On ne dit pas : "Les méthodes à Gilles"... ni même "Les méthodes de Gilles" !

Mais : "Les méthodes AGILES" !

Cette curieuse appellation désigne en effet - en ingéniérie logicielle des groupes de pratiques de pilotage et de réalisation de projets.

Elles ont pour origine le Manifeste pour le développement agile de logiciels, rédigé en 2001, qui avait consacré le terme agile" pour définir de multiples méthodes existantes, ayant pour point commun de mettre en avant la collaboration entre des équipes auto-organisées et pluridisciplinaires et leurs clients.

S'appuyant sur l'utilisation d'un cadre méthodologique léger mais suffisant centré sur l'humain et la communication, les méthodes agiles se veulent plus pragmatiques que les méthodes traditionnelles, impliquant au maximum le client et permettant une grande réactivité à ses demandes.

Préconisant une planification adaptative, un développement évolutif, une livraison précoce et une amélioration continue, elles encouragent des réponses flexibles au changement.

Explication du calembour
Il résulte de l’homophonie entre les mots « à Gilles » et « agiles ».

Source : wikipedia.org

On ne dit pas : "Les images ne souffraient d'aucune interprétation" !

Ainsi que l'a pitoyablement déclaré, en septembre 2020, un présentateur du journal de la mi-journée, sur la chaîne de télévision française d'information en continu LCI.

Mais, bien évidemment : "Les images ne souffraient aucune interprétation" !

Le verbe "Souffrir" doit en effet être utilisé ici sous sa forme transitive ("Souffrir quelque chose") signifiant "Souffrir, tolérer" et non sous sa forme intransitive ("Souffrir de quelque chose"), signifiant "Éprouver une souffrance, des douleurs physiques ou morales ; avoir mal".

Ce qui, à ma connaissance, ne saurait être le cas des images en question !

On ne dit pas : "Je s'rais Premier ministre, je rendrais ma démission" !

L'homme politique français Les républicains Vincent Jeanbrun

Comme l'a déclaré, le 16 janvier 2021, le maire Les Républicains de L'Haÿ-les-Roses (94), Vincent Jeanbrun, sur la chaîne de télévision française d'information en continu CNews.

Mais à tout le moins : "Je sErais LE Premier ministre, je DONNERAIS ma démission" !

Et idéalement : "SI J'ÉTAIS LE Premier ministre, je DONNERAIS ma démission" !

On ne dit pas : "Sans qu'ils n'en aient conscience" !

Comme dans le commentaire du documentaire franco-azerbaïdjanais "Comment Hitler a perdu la guerre du pétrole", réalisé en 2014 par Robert Mugnerot et diffusé le 17 janvier 2021 sur la chaîne de télévision française RMC Découverte.

Mais : "Sans qu'ils en aient conscience" !

Sans "n'".

On ne dit pas : "La place sur le podium va être conditionnée à ce que" ni "Il arrive à être bon et à faire bonifier (ses coéquipiers)" !

L'ancien athlète français devenu consultant sportif Bouabdellah Tahri dit Bob Tahri

Comme l'a déclaré, le 15 janvier 2020, l'ancien athlète et consultant sportif français Bob Tahri, dans l'émission vespérale d'Olivier Ménard "L'Équipe du soir", sur la chaîne de télévision française L'Équipe.

Mais : "La place sur le podium va être conditionnée PAR" !

Et : "Il arrive à être bon et à bonifier (ses coéquipiers)" !

Parce qu'il est coutumier de ce type de fautes grossières, je lui lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".