"Un prix plafond" et "Un prix plancher".

Ces deux locutions nominales masculines en forme d'idiotismes architecturaux relèvent du langage courant.

Et elles désignent respectivement :

  • "Un prix plafond" : le niveau de prix maximum pouvant être pratiqué sur un marché.
  • et "Un prix plancher" : le niveau de prix minimal en dessous duquel un vendeur ne peut baisser du fait de ses coûts, et en dessous duquel il préfère renoncer à la vente.

Sources : www.alternatives-economiques.fr et wiktionary.org

"Aurifère" et "Une aurifère".

  • "Aurifère" est un adjectif désignant : ce qui contient de l'or.

On parle ainsi de "filon aurifère", de "gisement aurifère", de "minerai aurifère", de "prospection aurifère", "rivière aurifère" ou de "sable aurifère".

  • et "Une aurifère" est un substantif féminin utilisé dans le domaine de la finance pour désigner un titre d'actionnaire de mines d'or.

On dit par exemple : "J'ai toute confiance dans mes aurifères".

Source : www.cnrtl.fr

"Cuprifère" et "Une cuprifère".

  • "Cuprifère" est un adjectif désignant : ce qui renferme du cuivre.

On parle ainsi d'un "filon cuprifère".

  • et "Une cuprifère" est un substantif féminin utilisé dans le domaine de la finance pour désigner un titre d'actionnaire de mines de cuivre.

On dit par exemple : ""Les cuprifères sont à la baisse".

Source : www.cnrtl.fr

"Stannifère" et "Une stannifère".

  • "Stannifère" est un adjectif désignant : ce qui contient de l'étain.

On parle ainsi d'"alluvion stannifère", de "filon stannifère", de "gisement stannifère", de "granit stannifère" ou de "région stannifère".

Mais également d'"alliage stannifère" ou d'"émail stannifère".

  • et "Une stannifère" est un substantif féminin utilisé dans le domaine de la finance pour désigner un titre d'actionnaire de mines d'étain.

On dit par exemple : "Les stannifères sont en forte hausse".

Source : www.cnrtl.fr

Pourquoi dire : "Un check-up" ou "Un check up" ?

Et pas, en français , selon le contexte :

  • un bilan de santé ; un examen de santé,

L'examen de santé

  • ou : un examen complet, un diagnostic financier, une vérification.

Un diagnostic financier ("Check-up"financier)

Sources : www.linternaute.fr et Le Robert

"Une affectation".

On l'ignore souvent, mais Ce substantif féminin polysémique nous vient du latin "Affectatio" ("Attribution").

Et il possède de très nombreuses significations :

  • Action de montrer une grande prédilection pour (une chose) (cf. affecter1A) :Action d'afficher une attitude peu naturelle et le cas échéant peu sincère; p. ext., attitude qui manque de naturel ou de sincérité.action d'affecter (un comportement) ; comédie, simulation,
    manque de sincérité et de naturel (dans le comportement, le style).

la destination, l'application de quelque chose à un usage déterminé ; son attribution, son imputation.

On dit par exemple : "Nous favoriserons l'affectation de crédits à des projets éducatifs".

  • dans le domaine militaire : l'action d'assigner un poste, la nomination à un poste ; ou ce poste lui-même.

On dit par exemple : "Je dois rejoindre mon affectation d'ici deux semaines".

L'affectation de défense, attribution d'un emploi, ou emploi donné, dans le service de défense.

L'affectation de mobilisation est l'attribution d'un emploi, ou l'emploi donné à un militaire d'active ou de réserve dans une unité mobilisée.

Et l'affectation spéciale est l'affectation donnée, dans la disponibilité et la réserve du service militaire, à certains personnels, en raison de leur situation civile et de leurs capacités professionnelles, pour faire partie des corps spéciaux ou de cadres d'assimilés spéciaux.

  • dans le domaine des mathématiques : l'action d'attribuer une grandeur à une variable.
  • dans le domaine juridique : l'acte ou le fait ayant pour conséquence d'incorporer un bien au domaine public.

L'affectation hypothécaire est un acte par lequel on hypothèque un ou plusieurs immeubles pour garantir une créance.

  • dans le domaine informatique : l'attribution, l'assignation d'une valeur à une variable,
  • dans le domaine de la sylviculture : la surface qui doit être régénérée pendant un temps déterminé appelé "période", dans une forêt traitée en futaie régulière.

Sources : www.larousse.fr et www.cnrtl.fr

"Un TPE" et "Une TPE".

  • "Un TPE" est un Terminal de Paiement Electronique, un appareil dont j'ai déjà retracé l'historique dans un précédent article.

Un TPE (Terminal de Paiement Electronique)

  • tandis qu'"une TPE" est une Très Petite Entreprise.

"Un sabot" de carte bancaire ou "Un fer à repasser".

Ces deux locutions nominales désignent un appareil utilisé par les commerçants pour l'encaissement des cartes bancaires, aujourd'hui disparu en France, qui constituait l'ancêtre du TPE (Terminal de paiement électronique).

L'apparition du fer à repasser

En 1967, en France, les cinq banques françaises créent la carte bleue, une carte en plastique pour lutter contre les Américains American Express et Diners qui essaient de s’implanter en France. Dans un premier temps pour retirer de l’espèce aux distributeurs de billets et ensuite pour régler ses achats chez les commerçants.

Les premières cartes bancaires sont en relief. Les informations en relief sont le nom, le prénom, l'adresse et le numéro de compte. Elles permettent l’identification du compte et la lecture des coordonnées bancaires pour le règlement chez les commerçants. Le terminal de paiement qui permet de "lire" ces informations est nommé le "fer à repasser" ou "sabot".

En déplaçant de gauche à droite puis de droite à gauche ledit "fer à repasser", le relief permet d’imprimer les coordonnées bancaires du client sur une facturette grâce à un papier carbone. La facturette est signée par le client et ensuite transmise à la banque pour une transaction à distance.

Un sabot de carte bancaire

Le tout premier TPE (Terminal de paiement électronique)

C’est en 1971, avec l’apparition de la carte de paiement dotée d'une piste magnétique, que les porteurs peuvent accéder au retrait en espèces 7jours/7 et 24h/24 grâce aux premiers DAB (Distributeurs Automatiques de Billets).

Elle donne également naissance au premier terminal de paiement "électronique" aux États-Unis d'Amérique. Il permet la lecture des données du porteur et sécurise la transaction en accédant au solde du compte afin d’accepter ou de refuser le paiement. Il est encore demandé une signature sur la facturette. Ce moyen de paiement se généralise en 1980.

Les débuts de la carte à puce

Roland Moreno dépose en 1974 le brevet de la carte à puce mémoire. Elle est utilisée au départ sur les cartes électroniques avant d’être utilisée sur les cartes bancaires en 1985. Elle sécurise le paiement, car elle communique directement avec la banque pour valider ou non la transaction.

En 1983 apparaissent les premiers TPE mixtes, permettant de lire la carte à bande magnétique et la carte à puce grâce à des fabricants comme Electronic CKD, Ingenico, Sagem et Dassault.

En 1992, la puce mémoire devient obligatoire sur toutes les cartes bancaires.

En France, l’évolution de la carte à puce permet une transition technologique entre le sabot et le terminal de paiement électronique, laissant peu de temps aux entreprises de s’équiper en terminal de paiement pour les cartes à pistes magnétiques.

Un TPE (Terminal de Paiement Electronique)

L'apparition du code confidentiel

C’est en 1990 que le TPE français avec clavier fait son apparition, permettant la saisie de votre code confidentiel. Depuis, les terminaux d’encaissement électronique ne cessent d’évoluer.

Tout d’abord avec le premier TPE Portable en 1997, suivi des paiements en ligne, TPE 3G, Bluetooth, du lecteur de carte mobile, du sans contact…

Un TPE (Terminal de Paiement Electronique) sans contact

Source : www.sextant-monetique.fr

"Un bas de laine".

Cette locution nominale masculine en forme d'idiotisme textile ou vestimentaire désigne :

  • au sens propre, dans le langage courant : une longue chaussette de laine, dans laquelle on avait coutume, autrefois de dissimuler ses petites économies, son épargne.

Un bas de laine

  • et au sens figuré, par métonymie, dans le registre familier : l'argent que l'on a économisé ; ses petites économies, sa petite épargne.

Un "bas de laine" au sens figuré

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré au mot "Éconocroques".

Pourquoi dire : "Les working poors" ou "Un working poor" ?

Et pas simplement, en français : "Les travailleurs pauvres" et "Un travailleur pauvre" !

C'est à dire des personnes ayant un emploi la majorité de l’année, mais qui demeurent dans la pauvreté, du fait de la faiblesse de leurs revenus (revenus d'activité plus prestations sociales).

Source : wikipedia.org

Pourquoi dire : "La middle class" ?

Et pas simplement, en français : "La classe moyenne" !

C'est à dire la classe sociale désignant les personnes que leur condition sociale situe "au-dessus" des classes pauvres (ou classe ouvrière) et "en dessous" des classes aisées (ou classe supérieure ou élite).

Source : wikipedia.org

"Un remède de cheval".

Cette locution nominale masculine en forme d'idiotisme animalier et d'idiotisme médical appartient au registre familier.

Et elle désigne, au sens figuré :

  • un traitement médicamenteux très puissant,

On dit par exemple : "Le médecin m'a prescrit un remède de cheval qui m'a permis de retourner travailler rapidement".

  • ou : des mesures draconniennes, très sévères.

On dit par exemple : "Le redressement de ce journal passe par l'application d'un remède de cheval".