"Un métier de bouche" ou "Les métiers de bouche" et "Un commerce de bouche" ou "Les commerces de bouche".

Un commerce de bouche : une boucherie-charcuterie

Ces différentes locutions nominales masculines en forme d'idiotismes corporels ne manquent pas de surprendre nos jeunes enfants ou nos amis étrangers.

Ainsi naturellement que les personnes à l'esprit mal placé !

Tous désignent : une activité professionnelle, plus ou moins réglementée, liée à la préparation de produits et mets relevant de l'alimentation humaine ; cela dans un cadre artisanal ou industriel.

Un commerce de bouche : une boulangerie-pâtisserie

Comme par exemple : boucher, charcutier-traiteur, volailler, poissonnier, écailler, crémier-fromager, boulanger-pâtissier, chocolatier, confiseur, glacier, sommelier, caviste, cuisinier, pizzaïolo, commerce des primeurs, fruits et légumes, etc.

Un commerce de bouche : un magasin de fruits et légumes

Nécessitant souvent une compétence spécifique née de formation et de pratique, les métiers de bouche sont soumis à de nombreuses contraintes (hygiène, connaissance de codes professionnels, horaires, éventuelle pénibilité). Certains demandent une grande habileté manuelle, d'autres, de façon annexe, mais obligatoire, des aptitudes comptables et commerciales. Et dans tous les cas une aptitude au contact avec la clientèle.

Source : wikipedia.org

"En boucher un coin" à quelqu'un.

Cette locution verbale, qui relève du registre populaire, ne manque pas d'étonner nos jeunes enfants ainsi que nos amis étrangers.

Elle signifie, au sens figuré : étonner, stupéfaire, par ses propos ou par ses actes ; réduire au silence.

On dit par exemple : "Ça t'en bouche en coin, pas vrai, de me voir arriver avec cette bagnole !".

Sources : wiktionary.org et www.expressio.fr

"Un gros cube".

Ce curieux substantif masculin, qui ne doit pas manquer d'interloquer nos amis étrangers ou nos jeunes enfants, relève du registre argotique.

Et il désigne : une moto de forte cylindrée (supérieure à 500 cm3), également appelée "grosse cylindrée", dans le registre familier.

La présence du mot "cube" s'explique par le fait que la cylindrée des moteurs s'exprime en cm3 (centimètres cubes).

Source : www.larousse.fr

"Des clous !"

Cette interjection qui ne manque pas d'interloquer nos amis étrangers ou nos jeunes enfants relève du registre populaire.

Et elle signifie, selon le contexte :

  • Pas question !

On dit par exemple : "Partir en vacances avec toi ? Des clous !".

  • ou : Rien !

On dit par exemple : "Mais alors, que comptes-tu me donner ?" "Des clous !".

Source : dictionnaire.sensagent.leparisien.fr

"Un pousse-café".

Ce substantif masculin, qui ne doit pas laisser d'interloquer nos amis étrangers, appartient au registre familier.

Et il désigne : un petit verre d'alcool que l'on prend à la fin du repas, après le café.

On dit par exemple : "Allons Maurice : tu prendras bien un pousse-café, tu as à peine fin ton cinquième quart de rouge !".

"Couler une retraite paisible".

Un couple de retraités appuyés sur une barrière en bois, "coulant une retraite paisible"

Cette locution verbale appartient au langage courant mais ne manque pas d'interloquer nos jeunes enfants ou nos amis étrangers.

Elle signifie simplement : profiter tranquillement de sa retraite.

On dit par exemple : "Ayant  pu prendre leur retraite très jeunes, à 57 ans, mes parents ont la chance de couler une retraite paisible depuis maintenant plus de trente ans".

"S'en payer une bonne tranche" ou "S'en payer une tranche".

Voilà bien deux locutions verbales relevant du registre familier qui ne manquent pas manquer d'interloquer nos jeunes enfants et amis étrangers.

Elles signifient en effet, par ellipse des locutions nominales "de rigolade" ou "de bon temps" : beaucoup s'amuser, bien rigoler, se régaler.

On dit par exemple : "Tu devrais venir avec nous chez Jean-Charles, on va s'en payer une bonne tranche".

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire "Beaucoup rire" ou "Bien rire" en français.

 

"Pêle-mêle" et "Un pêle-mêle".

Le mot "Pêle-mêle"appartient au langage courant et ne doit pas manquer d'interloquer nos amis étrangers.

  • Il s'agit tout d'abord d'un adjectif signifiant : dans un désordre complet, dans une grande confusion.

On dit par exemple : "Si tu voyais son bureau : tous les documents sont entassés pêle-mêle !".

Un bureau très mal rangé

Ou : "J'ai failli m'évanouir en découvrant la chambre de mes petits-enfants : tout y était entassé pêle-mêle".

Une chambre d'enfant en grand désordre, où tout s'entasse "pêle-mêle"

Ou encore : "Le bibliophile-bibliomane que je suis ne comprends pas que l'on puisse entasser ses livres pêle-mêle".

Des livres entassés pêle-mêle

  • mais également un substantif masculin invariable désignant : un cadre destiné à recevoir plusieurs photos.

Un cadre photo de type pêle-mêleUn cadre photo de type pêle-mêle

Sources : Le robert et www.cnrtl.fr

"Un roulé-boulé".

Cet étrange substantif masculin ne doit pas manquer d'interloquer nos amis étrangers.

Appartenant au langage courant, il désigne :

  • un mouvement de gymnastique consistant à rouler sur soi-même, également appelé "une Roulade",
  • ou "une Galipette" par les enfants,
  • ou : une culbute suivant une chute, par laquelle on tombe en se roulant en boule afin d'amortir le choc ; que ce soit après un saut d'une certaine hauteur ou lors d'un atterrissage en parachute.

Sources : Le Robert, www.cnrtl.fr et www.larousse.fr

"Tape-à-l'oeil".

Une chambre "tape-à-l'oeil"

Cet adjectif invariable en forme d'idiotisme corporel ne manque pas de surprendre nos amis étrangers et nos jeunes enfants.

Appartenant au registre familier, il signifie, au sens figuré : éblouissant mais trompeur, criard, clinquant, tapageur, trop voyant.

On dit par exemple : "Je déteste le coté tape-à-l'oeil des maisons de nouveaux riches.

Un salon "tape-à-l'oeil"

Sources : wiktionary.org et www.larousse.fr

"Résultat des courses".

Cette locution nominale du registre familier qui ne manque pas de surprendre nos amis étrangers signifie : au bout du compte, bilan, conclusion, conséquence ou finalement.

Elle s'utilise en effet - telle que - pour annoncer le résultat ou la conséquence - souvent fâcheux, déplaisant, désagréable ou négatif - de ce qui a été préalablement énoncé.

On dit par exemple :

  • "Je suis allé au restaurant plutôt que de me faire à manger. Résultat des courses : une intoxication alimentaire !".
  • "J'ai expliqué la situation à ma mère. Résultat des courses : elle m'en veut".
  • "J'ai pris le temps d'apprendre à mon frère comment bien jouer aux échecs. Résultat des courses : il me bat tout le temps !".

Sources : www.online-french-classes.com, www.larousse.fr et wwww;languegfrancaise.net

"Se fendre la gueule", "Se fendre la pêche", "Se fendre la pipe" ou "Se fendre la poire".

Ces différentes locutions verbales du registre argotique sont parfaitement synonymes, les substantifs féminins "Gueule", "Pêche", "Pipe" et "Poire" désignant ici le visage, la figure.

Et elles signifient toutes, au sens figuré : rire aux éclats, être plié de rire.

Sur le même sujet, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à  "Toutes les façons de dire "Bien rire" ou "Rire beaucoup".