"Appuyer sur le champignon" ou "Écraser le champignon" et "Champignon au plancher" ou "Pied au plancher".

Ces étranges locutions, qui relèvent du registre familier, sont utilisées depuis le début du XXe siècle.

Et elles trouvent leur origine dans la forme des pédales d'accélérateur des premières automobiles.

Dans celles-ci en effet, lesdites pédales étaient constituées - non pas comme aujourd'hui d'une plaque plus ou moins recourbée - mais d'une tige métallique droite surmontée d'une demi-boule, l'ensemble ressemblant fortement... à un champignon.

Le pédalier automobile actuel
Le pédalier automobile actuel

Ainsi :

  • "Appuyer sur le champignon" et "Écraser le champignon" sont des locutions verbales en forme d'idiotisme botanique signifiant :
    • au sens propre, lorsque l'on est au volant d'un véhicule automobile : appuyer sur l'accélérateur, accélérer, aller plus vite.

On dit par exemple : "Il va falloir appuyer sur le champignon si tu veux pouvoir dormir à Nice (06) ce soir !".

    • et au sens figuré : faire avancer les choses plus vite.

On dit par exemple : "Le président souhaite que son ministre appuie sur le champignon afin que les effets de sa réforme se fassent sentir rapidement".

Conduire "pied au plancher"

  • et "Champignon au plancher" ou "Pied au plancher" sont des locutions adverbiales en forme d'idiotisme architectural (pour les deux), d'idiotisme botanique (pour la première) et d'idiotisme corporel (pour la seconde), qui signifient toutes deux : extrêmement vite, à la vitesse maximale.

Atteindre ladite vitesse nécessite en effet d'appuyer à fond sur le champignon/accélérateur.

Et lorsque celui-ci est complètement enfoncé, en butée proche du plancher du véhicule, on conduit le "champignon au plancher" et - par conséquent - le "pied au plancher".

CQFD

On dit par exemple : "Mon voisin s'est tué au volant : il roulait champignon au plancher sur une route de montagne".

Ou : "Sitôt leur forfait accompli, les cambrioleurs ont démarré pied au plancher".

Sources : wiktionary.org, www.expressio.fr et www.notrefamille.com

Les adverbes ou locutions adverbiales applicables au verbe "Aimer", lorsque l'on parle d'amour à l'égard d'une personne.

Aussi étrange que celui puisse sembler, j'imagine, pour un étranger ou pour un jeune français, seules trois possibilités s'offrent à celui qui souhaite dire "Je t'aime" à une personne qu'il aime d'amour : "À la folie", "Comme un fou" (ou "Comme une folle") ou "Pour la vie".

  • "Je t'aime à la folie", "Je t'aime comme un fou" (ou "Comme une folle") ou "Je t'aime pour la vie" sont en effet des formules suffisamment fortes pour être équivalentes au simple "Je t'aime", lequel correspond en français à un sentiment extrêmement puissant et se suffit normalement à lui-même.

Toutes les autres formules, signifient qu'en réalité on n'aime pas vraiment d'amour...

  • Ainsi, dire "Je t'aime bien", "Je t'aime beaucoup" et même "Je t'aime énormément" sont au fond des équivalents de "Je t'apprécie" ou "Je suis très attaché à toi", mais en aucune façon... "Je t'aime" d'amour.

 

"Ne pas manger de pain" ou "Ça ne mange pas de pain".

Cette curieuse locution verbale du registre familier en forme d'idiotisme alimentaire ne doit pas manquer d'interloquer nos amis étrangers.

Elle signifie, au sens figuré, selon le contexte :

  • cela n'aura pas de conséquences bien importantes, cela ne peut guère nuire, cela ne fait pas prendre de grands risques.

On dit par exemple : "Pour le mois d'août je ne vais remplacer que deux de mes quatre salariés en vacances ; ça ne mange pas de pain".

  • ou : cela ne nécessite pas de grosses dépenses, cela ne demande pas beaucoup d'efforts.

On dit par exemple : "Mon neveu veut se lancer dans le commerce. Je lui ai promis de parler de lui à mes clients et fournisseurs ; cela ne mange pas de pain".

Ou : "Appeler tes grands-parents de temps à autres leur ferait plaisir. Et ça ne mange pas de pain".

Nota bene : cette expression "Ne pas manger de pain" ne doit surtout pas être confondue avec l'expression "Ne pas manger de ce pain là".

Sources : wiktionary.org et www.cnews.fr

"Qu'as-tu fait de beau ?" et "Qu'avez-vous fait de beau ?", "Que faisais-tu de beau ?" et "Que faisiez-vous de beau ?", "Que fais-tu de beau ?" et "Que faites-vous de beau ?", "Que feras-tu de beau ?" et "Que ferez-vous de beau ?" ou "Que vas-tu faire de beau ?" et "Qu'allez-vous faire de beau ?".

Dans toutes ces différentes locutions verbales interrogatives du registre familier, la précision "de beau" ne revêt absolument aucune signification particulière.

Ces deux petits mots ne sont là - me semble-t-il - que pour minorer l'aspect potentiellement indiscret des questions, qui pourraient parfois et même souvent - sans ce petit ajout - sembler un peu abruptes à la personne à laquelle elles sont adressées.

Et se révèlent donc absolument essentiels, puisque c'est leur présence dans la formulation de votre question qui va vous éviter de vous entendre rétorquer : "Ça te regarde ?", "Tu es de la police ?" ou "Qu'est-ce que cela peut bien vous faire ?".

On dit donc simplement :

  • Au passé :
    • "Qu'as-tu fait de beau ?" pour éviter de dire "Qu'as-tu fait ?",
    • "Qu'avez-vous fait de beau ?" pour éviter de dire "Qu'avez-vous fait ?",
    • "Que faisais-tu de beau ?" pour éviter de dire "Que faisais-tu ?",
    • et "Que faisiez-vous de beau ?" pour éviter de dire "Que faisiez-vous ?".
  • Au présent :
    • "Que fais-tu de beau ?" pour éviter de dire "Que fais-tu ?",
    • et "Que faites-vous de beau ?" pour éviter de dire "Que faites-vous ?".
  • et au futur :
    • "Que feras-tu de beau ?" pour éviter de dire "Que feras-tu ?",
    • "Que ferez-vous de beau ?" pour éviter de dire "Que ferez-vous ?",
    • "Que vas-tu faire de beau ?" pour éviter de dire "Que vas-tu faire ?",
    • et "Qu'allez-vous faire de beau ?" pour éviter de dire "Qu'allez-vous faire ?".

Il s'agit naturellement là de formes purement idiomatiques que je ne vous conseille surtout pas d'aller essayer de traduire de manière littérale dans quelque autre langue que ce soit !

"Ayé !".

Cette interjection qui relève du registre familier et du langage enfantin signifie tout simplement : Ça y est !

Les jeunes enfants utilisent par exemple cette contraction ("çA Y Est !") afin de signifier :

  • qu'ils sont prêts,
  • qu'ils ont fini d'effectuer quelque chose (s'habiller, ranger leur chambre, faire leurs devoirs, etc.),
  • ou qu'ils se sont cachés et que l'on peut partir à leur recherche, lorsqu'ils jouent à cache-cache.

Des adultes l'utilisent cependant parfois à l'oral par dérision ; ce qui ne doit pas manquer d'interloquer nos amis étrangers.

"Passer le temps" et "Tuer le temps".

Ces deux locutions nominales du langage courant qui doivent interloquer nos amis étrangers signifient, au sens figuré : s'occuper, trouver une activité ou un divertissement, souvent pour ne pas s'ennuyer.

On dit par exemple : "Mon grand-père s'est mis au jardinage et au chant pour pour passer le temps".

Ou : "Pour tuer le temps, certains détenus se mettent à la lecture ou reprennent des études".

Source : www.linternaute.fr

"Un concours de circonstances".

Cette locution nominale qui ne doit pas manquer d'interloquer nos amis étrangers désigne une rencontre fortuite de différents événements, une simultanéité d'événements, un ensemble de circonstances qui, ensemble, contribuent de façon non planifiée à quelque chose.

On dit par exemple : "Par un heureux concours de circonstances, il se trouve que je me trouvais ce jour là en compagnie d'un ami médecin".

Sources : dictionnaire.sensagent.leparisien.fr, www.larousse.fr et wiktionary.org

"Se bercer d'illusions".

Cette locution verbale du langage courant qui ne doit pas manquer d'interloquer nos amis étrangers signifie : entretenir une idée flatteuse ou avantageuse, mais vaine le plus souvent ; se tromper sur une personne ou sur une chose ; refuser de regarder la réalité en face.

On dit par exemple : "Les français se bercent d'illusions en croyant que leur président a retenu la leçon de cette crise".

Ou : "Mes voisins se bercent d'illusions au sujet de leur fille : ils ne savent même pas qu'elle a perdu son travail depuis des mois".

Sources : www.linternaute.fr et www.larousse.fr

"Donner un coup de téléphone", "Donner un coup de fil", "Donner un coup de bigophone" ou "Donner un coup de bigo".

Ces différentes locution verbale - qui ne laissent pas d'étonner nos enfants ou nos amis étrangers - signifient tout simplement "Téléphoner".

  • "Donner un coup de téléphone" appartient au langage courant.
  • Encore plus surprenante, la formule "Donner un coup de fil" relève du registre familier et du registre désuet.
  • Et les formules "Donner un coup de bigophone" ou - par apocope - "Donner un coup de bigo" appartiennent au registre argotique et au registre désuet.

Toutes ces formules existent également avec le verbe "Passer".

"Avoir du mal à joindre les deux bouts", "Ne pas parvenir à joindre les deux bouts" ou "Ne pas réussir à joindre les deux bouts".

Ces trois expressions du registre familier s'utilisent pour dire que quelqu'un éprouve des difficultés à boucler son budget. Qu'il peine à se procurer suffisamment d'argent pour assumer l'ensemble de ses dépenses et donc à finir le mois financièrement.

On utilise également les expressions "Avoir des fins de mois difficiles" et "Tirer le diable par la queue".

Source : www.linternaute.fr

"Passer un coup de téléphone", "Passer un coup de fil", "Passer un coup de bigophone" ou "Passer un coup de bigo".

Ces différentes locution verbale - qui ne laissent pas d'étonner nos enfants ou nos amis étrangers - signifient tout simplement "Téléphoner".

  • "Passer un coup de téléphone" appartient au langage courant.
  • Encore plus surprenante, la formule "Passer un coup de fil" relève du registre familier et du registre désuet.
  • Et les formules "Passer un coup de bigophone" ou - par apocope - "Passer un coup de bigo" appartiennent au registre argotique et au registre désuet.

Toutes ces formules existent également avec le verbe "Donner".

"De ce pas".

Cette locution nominale du langage courant - qui doit véritablement, quand on y songe, interloquer nos enfants et nos amis étrangers - signifie, au sens figuré, "Tout de suite, à l'instant précis où je vous parle, sans délai".

On dit par exemple : "Votre blogue est vraiment très intéressant ! Je m'inscris de ce pas à la Lettre d'information !".

Source : www.linternaute.fr

"Un petit-beurre", "Un véritable petit-beurre" ou "Un VPB".

Petits-beurre, VPB ou Véritables petits-beurre

Ces différentes appellations concernent une sorte de biscuit sablé nantais dont le plus connu en France est le Petit Beurre de la société LU qui est aujourd'hui devenu un succès à l'échelle mondiale.

Ce gâteau sec a été inventé en 1886 par Louis Lefèvre-Utile à Nantes (44), en s'inspirant des productions anglaises de l'époque.

Mais le Petit Beurre de LU n'est pas le premier à apparaître, aussi la société LU ne possède-t-elle pas l'exclusivité de l'appellation.

Le substantif "petit-beurre" est passé dans la langue comme terme générique ; il prend un trait d'union et son pluriel "Petits-beurre" (et non "Touyoux" comme voudraient le faire croire certains...) est fréquemment source de fautes d'orthographe.

Source : wikipedia.org

"Un enfant de la balle" ou "Une enfant de la balle".

Cette expression désignait à l'origine "une personne exerçant la même profession que ses parents".

Mais on l'utilise essentiellement de nos jours pour évoquer "un artiste, dont les parents exerçait déjà la même profession".

On dit par exemple : "Catherine Deneuve est une enfant de la balle : son père et sa mère étaient acteurs, et sa grand-mère souffleuse !".