dans le sable. Le fennec dort généralement le jour et sort la nuit chercher sa nourriture. Lorsqu'un vent de sable se lève, les petits fennecs cherchent un abri auprès de leurs parents qui les dissimulent parfois sous leur longue queue touffue.

Cri

Comme le renard, le fennec glapit ou jappe, c'est-à-dire qu'il pousse des petits cris ou grognements successifs.

Un fennec, au sortir de son terrier
Un fennec, au sortir de son terrier

Régime alimentaire

Le fennec est omnivore. Il se nourrit essentiellement de souris, de petits oiseaux, de lézards ou d'insectes, et complète ce régime avec des fruits. Le fennec s'abreuve parfois à des points d'eau, bien que cela ne lui semble pas indispensable ! La capacité des fennecs à se passer de boire pour des durées indéterminées résulte en effet de leur adaptation à leur habitat désertique et de leur régime alimentaire, certains insectes figurant à son menu étant constitués de 70 % d'eau. De plus, le système rénal du fennec concentre les urines, ce qui a pour effet une élimination maximale de déchets pour un minimum de perte.

Reproduction

Le fennec est monogame et les couples restent unis toute la vie. La saison de reproduction a lieu entre janvier et février. La femelle donne naissance à une portée de 2 à 5 petits entre mars et avril, après 50 à 53 jours de gestation. Les petits sont aveugles à la naissance  et ouvrent les yeux au bout de 2 semaines. Ils commencent à jouer dans la tanière à 4 semaines et sortent jouer dehors après 5 semaines. Les deux parents s'occupent d'eux. Les jeunes atteignent la maturité sexuelle entre 6 et 9 mois, lorsqu'ils atteignent leur taille adulte. La longévité est de 10 ans dans la nature.

On ne connaît pas de prédateurs au fennec bien qu'il puisse y en avoir ; sa tanière, son pelage de couleur sable et son ouïe très fine l'aident à s'en protéger8. Seul l'homme peut, en le capturant, devenir un prédateur.

Habitat et répartition

L'habitat du fennec est un terrier, creusé dans le sable ou dans de petites grottes, et tapissé d'un ensemble de matériaux moelleux tels que fourrure ou plumes.

Un fennec

Le fennec habite les déserts du Nord de l'Afrique et jusqu'à l'Arabie saoudite. Et l'on trouve la plupart des fennecs en Algérie. .

Les populations de fennecs sont stables au Sahara, hormis dans certaines zones du Maroc où il a disparu.

L'espèce n'est pas menacée actuellement d'extinction, mais elle pourrait le devenir. Car si la vente des jeunes fennecs aux Européens amateurs d'exotisme est désormais interdite, il s'agit toujours d'un animal de compagnie recherché et autorisé en Amérique du Nord et Japon !

Souvenir personnel

Très jeune adhérent du WWF dès 1970, je me souviens avoir été choqué lorsque j'étais enfant, au tout début des années 1970, à Conflans Sainte-Honorine (78), d'apprendre que des voisins venait d'entrer en possession d'un fennec, qu'ils logeaient dans leur pavillon... Mais n'avoir jamais bien évidemment jamais pu ne serait-ce qu'entrapercevoir celui-ci, qui - bien fait pour eux ! - leur menaient une vie impossible la nuit, durant laquelle il était redoutablement turbulent, pour dormir et se cacher toute la journée durant !

Ce qui les a - fort heureusement, à mon sens - amené à s'en débarrasser rapidement, au profit d'une association de protection des animaux.

Sources : Le Robert et wikipedia.org

"Le poisson pénis" ou "Le gros ver aubergiste".

Un poisson-pénis, échoué sur une plage de Californie (États-Unis d'Amérique), en décembre 2019

Ces deux appellations étranges désignent une variété de ver marin existant depuis plus de 300 millions d’années et dont l'espérance de vie peut atteindre 25 ans.

Il a naturellement hérité son nom de "Poisson pénis" de sa forme phallique plus que suggestive, avec une boursouflure au niveau de la tête, une taille de 10 à 30 centimètres et une consistance mi-moelleuse, mi-dure !

On le trouve uniquement dans le Pacifique, près des côtes asiatiques et sur la côte Ouest des États-Unis d'Amérique, entre le sud de l’Oregon et la Basse-Californie (Mexique), où il passe l’essentiel de sa vie sous terre, à l’abri des regards, dans des terriers en forme de "U", dans les estrans, ces parties de plages périodiquement recouvertes par les marées, où il se nourrit de micro-organismes (planctons, bactéries…).

C'est parce qu'il a pour habitude de changer régulièrement d’abri afin de varier ses lieux "de chasse", permettant ainsi aux crabes et aux autres poissons de lui prendre sa place, que "le poisson pénis" est également surnommé "le gros ver aubergiste".

Disposant d'une forme parfaite pour cette vie souterraine, il est habituellement la proie des loutres, des limandes, des requins, des raies, des goélands et des humains, qui le consomment frit, grillé ou en sashimi.

Dans la province du Shandong, dans l’est de la Chine, on peut le préparer en ravioli : il a alors un goût assez proche de l’andouillette. Il est également consommé en Corée du Sud, où on lui prête des effets aphrodisiaques, mais aussi au Japon, principalement à Hokkaido, ainsi qu'en Russie.

Des poissons-pénis Des poissons-pénis

On a beaucoup parlé de cet étrange animal fin 2019, après qu'une forte tempête, le 6 décembre, dégageant les sédiments, en a délogé plusieurs milliers et les a fait s'échouer et se décomposer sur Drakes Beach, au Nord de San Francisco, en Californie, pour le plus grand régal des oiseaux marins.

Des poissons-pénis, échoués en masse sur une plage de Californie (États-Unis d'Amérique), en décembre 2019

Sources : www.lemonde.fr et animalaxy.fr

"La grenouille-taureau"

Grenouille-taureau

Cet amphibien est la plus grosse espèce de grenouille d'Amérique du Nord.

On l'appelle également "Ouaouaron" (ou "Wawaron") ou "Grenouille mugissante".

Description

Le corps du museau au cloaque mesure de 11,1 à 17,8 cm pour les mâles et de 12 à 18,3 cm pour les femelles.

Adulte elle pèse 600 g et exceptionnellement jusqu'à 1 kg.

Énorme grenouille-taureau

Les pattes postérieures en extension atteignent jusqu'à 25 cm.

Le dos varie du vert olive au brun foncé avec souvent des taches plus sombres et l'abdomen est crème moucheté de gris. Le mâle a la gorge de couleur jaune et la femelle de couleur crème

Leur chant est grave et lent, en séries de 5 à 6 meuglements sourds.

Et elle peut vivre de 8 à 9 ans dans la nature et jusqu'à 16 ans en captivité.

Lire la suite

"Le culpeu" ou "Le chien antarctique".

Cet animal sauvage, aujourd'hui disparu, était une sorte de grand renard brun foncé, à la queue droite, longue et couverte de poils courts, comme celle d'un chien ordinaire.

Et on le trouvait autrefois au Chili et sur l'île de Falkland, l'une des îles Malouines.

Le "Culpeu" ne doit pas être confondu avec le "Culpeo", également appelé "Loup de Magellan", "Renard de Magellan" ou "Renard des Andes".

"Un lapin bélier" et "Un lapin nain bélier".

Il s'agit de deux races de lapins domestiques.

  • Les lapins béliers se caractérise par leurs oreilles longues et tombantes qui leur donne souvent un air plutôt pataud et sympathique.
Lapin bélier français
Lapin bélier français
    • Le bélier français est une race développée pour la première fois en France au XIXᵉ siècle, à la stature assez lourde.
Lapin bélier anglais
Lapin bélier anglais
    • Et le bélier anglais, dont les oreilles sont particulièrement longues est très peu répandu.
Lapin nain bélier
Lapin nain bélier
  • Et le lapin nain bélier est une variété naine de lapin domestique issue d'un croisement entre des lapins béliers français et lapins béliers anglais pour le type, et de lapins nains de couleurs pour la taille.

Sa caractéristique est d'avoir de longues oreilles pendantes et une taille fortement réduite comparée à celle des lapins béliers normaux.

Généralement facile à apprivoiser et à éduquer, il s'agit d'un animal de compagnie apprécié.

Source : wikipedia.org

"L'oryctérope du Cap" ou "Le cochon de terre".

À l'exception des tintinophiles avertis et de l'une de mes anciennes cousines par alliance dont il s'agit de l'injure préférée, la plupart d'entre vous ne s'en souviennent vraisemblablement pas, mais le nom de ce curieux animal fait partie de l'incroyable catalogue d'injures du Capitaine Haddock, créé par Hergé, puisqu'on le retrouve aussi bien dans l'album "Tintin au pays de l'or noir" (1971) ("Oryctérope !") que dans "Tintin et les Picaros" (1976) ("Sombre oryctérope !") !

Il s'agit d'un mammifère essentiellement termitivore d'Afrique, jouant un rôle écologique important en contrôlant l'extension des populations de termites.

Mesurant environ 1 à 1,30 m de longueur à l'âge adulte, il a une tête très allongée se terminant par un groin tubulaire, et de grandes oreilles allongées. Le cou est court, le corps massif et arqué. Il se termine par une queue pointue et musculeuse. Pour le décrire, à l'époque où les photos étaient rares et floues, on l'a décrit comme intermédiaire entre le fourmilier (par son museau allongé), le cochon (par le groin) et le kangourou (par la forme de sa queue). Cet animal est d'ailleurs appelé "Cochon de terre" en afrikaans en raison de la forme de sa tête. Son poids est compris entre 60 et 80 kg. Son pelage est mince, et sa principale protection est sa peau épaisse.

Son nez contient plus de bulbes olfactifs que tout autre mammifère (9 bulbes, à comparer avec les 4 ou 5 bulbes des chiens).

Ses pieds sont pourvus de quatre doigts en avant et cinq en arrière, armés de fortes griffes un peu aplaties et en forme de pelle, qui semble être un intermédiaire entre la griffe et le sabot, et lui permettant de creuser le sol ou de fouiller efficacement une termitière, sa principale source de nourriture.

En dépit de son nom, on trouve l'oryctérope du Cap dans l'essentiel de l'Afrique subsaharienne, à l'exception des forêts vierges et des zones marécageuses, où il ne peut pas creuser. Il préfère les zones de savanes où le sol est meuble et où il est susceptible de trouver des termites et de l'eau en quantité suffisante. On l'observe peu, car il vit la nuit et passe le jour dans un terrier. La nuit venue, il parcourt plusieurs kilomètres à la recherche de termites. Il laisse traîner sa queue derrière lui en se déplaçant, ce qui laisse une piste caractéristique.

L'oryctérope se nourrit essentiellement de fourmis et de termites, qu'il extrait des termitières à l'aide de ses griffes très puissantes et de sa longue langue enduite d'une salive gluante. Il est également capable de repérer les processions de termites se déplaçant sur le sol à l'aide de son odorat très fin et peut en avaler près de 50 000 en une nuit ! Il se nourrit également de coléoptères et de leurs larves.

Cet animal peut vivre en captivité jusqu'à 23 ans. Ses principaux prédateurs sont le lion, le léopard et le python. Mais il est également apprécié par les humains pour sa viande. Heureusement pour lui, l'oryctérope peut fuir en creusant très rapidement un trou à l'aide de ses griffes.

Source  wikipedia.org