"Une abréviation.

Une abréviation est le raccourcissement d'un mot ou d'un groupe de mots, représentés alors par un caractère ou un groupe de caractères issus de ce mot.

Par exemple :

  • "abr." ou "abrév." pour "abréviation",
  • "c.-à-d." pour "c'est à dire",
  • "M." pour "Monsieur",
  • "s.v.p." pour "s'il vous plaît",
  • ou "svt" pour "souvent",

Source : wikipedia.org

"Post-scriptum" ou "P.-S.".

Ce mot latin signifiant littéralement "écrit après" désigne un court message annexe ajouté à la fin d'une lettre, généralement après la signature.

Rédigé le plus souvent hâtivement, il témoigne d'un oubli, et doit donc être réservé à un cadre informel.

Toutefois, son usage peut aussi se faire en dehors de toute considération pratique.

Par exemple :

  • lorsque l'auteur désire ajouter un détail qui n'est pas directement relié au sujet du message principal, et qui pourrait rendre sa lecture moins fluide : le post-scriptum s'apparente alors à une note de bas de page,
  • ou encore, parce qu'il ressort visuellement par rapport au reste du courrier, pour mettre un point particulier en avant.

Source : wiktionary.org

"Cdt".

Cette abréviation signifie en français, selon le contexte, :

  • CorDialemenT.

On écrit par exemple : "Ci-joint le livre évoqué lors de notre entretien.

Cd.    JP Hubert"

  • ou CommanDanT.

On écrit par exemple : "245 avenue du Cdt Charcot".

"Cf." ou "Cfr".

Cette abréviation du latin "confer", impératif de la deuxième personne du singulier du verbe "conferre" ("réunir, comparer à") est couramment utilisée dans les textes français pour inviter le lecteur à se reporter à un autre document, à aller consulter un autre passage ou ouvrage.

On dit par exemple : "Cf. mon article précédent sur le même sujet".

Source : wiktionary.org et wikipedia.org

"Av. J.-C."

Cette abréviation écrite signifie "Avant Jésus-Christ".

  • Lorsqu'une date se situe avant la date présumée de la naissance de Jésus-Christ, on précise toujours "Av. J.-C."

On dit par exemple : "La bataille d'Alésia a eu lieu de juillet à septembre 52 Av. J.-C."

  • En revanche, lorsqu'une date se situe après la date présumée de la naissance de Jésus-Christ, on donne simplement l'année, ans qu'il soit besoin aucunement nécessaire de préciser "après Jésus-Christ".

On dit par exemple : "La bataille de Marignan a eu lieu les 13 et 14 septembre 1515, à Melegnano, à 16 km au Sud-Est de Milan (Lombardie) (Italie)".

Pourquoi écrire : "Est. 1627" ?

Comme le fait le whisky Haig Club sur ses affiches publicitaires placardées en mai 2019 sur nos murs ; "est" étant évidemment, pour qui du moins parle couramment l'anglais, ce qui n'est naturellement le cas - à ma connaissance - que d'une infime partie de la population française, une abréviation du mot anglais "Established".

Et pas : "Fondé en" !

On n'écrit pas : "Mr" ni Mr." pour "Monsieur" !

Mais : "M." !

Même si malheureusement une grande partie de la population française l'utilise, "Mr." est en effet l'abréviation anglaise du mot anglais "Mister". Et "Mr" n'existe pas !

Selon moi, l'une des causes de cette grossière erreur réside tout simplement dans l'existence d'au moins deux marques états-uniennes commercialisées en France depuis un peu plus de cinquante ans sous le nom de "Mr" quelque chose :

  • il s'agit tout d'abord de la marque "Mr. Propre", commercialisée en France sous ce nom depuis 1966, alors qu'il s'agit bien évidemment d'une traduction parfaitement impropre de son nom d'origine... "Mr Clean",
  • mais également de la marque "Mr. Freeze" ("M. Gelé" ou "M. Glacé"), commercialisée en France sous ce nom depuis 1973, alors qu'il s'agit là aussi d'une traduction erronée de son nom d'origine,
  • et pire encore : de l'enseigne française "Mr. Bricolage", créée en 1980 !

Et ces exemples sont, je crois, parfaitement révélateurs des incroyables dégâts provoqués par le terrible laxisme de nos dirigeants qui ont, depuis longtemps, renoncé à défendre notre langue et baissé les bras face à l'invasion de ces marques aux noms en anglais que je dénonce haut et fort dans ma collection d'articles intitulée "Pourquoi nous imposer des marques constituées de mots anglais ?".

 

 

Pourquoi écrire : "vs" ! Et dire : "Versus" ?

Et pas simplement : "c." et "Contre" !

Je ne supporte plus de lire et d'entendre ces mots anglais à longueur de journée !

"Le CC", "Le C.civ." ou "Le C. Civ.".

Code civil 2020

Ce sigle et ces deux abréviations désignent le "Code civil des français", appelé usuellement, par ellipse, "Code civil", ou encore "Code Napoléon" ou "Code napoléonien".

Il regroupe les lois relatives au droit civil français, c’est-à-dire l'ensemble des règles déterminant le statut :

  • des personnes (livre Ier),
  • celui des biens (livre II),
  • et celui des relations entre les personnes privées (livres III et IV).

Le Code civil des français constitue le statut des personnes de nationalité française, de leurs familles et de leurs relations (excepté pour les Français habitant en Nouvelle-Calédonie et Wallis-et-Futuna qui, en vertu de l'article 75 de la Constitution de 1958, n'ont pas opté pour le statut de droit commun et continuent donc de posséder le statut civil coutumier).

Ce texte a été beaucoup modifié depuis la IIIe République mais reste, aujourd'hui encore, le fondement du droit civil français et, plus largement, de tout le droit français. Le doyen Jean Carbonnier disait ainsi du Code civil qu'il est "la constitution civile des Français".

Il a inspiré le système juridique de nombreux pays, soit sous forme d'adoption directe, soit sous la forme d'une influence assez forte.

Source : wikipedia.org