On ne dit pas : "On se disait ensemble" !

Les journalistes français Christophe Delay et Pascale de la Tour du Pin, présentateurs de l'émission de télévision matinale "Première édition" sur BFM Business

Comme l'a déclaré, le 15 septembre 2020, le journaliste français Christophe Delay, présentateur, avec Pascale de la Tour du Pin, de l'émission de télévision matinale "Première édition", de la chaîne de télévision française d'information en continu BFM Business.

Mais, à tout le moins : "On se disait" !

Car "On se disait ensemble" est un pléonasme.

Et même, idéalement : "NOUS NOUS DISIONS" !

On ne dit pas : "Moi, personnellement, j'ai trouvé que" !

L'ancien président du club de football français du Racing Club de Lens (62) Gervais Martel

Comme l'a déclaré, le 24 août 2020, l'ancien président du RC Lens, Gervais Martel, dans l'émission vespérale d'Olivier Ménard L'Équipe du soir, de la chaîne de télévision français L'Équipe.

Mais, bien plus simplement : "J'ai trouvé que" !

Pas spécialement pour cette déclaration, mais de façon générale, parce que j'ai rarement entendu une personne de cet âge (il est né en 1954) et avec ce niveau d'études (école de commerce) et de responsabilité (chef d'entreprise et président de club) s'exprimer aussi mal, Gervais Martel jouit du privilège d'être détenteur permanent de mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Les objectifs qu'on a parlé ensemble" !

William Aucant

Comme l'a déclaré l'architecte nantais William Aucant, membre de la Convention citoyenne climat, le 27 juillet 2020, sur la chaîne de télévision publique française Public Sénat.

Mais : "Les objectifs DONT on a parlé" !

Et même, idéalement : "Les objectifs DONT NOUS AVONS parlé" !

Même si l'on peut parler tout seul, "Parler ensemble" relève en effet, pour moi, dans un cas comme celui-ci, du pléonasme.

On ne dit pas : "Il va pas s'excuser à toute la France entière" ni "Vous qui faisez les médias" !

L'ancien conseiller sportif français Gilles Favard

Comme l'a déclaré le 20 juillet 2020, l'ancien conseiller sportif du FC Nantes, Gilles Favard, dans l'émission vespérale "L'Équipe du soir" de la chaîne de télévision française "L'Équipe".

Mais : "Il NE va pas s'excuser AUPRÈS de la France entière" !

Et : "Vous qui FAITES les médias" !

Ou plutôt : "Vous qui TRAVAILLEZ dans les ORGANES D'INFORMATION" !

Pour cet immonde charabia et parce qu'il ne sait pas parler correctement le français, assassinant systématiquement notre langue lors de la plupart de ses interventions, il mérite mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

 

On ne dit pas : "Vous m'dites si la douleur elle revient" ni "Mes collègues i' m'ont dit que" !

Comme j'ai entendu le faire le docteur Sébastien Franchina, un médecin du SAMU de Rouen (76), dans un reportage diffusé en juillet 2020 sur la chaîne de télévision publique française France 5.

Mais : "Vous mE dites si la douleur revient" et "Mes collègues m'ont dit que" !

Pourquoi donc répéter ainsi systématiquement le sujet de ses phrases de façon pléonastique ?

Cela ne simplifie en effet aucunement la compréhension de ce que l'on souhaite dire, demander ou expliquer !

Et me fait penser à ces - hélas très nombreux - parents qui, croyant bon de "parler bébé" à leurs jeunes enfants, ne font que doubler la masse d'informations à enregistrer par leurs bambins ; lesquels doivent à la fois apprendre les mots "lait" et "lolo" ou "biberon" et "bibou"...

On ne dit pas : "La météo va les y aider en cela" !

Comme je l'ai entendu dire, le 11 juillet 2020, par un journaliste de la chaîne de télévision française d'information en continu BFMTV.

Mais : "La météorologie va les Y aider" OU "La météorologie va les aider EN CELA" !

Mais en aucune façon les deux ("y" et "en cela") à la fois : cela fait deux compléments d'objet direct et constitue donc un épouvantable pléonasme.

On ne dit pas : "Moi j'pense la question elle est vite répondue" !

Comme l'a dit un jeune benêt analphabète franco-helvéto-péruvien (?) du nom de Jean-Pierre Fanguin, dans une séquence vidéo mise en ligne sur Twitter le 9 juin 2020 et partagée plus de deux millions de fois en deux jours.

Mais : "Je pense que la réponse est simple", "Je pense que la réponse est toute trouvée" ou "Je pense que l'on a vite fait de répondre à cette question" !

Ce jeune nigaud en costume cravate avec une coupe de champagne à la main, qui ânnone devant une Range Rover, le long d'une route suisse, propose aux "jeunes entrepreneurs" de gagner des montagnes d’argent grâce à lui.

En leur vendant des formations au "trading" de la société Melius et en devenant "ambassadeurs" d'une structure pyramidale.

Le texte de son intervention

“Salut à toi jeune entrepreneur ! Alors, si aujourd’hui je me permets de te contacter, c’est pour une raison très simple. Savais-tu que 95% de la population détenait 5% des richesses. Alors est-ce que tu veux en faire partie ? Il faut que tu te poses les bonnes questions.

Est-ce que tu préfères faire pitié et prendre le bus tous les jours, ou commencer très rapidement à faire de l’argent avec moi, grâce à ton téléphone, et pouvoir peut-être acquérir ce genre de véhicule haut de gamme ?

Moi j'pense la question elle est vite répondue !

Alors soit tu m'suis, soit tu vas d'mander d'l'argent d'poche à ta grand-mère pour aller au resto. Avec moi c'est com'ça qu'ça marche, OK ?".

Source : www.huffingtonpost.fr