On ne dit pas : "On essaie d'me faire porter bouc émissaire" !

Le collectionneur français Pierre-Jean Chalençon

Comme l'a pitoyablement déclaré, le 05 avril 2021, le collectionneur français Pierre-Jean Chalençon.

Mais : "On essaie dE me faire porter LE CHAPEAU" !

Ou : "On essaie dE me PRENDRE POUR bouc émissaire" !

Pour cet immonde charabia, je décerne à ce bouffon pathétique mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "L'arbitre de cette rencontre n'est rien d'autre que Clément Turpin" !

La journaliste sportive française Candice Rolland

Ainsi qu'a pu le déclarer la journaliste française Candice Rolland, le 13 avril 2021, dans l'émission vespérale de Messaoud Benterki "La Grande émission", sur la chaîne de télévision française L'Équipe.

Mais : "L'arbitre de cette rencontre N'EST AUTRE que Clément Turpin" !

On ne dit pas : "C'est le même sujet qui est posé à Strasbourg" !

L'homme politique français, LR, Gérard Larcher, président du Sénat

Comme l'a déclaré, le 11 avril 2021, le sénateur LR (Les Républicains), Gérard Larcher, dans l'émission d'Amélie Carrouër "En toute franchise", sur la chaîne de télévision française d'information en continu LCI.

Mais : "C'est le même PROBLÈME qui SE POSE à Strasbourg" !

Je n'en peux plus d'entendre, à longueur de journée, la plupart des personnalités politiques, journalistes, chroniqueurs et autres intervenants utiliser le mot "Sujet" en lieu et place du mot "Problème".

Parce que cet exemple-ci est particulièrement criant, parce que M. Larcher a répété cette erreur à plus de 6 reprises en moins de 15 minutes (si, si !), et parce que j'ai personnellement trouvé globalement lamentable la façon dont s'exprimait l'actuel président du Sénat une quinzaine de minutes durant - au point de l'épingler quatre fois dans ce blogue - je lui accorde sans hésiter mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

Je n'en peux plus d'entendre utiliser le mot "Sujet" en lieu et place du mot "Problème" !

C'est à longueur de journée, désormais, que j'entends nos hommes politiques, mais également les journalistes, chroniqueurs et autres intervenants passionnants de nos organes d'information prononcer des phrases telles que : "C'est un sujet", "Il y a un sujet" ou "Nous avons un sujet" !

Non ! Il ne s'agit aucunement de "Sujets", mais de "Problèmes" ! Ou de "Sujets d'INQUIÉTUDE" !

Ainsi de l'avocat français Carbon de Sèze, qui déclare, le 14 avril 2021, dans l'émission Midi News, sur la chaîne de télévision française d'information en continu CNews : "Là aussi, il y a un sujet" !

L'avocat français Me Carbon de Sèze

On ne dit pas : "Il a poursuivi son art (jusque dans les années x)" !

La commissaire-priseur française Delphine Fremeaux-Lejeune, experte dans l'émission "Affaire conclue", sur la chaîne de télévision publique française France 2

Comme l'a déclaré, le 11 mars 2021, la commissaire-priseur française Delphine Fremeaux-Lejeune , dans l'émission "Affaire conclue", présentée par Sophie Davant, sur la chaîne de télévision publique française France 2.

Mais : "Il EST DEMEURÉ EN ACTIVITÉ (jusque dans les années  x)" !

Parce qu'elle accumule les formules incorrectes de ce type lors de chacune de ses interventions dans cette émission, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Le bus des français" en parlant du véhicule transportant les joueurs du PSG !

La journaliste sportive française France Pierron

Comme l’a déclaré, le 06 avril 2021, la journaliste sportive française France Pierron, dans l’émission vespérale d’Olivier Ménard "L’Équipe du soir", sur la chaîne de télévision française L’Équipe.

Mais : "Le CAR des français"ou "L'AUTOCAR des français" !

À ma connaissance en effet, les joueurs de football, même appartenant à de modestes clubs, ne circulent pas dans des "bus" ou "autobus" !

À toutes fins utiles, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré aux différences entre "Autobus" (ou par aphérèse "Bus") et "Autocar" (ou par aphérèse "Car").

On ne dit pas : "Et ça ça vaut interrogation" !

La journaliste française Sonia Mabrouk, présentatrice de l'émission quotidienne "Midi News", sur la chaîne de télévision française d'information en continu CNews

Comme a pu le déclarer la journaliste française Sonia Mabrouk, le 17 mars 2021, dans son émission Midi News, sur la chaîne de télévision française d'information en continu CNews.

Mais : "Et cELa MÉRITE QUE L'ON S'INTERROGE" !

Parce qu'elle a accumulé ce jour là, en a peine vingt minutes, pas moins de sept tournures de phrases, sinon fautives, du moins - pour moi - indigne d'une professionnelle du verbe expérimentée comme elle peut l'être, je lui décerne donc mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

.

On ne dit pas : "C'est pas évident que tout le monde l'ait entendu de cette voix là" !

La journaliste politique française Alix Bouilhaguet"

Comme l'a lamentablement déclaré la journaliste politique française Alix Bouilhaguet, le 1er avril 2021, sur la chaîne de télévision française d'information franceinfo.

Mais : "IL N'est pas évident que tout le monde l'ait entendu de cette OREILLE" !

C'est à dire : s'attendent à celà.

Pour ces différentes déclarations du même tonneau, accumulées en quelques minutes à peine, je lui décerne sans hésitation mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "La marque s'est terminée en 1942".

La commissaire-priseur française Elsa Joly-Malhomme, experte dans l'émission "Affaire conclue", présentée par Sophie Davant, sur la chaîne de télévision publique française France 2

Comme la déclaré, le 1er avril 26 février 2021, la commissaire priseur française Elsa Joly-Delhomme, dans l'émission "Affaire conclue", présentée par Sophie Davant, sur la chaîne de télévision publique française France 2.

Mais : "La marque s'est ÉTEINTE en 1942".

On ne dit pas : "Malgré qu'il était douteux, j'ai vu qu'il est quand même tombé dans l'panneau" !

Le chanteur français Kendgi Girac

Comme l'a déclaré le chanteur français Kendji Girac, le 6 mars 2021,dans la saynète de l'émission "Surprise sur prise" consacrée au chanteur français Vianney, sur France 2.=

Mais : "BIEN qu'il AIT ÉTÉ DUBITATIF, j'ai vu qu'il est quand même tombé dans lE panneau" !