"SEAT".

Logotype de société SEAT, depuis 2017

Tout le monde connaît le nom de ce constructeur automobile espagnol.

Mais on ignore souvent la signification de cet acronyme en forme de rétroacronyme (*) : "Sociedad Espanola de Automoviles de Turismo" c'est à dire "Société espagnole d'automobiles de tourisme".

SEAT a été créé le 9 mai 1950, par la volonté du gouvernement espagnol, avec l'aide du constructeur italien FIAT, qui détenait 7 %.

Il fut d'abord géré par l'INI (IInstituto Nacional de Industria) (propriétaire de 51 % du capital), et fut maintenu jusqu'en 1982 sous le contrôle de Fiat. Avant de devenir, depuis 1986 une filiale du groupe allemand Volkswagen.

Implantée à Castorell (Catalogne) (Espagne), la société comptait 14 663 employés en 2019 et a réalisé un chiffre d'affaires de 10,20 milliards d'euros en 2018.

Logotypes successifs de la société SEAT, depuis 1953
Logotypes successifs de la société SEAT, depuis 1953

(*) :"Seat" signifie "siège" en anglais.

Source : wikipedia.org

On ne dit pas : "Pour un salaire payé au SMIC" !

Logotype de l'émission "Secrets de conso", présentée, depuis le 17 mars 2021, par l'entrepreneuse et animatrice française Hapsatou Sy, sur la chaîne de télévision française RMC Story

Comme j'ai pu l'entendre dire dans le commentaire du documentaire "Les dessous de la planète Leclerc", diffusé le 15 mai 2021, dans l'émission "Secrets de conso", présentée par l'entrepreneuse et animatrice française Hapsatou Sy, sur la chaîne de télévision française RMC Story.

Mais : "Pour le SMIC", "Pour un SMIC", "Pour un salaire ÉQUIVALENT AU SMIC" ou "Pour un salaire NE DÉPASSANT PAS LE SMIC" !

... puisque l'acronyme SMIC signifie : Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance.

Et que celui-ci désigne la rémunération minimum légale en France métropolitaine, fixée par le gouvernement à compter du 1er avril 1970.

Doit-on dire "La VAR" ou "Le VAR" ?

Logotype de la VAR (Video assistant referee) : Arbitre assistant vidéo ou Assistance Vvidéo à l’arbitrage

"VAR" est un acronyme anglais signifiant " Video assistant referee" et apparu pour la première fois, le 28 mars 2017, au Stade de France, à Saint Denis (93), dans le cadre de la rencontre amicale France -Espagne.

Si l’on s’en tient à la logique « étymologique », on devrait adopter le masculin "Le VAR", puisque le "Video assistant referee" ("Arbitre assistant vidéo") désigne l’arbitre officiant devant les écrans.

Maisconcrètement il ne s'agit pas simplement d'un homme seul devant son écran mais d'une assistance vidéo à l’arbitrage, rendant des décisions collégiales.

La VAR room de la FIFA durant la Coupe du Monde 2018 en Russie
La VAR room de la FIFA durant la Coupe du Monde 2018 en Russie

Car s’il y a bien un chef en régie (le VAR (Video assistant referee) ou arbitre assistant vidéo) il a lui-même au moins un adjoint, appelé AVAR (Assistant Video Assistant Referee), et un technicien vidéo, appelé RO (Replay Operator). Et même trois adjoints lors de  la Coupe du Monde 2018, ou deux lors de la Coupe du Monde féminine 2019.

La VAR room de la FIFA durant la Coupe du Monde 2018 en Russie
La VAR room de la FIFA durant la Coupe du Monde 2018 en Russie

Dès lors, on peut légitimement contester l'utilisation du masculin "Le VAR" parce qu'étant trop réducteur, en individualisant à l’excès le rôle du seul "Video assistant referee" (arbitre assistant vidéo).

Et dire "la VAR", comme cela est majoritairement le cas aujourd’hui, parmi les commentateurs et journalistes sportifs français.

Une solution pragmatique consisterait à convenir que "Le VAR" désigne l’arbitre vidéo, et "La VAR", l’arbitrage vidéo.

Une distinction qui présente l’avantage de ne pas reprocher à l’individu les travers de l’outil. Et l'on pourrait ainsi déclarer, à l'instar de Michel Platini, sur la Rai, que "la VAR, c’est une belle m...e", mais que "le VAR" n’y est pas pour grand-chose.

Mais il n'y aurait eu aucun souci de ce type, si l'on avait pris la peine de dire en français "l'AVA" pour "Assistance Vidéo à l’Arbitrage" et "l'ARAV' pour "ARbitre Assistant vidéo" !

Source : www.lemonde.fr/blog/latta/2019/11/19/polemique-sur-le-genre-le-var-ou-la-var/

"Le meilleur ami de l'homme" ou "Notre compagnon à quatre pattes".

Un chien

Ces deux périphrases du langage courant désignent : le chien.

Mais la seconde ("Notre compagnon à quatre pattes") désigne également souvent le chat.

Selon l'enquête 2015 FACCO (Fédération des Fabricants d'Aliments pour Chiens, Chats, Oiseaux et autres animaux familiers) / TNS SOFRES (Taylor Nelson Sofres SOciété FRançaise d'Enquête par Sondages), consacrée aux animaux de compagnie, que possède près d'un foyer sur deux, on dénombrait ainsi en France 7,26 millions de chiens, contre 12,68 millions de chats et 2,84 millions de petits mammifères.

Ainsi que 5,75 millions d'oiseaux et 34,22 millions de poissons.

Source : www.santevet.com

"SOFINCO".

Logo de la société française Sofinco

Ce mot désigne aujourd'hui une marque commerciale de Crédit agricole Consumer Finance, filiale de Crédit agricole S.A., spécialisée dans le crédit à la consommation et services associés.

Historique

Il s'agissait à l'origine d'un acronyme désignant la "SOciété de Financement INdustriel et COmmercial", fondée en 1951 par la Fédération nationale de l'ameublement et la Banque générale industrielle-La Hénin, avec pour objectif de permettre aux Français de s'équiper après la Seconde Guerre mondiale.

La Sofinco a été nationalisée en 1982, devenant la Banque Sofinco, avant d'être privatisée dès 1987.

Après s'être internationnalisé durant une dizaine d'années, la société est racheté par le groupe Crédit agricole  en 1999, abandonnant alors son statut de banque.

En 2000, elle signe un accord avec le Crédit lyonnais, puis en 2004 dans le cadre du rachat par le Crédit agricole du Crédit lyonnais, Sofinco absorbe Finalion, la filiale dédiée au crédit à la consommation de ce dernier.

Sofinco fusionne en 2010 avec Finaref, l’autre filiale de crédit à la consommation du groupe Crédit agricole pour créer "Crédit agricole Consumer Finance". Sofinco et Finaref deviennent alors des marques commerciale de Crédit agricole Consumer Finance.

Trois ans plus tard, en 2013, la marque Finaref disparaît au profit de Sofinco, devenant la seule marque commerciale de CA Consumer Finance.

Source : wikipedia.org

Pourquoi dire : "Un SUV (Sport Utility Vehicle) ?

Des SUV (Sport Utility Vehicles)

Et pas, comme le font si bien nos amis québecois : "Un VUS (Véhicule Utilitaire Sport)" !

Il s'agit en effet d'un type de véhicule bicorps, pouvant posséder des capacités tout-terrain ou de remorquage.

Au début du XXIe siècle, ce type de véhicule est très prisé, d'abord aux États-Unis d'Amérique, puis en Europe, où il voit ses ventes véritablement exploser (37% des ventes mondiales en 2019 contre 22% en 2015).

Des SUV (Sport Utility Vehicles)

Plus lourds et plus hauts que les autres véhicules, les VUS présentent pourtant un risque supérieur d'accident, notamment de tonneau en raison de leur centre de gravité plus élevé.

Ils présentent également un risque accru pour les autres usagers de la route, en particulier pour les piétons et cyclistes, et émettent davantage de gaz à effet de serre que les autres automobiles lorsqu'ils sont propulsés par un moteur thermique ou hybride !

NB : "VUS" est un rétroacronyme. Alors que "SUV" est soit un sigle (si on le prononce en détachant les lettre "s-u-v") soit un acronyme (si on le prononce "suve").

Source : wikipedia.org

"Une BRAV" ou "Une BRAV-M".

Les BRAV-M (Brigades de Répression de l'Action Violente Motorisées)

Ces deux acronymes désignent un bataillon de la police nationale appelé Brigade de Répression de l'Action Violente Motorisée.

Il s'agit de brigades mobiles constituées de binômes à moto, intervenant à Paris (75), Toulouse (31) ou Bordeaux (33), lors de violences urbaines, créées en mars 2019 par le préfet de police de Paris Didier Lallement, dans le cadre du mouvement des Gilets jaunes.

Elles rappellent naturellement aux personnes de plus de 55 ans ayant eu l'occasion de participer à des manifestations les anciens PVM (Pelotons de Voltigeurs Motorisés), qui avaient existé de 1969 à 1986 au sein de la police, et avaient été dissouts à la suite de l'affaire Malik Oussekine.

Les PVM (Pelotons de Voltigeurs Motocyclistes) responsables de la mort de Malik Oussekine en 1986

Photographie et plaque commérorative à la mémoire de l'étudiant français Malik Oussekine, battu à mort par des policiers du PVM (Peloton des Voltigeurs Motocyclistes) de la préfecture de police, devant le 20 de la rue Monsieur-le-Prince, à Paris (75)

 

 

 

 

 

 

 

Leur mode opératoire est toutefois différent dans la mesure où les voltigeurs utilisaient des motos légères et maniables et "opéraient" (frappaient à grands coups de "bidule", leur longue matraque en bois de près d'un mètre, souvent en acajou) depuis leurs véhicules en mouvement, alors que les BRAV-M n'utilisent leurs motos, plus massives et moins maniables, que pour se déplacer et mettent pied à terre pour "opérer".

Les BRAV-M (Brigades de Répression de l'Action Violente Motorisées) Les BRAV-M (Brigades de Répression de l'Action Violente Motorisées)

 

Source : wikipedia.org

"La SAUV" ou "La salle de déchocage".

Une SAUV (Salle d'Accueil des Urgences Vitales) ou Salle de déchocage

Il s'agit de la Salle d'Accueil des Urgences Vitales.

Situé au sein du service des urgences, ce lieu est destiné à l'accueil des patients ayant une détresse vitale existante ou potentielle.

Ce lieu médico-chirurgical polyvalent est donc ouvert 24h/24 et 365 jours par an.

Et doit être libéré dès que possible.

La SAUV ne correspond donc en aucune façon à un lieu de réanimation ou à un lieu d’hospitalisation.

Quant au terme de "déchocage", il désigne la technique employée par les médecins réanimateurs pour supprimer les effets d’un choc consécutif à un accident ou une maladie aiguë.

Source : slideplayer.fr

"Exocet", "Le chef de commando", "Le prussien", "Le moine-soldat", "Le rottweiler" ou "Le Dalaï-Lamy".

L'homme politique français Pascal Lamy

Il s'agit des différents surnoms de l'homme politique français Pascal Lamy, né le 8 avril 1947 :

  • "Exocet", "Le chef de commando" ou "Le prussien" (mais aussi "Le moine-soldat") : tous ces surnoms relevant du registre militaire lui viennent de sa rapidité et de son efficacité en tant que directeur de cabinet du président de la Commission européenne Jacques Delors, et son sherpa au G7, de 1985 à 1994,
  • "Le rottweiler" est le surnom que lui avaient attribué les américains en raison de sa pugnacité comme commissaire européen au Commerce, de 1999 à 2004,
  • et "Le moine soldat" ou "Le Dalaï-Lamy" (calembour avec "Le Dalaï-lama", bien sûr) lui viennent de sa rigueur et de son physique de moine thibétain.

Ce haut-fonctionnaire appartient au Parti socialiste depuis 1969, et a été membre du comité directeur de 1985 à 1994.

Diplômes

Diplômé d'HEC Paris (1969), de Sciences Po Paris (section Service Public) (1971) et de l'ENA (Ecole Nationale d'Administration) (1975), il est également titulaire d'un diplôme d'études supérieures de droit.

Un parcours exemplaire

Pacal Lamy commence sa carrière dans la fonction publique à l'Inspection générale des finances (1975-1979) et au Trésor (1979-1981), où il est secrétaire général du CIASI (Comité Interministériel pour l'Aménagement des Structures Industrielles).

Après la victoire de la Gauche, il devient conseiller du ministre de l'Économie et des Finances Jacques Delors (avril 1981-juillet 1984) puis directeur-adjoint du cabinet du Premier ministre Pierre Mauroy (1983-1984).

Il exerce de 1985 à 1994 les fonctions de directeur de cabinet du président de la Commission européenne Jacques Delors, dont il est par ailleurs le sherpa au G7.

Il intègre ensuite le Crédit Lyonnais dont il devient directeur général et qu'il contribue à redresser jusqu'à sa privatisation, en 1999.

Pascal Lamy revient ensuite à Bruxelles, pour occuper le poste de commissaire européen au Commerce sous la présidence de Romano Prodi (1999-2004).

Enfin, il est élu, le 26 mai 2005, directeur général de l'OMC (Organisation Mondiale du Commerce). Seul candidat à sa propre succession (une première dans l'histoire de l'institution créée en 1995), il a été reconduit, le 30 avril 2009, à la tête de l'organisation pour un second mandat de quatre ans à l'issue d'un vote par acclamation de ses 153 membres. Son mandat prend fin le 31 août 2013 et Arancha Gonzalez, l'actuelle directrice du centre du commerce international, a été sa porte-parole et chef de cabinet durant toute cette période.

Une tentative politique ratée en 1993

En 1993, il est battu dès le premier tour dans la 5e circonscription de l'Eure (15,10 %), devancé par le candidat FN, alors que le sortant appartenait au PS.

Sources : wikipedia.org et archives.politiqueinternationale.com

"La BAFTA", "Un BAFTA" et "Les BAFTA" ou "Les BAFTA Axwards".

Cet acronyme anglais désigne :

  • la BAFTA : la British Academy of Film and Television Arts ("Académie britannique des arts de la télévision et du cinéma "), une institution britannique organisant des cérémonies annuelles de remise de prix dans les domaines du cinéma, de la télévision et des jeux vidéo au Royaume-Uni, nommés BAFTA Awards,

Un BAFTA

  • un BAFTA : un prix décerné par cette académie,

Trophées des BAFTA awards

  • les BAFTA ou les BAFTA Awards : l'ensemble des prix ou la cérémonie de remise des prix organisée chaque année par cette académie.

Source : wikipedia.org

On ne dit pas : "La Lang de Blois" !

Mais : "Jack Lang" !

Jack Lang

Il s'agit en effet du surnom en forme de calembour de l'homme politique français, socialiste, Jack Lang, né le 2 septembre 1939.

Explication du calembour
Il résulte de la paronymie entre les locutions nominales « Lang de Blois » et « Langue de bois » et fait référence à l’homosexualité non assumée de Jack Lang.

Député et maire de Blois (41), Jack Lang a été plusieurs fois ministre (Culture, Communication et Éducation Nationale) dans des gouvernements socialistes, notamment en tant que "numéro deux du gouvernement".

Cofondateur, en 1958, avec Édouard Guibert, de la troupe universitaire de Nancy (54), il créé en 1963 le Festival de théâtre universitaire de Nancy, qu'il présidera jusqu'en 1973. Dès l'édition de 1968, l'événement dépasse la sphère artistique lorraine pour acquérir une réputation nationale et mondiale.

Appelé par le président Georges Pompidou à la direction du théâtre de Chaillot en 1972, Jack Lang s'engage à partir de 1974 aux côtés de François Mitterrand, le faisant profiter de son carnet d'adresses international.

Entré au Parti socialiste en 1977, il devient secrétaire national à la culture en 1979.

Et est révélé au grand public en 1981, lorsqu'il est nommé ministre de la Culture, un poste qu'il occupera pendant dix ans sous tous les gouvernements socialistes des deux septennats de François Mitterrand, de mai 1981 à mars 1986, puis de mai 1988 à mars 1993.

Lire la suite

"Le TAEG" et "Le TTEG".

Le TAEG (Taux Annuel Effectif Global), appelé jusqu'en 2016 TEG (Taux Effectif Global) est le taux prenant en compte la totalité des frais occasionnés par la souscription d'un prêt, à savoir :

Répondez aux questions successives et les réponses s’afficheront automatiquement

Choisir votre cas

Le TAEG permet de comparer plusieurs offres de prêt en fonction de leur coût total, à la condition que le montant emprunté soit le même (car le TAEG est exprimé en pourcentage annuel de la somme empruntée).

Exemple :

si vous empruntez la somme de 10 000 € sur une durée d'un an et que votre banque pratique un taux d'intérêt de 4 %, alors vous devrez rembourser la somme de 10 400 €, soit 10 000 € de capital + 400 € d'intérêts,
si vous devez payer 100 € pour les frais de dossier, le coût de l'assurance et les frais de garantie, alors vous devrez rembourser en réalité 10 500 € sur la période, soit 10 000 € de capital + 400 € d'intérêts + 100 € de frais divers,
la totalité des frais supplémentaires représentant 1 % de la somme empruntée, alors le TAEG de votre prêt est de 4 % + 1 % = 5 %.Le taux effectif global (TEG)1 est la traduction, sous forme d'un taux, du coût réel d'un crédit immobilier ou un crédit à la consommation selon les normes de calcul appliquées en France. Ce taux doit être fourni obligatoirement par les établissements de crédit français dans l'offre de crédit proposée aux emprunteurs.

Le coût réel d'un crédit est difficile à établir compte tenu des clauses financières très diverses pouvant figurer dans une offre de crédit et de la complexité du calcul actuariel. Le TEG prend en compte l'ensemble de ces paramètres et permet à l'emprunteur de connaitre le cout réel de son crédit et de pouvoir comparer les offres des différents établissements de crédit. Le calcul du TEG prend en compte le taux d'intérêt mais également la périodicité de remboursement (mensuel, trimestriel, in fine, ...) du crédit, ainsi que tous les frais et accessoires liés à ce crédit et acquittés par l'emprunteur (frais de dossier, assurance crédit obligatoire, autres commissions). Le TEG est enfin et surtout l'outil de mesure prescrit par le Code de la consommation pour s'assurer que le coût du crédit ne dépasse pas le taux de l'usure.

Généralement, l'assurance chômage ou perte d'emploi n'est pas comptabilisée dans le calcul du TEG. Seule l'assurance décès invalidité est prise en compte. Le TEG représente donc le coût global de votre emprunt.

Le TAEG ne doit pas dépasser le taux d'usure légal fixé par la Banque de France.