La "Métrologie" n'a rien à voir avec le temps qu'il fait et ne saurait être confondue avec la "Météorologie" !

Ces deux substantifs féminins paronymes ont en effet des significations radicalement différentes :

  • La "MéTROlogie" désigne en effet la science de la mesure.

Elle définit les principes et les méthodes permettant de garantir et maintenir la confiance envers les mesures résultant des processus de mesure.

Il s'agit d'une science transversale s'appliquant dans tous les domaines où des mesures quantitatives sont effectuées.

On peut distinguer, artificiellement, différents aspects de la métrologie pour faciliter sa compréhension :

    • la métrologie fondamentale, ou scientifique, qui vise à créer, développer et maintenir des étalons de référence reconnus,
    • la métrologie industrielle, la plus fréquente, qui permet de garantir les mesures, par exemple d'un processus de fabrication, souvent dans le cadre d'un contrôle qualité, lié à un système de gestion de la qualité,
    • et la métrologie légale, liée aux mesures sur lesquelles s'appliquent des exigences réglementaires.
  • Tandis que la "MéTÉOROlogie" désigne l'étude scientifique des phénomènes atmosphériques, ainsi que des météores (à ne pas confondre avec les... météorites !).

Cette science a ainsi pour objet l'étude des nuages, des précipitations ou du vent dans le but de comprendre comment ils se forment et évoluent en fonction des paramètres mesurés tels que la pression, la température et l'humidité.Il s'agit d'une discipline traitant principalement de la mécanique des fluides et de la thermodynamique mais qui fait usage de différentes autres branches de la physique, de la chimie et des mathématiques. Purement descriptive à l'origine, la météorologie est devenue un lieu d'application de ces disciplines. Pour ce faire elle doit s'appuyer sur un réseau cohérent d'observations. Le premier du genre - concernant un territoire multinational étendu - est apparu en 1854, sous la direction du français Le Verrier, qui établit un réseau européen de données atmosphériques fonctionnant de manière opérationnelle dès 1856.

La météorologie moderne permet d'établir des prévisions de l'évolution du temps en s'appuyant sur des modèles mathématiques à court comme à long terme, qui assimilent des données de nombreuses sources dont les stations, les satellites et les radars météorologiques.

Elle a des applications dans des domaines très divers comme les besoins militaires, la production d'énergie, les transports (aériens, maritimes et terrestres), l'agriculture, la médecine, la construction, la photographie aérienne ou le cinéma.

Enfin, la météorologie est également utilisée pour la prévision de la qualité de l'air.

Source : wikipedia.org

"Endémique".

Cet adjectif qui nous vient du vocabulaire médical qualifie, selon le contexte, :

  • au sens propre : une maladie infectieuse persistant au sein d'une population ou d'une région,

On dit par exemple : "Le paludisme est une maladie endémique dans de nombreux pays de l'afrique subsaharienne".

  • et au sens figuré, dans le registre soutenu :
    • un phénomène économique ou social néfaste sévissant de manière constante, régulière ; régnant en permanence.

On parle par exemple de "chômage endémique".

    • ou une espèce vivante propre à un territoire bien délimité ; dont l'aire de répartition est limitée à une région donnée.
      • Il peut s'agir d'une espèce animale : le kangourou est une espèce endémique de l'Australie.
      • Ou d'une espèce végétale : le baobab est une espèce endémique du continent africain.

Source : www.larousse.fr et wiktionary.org

"Antépénultième" et "Pénultième" ou "L'antépénultième" et "Le pénultième".

J'aime beaucoup ces jolis adjectifs et substantifs du registre soutenu, qui signifient respectivement :

  • "Antépénultième" et "L'antépénultième" : qui précède immédiatement le "pénultième" ou "avant-dernier".

Ou : troisième en partant de la fin.

Et, dans le langage courant : avant avant-dernier.

On dit par exemple : "Dans une épreuve comportant cinq participants, le dernier est le cinquième ; l'avant-dernier est le quatrième et l'antépénultième est le troisième".

  • "Pénultième" et "Le pénultième" : avant-dernier.

On dit par exemple : "Dans une course comportant six participants, le cinquième est le pénultième".

"Captieuse" ou "Captieux".

Cet adjectif du registre soutenu signifie :

  • En parlant de choses :
    • fallacieux, insidieux, trompeur, qui vise à tromper, qui séduit par de belles, de fausses apparences (un "argument captieux").
    • qui est destiné à s'emparer, qui s'empare habilement de quelque chose (un "filet captieux")
  • En parlant de personnes : qui induit en erreur ou cherche à le faire par de faux raisonnements (un "captieux tacticien").

Sources : www.cnrtl.fr et www.larousse.fr

"La thermolabilité" et "Thermolabile".

Ce substantif et cet adjectif peu connus du grand public désignent respectivement :

  • "La thermolabilité" : propriété d'une substance à être détruite, décomposée ou à changer de propriétés lorsqu'elle subit une élévation de température.

On dit par exemple : "La thermolabilité de la grippe est connue : elle disparaît avec l'été".

  • "Thermolabile" : qui peut subir des modifications ou qui perd ses propriétés lorsqu'une élévation de température déterminée s'est produite.

On dit par exemple : "Nul ne sait à ce jour si la maladie à coronavirus 2019 est thermolabile ou pas".

Source : wikipedia.org

"Une corrélation" et "Un corrélat".

  • Une "corrélation" est une relation réciproque entre deux choses.

On dit par exemple : "On peut établir une corrélation entre l'excès de sédentarité et l'obésité".

  • Tandis que "un corrélat" est ce qui est en relation avec autre chose par le biais d'une corrélation.

On dit par exemple : "L'obésité est un corrélat de l'excès de sédentarité"... puisque ne presque jamais bouger de là où l'on se trouve génère une prise de poids.

"Carcinologie" ou "Oncologie".

Ces deux termes parfaitement synonymes désignent la spécialité médicale chargée de l'étude, du diagnostic et du traitement des cancers, que l'on appelle plus couramment "Cancérologie".

Cette spécialité hospitalière s'intéresse à tous les types de tumeurs cancéreuses, qu'elles soient solides ou non, localisées ou étendues.

Et son principal but est de comprendre au mieux les causes possibles des cancers et leur processus de développement afin de pouvoir les prévenir et les guérir avec plus d'efficacité.

Le médecin spécialisé en cancérologie, carcinologie ou oncologie est appelé "Cancérologue", "Carcinologue" ou "Oncologue".

Source : sante.journaldesfemmes.fr

"La turbidité.

Ce mot peu connu désigne à la fois :

  • le caractère plus ou moins trouble d'un liquide,
  • la grandeur mesurant ce caractère,
  • et la teneur en matériaux légers (troubles, boues, etc.) en suspension d'un cours d'eau.

Dans les cours d'eau la turbidité est généralement causée par des matières en suspension ; les fortes pluies sur sols dévégétalisés en étant le premier facteur d'augmentation.

Quand un fleuve turbide se jette en mer, il crée généralement un bouchon vaseux, un delta sédimentaire et forme, en mer, un "éventail turbiditique" parfois bien visible depuis un satellite.

La turbidité est un facteur écologique important, qui peut traduire :

    • une teneur importante (normale ou non) en matières en suspension : argile, limon, particules fines organiques ou inorganiques (consécutive par exemple à l'érosion, au lessivage de sols fragiles, dégradés ou agricoles labourés),
    • une teneur élevée en plancton,
    • une pollution ou eutrophisation de l'eau, cause éventuelle d’asphyxie (par anoxie) du milieu ou de colmatage des branchies des poissons.

Sources : www.larousse.fr

"Un diptère".

Ce mot peu connu du grand public désigne un type d'insecte appelé plus couramment "Mouche", "Moucheron" ou "Moustique".

Le diptère n'a qu'une seule paire d'ailes, issues du mésothorax, et son métathorax porte seulement une paire d'organes d'équilibration (appelés "haltères" ou "balanciers").

Les diptères constituent l'un des ordres dominants de la classe des insectes en terme de nombre d'espèces, puisque l'on compte plus de 150 000 espèces décrites à ce jour.

Exception faite des entomologistes, ce mot n'est pratiquement jamais utilisé, je crois, en dehors de l'expression "Sodomiser les diptères" ou de la locution nominale "Un sodomiseur de diptères", qui appartiennent toutes deux au registre soutenu ...

Source : wikipedia.org

 

"Une fuste".

Une fuste

Une "fuste" est une maison en rondins empilés, aux murs et à la charpente faits de fûts d'arbres bruts, simplement écorcés et non calibrés, construite selon la technique promue depuis quelques décennies par une entreprise artisanale corrézienne.

Le mot "fuste" désigne traditionnellement les maisons faites de bois bruts ou fûts, empilés et entrecroisés aux angles.

Une fuste

Et son sens inventé de maison en rondins bruts est apparu en 1995, avec la sortie du livre de Marie-France et Thierry Houdart "L'art de la fuste : apprentissage".

Ceux-ci ont été les pionniers du renouveau de cette technique en France, en créant, en Corrèze (19), en 1980, l'entreprise artisanale de construction de maisons en bois brut "Les Bois de la Combe Noire".

Intérieur d'une fuste

Ils ont une expérience de construction de plus de 30 ans et ont réalisé, dans toute la France, maisons d'habitation et bâtiments publics, construits uniquement en mélèze des forêts de Haute-Corrèze.

Intérieur d'une fuste

Un mode de construction qu'ils enseignent depuis 10 ans.

Source : wikipedia.org

"Le petit rhombicosidodécaèdre" ou "L'hexacontaèdre trapézoïdal".

Patron de petit rhombicosidodécaèdre ( figure géométrique plane permettant de reconstituer cette surface après des pliages)

Comme disait mon maître - Coluche - : "Rien que le nom m'amuse !"...

Le "petit rhombicosidodécaèdre" ou "hexacontaèdre trapézoïdal" est tout simplement (sic) un polyèdre possédant 20 faces triangulaires régulières, 30 faces carrées régulières, 12 faces pentagonales régulières, 60 sommets et 120 arêtes !

Petit rhombicosidodécaèdre

Son nom - vous l'imaginez bien (non ? ah bon !) - fait naturellement référence au fait que "les 30 faces carrées sont placées dans les mêmes plans que les 30 faces du triacontaèdre rhombique qui est le dual de l'icosidodécaèdre".

Vous l'aurez deviné, je pense, je ne comprends pas un traître mot de ce que je vous écris là et vous conseille, si vous souhaitez en savoir davantage, de vous reporter à un manuel de géométrie !

Source : wikipedia.org