"Germanopratin" ou "Germanopratine".

Ce très joli adjectif relève du registre soutenu.

Et il est formé à partir des termes latins "germanus" ("germain") et "pratum" ("pré").

Datant de 1950, il désigne :

  • au sens propre :
    • ce qui se réfère au quartier de "Saint-Germain-des-Prés", à Paris (75), situé sur la rive gauche de la Seine, à proximité du Quartier latin.

Saint-Germain-des-prés, l'un des quartier du 6e arrondissement, à Paris (75)Saint-Germain-des-prés, l'un des quartier du 6e arrondissement, à Paris (75)

    • et en particulier : les personnes qui venaient, la nuit, y faire la fête.

Dans les années qui suivirent la Libération, on parlait ainsi des "milieux germanopratins" liés à l'"existentialisme", ce mot ayant fini par désigner une mode et un mode de vie.

On dit par exemple : "Boris Vian et Juliette Gréco sont assurément deux des plus célèbres germanopratins de l'après-guerre".

Boris Vian et Juliette Gréco, en 1949 (© Georges Dudognon)
Boris Vian et Juliette Gréco, en 1949 (© Georges Dudognon)
La place Furstenberg, dans le quartier de Saint-Germain-des-prés, à Paris (75)
La place Furstenberg, dans le quartier de Saint-Germain-des-prés, à Paris (75)
La place Furstenberg, dans le quartier de Saint-Germain-des-prés, à Paris (75)
La place Furstenberg, dans le quartier de Saint-Germain-des-prés, à Paris (75)
La place Furstenberg, dans le quartier de Saint-Germain-des-prés, à Paris (75)
La place Furstenberg, dans le quartier de Saint-Germain-des-prés, à Paris (75)

Après la Seconde Guerre mondiale, le quartier de Saint-Germain-des-Prés, qui était encore un village, est en effet devenu un haut lieu de la vie intellectuelle et culturelle parisienne avec notamment la présence de Marguerite Duras (et le "Groupe de la rue Saint-Benoit"), de Jean-Paul Sartre et de Simone de Beauvoir, de la chanson dite "rive gauche" (dont deux des emblèmes étaient Juliette Gréco et Léo Ferré), de cinéastes tels que Jean-Luc Godard et François Truffaut, de poète comme Jacques Prévert ou d'artiste comme Alberto Giacometti.

Philosophes, auteurs, acteurs et musiciens se cotoyaient dans les boîtes de nuit (où la France découvrait le "bebop") et les brasseries, où la philosophie existentialiste coexistait avec le jazz américain, dans les caves de la rue de Rennes, que fréquentaient notamment Boris Vian et les "zazous".

Enfin Saint-Germain-des-Près était également le principal lieu de sociabilité homosexuelle masculine parisienne.

Ou les habitants et habitantes du quartier, ce qui fait de ce mot un gentilé.

Un kiosque à journaux, devant le Café de Flore, boulevard Saint-Germain, à Paris (75)
Un kiosque à journaux, devant le Café de Flore, boulevard Saint-Germain, à Paris (75)
Le quartier de Saint-Germain-des-prés, à Paris (75)
Le quartier de Saint-Germain-des-prés, à Paris (75)
  • et par extension, depuis quelques décennies, de façon légèrement péjorative : ce qui se réfère au milieu intellectuel parisien, symbolisé par ce quartier de Saint-Germain-des-Prés.

Lire la suite

"Pulvérulent" ou "Pulvérulente".

Cet adjectif, je crois peu connu, relève du registre soutenu.

Et il signifie : qui a la consistance de la poudre ou de la poussière, est réduit à l'état de poudre ou se réduit facilement en poudre.

Les farines et les poudres sont ainsi des matériaux pulvérulents, c'est à dire des produits solides constitués de fines particules, peu ou pas liées entre elles, qui, dans certaines conditions - par exemple lorsqu'on les verse - ont le comportement d'un liquide.

Verser du sucre en poudre dans une casserole

On dit par exemple : "Saupoudrer, c'est répandre une matière pulvérulente sur quelque chose".

Ou : "Ces journaux pulvérulents traînaient dans ce grenier depuis plus de 130 ans".

De vieux journaux acadiens pulvérulents de 1885, retrouvés en 2020 pendant les rénovations d’un appartement d’une résidence de Caraquet (Nouveau-Brunswick) (Canada)
De vieux journaux acadiens pulvérulents de 1885, retrouvés en 2020 pendant les rénovations d’un appartement d’une résidence de Caraquet (Nouveau-Brunswick) (Canada)

Sources : Le Robert, www.larousse.fr et www.inrs.fr

"Gustatif" ou "Gustuel" et "Gustative" ou "Gustuelle".

Ces différents adjectifs parfaitement synonymes qualifient ce qui concerne ou ce qui se rapporte au sens du goût.

Et ils ont été formés à partir du latin "Gustus" signifiant "Goût".

  • "Gustatif" et "Gustative" appartiennent au registre soutenu.

On parle par exemple de "papilles gustatives" ou de "nerf gustatif".

  • "Gustuel" et "Gustuelle" ont été inventés au tournant du XIXe siècle par le gastronome français Jean Anthelme Brillat-Savarin (2 avril 1755 - 1er février 1826) et relèvent aujourd'hui du registre désuet.

On parle par exemple de "propriétés gustuelles" ou de "jouissances gustuelles".

Source : www.cnrtl.fr

"Contendant" ou "Contendante" et "Contondant" ou "Contondante".

Ces deux adjectifs paronymiques du registre soutenu ne doivent surtout pas être confondus, car ils possèdent des significations fort éloignées :

  • "Contendant" ou "Contendante" - qui relève également du registre désuet - qualifie en effet : celui ou celle qui est acteur ou actrice d'une situation ; protagoniste d'un conflit ou d'un litige.

On parle par exemple d'un "héritier contendant" ou d'un "prince contendant".

Et d'une "partie contendante", dans le domaine juridique.

Le mot peut également être utilisé comme substantif : "Un contendant" ou "Une contendante".

On dit par exemple : "Il faudrait que l'un des contendants accepte de faire quelques concessions".

  • tandis que "Contondant" ou "Contondante" qualifie : ce qui meurtrit par écrasement, blesse par le choc, sans couper, ni percer, mais en produisant des contusions.

On parle par exemple d'un "objet contondant" ou d'un "outil contondant", lorsqu'une personne a utilisé un gros cendrier ou une statuette pour frapper et assommer ou tuer sa victime.

Et d'une "arme contondante", pour désigner une arme constituée d'un manche pour la prise en main et d'une partie opposée servant à asséner des coups écrasants et non tranchants.

Les gourdins, les masses d'armes, les massues, les marteaux d'armes et les bâtons de combat sont des armes contondantes.

Mais pas les pics à glace ou les haches.

Une arme contondante est

Sources : wikipedia.org et www.cnrtl.fr

"Iconique".

Cet adjectif signifie en français :

  • au sens propre : relatif aux icônes, à la représentation des dieux,
  • et par extension : relatif à l'image, à toute forme de représentation visuelle.

On dit par exemple : "Je suis peu sensible à la littérature iconique que constitue la bande dessinée".

Contrairement à l'anglais "Iconic", il ne peut en revanche s'utiliser, à mon sens, pour qualifier un objet ou un produit, particulièrement représentatif d’une marque et dire par exemple, comme le propose le Larousse : "Le sac iconique d’un célèbre maroquinier".

Ni pour qualifier une personne incarnant un courant, une mode, une époque. Et dire par exemple : "Marilyn Monroe, figure iconique du cinéma hollywoodien"

Nous disposons pour ce faire de l'adjectif français "Emblématique".

Sources : www.larousse.fr et wiktionary.org

"Fiscal", "Fiscale", "Fiscales", "Fiscaux" ou "La fiscalité" et "Le fisc".

Ces différents adjectifs et substantifs du langage courant désignent : ce qui est relatif aux impôts.

  • "La fiscalité" est un substantif féminin désignant : l'ensemble des règles, lois et mesures qui régissent les impôts dans un pays ; les pratiques utilisées par un État ou une collectivité pour percevoir des impôts et autres prélèvements obligatoires,
  • et "Le fisc" est un substantif masculin désignant : l'administration fiscale.

Ou plutôt : l'ensemble des administrations chargées de percevoir, de fixer et de répartir les impôts.

Contrairement à ce que l'on pense souvent, ce mot relève du langage courant et non du registre familier. Et il nous vient du latin "Fiscus" signifiant "Corbeille d'osier".

Sources : www.journaldunet.fr et www.larousse.fr

"Marmoréen" ou "Marmoréenne".

Ce très joli adjectif du registre soutenu qualifie :

  • au sens propre : ce qui a la nature ou l'apparence du marbre.

On parle par exemple d'un "calcaire marmoréen".

  • et au sens figuré : ce qui a l'aspect ou l'apparence (la blancheur, l'éclat, la dureté, la froideur) du marbre ou d'une statue de marbre.

On parle par exemple d'une "froideur marmoréenne" ou d'une "pâleur marmoréenne".

Sources : Le robert, wiktionary.org et www.larousse.fr