Qu'est-ce qui différencie "Un gréement bermudien" d'"Un gréement non bermudien" ?

Il s'agit naturellement de termes de voile :

  • comme son nom l'indique, le gréement bermudien est un type de gréement de voilier, développé aux Bermudes au XVIIe siècle, dont la caractéristique la plus visible consiste en une grand-voile triangulaire comme unique voile d’arrière,

"Filer à l'anglaise".

Cette curieuse expression du registre familier signifie : fuir discrètement, filer en douce, se défiler.

On dit par exemple : "Les voleurs ont malheureusement filé à l'anglaise juste avant que la police n'arrive sur place".

Et ce que je trouve particulièrement savoureux c'est que nos amis britanniques disent de leur côté... : prendre congé à la française ("Take French leave") !

"Être saoul comme un polonais" ou "Être soûl comme un polonais"

Cette expression du registre familier signifie "être complètement ivre".

Elle est l'équivalent de l'expression du registre familier en forme d'idiotisme animalier "Être saoul comme un cochon" ou "Être soûl comme un cochon".

Voir également mon article sur "toutes les façons de dire avoir bu trop d'alcool".

"Le parapluie bulgare".

Également surnommée "La piqûre de parapluie", il s'agit d'une méthode inventée par les services secrets soviétiques pour faire pénétrer du poison dans le corps de la victime à l'aide d'un parapluie.

Cette méthode tient son nom de l'empoisonnement, le 7 septembre 1978, de l'écrivain et dissident bulgare Georgi Markov (décédé le 11 septembre 1978) par le Komitet za Darzhavna Sigurnost, les services secrets de la République populaire de Bulgarie, ainsi que de la tentative d'assassinat, le 26 août 1978, du journaliste bulgare réfugié en France Vladimir Kostov.

Le poison employé était de la ricine.

Voir également mon article sur toutes les façons de dire "Un parapluie".

Source : wikipedia.org

"En file indienne".

Quatre jeunes gens traversant un passage piétion en file indienne

Cette locution nominale signifie "L'un derrière l'autre, à la suite les uns des autres, parfaitement alignés".

Et elle peut s'appliquer indifféremment à des humains ou à des animaux en marche, lesquels se déplacent souvent ainsi.

Éléphants en file indienne

Cette expression ne fait nullement référence à l'Inde, mais aux amérindiens, ces indiens d'Amérique.

Elle est en effet née au cours du XIXe siècle, dans la litté­rature nord-américaine, comme par exemple dans les romans de l'écrivain états-unien Fenimore Cooper, ;au premier rang desquels le célèbrissime "Le dernier des Mohicans", paru en 1826.

Elle fait ­référence à une stratégie que les ­tribus indiennes avaient l’habitude d’utiliser lors des conflits. Les guerriers marchaient en effet l’un derrière l’autre, en utilisant les traces de leur prédécesseur, ce qui leur permettait de ne laisser qu’une seule paire d’empreintes.

Un procédé qui servait à tromper l’ennemi, qui était alors incapable d'estimer convenablement le nombre de combattants à affronter. A l’opposé, manquant de discipline, les ­soldats anglais ou américains se déplaçaint évidemment de manière beaucoup plus désordonnée et donc beaucoup plus facilement repérable.

L'expression "En file indienne" est à rapprocher de l'expression "À la queue-leu-leu", dont la signification est identique.

Source : www.cnews.fr

"Une clé à molette", "Une clé de serrage", "Une clé anglaise" et "Une clé à crémaillère".

Sauf à être une fervente bricoleuse (oui : je sais ! il arrive aussi que des hommes bricolent occasionnellement ; mais au moins, on ne pourra pas - pour une fois - m'accuser indûment de misogynie, en me reprochant de ne pas pratiquer l'écriture inclusive et de prendre des exemples souvent genrés !), sans doute ignorez vous, comme moi avant d'écrire cet article, la différence entre ces différents outils !

Or figurez-vous que c'est tout simple ; il suffit de le savoir :

De manière générale, en matière de bricolage, une clé est un outil à main, généralement en métal, servant à assembler, serrer et desserrer les vis, les boulons et les écrous.

Clé à molette

  • la "Clé à molette" ou "Clé de serrage" est un outil inventé en 1888 par le suédois Johan Petter Johansson, dont l'ouverture est adaptable à la tête de la vis ou de l'écrou. Elle comporte une mâchoire mobile commandée par une vis sans fin portant la molette de réglage de l'ouverture, et son déplacement se fait de bais

Avantage : cette clé remplace plusieurs clés plates dans les situations les plus courantes et peut donc s'avérer extrêmement pratique. D’autre part, l’ouverture de la clé se faisant à l’avant, cela facilite la prise des écrous/boulons dans des endroits exigus.

Inconvénient : le mécanisme de réglage est cependant encombrant, et la clé ne peut donc parfois pas servir lorsque l'espace autour de l'écrou ou de la tête de vis est vraiment restreint.

  • tandis que la "Clé anglaise" ou "Clé à crémaillère" est une clé dont la tête de serrage comporte... je vous le donne en mille : une crémaillère ! permettant de régler l’écartement des mors, des deux mâchoires mobiles.

Le déplacement de la machoire mobile se fait perpendiculairement au manche, ce qui est plus simple d’utilisation. En revanche, l’ouverture est sur le côté, ce qui peut être moins pratique dans certains cas.

Source : wikipedia.org et www.bricolage-facile.net

"Une allemande".

  • Il s'agit tout d'abord d'une personne de nationalité allemande,
  • mais également, par ellipse lexicale, d'une automobile de type berline, spécialité reconnue des constructeurs allemands,
  • une danse ancienne à quatre temps,
  • et enfin, dans le monde du théâtre, d'une répétition intégrale ou partielle des déplacements en mode rapide.

Les dialogues peuvent être tronqués, puisqu'il s'agit avant tout d'un exercice de mémorisation des déplacements et d’appropriation de l'espace scénique.

De ce fait, cette répétition est particulièrement nécessaire lorsque la troupe se déplace dans un nouveau théâtre.

"Les toilettes à la turque".

Toilette à la turque

Cette expression désigne un type de toilettes destinées à la défécation ou à la miction ne comportant pas de cuvette et dont l'utilisation se fait accroupi.

On les trouve notamment dans certains bâtiments publics. Elles consistent en un trou dans le sol, plus ou moins agencé d'une dalle en faïence ou autre matière, parfois rehaussée de marche-pieds selon les modèles. Ces toilettes, généralement assez rustiques, sont toutefois généralement équipées d'un système de chasse d'eau.

Je raconte dans un autre article comment ma petite soeur les a découvertes avec surprise sur une aire d'autoroute, en 1971.

"Un buffet canadien", "Un repas canadien", "Un souper canadien" ou "Un pique-nique canadien".

Il s'agit, pour nos amis suisses de ce type de repas consistant à manger ce que les différents convives ont amené, que nous appelons en France "Auberge espagnole", Repas-partage", "Repas partagé" ou "Repas tiré du sac".

Et que nos amis belges appellent simplement "Auberge espagnole".

"Une auberge espagnole".

Cette expression signifie :

  • au sens propre :
    • une auberge où l'on ne sert pas à manger, et où l'on ne mange que ce que l'on a apporté,
    • ou un repas consistant à manger ce que les différents convives ont amené, également appelé "Repas-partage", "Repas partagé", "Repas tiré du sac" ou "Buffet canadien".

Nos amis belges utilisent également la formule "Auberge espagnole".

Mais nos amis suisses parlent de "Buffet canadien", "Repas canadien", "Souper canadien" ou "Pique-nique canadien" !

  • et au sens figuré :
    • une idée à la mode, un peu creuse, à laquelle chacun donne le sens qu’il veut bien,
    • en politique, enfin, un groupe, parti ou liste électorale composite, dont les participants ou membres proviennent d'horizons divers et variés, voire initialement opposés.

On a ainsi beaucoup dit que LaREM était une auberge espagnole.

Source : wikipedia.org

"Un couteau suisse".

Cette locution nominale désigne :

  • au sens propre, un couteau de poche multifonction constitué d'un couteau à lame pliable dont le manche abrite, outre une ou plusieurs lames, de nombreux outils : ouvre-boîte, tournevis plat, poinçon, tire-bouchon, etc.

La lame du couteau et les outils étant pliables dans le manche, le couteau suisse conserve un format de poche tout en assurant de multiples fonctions.

Il est né d'une demande de l'armée suisse, qui commanda, en janvier 1891, quinze mille couteaux pliants pour ses soldats, devant servir entre autres à manger et à démonter leur fusil.

Temporairement fournis, en octobre 1891, par le fabricant allemand de couteaux Wester & Co. de Solingen ( Rhénanie-du-Nord-Westphalie), il sont depuis lors fabriqués par la compagnie Karl Elsener à Ibach (canton de Schwyz), devenue par la suite "Victorinox".

Mais aussi, par extension, :

  • tout outil multifonction correspondant à de multiples usages,

On dit par exemple : "Ce véhicule est un véritable couteau suisse sur roue".

  • voire tout ce qui possède de multiples qualités ou compétences.

On dit par exemple : "Le JRI est un véritable couteau suisse".

Ayant souvent été utilisée à toutes les sauces, cette expression me semble aujourd'hui quelque peu galvaudée.

Source : wikipedia.org