"Abutyrotomofilogène" et "Un abutyrotomofilogène".

J'adore cet adjectif et ce substantif masculin malheureusement très difficiles à retenir.

Il s'agit de mots savants composés et de néologismes signifiant littéralement "Qui n’a pas inventé le fil à couper le beurre"... et donc, concrètement : simplet, niais, idiot.

On dit par exemple : "Un préposé abutyrotomofilogène m'a réclamé trois fois ma pièce d'identité avant de me délivrer mon colis".

Ou : "Deux abutyrotomofilogènes en civil m'ont réclamé mes papiers".

Ce mot fait naturellement partie de mes façons préférées de dire "Un idiot".

"Perdurer" ne signifie pas "Continuer" ou "Se prolonger" !

  • Sauf pour nos amis de Belgique.

Qui disent par exemple : "J'espère que mon contrat va perdurer".

Ou : "La grève des cheminots perdure".

  • En France, ce verbe du registre soutenu, que j'aime à employer, signifie : durer toujours, se perpétuer.

On dit par exemple : "Avec la montée des eaux résultant du réchauffement climatique, l'érosion de nos falaises va malheureusement perdurer".

Ou : "Cette tradition perdure au XXIe siècle".

Source : wiktionary.org

"Fréquemment"

Ce joli adverbe du registre soutenu signifie :

  • de façon fréquente, souvent.

On dit par exemple : "J'appelle fréquemment ma mère au téléphone".

Ou : "Ma voisine est fréquemment en retard à son travail".

  • ou : couramment.

On dit par exemple : "À la campagne les enfants côtoient fréquemment beaucoup plus d'animaux que ne peuvent le faire les peits citadins".

Sources : Le Robert, www.larousse.fr et wiktionary.org

"Aimer à (+ verbe à l'infinitif)" et "Aimer de (+ verbe à l'infinif)".

Ces deux locutions verbales appartenant au registre soutenu et signifiant : prendre plaisir à.

  • J'aime beaucoup la formule "Aimer à (+ verbe à l'infinitif)", que j'utilise assez fréquemment.

On dit par exemple : "J'aime à regarder les classiques du cinéma états-unien en VOSTF".

Ou : "J'aime à penser que j'ai été et suis un bon père pour mes deux filles".

  • Je n'utilise jamais en revanche la formule "Aimer de (+ verbe à l'infinif)", en raison de son caractère un peu précieux, affecté.

On dit par exemple : "Ce que j'aimerais, c'est d'être célèbre".

Ou : "J'aimerais de me reposer davantage en fin de semaine".

Source : wiktionary.org

"Des heures durant" ou "Des jours durant".

J'aime beaucoup ces différentes locutions adverbiales relevant du registre soutenu et signifiant :

  • "Des années durant": pendant des années.

On dit par exemple : "J'ai été un grand collectionneur des années durant".

  • "Des heures durant" : pendant des heures.

On dit par exemple : "J'ai attendu ton appel des heures durant sans même parvenir à te joindre".

  • et "Des jours durant" : pendant des jours.

On dit par exemple : "Des jours durant, j'ai dû aller à mon bureau à bicyclette".

  • et "Des mois durant" : pendant des mois.

On dit par exemple : "Après mon opération j'ai souffert des mois durant".

  • et "Des semaines durant" : pendant des semaines.

On dit par exemple : "Cet hiver il a gelé des semaines durant".

"Bigre !" et "Bigrement" ou "Bougrement".

J'aime assez ces trois mots du registre familier et du registre désuet, que je continue personnellement d'utiliser :

  • "Bigre !" est une interjection dérivée du mot "Bougre" et constitue une exclamation exprimant la crainte, le dépit, l'étonnement ou l'admiration.

On dit par exemple : "Bigre ! Tu ne vas pas passer inaperçu avec ce costume !".

  • tandis que "Bigrement" est un adverbe dérivé du mot "Bougrement", ayant la même signification, c'est à dire : très, extrêmement ou rudement (registre familier).

On dit par exemple : "Mon chéri, ton rôti était bigrement bon !".

Ou : "J'ai trouvé ce documentaire bougrement intéressant".

Ces trois mots sont synonymes de "Fichtre !" et "Fichtrement" ou "Foutrement", qui relèvent - pour moi - des registres populaire et vulgaire.

Sources : wiktionary.org et Le Robert

"Trois francs six sous" ou "Trois fois rien".

J'aaile beaucoup ces deux expressions du registre familier et du registre désuet signifiant : une somme dérisoire, très peu d'argent, presque rien.

On dit par exemple : "J'adore cette friperie : j'y trouve souvent de chouettes fringues pour trois francs six sous".

Ou : "Ne t'inquiète pas pour ce vase brisé : il valait trois francs six sous".

Et : "J'ai eu ce blouson pour trois fois rien".

"Dépasser l'entendement".

J'aime beaucoup cette locution verbale du registre soutenu signifiant : être incompréhensible, difficile à imaginer, à concevoir ; parce que se situant au-delà des limites de la compréhension humaine.

"L'entendement" est en effet un substantif masculin du registre soutenu désignant : l'aptitude de quelqu'un à comprendre ; le bon sens, le raisonnement, le jugement.

Sources : www.larousse.fr et wiktionary.org

"Qui sème le vent récolte la tempête".

Comme de nombreuses autres, cette expression imagée du langage courant puise ses origines dans la Bible (Livre d'Osée, 8, 7) et fait allusion à la colère divine.

Elle signifie, au sens figuré : provoquer ou susciter un désordre ou des troubles en apparence mineurs peut se révéler très dangereux car ceux-ci peuvent prendre une ampleur insoupçonnée et avoir de graves conséquences.

À l'instar de la tempête, au départ constituée de vents pas forcément très violents, mais qui vont rapidement aller en s'accélérant.

Celui qui incite à la violence doit ainsi s’attendre à de fâcheuses conséquences.

Cette expression est a rapprocher d'une autre, à la signification assez proche : "Récolter ce que l'on a semé".

Sources : www.expressio.fr et www.expressions-francaises.fr

"Se croire le premier moutardier du Pape".

J'adore cette expression française très ancienne en forme d'idiotisme numérique, d'idiotisme alimentaire et d'idiotisme religieux.

Elle signifie dans le registre familier et au sens figuré : avoir une haute opinion de soi-même, se donner des airs d’importance, se prendre à tort pour une personne importante.

Autrement dit : être un sot vaniteux.

Ou, dans le registre vulgaire : "Péter plus haut que son cul".

Ainsi que l'attesta le lexicographe Émile Littré, dès la deuxième édition de son célèbre dictionnaire (1872-1877), "Il n’y a pas de moutardier parmi les officiers du pape" et ce titre ronflant n'est bien évidemment qu’une pure invention comique.

L'expression est décrite pour la première fois dans le Dictionnaire de Trévoux de 1771 et on la trouve chez plusieurs auteurs du XVIIIe siècle, ainsi que dans le célèbre conte d'Alphonse Daudet "La Mule du Pape" (1887).

Sources : www.expressions-francaises.fr et wiktionary.org

"La célérité".

J'adore ce charmant substantif du registre soutenu que j'utilise régulièrement et qui signifie :

  • rapidité, vitesse, promptitude d'exécution.

On dit par exemple : "Je vous remercie vivement pour votre célérité" lorsque l'on a été agréalement surpris par la rapidité avec laquelle une personne à répondu à l'une de nos demandes.

  • ou : la vitesse de propagation d'une onde, en physique.

Source : Le Robert

 

 

 

"Se plaire à".

Cette jolie locution verbale du langage courant signifie, selon le contexte :

  • prendre plaisir à faire quelque chose.

On dit par exemple : "Je me plais à offrir des cadeaux aux membres de ma famille ainsi qu'à mes amis".

  • aimer être quelque part.

On dit par exemple : "Je me plais à la campagne, mais mon épouse préfère la montagne".

  • ou : se développer particulièrement dans un lieu.

On dit par exemple : "Le roseau se plaît à proximité des étangs, des lacs ou des cours d'eau".

Source : www.larousse.fr