"Subodorer".

J'aime bien ce verbe qui signifie :

  • au sens propre : reconnaître une odeur ; sentir de loin, flairer.

On dit par exemple : "Méfiez-vous sur le chemin du retour, car dès qu'ils subodorent l'écurie, les chevaux ont tendance à accélérer".

  • et au sens figuré : pressentir, sentir intuitivement quelque chose de caché, latent ; deviner, se douter de, soupçonner.

On dit par exemple : "Je subodore que ma fille va me ramener un bulletin trimestriel désastreux".

Ou : "À force de lui raconter que je suis toutes les semaines en séminaires, mon épouse subodore que je la trompe".

Sources : wwww.cnrtl.fr, wiktionary.org et le Robert

"Un Bec-fin" ou "Une fine-gueule".

Ces deux curieux substantifs en forme d'idiotismes animaliers désignent, au sens figuré, dans le registre familier : un gourmet.

C'est à dire :

  • un connaisseur en vin ; celui qui sait goûter et apprécier les vins,

Un "gourmet" est, au sens propre, un connaisseur en vin ; celui qui sait goûter et apprécier les vins

  • et par extension : celui qui apprécie la qualité, le raffinement d'une table, d'un mets particulier.

Source : www.cnrtl.fr

"Avoir les crocs".

Cette locution verbale du registre argotique signifie, au sens figuré : être affamé après avoir été longtemps sans manger.

On dit par exemple : "Le lundi soir, quand je rentre chez moi à 23 heures, après mon entraînement de foot, sans avoir bouffé depuis le déjeuner , j'ai vraiment les crocs !".

Et on utilise également, dans le même sens, la locution verbale en forme d'idiotisme corporel "Avoir les dents longues", qui appartient au langage courant.

"Caresser dans le sens du poil".

Cette locution verbale du registre familier en forme d'idiotisme animalier signifie : flatter une personne, en dire du bien, lui faire plaisir, ne pas la contrarier. Le tout, naturellement, dans le but d’obtenir sa confiance.

On dit par exemple : "Comme toujours avant les élections, le gouvernement va caresser dans le sens du poil ses soutiens habituels".

Sources : wiktionary.org et www.languefrancaise.net

"Un estomac sur pattes" ou "Un ventre sur pattes".

Ces deux amusantes locutions nominales du langage courant en forme d'idiotismes corporels désignent - au sens figuré - : un animal ou une personne ayant tout le temps faim, qui mange beaucoup, qui a un très gros appétit, voire incapable de contrôler son alimentation.

Sources : www.dictionaire.reverso.net et wiktionary.org

"Avoir un fil à la patte".

Cette expression imagée du registre argotique fait référence au fil que l'on attache à la patte d'un oiseau, d'un insecte ou d'un autre animal pour l'empêcher de s'envoler ou de s'échapper.

Et elle signifie par conséquent - au sens figuré - avoir des obligations, ne pas pouvoir agir librement, ne pas être libre de ses mouvements ou se sentir prisonnier d'une situation.

On utilise principalement cette expression pour évoquer le fait d'être tenu par un engagement - généralement sentimental - dont on souhaiterait se libérer.

Comme c'est notamment le cas, bien sûr, dans la célèbre pièce de théâtre française "Un fil à la patte", créée en 1895 par Georges Feydeau et adaptée quatre fois au cinéma :

  • en 1924 par Robert Saidreau,
  • en 1933, par Karl Anton,

Affiche du film français "Un fil à la patte" de Karl Anton (1933)

  • en 1955, par Guy Lefranc,

Affiche du film français "Un fil à la patte" de Guy Lefranc (1955)

  • et en 2005, par Michel Deville, dont ce fut le dernier film.

Affiche du film français "Un fil à la patte" de Michel Deville (2005)

Sources : wiktionary.org, www.linternaute.fr et www.expressions-francaises.fr

"Faire le gros dos" ou "Faire le dos rond".

Ces deux expressions du langage courant signifient :

  • au sens propre : pour un chat, selon les circonstances :
    •  hérisser le poil et arrondir son dos en voûtant l'échine, face à un danger, afin de paraître plus grand, plus imposant.

Chat faisant "le gros dos"

    • ou voûter l'échine pour s'étirer ou manifester sa satisfaction au moment des caresses.
  • et au sens figuré, pour un humain, :
    • céder, se résigner à ce qui arrive de fâcheux, dans l'attente ou l'espoir d’une amélioration.
    • ou sembler ignorer une situation, se prêter à ce que l'on vous dit ou à ce qui vous arrive, afin de mieux vous protéger.

On dit par exemple : "Lorsque j'ai été l'objet de toutes ces critiques, j'ai fait le gros dos. Il sera toujours temps de réagir vigoureusement d'ici quelque temps".

L'expression "Laisser passer l'orage" a une signification relativement proche.

Source : www.linternaute.fr et wiktionary.org

"N'avoir plus un poil de sec" ou "Ne plus avoir un poil de sec" et "N'avoir plus un poil sur le caillou" ou "Ne plus avoir un poil sur le caillou".

Ces deux expressions nous assimilant indirectement à un animal relèvent du registre familier.

Et elles signifient respectivement, au sens figuré :

  • "N'avoir plus un poil de sec" ou "Ne plus avoir un poil de sec" :
    • être trempé, par la pluie ou par la sueur,

On dit par exemple : "Après avoir marché sous l'orage une heure durant, nous n'avions plus un poil de sec".

Et, sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire : "Transpirer" ou "Transpirer énormément" en français.

    • ou : avoir très peur,

On dit par exemple : "Je n'avais plus un poil de sec, à l'idée que l'on découvre ma cachette".

  • et "N'avoir plus un poil sur le caillou" ou "Ne plus avoir un poil sur le caillou" : être entièrement chauve, ne plus avoir un seul cheveu.

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire "Être chauve" en français.