"Le renard des sables", "Le renard des sables du Sahara" ou "Le renard de poche".

Un fennec

Il s'agit du surnom du fennec, un petit mammifère d'Afrique du Nord, à grandes oreilles pointues.

Le fennec est l'animal national de l'Algérie. Et l'équipe d'Algérie de football est surnommée "Les Fennecs".

Des fennecs, en captivité
Des fennecs, en captivité
Des fennecs, en captivité
Des fennecs, en captivité

Ce petit renard de la famille des canidés vit dans le désert du Sahara et la péninsule du Sinaï.

Avec ses oreilles caractéristiques, il est la plus petite espèce de sa famille. Sa fourrure, ses oreilles et sa fonction rénale sont adaptées aux conditions physiques du désert : températures extrêmes et pénurie d’eau.

Ses oreilles lui servent également de système de ventilation et de refroidissement du sang, l'aidant à résister aux températures élevées et au climat extrême du désert.

Le terme "Fennec" vient de l'arabe et signifie "Renard".

Caractéristiques physiques

Le fennec a de très longues oreilles (pouvant mesurer jusqu'à 10 centimètres), un nez assez long, de longues moustaches et une queue relativement longue, plate et touffue.

Son surnom de "Renard de poche" lui vient naturellement de sa toute petite taille. C'est en effet le plus petit des canidés existant sur Terre, puisqu'il ne mesure que de 20 à 40 cm de long, auxquel s'ajoute une queue de 18 à 30 cm.

Son poids moyen est de 1,7 kg contre 6 kg pour la plupart des autres espèces de renard. Et sa hauteur moyenne est d'environ 20 cm, et environ 35 cm lorsque l'on y ajoute les oreilles. Le fennec a un pelage allant du brun pâle à presque blanc et ressemble beaucoup au renard nain auquel il est apparenté, hormis ses oreilles dressées, chacune aussi grande que la face.

Comportement

La nuit, les longues oreilles du fennec lui permettent d'entendre les plus petits bruits que font ses proies, ce qui lui permet de ne pas faire de longues recherches dans le désert. Le fennec est un redoutable chasseur, rusé et véloce. Il est parfaitement adapté au climat aride, ses oreilles très vascularisées et très grandes comparées à celles des autres espèces de renard sont des éléments refroidisseurs. Les poils sous ses pattes lui permettent de ne pas glisser sur le sable et d'approcher ses proies en silence. Le jour, dans le désert, la température du sable est de 70 °C à la surface. Mais le fennec peut creuser jusqu'à deux mètres de profondeur, ramenant ainsi la température aux environs de 30 °C. La surface plantaire du fennec est couverte de poils épais qui le protègent de la chaleur du sable.

Un fennec, en plein désert
Un fennec, en plein désert

Le fennec creuse très rapidement et, quand il est poursuivi, se cache dans le sable. Le fennec dort généralement le jour et sort la nuit chercher sa nourriture. Lorsqu'un vent de sable se lève, les petits fennecs cherchent un abri auprès de leurs parents qui les dissimulent parfois sous leur longue queue touffue.

Cri

Comme le renard, le fennec glapit ou jappe, c'est-à-dire qu'il pousse des petits cris ou grognements successifs.

Un fennec, au sortir de son terrier
Un fennec, au sortir de son terrier

Régime alimentaire

Le fennec est omnivore. Il se nourrit essentiellement de souris, de petits oiseaux, de lézards ou d'insectes, et complète ce régime avec des fruits. Le fennec s'abreuve parfois à des points d'eau, bien que cela ne lui semble pas indispensable ! La capacité des fennecs à se passer de boire pour des durées indéterminées résulte en effet de leur adaptation à leur habitat désertique et de leur régime alimentaire, certains insectes figurant à son menu étant constitués de 70 % d'eau. De plus, le système rénal du fennec concentre les urines, ce qui a pour effet une élimination maximale de déchets pour un minimum de perte.

Reproduction

Le fennec est monogame et les couples restent unis toute la vie. La saison de reproduction a lieu entre janvier et février. La femelle donne naissance à une portée de 2 à 5 petits entre mars et avril, après 50 à 53 jours de gestation. Les petits sont aveugles à la naissance  et ouvrent les yeux au bout de 2 semaines. Ils commencent à jouer dans la tanière à 4 semaines et sortent jouer dehors après 5 semaines. Les deux parents s'occupent d'eux. Les jeunes atteignent la maturité sexuelle entre 6 et 9 mois, lorsqu'ils atteignent leur taille adulte. La longévité est de 10 ans dans la nature.

On ne connaît pas de prédateurs au fennec bien qu'il puisse y en avoir ; sa tanière, son pelage de couleur sable et son ouïe très fine l'aident à s'en protéger8. Seul l'homme peut, en le capturant, devenir un prédateur.

Habitat et répartition

L'habitat du fennec est un terrier, creusé dans le sable ou dans de petites grottes, et tapissé d'un ensemble de matériaux moelleux tels que fourrure ou plumes.

Un fennec

Le fennec habite les déserts du Nord de l'Afrique et jusqu'à l'Arabie saoudite. Et l'on trouve la plupart des fennecs en Algérie. .

Les populations de fennecs sont stables au Sahara, hormis dans certaines zones du Maroc où il a disparu.

L'espèce n'est pas menacée actuellement d'extinction, mais elle pourrait le devenir. Car si la vente des jeunes fennecs aux Européens amateurs d'exotisme est désormais interdite, il s'agit toujours d'un animal de compagnie recherché et autorisé en Amérique du Nord et Japon !

Souvenir personnel

Très jeune adhérent du WWF dès 1970, je me souviens avoir été choqué lorsque j'étais enfant, au tout début des années 1970, à Conflans Sainte-Honorine (78), d'apprendre que des voisins venait d'entrer en possession d'un fennec, qu'ils logeaient dans leur pavillon... Mais n'avoir jamais bien évidemment jamais pu ne serait-ce qu'entrapercevoir celui-ci, qui - bien fait pour eux ! - leur menaient une vie impossible la nuit, durant laquelle il était redoutablement turbulent, pour dormir et se cacher toute la journée durant !

Ce qui les a - fort heureusement, à mon sens - amené à s'en débarrasser rapidement, au profit d'une association de protection des animaux.

Sources : Le Robert et wikipedia.org

"Le plus lourd des poissons osseux".

Un poisson-lune (ou "Môle") géant

Il s'agit de la "Môle" ou "Poisson-lune", un poisson marin des eaux tropicales et tempérées que l'on trouve tout autour du globe et qui dépasse fréquemment les 1 000 voire parfois les 1 500 kilos.

Un poisson-lune (ou "Môle") géant échoué sur une plage

Doté d'une tête proéminente, sans queue et peu épais par rapport à sa hauteur, la môle, nageoires comprises, peut être aussi haute que longue.

D'une longueur moyenne de 1,80 mètre, le plus grand spécimen connu atteignait 3,20 mètres de hauteur.

Un poisson-lune (ou "Môle") géant

Source : wikipedia.org

"Le plus grand des animaux", "Le plus grand des mammifères", "Le plus grand animal de tous les temps" ou "Le plus grand animal que la terre ait porté".

Une baleine bleue ou rorqual bleu

Ces différentes formules désignent : la baleine bleue, également appelée rorqual bleu.

Cette espèce de cétacés appartenant à la famille des mammifères peut dépasser 30 mètres de longueur et 170 tonnes.

Une baleine bleue (ou rorqual bleu) comparée à... quatre autobus !
Une baleine bleue (ou rorqual bleu) comparée à... quatre autobus !
Une baleine bleue (ou rorqual bleu) comparée à un humain
Une baleine bleue (ou rorqual bleu) comparée à un humain

Et il s'agit donc du plus gros animal vivant à notre époque et - dans l'état actuel de nos connaissances - du plus gros animal ayant vécu sur Terre, avant deux grands sauropodes.

Une baleine bleue (ou rorqual bleu) comparée à un bateau de 23 mètres de long
Une baleine bleue (ou rorqual bleu) comparée à un bateau de 23 mètres de long

Long et mince, le corps de la baleine bleue peut prendre diverses teintes de gris-bleuté sur le dos et un peu plus clair en dessous. On en dénombre au moins trois sous-espèces distinctes.

Comme les autres baleines, la baleine bleue se nourrit essentiellement d’un petit crustacé, le krill, de planctons mais également de petits poissons et parfois de calmars.

Les baleines bleues furent abondantes dans presque tous les océans avant le début du XXe siècle. Pendant près de quarante ans, elles furent chassées par les baleiniers qui ont amené l'espèce au bord de l'extinction avant qu'elle ne soit protégée par la communauté internationale en 1966.

Un rapport de 2002 estimait qu’il y avait entre 5 000 et 12 000 baleines bleues à travers le monde, localisées dans au moins cinq groupes. En 2018, l'IUCN estime la population entre 5 000 et 15 000 individus.

Avant la chasse industrielle à la baleine, la plus forte population se trouvait dans l’Atlantique, qui en comptait approximativement 240 000 (entre 202 000 et 311 000).

L'espèce est classée en danger d'extinction par l'UICN.

Nota Bene : "Baleine" est un substantif féminin polysémique du langage courant auquel j'ai déjà consacré un article.

Source : wikipedia.org

"Le meilleur ami de l'homme" ou "Notre compagnon à quatre pattes".

Un chien

Ces deux périphrases du langage courant désignent : le chien.

Mais la seconde ("Notre compagnon à quatre pattes") désigne également souvent le chat.

Selon l'enquête 2015 FACCO (Fédération des Fabricants d'Aliments pour Chiens, Chats, Oiseaux et autres animaux familiers) / TNS SOFRES (Taylor Nelson Sofres SOciété FRançaise d'Enquête par Sondages), consacrée aux animaux de compagnie, que possède près d'un foyer sur deux, on dénombrait ainsi en France 7,26 millions de chiens, contre 12,68 millions de chats et 2,84 millions de petits mammifères.

Ainsi que 5,75 millions d'oiseaux et 34,22 millions de poissons.

Source : www.santevet.com

"Un morbac" et "Un morpion".

Ces trois substantifs masculins du registre argotique désignent : "Un pou du pubis" ou "Un pou pubien".

Il s'agit d'un minuscule insecte de couleur noire vivant à la surface de la peau du pubis et mesurant de 2 à 3 mm de longueur.

On parle d'"Ectoparasite" car c'est un parasite externe, qui vit sur la surface corporelle d'un être vivant.

Le pou pubien diffère des autres poux (le "Pou de la tête" et le "Pou du corps") par sa morphologie et sa localisation, le pubis.

Il s’apparente à un crabe : il présente un corps trapu avec un thorax très large et un abdomen court et étroit. Ses pattes sont puissantes et pourvues d'énormes pseudo-pinces (plus fortes que celles du pou de tête) qui lui permettent de s’agripper aisément aux poils de la région génitale. Il peut toutefois se loger au niveau du thorax, de l’abdomen, de la barbe, des cils, des aisselles...

Il est "Hématophage" : il se nourrit du sang de son hôte.

Ses parties buccales demeurent presque en permanence introduites dans la peau de son hôte, et il est capable de piquer. Ces piqûres causent de petites lésions bleues et, quelquefois, des réactions allergiques graves.

Le pou pubien est à l’origine, chez l'homme, de la "Phtiriase pubienne", une maladie infectieuse de la peau, qui est gênante, mais bénigne.

La plupart du temps, il se transmet par contact direct, pendant des rapports sexuels avec une personne infectée, mais la contagion peut aussi s’effectuer par un contact indirect, avec des vêtements, des serviettes, des draps ou une literie envahie.

Sources : wikipedia.org et www.santemagazine.fr

"Le roi des harengs", "Le poisson-ruban" ou "Le poisson séisme"

Un régalec, le plus long poisson osseux du monde

Il s'agit des différents surnoms du "Régalec", une espèce de poisson pélagique existant dans toutes les mers du monde, à la seule exception des pôles.

On ne sait que peu de choses sur son comportement, l'essentiel des observations ayant été faites sur des spécimens échoués ou agonisants. Mais récemment, des rencontres de hasard avec des robots sous-marins téléguidés ont permis d'en découvrir davantage sur cet animal longtemps resté mystérieux.

Et il a été observé et filmé à plusieurs reprises depuis 2005, près d'une bouée océanographique installée en Méditerranée, au large de Cannes(06), par David Luquet et son équipe de l'Observatoire océanographique de Villefranche-sur-Mer (06) !

Le "Régalec" est le plus long poisson osseux du monde, pouvant atteindre 11 m pour un poids de 272 kg ; un spécimen atteignant 17 m ayant apparemment été observé.

Un régalec, le plus long poisson osseux du monde

De par ces caractéristiques pour le moins exceptionnelles, les marins ont longtemps pris le "Régalec" pour une sorte de serpent de mer. Et il n'a été filmé ou photographié dans son milieu naturel que de très rares fois, principalement depuis 2005 et à des profondeurs situées entre 500 et 900 m.

"Le roi des harengs"

Ce surnom lui a été donné car les pêcheurs l'observaient à proximité des bancs de harengs dont il se nourrit, et les rayons antérieurs de sa nageoire dorsale rappellent la forme d'une couronne

"Le poisson séisme"

Les habitants de Taïwan l'ont surnommé "Poisson séisme" après avoir constaté que les rares individus découverts par des pêcheurs l'avaient été peu avant ou peu après des tremblements de terre dont l'épicentre se situait en mer.

L'interprétation populaire est que les poissons remontent vers la surface dérangés par les secousses, mais la relation possible entre ces deux évènements n'a pas encore fait l'objet de recherche scientifique.

Le 19 juin 2020, cependant, encore une fois, plusieurs spécimens de cet animal ont été capturés sur les côtes du Mexique - un pays où on l'avait déjà repéré vivant en 2007, 2010 et 2014 - quelques jours avant l'important tremblement de terre ayant eu lieu le 24 juin.

Source : wikipedia.org

"Un piou-piou" ou "Un pioupiou".

Ce mot construit du registre familier, construit à partir de l'onomatopée du cri du jeune poussin peut désigner, selon le contexte :

  • un oiseau,
  • un jeune fantassin. Il s'agit d'un néologisme dû à Antoine-François Varner, qui l'a inventé dans une comédie publiée en 1838 et intitulée "Le Pioupiou". Le mot a ensuite connu un grand succès dans le sillage de la chanson de Montéhus, "Gloire au 17e", composée en souvenir de la mutinerie des soldats du 17e régiment d'infanterie de Narbonne (11), qui avaient refusé de tirer sur les manifestants lors de la révolte des vignerons du Languedoc en 1907. Après 1914, le mot "Pioupiou" a subi de nombreuses concurrences, notamment celles des mots "Bidasse" et "Troufion", qui l'ont supplanté dans le langage courant.
  • dans la nomenclature de l'ESF (Ecole du Ski Français), un enfant de 3 à 6 ans qui ne sait pas encore ou très peu skier,
  • un anémomètre autonome principalement destiné aux amateurs de vol libre.

Alimenté par un panneau solaire et communiquant ses données via un signal radio, il peut être placé n'importe où, même sans électricité ni connexion internet. Les données ainsi récoltées sont compilées sur un site internet public, qui permet de connaître en temps réel la direction et la force du vent pour l'ensemble des Pioupious présents sur le territoire.

Source : wikipedia.org