"Sans pareil", "Sans pareille", "Sans pareilles" et "Sans pareils".

Cette locution adjectivale du langage courant signifie : incomparable, inégalable, qui est unique, qui n'a pas son pareil.

À toutes celles et ceux qui se demande régulièrement comment l'écrire, ne sachant pas si elle doit s'accorder en genre et en nombre, voici très précisément ce qu'il en est :

  • "Sans pareil" s’accorde en genre ("Sans pareilLE") et en nombre ("Sans pareilLES") lorsque le nom qui précède est féminin.

On dit ainsi : "Le léopard des neiges est un animal d’une beauté sans pareilLE» et "Camille Claudel a réalisé des sculptures sans pareilLES".

  • tandis qu'au masculin, l’accord en genre ("Sans pareil") est obligatoire, mais il est facultatif en nombre ("Sans pareil" ou "Sans pareilS").

On peut ainsi dire : "Cézanne a peint des tableaux sans pareil" ou "Cézanne a peint des tableaux sans pareilS".

Le Larousse considère que l’invariabilité n’est pas incorrecte, même si elle est moins courante, l’accord semblant "plus conforme à la tendance actuelle de l’usage".

Il est donc autorisé de dire ""Une beauté sans pareil", "Des sculptures sans pareil» et "Des exploits sans pareil" (dans le sens "sans rien de pareil").

Source : www.larousse.fr et www.lefigaro.fr

"Sans débander".

J'aime beaucoup cette locution verbale du registre argotique.

Un tantinet machiste et phallocrate, elle signifie : continuellement, sans interruption, sans relâche, sans pause, sans s'arrêter, de façon ininterrompue, dans un seul effort, sans cesser d'être actif.

On dit par exemple : "Il m'arrive très régulièrement de travailler sur ce blogue 15 à 20 heures sans débander".

Source : www.expressio.fr et www.languefrancaise.net

"Une anicroche" et "Sans anicroches".

  • "Anicroche" est un substantif féminin du registre familier désignant : un petit obstacle ou une légère difficulté occasionnant un désagrément passager ; un ennui, un incident.
  • "Sans anicroches" est donc une locution adverbiale du registre familier signifiant : sans incident.

On dit par exemple : "La visite s'est déroulée sans anicroches".

Sources : www.larousse.fr et www.cnrtl.fr

"Sans ciller".

Cette locution adverbiale (qui se prononce san-si-yé) signifie :

  • au sens propre : sans abaisser et relever rapidement les paupières ; sans que les yeux ne se ferment et s'ouvrent d'un mouvement rapide.
  • et au sens figuré, selon le contexte :
    • sans bouger, sans être déstabilisé (langage courant), sans broncher (registre familier).

On dit par exemple : "Le suspect a appris la nouvelle de la mort de sa femme sans ciller !".

    •  ou : facilement, sans difficulté.

On dit par exemple : "Il a surmonté tous les obstacles sans ciller".

Sources : wiktionary.org, www.expressio.fr et www.larousse.fr

Le verbe "Ciller" signifie en effet :

 

"Sans flagornerie" ou "Sans flagornerie aucune".

J'aime beaucoup cette locution adverbiale du regsitre soutenu, qui signifie : sans être bassement flatteur ni intéressé. C'est à dire : très honnêtement et très sincèrement.

On dit par exemple : "Sans flagornerie aucune, mon ami, je pense que vous avez écrit là un livre qui marquera notre époque".

La "Flagornerie" est en effet le caractère d'une personne flattant bassement, avec insistance et de façon généralement intéressée.

Et "Une flagornerie" est donc, par métonymie, une action ou une attitude qui manifeste de la flatterie basse et intéressée.

Source : www.cnrtl.fr

"Sans mentir", "À ne pas mentir" ou "À ne point mentir".

Ces différentes locutions adverbiales signifient, au sens figuré : à dire vrai, en vérité ; pour dire la vérité.

  • "Sans mentir" appartient au langage courant.

On dit par exemple : "Sans mentir, je te croyais absent ; sinon je t'aurais évidemment invité".

  • tandis que "À ne pas mentir" et "À ne point mentir" relèvent du registre désuet.

Source : wiktionary.org

"Non sans difficulté", "Non sans effort" ou "Non sans mal".

J'aime beaucoup ces différentes locutions prépositives invariables qui appartiennent au registre soutenu.

Et qui signifient tout simplement : avec difficulté, difficilement, durement, .

On dit par exemple :

  • "Ma copine a réussi - non sans difficulté - à convaincre sa mère de la laisser dormir chez moi samedi soir",
  • "Les coureurs sont parvenus - non sans effort - à terminer l'étape, malgré les conditions météorologiques catastrophiques",
  • ou : "Je suis parvenu - non sans mal - à endormir ma fille, qui avait très peur de l'orage".

"Non sans".

Cette locution prépositive invariable du registre soutenu signifie tout simplement : avec.

On dit par exemple : "Je suis parvenu - non sans mal - à convaincre mon père de me prêter sa voiture".

Ou : "Mon père m'a cependant rappelé - non sans raison - que j'avais systématiquement eu un accident lors de mes trois premières sorties au volant d'un véhicule".

"Sans nul doute".

J'aime beaucoup cette locution adverbiale du registre soutenu qui signifie : sans aucun doute, sans que l’on puisse en douter ; indubitablement, de façon indubitable ; avec certitude.

On dit par exemple : "La crise économique engendrée par la maladie à coronavirus 2019 sera sans nul doute la plus importante de l'histoire contemporaine".

Ou : "L'once ou irbis est sans nul doute l'un des plus beaux animaux de notre planète".