"Ça fait parler".

Tel est le titre d'une émission de la chaîne de télévision française d'information en continu LCI, présentée par Julie Hammett et diffusée les samedi et dimanche soir, de 20 à 22 heures...

Mais comment peut-on oser concevoir pareil titre ?

Pourquoi pas "Quoi c'est qu'est-ce qu'on cause" tant qu'ils y sont !

Et ce n'est pas tout ! Car imaginez-vous que le site de la chaîne présente cette émission comme "Le rendez-vous de Julie Hammett : un talk de décryptage de l’actu de la semaine et des petites phrases politiques du week-end".

Je ne supporte plus cette façon de constamment dégrader le niveau de langue moyen utilisé dans les organes d'information français.

Et pour cela, je décerne à ces personnes mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Il n'y a pas de souci" ou "Pas de souci", pas plus que "Il n'y a pas de soucis" ou "Pas de soucis" !

Le problème n'est pas de savoir s'il faut ou non mettre un "s" final au mot "souci"... car un "souci" est une "préoccupation inquiétante", pas une "difficulté" ni un "problème".

On doit donc dire : "Aucun problème", "Pas d'objection", "Cela ne pose pas de difficulté" ou "Ne vous inquiétez pas".

On dit par exemple :

  • "Je vais avoir trente minutes de retard".

"Aucun problème".

  • "Je peux emprunter l'ordinateur de votre assistant quelques minutes ?".

"Pas d'objection".

  • "Je ne vais pas pouvoir te rembourser ce mois ci mais seulement le mois prochain".

"Cela ne pose pas de difficulté".

  • "Je crains de ne pas pouvoir venir vous rendre votre appareil avant deux semaines".

"Ne vous inquiétez pas".

Source : www.academie-francaise.fr

On ne dit pas : "Je vois c'est qui" !

Fanny Neguesha, après la chirurgie esthétique

Comme l'a répété à deux reprises, le 12 février 2020, la philosophe - pardon : la "chroniqueuse" ! - belge Fanny Neguesha, dans l'émission de Cyril Hanouna "Touche pas à mon poste" sur la chaîne télévisée française C8.

Mais,  à tout le moins, : "Je vois qui c'est" et, idéalement, "Je vois de qui il s'agit" !

Il est vrai que cette "animatrice" de télévision et ancienne mannequin n'ayant comme unique titre de gloire d'être devenue célèbre en étant la petite amie du joueur international de football italien Mario Balotelli (une WAG, donc  !), on ne saurait lui demander d'être capable d'aligner correctement cinq mots à la suite.

À en juger par les gros plans de la chaîne sur son décolleté, ce n'est du reste pas ce que le pitoyable pitre de C8 et ses dirigeants attendent principalement de cette nouvelle recrue fraîchement siliconée.

De manière assez stupéfiante, la plupart des journaux, magazines ou sites spécialisés consacrés à la télévision s'évertuent à qualifier Fanny Neguesha de "sublime"...

Il faut vraiment aimer le synthétique et ne pas avoir de lunettes, pour ne pas être effrayé par les ravages causés par la chirurgie esthétique sur cette superbe jeune femme - du moins avant ! - :

 

Fanny Neguesha, avant la chirurgie esthétiqueFanny Neguesha, après la chirurgie esthétique

On ne dit pas : "Ça va augurer de bonnes choses pour la suite" ni "Y a un gros niveau" !

Comme l'a fait la journaliste française Anne-Sophie Bernardi, le 19 décembre 2019, dans l'émission "L'Équipe d'Estelle" sur la chaîne télévisée française "L'Équipe".

Mais : "Cela AUGURE de bonnes choses pour la suite" et "Le niveau est élevé" !

On ne dit pas : "Nous avons fait beaucoup de méfaits" !

Le chanteur et musicien français Louis Bertignac

Comme l'a déclaré le chanteur et musicien français Louis Bertignac, le 04 février 2019, dans l'émission "Vintage Mecanic" de la chaîne télévisée française RMC Découverte.

Mais : "Nous avons COMMIS beaucoup de méfaits" !

Ne dites pas : "Une prestation" et encore moins "Une presta" pour évoquer le fait de se produire en public et de montrer ses talents !

Comme l'a fait l'animateur français Cyril Hanouna, le 5 décembre 2019, dans son émission vespérale "Touche pas à mon poste", sur la chaîne télévisée française C8, à l'instar de nombre de ses collègues animateurs ou journalistes.

Le mot "Prestation" ne désigne en effet en aucune façon le fait de se produire en public et de montrer ses talents :

  • que ce soit dans le domaine du spectacle, puisqu'il s'agit alors d'une "Exhibition",
  • ou dans le domaine des sports, puisqu'il s'agit alors d'une "Performance".

Mais, selon le contexte ou les circonstances, :

  • l'action de fournir ou d'accomplir,
  • ou le résultat de cette action, le service ainsi fourni.

Ne dites pas : "Préférer le pain au levain" !

Pain au levain

Comme l'a écrit Anissa Boumédiène (*), le 27 novembre 2019, dans le quotidien gratuit 20 Minutes.

Mais : "PRIVILÉGIEZ le pain au levain" !

  • L'utilisation de la troisième personne du pluriel me semble en effet préférable dès lors qu'il s'agit d'une recommandation.
  • Et l'emploi du verbe "Privilégier" plutôt que "Préférer", évite d'imaginer qu'il faille manger du "pain" plutôt que du "levain", mais bien du "pain au levain".

(*) : Veuve de l'ancien président algérien (1965-1978) Mohamed Boukharouba dit Houari Boumédiène (né le 23 août 1932 et mort le 27 décembre 1978).

Ou une simple homonyme ?

Pourquoi dire : "Un tout petit territoire qui n'est pas censé supporter autant de supporteurs... si je puis dire" !

Comme l'a déclaré la journaliste française Fabienne Sintes, le 7 octobre 2019, dans son émission radiophonique quotidienne  "Un jour dans le monde", consacrée au Qatar, pays organisateur de la future coupe du monde de football 2022, sur la chaîne radiophonique publique française France Inter.

Et pas : "Un tout petit territoire qui n'est pas censé ACCUEILLIR autant de supporteurs" !

Ne dites pas "Demander à ce que" et encore moins "Demander à c'que" !

Mais : "Demander que" !

Par exemple : "Je demande que ma fille soit dispensée de piscine".

Et non : "Je demande à ce que ma fille soit dispensée de piscine" !

Certes, il ne s'agit pas d'une véritable faute, mais ce tour est inutilement lourd. Et la forme "Demander à ce que" n'ajoute rien au sens de "Demander que".

www.academie-francaise.fr

"Limite de discrétion".

Limite de discrétion

Cette formule figure sur la ligne au sol, tracée à quelque distance des comptoirs SNCF de la gare Saint-Charles à Marseille (13).

Et elle est naturellement destinée à faire attendre les personnes à une distance suffisante du guichet pour ne pas entendre la conversation de la personne qui les précèdent.

À titre personnel, la formule "Zone de confidentialité" me semblerait bien davantage correspondre à l'objectif souhaité et, par conséquent, sensiblement plus appropriée.