"Un calligramme".

Ce mot-valise (CALLIgraphie idéoGRAMME) désigne un poème dont la disposition graphique des vers forme un dessin, généralement en rapport avec le sujet du texte, mais pas forcément ; ce qui peut éventuellement permettre d'allier l'imagination visuelle à celle véhiculée par les mots.

C'est le poète français Guillaume Apollinaire qui est à l'origine du mot, dans un recueil du même nom ("Calligrammes") paru en 1918).

Étymologiquement, ce mot-valise signifie "Belles lettres", puisqu'il reprend l'adjectif grec "kallos" et le nom gramma signifiant "signe d'écriture, lettre". Il s'agissait donc pour Apollinaire d'"écrire en beauté".

Il aurait d'ailleurs déclaré à son ami Pablo Picasso, sous forme de plaisanterie, : "Anch'io son' pittore !" ("Moi aussi je suis peintre !").

Cette forme particulière de poésie est parfois nommée "poésie graphique" et elle remonterait à Simmias de Rhodes, un poète grec du IVe siècle av. J.-C.

Le superbe calligramme figurant en illustration est l'oeuvre de Thierry Murat. Et en voici les textes :

  • à gauche : "Sur la courbe de ton âme j’écris avec mes doigts des lignes imprécises",
  • au centre : "Mes mots te pénètrent à la verticale : caresse, butine, mange, picore, lèche, savoure",
  • et sur la droite : "Ma langue dessine des phrases insensées le long de tes rêves liquides".

Sources : wikipedia.org et thierrymurat.canalblog.com

"Le FLE" et "Les apprenants de FLE".

J'utilise assez régulièrement dans J'aime les mots ce sigle et cette locution nominale, qui désignent :

  • le Français Langue Étrangère, c'est à dire le français enseigné à des élèves non-francophones en France ou à l’étranger ; une discipline à part entière, pour laquelle il existe certaines méthodes spécifiques.
  • et les étrangers qui apprennent ce Français Langue Étrangère.

"Un palindrome".

Il s'agit d'une figure de style, également appelée "palindrome de lettres", désignant un texte ou un mot dont l'ordre des lettres reste le même qu'on le lise de gauche à droite ou de droite à gauche, comme :

  • dans des mots tels que "Elle", "Été", "Gag" ou "Sexes",
  • ou dans des phrases telles que "Ésope reste ici et se repose" ou "La mariée ira mal".

Il est communément admis que l'on ne tient pas compte des signes diacritiques (accents, trémas, cédilles) ni des espaces.

Cependant, rien n'interdit au palindromiste de choisir des règles plus strictes.

On peut distinguer les palindromes possédant un nombre pair de lettres, dans lesquels l'axe de symétrie passe entre deux exemplaires de la même lettre ("Élu par cet|te crapule"), des palindromes à nombre impair de lettres, dont une "lettre-pivot" occupe le centre ("Ésope reste ici et se repose").

Source : wikipedia.org

"Un ambigramme".

Ce mot peu connu désigne une figure graphique d'un mot ou d'un groupe de mots permettant une double lecture.

Un ambigramme peut ainsi se lire selon différents points de vue, en particulier par symétrie centrale (en faisant pivoter le visuel) ou par symétrie axiale (effet miroir).

La double lecture d'un ambigramme peut donner le même mot, ou un autre mot (ou groupe de mots).

L'existence d'ambigrammes est rendue possible notamment par la capacité humaine à reconnaître des caractères réalisés de manière imparfaite. La réalisation d'ambigrammes est souvent un thème d'exercices dans les écoles de graphisme et nécessite la maîtrise des illusions d'optique et des symétries. C'est également un exercice de calligraphie au même titre que le calligramme.

  • les ambigrammes pivotants ou ambigrammes par rotation de 180°, sont lisibles à l'envers, et donc symétriques par rapport au centre.

On continue de pouvoir les lire lorsqu'on les retourne et que le haut se retrouve en bas et le bas en haut ; le dessin retourné pouvant alors générer soit le même mot, soit un mot nouveau.

Ce sont les plus fréquents et ceux qu'on associe généralement au terme, bien que les ambigrammes ne se limitent pas exclusivement à cette catégorie.

L'exemple le plus connu d'ambigramme pivotant est, je pense, le célèbre logo "New Man".

Logo New Man, un ambigramme créé en 1969 par le français Raymond Loewy

  • tandis que les ambigrammes miroirs, ou ambigrammes par réflexion, sont lisibles par une symétrie axiale (verticale ou horizontale).

Quand l'axe de symétrie est vertical, le mot peut se lire à travers une vitre des deux côtés. Certains autocollants sont ainsi dessinés pour être décryptés recto ou verso.

Exemple d'ambigramme miroir, symétrique par rapport à un axe vertical  : "mon nom" (qui est également un palindrome !), écrit avec  une typographie de ce type, peut également se lire dans un miroir.

"Un mot-centaure".

Il s'agit d'un mot formé par la fusion d'au moins deux mots, l'un d'entre eux au moins y apparaissant tronqué par apocope ("Dircab" : "Directeur" et "cabinet"), aphérèse ("Avionique" : "Avion" et "électronique") ou les deux ("Alicament" : "Aliment" et "médicament").

On parle également d'"Amalgame lexical", de "Mot-gigogne", de "Mot porte-manteau", de "Mot-tiroir" ou de "Mot-valise".

"Un gentilé".

Il s'agit tout simplement d'un nom d'habitant.

Il peut désigner les habitants d’un lieu, qu’il s’agisse d’une localité ("Marseillais" pour un habitant de Marseille (13)), d’une région ("Breton" pour un habitant de la Bretagne), d’une province ("Aquitain" pour un habitant de l’Aquitaine), d’un État ("Californien" pour un habitant de la Californie), d’un pays ("Allemand" pour un habitant de l’Allemagne) ou d’un continent ("Africain" pour un habitant de l’Afrique).

Ma collection d'articles "Les gentilés" réunit l'ensemble de mes articles consacrés aux plus méconnus, cocasses ou originaux d'entre eux.

"Un mot-valise".

Il s'agit d'un mot formé par la fusion d'au moins deux mots, l'un d'entre eux au moins y apparaissant tronqué par apocope ("Dircab" : "Directeur" et "cabinet"), aphérèse ("Avionique" : "Avion" et "électronique") ou les deux ("Alicament" : "Aliment" et "médicament").

On parle également d'"Amalgame lexical", de "Mot-centaure", de "Mot-gigogne", de "Mot porte-manteau" ou de "Mot-tiroir".

"L'étymologie".

Il s'agit tout à la fois :

  • de la science ayant pour objet l'origine des mots et la reconstitution de leur évolution, à partir de l'état le plus anciennement attesté,
  • mais également de l'origine et de la filiation d'un mot, expliquant sa constitution.

Par exemple : C'est l'étymologie latine ("Infans", adjectif désignant ce qui est propre à l'enfance) du mot "enfant" qui explique pourquoi l'on parle d'"Infanticide", d'"Infantiliser" quelqu'un, d'"Infantilisme" ou de maladie "Infantile".

Et non d'"Enfanticide", d'"Enfantiliser" quelqu'un, d'"Enfantilisme" ou de maladie "Enfantile".