On ne dit pas : "La compliance" !

Car il s'agit d'un substantif féminin anglais.

Mais selon le contexte, en français :

  • dans l’univers de la finance et du gouvernement d'entreprise : la conformité, un terme employé en droit et en gestion de la qualité, et répandu en banque et en assurance, désignant l’état de ce qui présente un accord complet, une adaptation totale.
  • ou, dans le domaine médical, en pharmacothérapie : l'observance, c'est à dire est l'adéquation entre le comportement du patient et le traitement proposé.

L'observance varie selon la pathologie, les contraintes du traitement, les facteurs psychosociaux, mais aussi selon la pertinence de la mise en place du suivi. Les premières études datent des années 1970, et trois composantes peuvent être distinguées :

    • l’adhésion au suivi médical (présence aux rendez-vous,
    • l’adhésion aux règles hygiéno-diététiques,
    • et l’adhésion au traitement médicamenteux.

Source : wikipedia.org

Pourquoi dire : "Ça va être compliqué pour le board" et "Y a beaucoup de panic buy" ?

L’ancien athlète et consultant sportif français Bob Tahri

Comme l'a déclaré, le 13 août 2020, l'ancien athlète et consultant sportif français Bob Tahri, dans l'émission vespérale "L'Équipe du soir", sur la chaîne de télévision française L'Équipe.

Et pas : "Ça va être compliqué pour l'équipe dirigeante" et "IL y a beaucoup d'ACHATS FAITS DANS L'URGENCE" ?

Parce qu'il accumule dans cette émission, que je suis très régulièrement, les anglicismes de ce type, je lui décerne mon label "Fâchés avec le français".

"La tête dans le guidon" ou "Le nez dans le guidon".

Ces deux locutions adverbiales en forme d'idiotismes corporels et d'idiotismes sportifs nous viennent naturellement du monde du cyclisme, puisqu'elles évoquent toutes deux l’image du cycliste en plein effort, courbé sur son vélo, qui n'a guère le loisir de penser à autre chose.

"Avoir le nez dans le guidon"

Et elles signifient, dans le registre familier et au sens figuré : très occupé, concentré sur un objectif ou une tâche, débordé par ses occupations, incapable de prendre du recul par rapport à la situation où l'on se trouve.

"Avoir le nez dans le guidon"

On dit par exemple : "Je ne t'ai pas appelé depuis un mois car j'avais la tête dans le guidon".

Ou : "Ce n'est peut-être pas le moment de t'inviter si tu as le nez dans le guidon actuellement ?".

Source : wiktionary.org

Pourquoi dire : "Se voir en one-to-one", "Une discussion en one-to-one" ou "Un entretien en one-to-one" ?

Et pas simplement, en français :

  • "Se voir SEUL À SEUL" ou "Se voir EN TÊTE-À-TÊTE",
  • "Une discussion SEUL À SEUL" ou "Une discussion EN TÊTE-À-TÊTE",
  • et "Un entretien SEUL À SEUL" ou "Un entretien TÊTE-À-TÊTE" !

Source : www.larousse.fr

On ne dit pas : "Pour un salaire payé au SMIC" !

Logotype de l'émission "Secrets de conso", présentée, depuis le 17 mars 2021, par l'entrepreneuse et animatrice française Hapsatou Sy, sur la chaîne de télévision française RMC Story

Comme j'ai pu l'entendre dire dans le commentaire du documentaire "Les dessous de la planète Leclerc", diffusé le 15 mai 2021, dans l'émission "Secrets de conso", présentée par l'entrepreneuse et animatrice française Hapsatou Sy, sur la chaîne de télévision française RMC Story.

Mais : "Pour le SMIC", "Pour un SMIC", "Pour un salaire ÉQUIVALENT AU SMIC" ou "Pour un salaire NE DÉPASSANT PAS LE SMIC" !

... puisque l'acronyme SMIC signifie : Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance.

Et que celui-ci désigne la rémunération minimum légale en France métropolitaine, fixée par le gouvernement à compter du 1er avril 1970.

Pourquoi dire : "Au black", "Du black", "Faire du black", "Le black" ou "Le travail au black" ?

Et pas simplement : "Au noir", "Du noir", "Faire du noir", "Le noir" et "Le travail au noir" !

De peur de prononcer le mot "noir" ? Ou par snobisme ?

En anglais ou en français, ces mots ou locutions relèvent du registre populaire.

Et ils signifient ou désignent respectivement :

  • "Au black" ou "Au noir" : non déclaré, effectué illégalement,
  • "Du black" ou "Du noir" :
    • la partie de son travail ou de son activité non déclarés, effectués illégalement,
    • ou : l'argent que l'on en retire,
  • "Faire du black" ou "Faire du noir" : ne pas déclarer tout ou partie de son travail ou de son activité,
  • "Le black" ou "Le noir" :
    • la partie de son travail ou de son activité non déclarés, effectués illégalement,
    • ou : l'argent que l'on en retire,
  • et "Le travail au black" : le travail non déclaré, effectué illégalement.

Source : wiktionary.org

"Dire ce que l'on fait et faire ce que l'on dit" ou "Dire ce que l'on va faire et faire ce que l'on a dit".

Cette formule, souvent employée par nos dirigeants ou hommes politiques, constitue à mes yeux, une sorte d'idéal malheureusement rarement atteint.

Très peu, en effet, ont l'honnêteté et le courage d'annoncer par avance des mesures susceptibles de heurter leur personnel ou leur électorat.

Puis la capacité de mener à bien les tâches qu'ils se sont assignées, d'atteindre les objectifs qu'ils se sont fixés et de tenir les promesses effectuées.

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à la formule "Bien dire fait rire, bien faire fait taire" ou "Dire fait rire, faire fait taire".

"Un agent d’assainissement", "Un agent de réseau d’assainissement", "Un agent de curage", "Un agent de l'environnement", "Un agent de salubrité", "Un ouvrier d'entretien des réseaux d'assainissement" ou "Un ouvrier d'assainissement".

Un égoutier

Ces différentes appellations désignent ce que l'on appelle dans le langage courant : un égoutier.

Chargé du nettoyage et de l'entretien des égouts, cet ouvrier entretient et nettoie les canalisations d'assainissement et les ouvrages qui s'y rapportent (regards de branchements, siphons, etc.) sous la voirie et dans les stations de relèvement et de pompage.

Des égoutiers
Des égoutiers bruxellois

Sources : www.cnrtl.fr et www.emploi-environnement.com