"Ken", "Elle ken", "Elles ken", "Il ken", "Ils ken", "Je ken", "On ken" ou "Tu ken".

  • "Ken" est un verbe appartenant au registre argotique.

Il s'agit du verlan du verbe "Niquer" signifiant :  posséder charnellement (registre soutenu), baiser (registre argotique).

"Niquer" (ni-ké) devenu ké-ni s'est transformé en kèn = "Ken".

  • "Elle ken", "Elles ken, "Il ken", "Ils ken", "Je ken", "On ken" et "Tu ken" signifient donc simplement : "Elle baise", "Elles baisent", "Il baise", "Ils baisent", "Je baise", "On baise" et "Tu baises".

On dit par exemple : "On n'a même pas ken hier soir".

Ou : "Lui ça m'étonnerait qu'il ken pas ce soir".

"Kiffer sa race".

Cette étrange locution verbale du registre argotique signifie, pour les jeunes :

  • aimer beaucoup, apprécier énormément, adorer,

On dit par exemple : "Tu aimes ce film, toi ?". "Oh oui : je kiffe ma race !"

  • ou : s'amuser, prendre du bon temps, du plaisir.

On dit par exemple : "Je kiffe ma race avec ce jeu vidéo".

Sources : www.languefrancaise.net et www.binge.audio

"Askip".

Ce mot étrange, apparu semble-t-il dans les années 2000, appartient au registre familier.

Et consitue tout simplement une abréviation phonétique de "À ce qu'i' paraît", apocope de l'expression "À  ce qu'il paraît".

Majoritairement utilisé par les adolescents et les jeunes adultes, il signifie donc : vraisemblablement, il semblerait.

On dit par exemple : "Askip ton vieux va quitter ta mère ?".

Ou : "Je voulais y aller demain, mais askip y va neiger".

Source : www.linternaute.fr

"Faire la misère à quelqu'un", "Mettre la misère à quelqu'un" ou "Se mettre la misère".

Ces étranges locutions verbales couramment utilisées par les jeunes générations appartiennent toutes trois au registre argotique.

Et elles signifient respectivement :

  • "Faire la misère à quelqu'un" : mal se comporter à son égard, lui faire du tort, l'importuner, l'humilier, le faire souffrir, lui nuire.

On dit par exemple : "I' vont lui faire la misère dès qu'i' vont le r'trouver".

  • "Mettre la misère à quelqu'un" :
    • le battre à plate couture.

On dit par exemple : "Le PSG va mettre la misère à l'Ohème, tu vas voir !".

    • démonter (registre argotique), rudoyer lors d’un rapport sexuel.

On dit par exemple : "I' va lui mettre la misère j'te dis : elle pourra même p'us s'asseoir".

  • et "Se mettre la misère" : se saouler, s'ennivrer.

On dit par exemple : "J'me suis mis la misère sam'di soir".

Sources : www.languefrancaise.net et wiktionary.org

Pourquoi dire : "Oh, my god !" ou "OMG" ?

Et pas simplement : "Oh, mon Dieu !" !

Cette interjection, qui relève du registre familier, traduit une émotion vive et soudaine, faisant suite à une information surprenante.

Tout comme "WTF", l'interjection anglaise "OMG" est désormais utilisée par nos jeunes générations dans leurs messages électroniques.

Comment un tel asservissement de masse a-t-il bien pu se produire... je me le demande encore !

Source : www.linternaute.fr

 

25 façons de dire "Une automobile", "Une vieille automobile" ou "Une automobile en très mauvais état".

Une automobile

  • Nous disposons ainsi d'au moins 14 façons de dire "Une automobile" :

"Une tuture" relève du langage enfantin.

"Une bagnole", "Une caisse", "Une chignole" et "Une tire" appartiennent au registre argotique.

Et "Un taxi" au registre familier, de même que l'apocope "Une auto". Et, pour nos amis québecois : "Un char".

"Une voiture" relève du langage courant.

Tandis que "Un véhicule automobile" appartient au registre soutenu.

Et que les locutions nominales "Un véhicule particulier" (VP) ou "Un véhicule de tourisme" relèvent du jargon administratif et du jargon mercatique.

"Une titine" (registre familier) désigne uniquement une petite voiture. Tandis que "Une gamos" (registre argotique) désigne - pour les jeunes - un véhicule haut de gamme).

Un véhicule automobile très ancien ou "Un tacot"

  • 2 façons de dire "Une vieille automobile" :

"Un tacot" appartient au registre familier.

Et "Une teuf-teuf" (gémination) relève du langage enfantin.

Une vieille bagnole

  • et 8 façons de dire "Une automobile en très mauvais état" :

"Une chiotte", "Une guimbarde" et "Un os" relèvent du registre argotique.

De même que "Un veau" (idiotisme animalier), qui s'applique aux véhicules jugés insuffisamment puissants ou rapides.

"Une poubelle", "Un tape-cul", "Un tas de boue" et "Un tas de ferraille" appartiennent au registre familier.

Et "Une épave" au langage courant.

Source : www.dictionnairedelazone.fr

"Une go" ou "Une gow".

Cet étrange substantif féminin utilisé par les jeunes est un mot originaire de la Côte d'Ivoire et du Cameroun (sous sa forme "Go" tout du moins, la forme" Gow" constituant une variante orthographique).

Synonyme de "Meuf", "Nana" ou "Gonzesse", il désigne :

  • une petite amie.

On dit par exemple : "J'ai fêté Noël chez mes darons avec ma go".

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire "Ma compagne" en français.

  • et par extension : une jeune fille.

On dit par exemple : "Bon, vous v'nez les go ; on va être à la bourre !".

Source : wiktionary.org