"Ben mon vieux, si j'aurais su, j'aurais pas v'nu" !

L'inoubliable "Petit Gibus" (Martin Lartigue) du film "La guerre des boutons", réalisé en 1962 par Yves Robert, d'après le roman homonyme de Louis Pergaud, paru en 1912

Cette réplique culte est entrée dans le langage courant.

Au point que l'on a presque fini par oublier que l'on doit normalement dire : "Si j'AVAIS su, jE NE SERAIS pas vEnu" !

Couverture du roman de Louis Pergaud, paru en 1912, "La guerre des boutons. Roman de ma douzième année"
Couverture du roman français de Louis Pergaud, paru en 1912, "La guerre des boutons. Roman de ma douzième année"

Elle nous vient de "La guerre des boutons", le film réalisé en 1962 par Yves Robert d'après le roman homonyme de Louis Pergaud, paru en 1912 et dont il constituait alors la seconde adaptation.

L'affiche du film français "La guerre des gosses", réalisé en 1936 par Jacques Daroy, première adaptation du roman français "La guerre des boutons", de Louis Pergaud, paru en 1912
L'affiche du film français "La guerre des gosses", réalisé en 1936 par Jacques Daroy, première adaptation du roman français "La guerre des boutons", de Louis Pergaud, paru en 1912
L'affiche du film "La guerre des boutons", réalisé en 1962 par Yves Robert, d'après le roman homonyme de Louis Pergaud, paru en 1912
L'affiche du film français "La guerre des boutons", réalisé en 1962 par Yves Robert, d'après le roman français homonyme de Louis Pergaud, paru en 1912
L'affiche du film "La guerre des boutons", réalisé en 1962 par Yves Robert, d'après le roman homonyme de Louis Pergaud, paru en 1912
L'affiche du film français "La guerre des boutons", réalisé en 1962 par Yves Robert, d'après le roman français homonyme de Louis Pergaud, paru en 1912
L'affiche du film "La guerre des boutons", réalisé en 1962 par Yves Robert, d'après le roman homonyme de Louis Pergaud, paru en 1912
L'affiche du film français "La guerre des boutons", réalisé en 1962 par Yves Robert, d'après le roman français homonyme de Louis Pergaud, paru en 1912

Cette excellente comédie enfantine nous narre les combats d'écoliers que se livrent les bandes d'enfants de deux villages rivaux, Longeverne et Velrans, l'auteur s'étant inspiré de la vie dans le village de Landresse (25), où il a enseigné deux ans.

Lire la suite

On ne dit pas : "I' faut presque un joueur spécifique à ça" !

L'entraîneur de football français Régis Brouard

Comme a pu le déclarer, le 1er juin 2021, l'entraîneur de football français Régis Brouard , dans l’émission vespérale d’Olivier Ménard "L’Équipe du soir", sur la chaîne de télévision française L’Équipe.

Mais : "IL faut presque un joueur spécifique POUR ça" !

Parce qu'il accumule malheureusement les phrases de ce type dans cette émission que je suis régulièrement, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Ça interroge tout l'monde" !

La journaliste française Amélie Carrouër, de la chaîne de télévision française d'information en continu LCI

Comme a pu le déclarer, le 30 mai 2025, la journaliste française Amélie Carrouër, dans l'émission "En toute franchise", qu'elle anime, sur la chaîne de télévision française d'information en continu LCI.

Mais : "Tout lE monde S'interroge" !

On n'écrit pas : "N'hésiter pas à" !

Mais : "N'hésiteZ pas à" !

Puisqu'il s'agit de la deuxième personne du pluriel de l'impératif du verbe "Hésiter".

Pour ne plus commettre cette faute, songez simplement à utiliser par exemple le verbe "Finir". Vous n'écririez pas : "Ne finir pas à".

À l'inverse, on ne dit pas "Vous finiR à quelle heure ?". Et l'on doit donc écrire "Vous travailleZ beaucoup". Et non "Vous travailleR beaucoup".

On ne dit pas : "Ma cliente, son pare-brise a fissuré" !

Logotype de l'enseigne française Carglass

Comme je l'ai entendu avec consternation dans une publicité Carglass diffusée le 30 mai 2021 sur la radio française Rire & Chansons.

Mais : "LE pare-brise DE ma cliente S'EST fissuré" !

Pour cette phrase parfaitement inadmissible, je leur décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Comme de par hasard" !

L'ancien joueur international de football franco-polonais, devenu consultant, Ludovic Obraniak

Comme a pu le déclarer, à deux reprises, le 29 juin 2021, l'ancien joueur de football international franco-polonais, devenu consultant, Ludovic Obraniak, dans l’émission vespérale d’Estelle Denis "L’Équipe d'Estelle", sur la chaîne de télévision française L’Équipe.

Mais simplement : "Comme par hasard" !

Pour ses anglicismes, ses fautes de grammaire et ses phrases souvent construites en dépit du bon sens, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "C'est pas des guérillos, hein, non plus" !

L'ancien joueur de rugby à XV et consultant sportif français Éric Blanc, cofondateur de la marque de vêtement "Eden park"

Mais :

Comme l'a lamentablement déclaré, le 20 avril 2021, l'ancien joueur de rugby à XV et consultant sportif français Éric Blanc, dans l’émission vespérale "L’Équipe du soir", sur la chaîne de télévision française L’Équipe.

Mais : "CE NE SONT pas des guérillERos non plus, N'EST-CE PAS" !

Pour cette infâme bouillie verbale et parce que ce monsieur est incapable de s'exprimer correctement, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".