On ne dit plus : "Une fille-mère".

Mais : "Une mère célibataire".

Extrêmement péjorative, cette locution nominale du langage courant désignait autrefois une femme ayant eu un enfant sans être mariée.

Les moins de 35 ans l'ignorent le plus souvent, puisqu'il s'agit là aujourd'hui d'un phénomène d'une telle banalité que plus personne ou presque ne se soucie de savoir si une femme - fut-elle ministre - donne bien naissance à son enfant dans le cadre d'un mariage en bonne et due forme.

En 2020, en effet, ce sont pas moins de... 62,1% des enfants français qui sont nés hors mariage.

Mais il faut bien avoir présent à l'esprit qu'il ne s'agit là que d'un phénomène relativement récent puisque cela ne concernait encore que... 11,4% des enfants en 1980.

Alors que l'on n'avait progressé que de 5,3 points en 20 ans (X 1,87 de 1960 à 1980), les 17 années suivantes ont suffi à gagner 28,6 points (X 3,5 de 1980 à 1997) !

L'évolution a donc été aussi phénoménale que foudroyante.

Et est naturellement en grande partie à l'origine de ce changement de nom, faisant de l'ancienne "fille-mère" une "Mère célibataire".

De nos jours, fort heureusement, pratiquement plus aucun enfant dans notre pays ne souffre d'être abandonné par sa mère pour être né hors mariage. Mais sachez, jeunes gens qui avez pris la peine de me lire jusqu'ici, que cela était malheureusement autrefois très fréquemment le cas. Je pense en particulier à ma chère maman, née en 1933 et confiée à l'Assistance Publique par une jeune femme qui l'avait eue hors mariage et reconnue à sa naissance, mais sans pouvoir l'élever en raison de l'hostilité de ses parents...

Enfants nés hors mariage en France :

1960 :   6,1%
1970 :     6,8%
1980 :    11,4%
1990 :    30,1%
1997 :    40,0%
2017 :   60,0%

 

 

"Le solipsisme".

Ce substantif masculin peu connu désigne :

  • une théorie philosophique dont le nom vient du latin "Solus" ("Seul") et "Ipse" ("Soi-même").

Le solipsisme considère qu'il n'y aurait pour le sujet pensant d'autre réalité que lui-même ; sa conscience propre étant l'unique réalité, les autres consciences et le monde extérieur n'étant que des représentations.

Et l'on peut donc parler d'égoïsme métaphysique.

  • par analogie : la démarche du philosophe qui pose la subjectivité comme fait primitif et qui pratique le scepticisme radical face à tout jugement sur la réalité objective.
  • et par extension : l'attitude d'une personne qui, dans son expression, sa création, sa vision du monde, privilégie la solitude de sa subjectivité.

Sources : Le Robert, www.cnrtl.fr

"Contre-intuitif" ou "Contre-intuitive".

Cet adjectif est essentiellemment employé dans les domaines techniques ou scientifiques.

Et il qualifie ce qui n’est pas intuitif ; ce qui va à l’encontre de l’intuition première, innée et automatique.

Avoir un jugement contre-intuitif nécessite de ne pas écouter ses sentiments mais de raisonner de façon intelligible et réfléchie.

Vous trouverez de nombreux exemples de phénomènes contre-intuitifs dans cet article : http://prof.math.free.fr/afficher.php?id=92

Sources : wiktionary.org, www.linternaute.fr et gdt.oqlf.gouv.qc.ca

"Incunable" et "Un incunable".

Cet adjectif et ce substantif s'applique et désigne, par convention, un livre imprimé en Europe avant le 1er janvier 1501.

On parle par exemple d'un "ouvrage incunable" ou d'une "collection d'incunables".

L'appellation est parfois improprement étendue aux "Post-incunables", livres d'aspect comparable mais imprimés ultérieurement, avant 1525-1530 voire, pour les pays nordiques, avant 1550, qualifiés de "Post-incunables".

Sources : wikipedia.org

Un "saprophyte" n'est pas un vil capitaliste !

Mais un micro-organisme végétal, fongique ou bactérien, vivant aux dépens de matières organiques inertes (non vivantes), dont il peut provoquer la décomposition ou la putréfaction en libérant des enzymes digestives.

Il n'est donc ni pathogène ni parasite.

Ce mot du registre soutenu est également un adjectif signifiant "relatif aux saprophytes".

Explication du calembour
Il résulte de l’homophonie entre le substantif masculin « saprophyte » et la locution « ça profite ».

"La polymathie" et "Un polymathe".

On ignore souvent, me semble-t-il la signification de ces deux substantifs du registre soutenu.

Peu fréquemment employés, ils désignent respectivement :

  • "La polymathie" : la connaissance approfondie d'un grand nombre de sujets différents, en particulier dans le domaine des arts et des sciences.

On dit par exemple : "Rares sont les scientifiques à avoir la polymathie de Descartes !".

  • et "Un polymathe" : une personne possédant beaucoup de connaissances dans de nombreux domaines  ; plus communément appelée "une personne d'esprit universel" ou - par ellipse - "un génie universel".

On dit par exemple : "N'étant pas polymathe, il est je pense tout à fait normal que je ne sois pas capable de lire la thèse de doctorat de mon neveu biologiste".

Source : wikipedia.org

"Une infestation acridienne".

Infestation acridienne, plus communément appelée "Invasion de criquets"

Cette locution nominale féminine étrange désigne généralement ce que l'on appelle plus communément : une invasion de criquets.

  • Le substantif féminin "Infestation" désigne en effet :
    • l'envahissement d’un organisme vivant par des parasites non microbiens, au contraire du terme "Infection", qui désigne l'envahissement d’un organisme vivant par des microbes.
    • et notamment, en agriculture, la contamination et l'envahissement par des parasites ou des adventices.

Infestation acridienne, plus communément appelée "Invasion de criquets"

Infestation acridienne, plus communément appelée "Invasion de criquets"

La Corne de l'Afrique (Somalie, Djibouti, Éthiopie et Érythrée), mais aussi le Kenya et l'Ouganda, ont connu, à partir de décembre 2019, une infestation acridienne comme elle n'en avait pas subi depuis des décennies, avec un essaim de 200 milliards de criquets mesurant 60 kilomètres par 40 (ce qui équivaut au Luxembourg), pouvant se déplacer de 100 à 150 km par jour ,et dévorant quotidiennement 400 000 tonnes de nourriture, correspondant à la consommation de 84 millions d'humains !

La corne de l'Aftrique

  • et l'adjectif "Acridien" (du grec ancien "akridis" qui signifiait "sauterelle") désigne :
    • ce qui ressemble ou est relatif à une sauterelle,
    • ou : ce qui est relatif aux "acrididés", c’est-à-dire aux criquets (autrefois confondus avec les sauterelles).
Un criquet
Un criquet

Source : wikipedia.org

 

 

"Adventice" et "Une adventice".

Ces jolis adjectif et substantifs féminins très peu connus sont issus du latin "adventicius", provenant lui-même du verbe "advenire" ("qui vient de l'extérieur") et signifient respectivement:

  • "Adventice" :
    • qui ne fait pas naturellement partie de quelque chose, qui survient incidemment, qui s'ajoute accessoirement.

On dit par exemple : "Je trouve cette histoire surchargée de remarques adventices".

    • ou : qui pousse spontanément dans une culture sans avoir été semé, et dont la présence est plus ou moins nocive à celle-ci (pour une plante).

On dit par exemple : "Le chiendent ou les orties sont des plantes adventices".

Des orties

  • et "Une adventice" : une plante poussant spontanément dans une culture sans avoir été semé, et dont la présence est plus ou moins nocive à celle-ci.

La nocivité des plantes adventices s'explique en effet par des effets de compétition avec la plante cultivée, vis-à-vis de l'eau, de la lumière et des éléments minéraux contenus dans le sol.

Adventice (renoncule rampante) dans un champs de céréales
Adventice (renoncule rampante) dans un champs de céréales

Ce qui explique que les jardiniers et les cultivateurs appellent communément ces "plantes adventices" ou "adventices" : "les mauvaises herbes" ou "les herbes folles".

Des adventices dans un semis de betteraves potagères
Adventices dans un semis de betteraves potagères

Sources : www.larousse et wikipedia.org

"Archétypal", Archétypale" et "Archétypaux" ou "Archétypique" et "Archétypiques".

Ces deux adjectifs du registre soutenu sonr rigoureusement synonymes et signifient : relatif(ve)(s) à un archétype, à un modèle idéal, une idée de base, un symbole universel.

Mais la forme "Archétypique" / "Archétypiques" est bien davantage usitée que la forme "Archétypal", Archétypale" et "Archétypaux".

On dit par exemple : "Nous sommes allés en vacances dans les Vosges, où nous avions loué un gîte archétypique du chalet de montagne".

Sources : www.cnrtl.fr, wiktionary.org et www.universalis.fr