"Un pastier".

Un "pastier est un fabricant de pâtes alimentaires.

Je reconnais avoir, pour ce qui me concerne, parfaitement ignoré ce mot jusqu'à présent et ne l'avoir découvert qu'à l'occasion de la diffusion d'un message publicitaire télévisé pour "Saint-Jean, pastier français depuis 1935", un industriel de l'agroalimentaire sis à Romans (26).

 

"Testimonial", "Testimoniale", "Testimoniales" ou "Testimoniaux".

Cet adjectif du registre soutenu qualifie ce qui est relatif à des témoignages.

On l'utilise par exemple, dans le jargon journalistique de la télévision, pour qualifier des émissions de débats (dites "Talk-shows") réunissant des anonymes pour parler de sujets ayant bouleversé leur vie, telles que :

  • "Ça se discute", créée le 12 septembre 1994, sur France 2, par Jean-Luc Delarue,
  • ou "C'est mon choix", créée le 22 novembre 1999, sur France 3, par Évelyne Thomas.

"Une itération", "Itérer", "Itératif" ou "Itérative"

Ce nom, ce verbe et ces adjectifs du registre soutenu désignent tout simplement :

  • Une itération : une répétition,
  • Itérer :
    • redire, répéter,
    • recommencer, réitérer, répéter la même action, faire à nouveau, faire à plusieurs reprises,
  • Itératif ou itérative : ce qui est répété plusieurs fois, renouvelé à plusieurs reprises

On dit par exemple : "Des rappels itératifs" ou "Des dénonciations itératives".

"La philologie" et "Un philologue".

  • La "philologie" est l'étude historique d'une langue à partir de documents écrits.

Visant à rétablir le contenu original de textes connus par plusieurs sources, elle combine critique littéraire, historique et linguistique.

  • Et le "philologue" est le nom du spécialiste en philologie.

Source : wikipedia.org

"Une litote".

La litote est une figure de style consistant à atténuer l'expression de sa pensée.

On laisse à penser que la réalité est bien plus imposante que les propos tenus. On minimise faussement quelque chose pour en souligner l'importance.

On dit par exemple :

  • "La fille de mes voisins n'est pas une beauté et leur fils n'est pas un génie" pour signifier que la fillette est laide comme un pou et que le gamin est bête comme ses pieds.
  • "Je reconnais que ce n'est pas le plat que je préfère et de toute façon je n'avais pas très faim" pour dire que c'est absolument immangeable.

 

"Pétuler".

J'aime beaucoup ce verbe du registre soutenu, fort peu usité, qui signifie :

  • au sens propre : manifester de l'exubérance, de la fougue, de l'impétuosité, de la vivacité, de la pétulance,
  • et, au sens figuré, : témoigner d'un bouillonnement dans les idées, d'une exubérance dans l'expression.

On connaît davantage l'adjectif "pétulant" ou "pétulante".

Source : www.cnrtl.fr

"Podotactile"

"Surface podotactile" ou "Bande d'éveil de vigilance" pour les déficients visuels, dans le métro marseillais (13)

Ce néologisme encore peu connu, je crois, est un adjectif qualifiant les surfaces présentant une texture que les piétons atteints d'une déficience visuelle peuvent reconnaître au toucher par les pieds, mais également à l'aide de leur canne blanche.

On recouvre le sol de certains lieux publics de ces "surfaces podotactiles", afin de signaler un danger à ces personnes.

Par exemple : un obstacle, un arrêt de bus, l'entrée dans une zone à risque (passages piétons, ou bords des quais de voies ferrées), un changement de niveau (trottoir, marches d'escalier), etc.

On parle également de "Bande d'éveil de vigilance".

"Pétulant" ou "Pétulante".

J'aime beaucoup cet adjectif du registre soutenu qui signifie :

  • au sens propre : exubérant, fougueux, impétueux, vif,

On dit par exemple : "La pétulante Danièle Evenou" ou "Le pétulant Fabrice Luchini".

  • et au sens figuré : témoignant d'un bouillonnement dans les idées, d'une exubérance dans l'expression.

On parle par exemple d'une "oeuvre pétulante", en parlant d'un artiste.

Ou d'un "style pétulant" en évoquant un orateur.

Source : www.cnrtl.fr