"Un virage en épingle à cheveux" ou "Un virage en lacet" et "Un tournant en épingle à cheveux" ou "Un tournant en lacet".

Ces différentes locutions nominales extrêmement imagées du langage courant désignent respectivement :

Virages en lacet sur une route chinoise
Virages en lacet sur une route chinoise
Bottine à lacet
Bottine à lacet
  • "Un virage en lacet" ou "Un tournant en lacet" est un virage ou un tournant dans lequel la voie pivote et revient dans une direction sensiblement opposée à sa direction initiale, mais généralement à une altitude un peu différente, plus élevée en voie montante, plus basse en voie descendante.

Ils sont aménagés sur les reliefs, le plus souvent successivement, la sortie de l'un étant l'entrée d'un autre et alternativement dans la direction opposée, afin que que l'ascension ou la descente puisse s'effectuer selon une pente nettement plus faible.

Virages en épingles à cheveux
Virages en épingles à cheveux
Épingles à cheveux
Épingles à cheveux
  • "Un virage en épingle à cheveux" ou "Un tournant en épingle à cheveux" désigne un  virage ou un tournant dont l'angle est très grand et le rayon de courbure faible ; une courbe aigüe, repliée sur elle-même.

La sinuosité de ces routes est souvent particulièrement éprouvante pour les véhicules et leurs conducteurs, notamment pour les véhicules longs comme les autocars ou les camions, pour lesquelles elle est même souvent impossible.

Les dépassements y sont souvent difficiles, quel que soit le sens de circulation.

Virage en épingle à cheveux
Virage en épingle à cheveux

Sources : wiktionary.org et wikipedia.org

"Loin des yeux, loin du coeur".

Cette expression proverbiale en forme d'idiotisme corporel s'utilise pour rappeler que l’éloignement de deux personnes ou l'absence de l'une d'elles distend le lien affectif et affaiblit l’affection qu’elles se portent mutuellement.

On dit par exemple : "Je sais bien qu'elle m'a promis de m'écrire, mais loin des yeux, loin du coeur...".

On ignore souvent qu'il s'agit d'une citation du pète latin Properce, extraite de l'élégie 21 de son Livre III (vers 23 av. J.-C.).

Sources : www.mon-poeme.fr, wiktionary.org et www.linternaute.fr

"Un coeur à prendre" et "Prendre à coeur", "Avoir à coeur" et "Tenir à coeur".

Ces deux locutions du langage courant en forme d'idiotismes corporels signifient respectivement :

  • "Un coeur à prendre" : une personne libre de toute liaison amoureuse.

On dit par exemple : "À 31 ans passés, la princesse est toujours un coeur à prendre".

  • et "Prendre à coeur", "Avoir à coeur" et "Tenir à coeur" : s'affecter de quelque chose, y attacher une grande importance, y être très sensible.

On dit par exemple :

    • "Je prend à coeur de citer mes sources",
    • "J'ai à coeur de répondre le plus rapidement possible aux lecteurs J'aime les mots qui commentent mes articles",
    • et : "Ne pas utiliser d'anglicismes me tient particulièrement à coeur".

Sources : www.cnrtl.fr, wiktionary.org et www.linternaute.fr

"Être dans le cirage" ou "Avoir la tête dans le cirage".

Ces deux expressions du registre familier signifient, selon le contexte, :

  • "Être dans un état de somnolence, mal réveillé, somnoler",
  • ou "Être à demi-inconscient, hébété".

Le plus souvent, à cause d'un abus d'alcool, d'un manque de sommeil ou d'un réveil très matinal.

Tout comme pour les expressions "Être dans le coaltar" ou "Avoir la tête dans le coaltar", dont la signification est exactement la même, l'origine des expressions "Être dans le cirage" ou "Avoir la tête dans le cirage" remonte à l'époque où l'on utilisait le coaltar ou le cirage dans des ateliers mal ventilés, et où leurs émanations tournaient donc la tête des ouvriers, les rendant à moitié conscients.

Sources : wiktionary.org, www.expressio.fr et www.expressions-francaises.fr

"Un nez".

Ce substantif du langage courant désigne :

Un nez

  • au sens propre : la partie proéminente du visage, située au-dessus de nos lèvres, entre la bouche et le front, impliquée notamment dans la respiration et l'olfaction.

L’intérieur du nez est une cavité creuse (la "fosse nasale"), divisée en deux "narines" par une fine lame de cartilage et d’os appelée "cloison nasale".

Olivier Polge, créateur-parfumeur chez Chanel
Olivier Polge, créateur-parfumeur chez Chanel
  • et par extension : la personne qui prépare et teste les mélanges d'essences pour composer et créer un parfum.

À mi-chemin entre l'artiste et le chimiste, le "nez" est un maillon essentiel de la création d'un parfum et un personnage clé de l'industrie du parfum.

Ils ne sont qu'une centaine dans le monde.

Et il ne faut pas moins de trois années d'études et sept années ans de stage, soit dix années de formation, pour devenir "nez".

En début de carrière un "nez" est capable de discerner 350 odeurs différentes et, en fin de carrière, plus de 3.000.

Voir également mon article consacré à toutes les façons de dire "Un nez".

Sources : www.msdmanuals.com, www.cosmopolitan.fr et www.passeportsante.net

"Avoir la larme à l'oeil" ou "Mettre la larme à l'oeil".

Ces expressions du langage courant en forme d'idiotismes corporels signifient respectivement :

  • "Avoir la larme à l'oeil" : être heureux, ému.

On dit par exemple : "J'ai eu la larme à l'oeil lorsque j'ai appris la mort de Lino Ventura".

  • et "Mettre la larme à l'oeil" : émouvoir, rendre triste.

On dit par exemple : "La fin du film, lorsque la fillette meurt à l'instant précis où sa maman la retrouve après quatre ans de recherches, m'a mis la larme à l'oeil".

"Avoir l'oeil sur quelqu'un", "Avoir quelqu'un à l'oeil", "Tenir à l'oeil quelqu'un", "Tenir quelqu'un à l'oeil", "Avoir l'oeil sur quelque chose", "Avoir quelque chose à l'oeil", "Obtenir à l'oeil quelque chose" ou "Obtenir quelque chose à l'oeil".

Ces différentes expressions du registre familier en forme d'idiotismes corporels signifient respectivement :

  • "Avoir l'oeil sur quelqu'un", "Avoir quelqu'un à l'oeil", "Tenir à l'oeil quelqu'un" ou "Tenir quelqu'un à l'oeil" : le surveiller étroitement.

On dit par exemple : "Ne t'inquiète pas pour ton fils : je l'ai à l'oeil".

  • "Avoir l'oeil sur quelque chose", "Obtenir à l'oeil quelque chose" ou "Obtenir quelque chose à l'oeil": obtenir gratuitement quelque chose, pour rien, sans avoir à payer.

On dit par exemple : "J'ai longtemps eu mon pastis à l'oeil grâce à un copain qui travaillait au port de Marseille".

  • et "Avoir quelque chose à l'oeil" :
    • au sens propre : avoir par exemple une tache ou une poussière dans l'oeil.

On dit par exemple : "Ma fille a quelque chose à l'oeil, il me semble".

    • au sens figuré : obtenir gratuitement quelque chose, pour rien, sans avoir à payer.

On dit par exemple :"J'ai pu avoir des places à l'oeil cette année".

"Être dans le coaltar" ou "Avoir la tête dans le coaltar".

Ces deux expressions du registre familier signifient, selon le contexte, :

  • "Être dans un état de somnolence, mal réveillé, somnoler",
  • ou "Être à demi-inconscient, hébété".

Le plus souvent, à cause d'un abus d'alcool, d'un manque de sommeil ou d'un réveil très matinal.

Comme l'indique son orthographe, le mot "Coaltar" est un mot anglais désignant le goudron obtenu par la distillation de la houille ("coal" signifie "charbon" et "tar" "goudron"), contrairement au bitume, issu du pétrole.

Tout comme pour les expressions "Être dans le cirage" ou "Avoir la tête dans le cirage", dont la signification est exactement la même, l'origine des expressions "Être dans le coaltar" et "Avoir la tête dans le coaltar" remonte à l'époque où l'on utilisait le cirage ou le coaltar dans des ateliers mal ventilés, et où leurs émanations tournaient donc la tête des ouvriers, les rendant à moitié conscients.

Sources : wiktionary.org, www.expressio.fr et www.expressions-francaises.fr

"Serrer la cuillère", "Serrer la cuiller", "Serrer la louche" ou "Serrer la pogne".

Ces différentes formules du registre argotique signifient toutes "Serrer la main".

Le mot "Cuiller/cuillère" pouvant s'écrire de deux façons différentes, il peut arriver que l'on rencontre la graphie "Serrer la cuiller", mais cela demeure - à ma connaissance - relativement rare.

 

"Les grandes oreilles".

Antenne radar géante

Cette locution nominale du registre familier désigne :

  • un service gouvernemental d’écoutes téléphoniques ou, plus généralement, d’espionnage des communications,
  • ainsi que, par extension, les grandes antennes paraboliques utilisées pour intercepter ces conversations.

Source : wiktionary.org

"Donner la main à quelqu'un".

Cette locution verbale du langage courant signifie, pour les Marseillais - mais également pour les Bretons - "Aider quelqu'un".

On dit par exemple : "Heureusement que mon beau-frère était là dimanche : il m'a donné la main pour descendre le buffet de ma mère à la cave".

"Chercher des crosses", "Chercher des noises", "Chercher noise", "Chercher chicane", "Chercher des poux" ou "Chercher des poux dans la tête".

Ces six expressions signifient toutes "Chercher les ennuis, chercher querelle ; provoquer les problèmes. Le plus souvent pour des motifs futiles".

  • "Chercher des crosses" relève du registre familier,
  • "Chercher des noises" ou "Chercher noise" appartiennent au langage courant,
  • "Chercher chicane" relève du langage courant,
  • et les formules "Chercher des poux" ou "Chercher des poux dans la tête", utilisées au sens figuré, relèvent du registre familier et constituent des idiotismes animaliers et un idiotisme corporel pour le second.

Sources : wiktionary.org et www.larousse.org

"Avoir un pet de travers", "Avoir toujours un pet de travers".

J'aime beaucoup cette expression du registre familier en forme d'idiotisme corporel, qui signifie, selon le contexte ;

  • "Être légèrement indisposé, incommodé, se plaindre de malaises, de fatigue",

On dit par exemple : "Notre vie de couple est assez peu mouvementée car mon petit copain a toujours un pet de travers...".

  • ou : "Être fâché, contrarié, tracassé, de mauvaise humeur, mal disposé, grincheux mécontent".

On dit par exemple : "Mon chef de service m'exaspère : il a toujours un pet de travers".

Sources : wiktionary.org, www.languefrancaise.net, dictionnaire.reverso.net et www.expressions-francaises.fr