Le lapsus du siècle !

C'est au sympathique Jean-Pierre Foucault que nous le devons. Et je trouve qu'il vaut son pesant d'or !

La scène remonte à 1987.

Le célèbre animateur présente alors l'émission de divertissement phare du moment, "Sacrée soirée", et il doit désannoncer la chanteuse Karen Cheryl, aujourd'hui davantage connue comme animatrice de radio, sous son véritable patronyme d'Isabelle Morizet.

La jolie vedette alors âgée de 32 ans, sexy en diable, en pantalon de cuir noir, vient de se trémousser quatre minutes durant au rythme de son nouveau titre "À l'envers, à l'endroit", lorsque le sémillant quadragénaire - nous sommes, je le rappelle en 1987 - vient la rejoindre sur le plateau en s'exclamant : "À bientôt Karen Cheryl, "Par devant, par derrière !"...

Est-il réellement nécessaire de commenter ?

On ne dit pas : "Vous savez jeudi c'qu'i s'passe ? C'est la Saint-Valentin !" !

Comme l'a fait le journaliste français annonçant, le 10 février 2019, le reportage au Kenya "Allons voir si la rose", de Grégoire Lecalot et Laure Broulard, dans le magazine radiophonique dominical de grands reportages de Pascal Dervieux, Vanessa Descouraux et Philippe Bardonnaud, "Interception", sur la radio publique française France Inter.

Mais : "Vous savez cE qu'iL sE passe JEUDI ? C'est la Saint-Valentin" !

Nos représentants politiques sont-ils tous des obsédés sexuels ?

Ils - et elles ! - sont en effet régulièrement à l'origine de savoureux lapsus linguae qui ne peuvent que nous amener à nous interroger sur la nature réelle de leurs préoccupations premières.

Rappelons en effet que la psychanalyse considère le lapsus comme une variété d'acte manqué et que, de fait, nombre de leurs fautes se produisent au profit de termes à caractère sexuel.

Rachida Dati

  • On se souvient ainsi de la ministre de la justice de François Fillon, Rachida Dati, interviewée le 26 septembre 2010 par Anne-Sophie Lapix sur Canal Plus, constatant : "quand je vois certains qui demandent des taux de rentabilité à 20-25 %, avec une fellation quasi-nulle" (au lieu d'une "inflation")...

Puis, de la même garde des sceaux, interviewée le (cela ne s'invente pas !) 1er avril 2011 par Christophe Barbier sur LCI, évoquant : "Un gode des bonnes pratiques" (au lieu de "code").

Brice Hortefeux

 

  • Entretemps, le 17 octobre 2010, invité du grand jury RTL-LCI-Le Figaro, son collègue, Brice Hortefeux, ministre de l'Intérieur du même François Fillon, évoquait "Le fichier des empreintes génitales" (au lieu de "génétiques").

Édouard Philippe

 

  • Tandis que, plus récemment, le 10 mars 2018, le Premier ministre Édouard Philippe a régalé le monde de l'ovalie à l'occasion de son allocution pour la création du comité d’organisation de la Coupe du monde de rugby 2023, en annonçant : "La France est une nation qui veut continuer à sucer des grands champions" (au lieu de "susciter")...

Sur un thème contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré aux différentes pratiques sexuelles des personnalités.

 

On ne dit pas : "La chance que j'ai fait c'est que j'avais fait ces photos au Rolleiflex" !

Comme l'a déclaré le photographe français Raymond Depardon le 28 septembre 2019, dans la matinale de la radio publique française France Inter".

Mais : "La chance que j'ai EU c'est que j'avais fait ces photos au Rolleiflex" !

Voire, idéalement, : "J'AI EU la chance D'AVOIR fait ces photoGRAPHIEs AVEC UN Rolleiflex" !

Parce que ce n'est pas la première fois que je l'entends ainsi massacrer le français, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas :"Merci tellement, Joan Baez !"

Comme l'a fait l'animateur français Augustin Trappenard", le 20 février 2018, dans son émission radiophonique "Boomerang", sur la radio publique française "France Inter".

Mais : "Merci infiniment, Joan Baez" !

Ou, directement, : "Thank you so much, Joan Baez" !

On ne dit pas : "Un aréoport" pas plus que "Un aréodrome" !

Ces deux mots n'existent pas !

Les avions atterrissent et décollent de l'"Aéroport". Ou de l'"Aérodrome" !

Je suis régulièrement sidéré de continuer à entendre très régulièrement ces deux barbarismes...

Et pas seulement dans la bouche de personnes peu instruites ou maîtrisant mal notre langue !

Ainsi ai-je été récemment stupéfait d'entendre récemment le barbarisme "Aréoport" en visionnant la série de 3 DVD des Éditions Montparnasse, réalisée en 2010 par Michel Poulain et intitulée "Nos années télé 1950/1980".

Celle-ci retrace, grâce notamment aux archives de l'INA, les 30 premières années de l'histoire de la télévision française, ses émissions cultes, ses rendez-vous incontournables et ses figures légendaires.

Parmi lesquelles, la célèbre série télévisée française en noir et blanc "Les globe-trotters",  réalisée par Claude Boissol et diffusée de 1966 à 1968.

Dans l'introduction du deuxième épisode de la première saison, intitulé "Marseille" et diffusé le 23 octobre 1966, on entend l'acteur français Yves Rénier - dans le rôle du journaliste français "Pierre", a priori censé parler un français correct - annoncer son départ pour "l'Aréoport", en voix hors champ !

Comment un dialoguiste a-t-il pu commettre une pareille faute ? Et comment a-t-on bien pu ensuite laisser passer une telle bêtise à l'antenne ? Je m'interroge... ; mais peut-être suis-je trop pointilleux ?

On ne dit pas : "Tous les feux sont à peu près allumés" !

Le journaliste sportif français Grégory Schneider

Comme l'a fait le journaliste sportif français Grégory Schneider, le 15 septembre 2019, dans l'émission vespérale "L'Équipe du Soir" de la chaine de télévision française "L'Équipe".

Mais : "PRESQUE tous les VOYANTS sont allumés" !

Ce qui signifie, au sens figuré, qu'il convient d'être prudent, méfiant, attentif.

Parce que ce n'est pas la première fois que ses propos m'écorchent les oreilles et parce qu'il est un professionnel du verbe expérimenté, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Un des thèmes centrals" !

Comme l'a déclaré l'écrivain français Albert Camus - pourtant prix Nobel de littérature ! - le 28 janvier 1959 - dans l'émission télévisée française "Lectures pour tous" de Pierre Dumayet, Pierre Desgraupes et Max-Pol Fouchet.

Mais : "Un des thèmes centraux" !

On ne dit pas : "J'ai trouvé la trouvaille intéressante, c'est quand" !

Surtout lorsque l'on est écrivain et critique littéraire, comme Frédéric Beigbeder, et que l'on s'exprime ainsi au sujet de "Smith & Wesson", le roman italien d'Alessandro Baricco, le 2 juillet 2018 dans l'émission française dominicale "Le masque et la plume", sur la chaîne radiophonique publique française France Inter.

Mais plutôt, par exemple, : "J'ai APPRÉCIÉ la trouvaille CONSISTANT À" !

Compte tenu de sa double casquette, c'est sans hésiter que je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français" !

On ne dit pas : "Cette année, le président du jury du Livre Inter sera Riad Sattouf, un des dessinateurs les plus célèbres de bande dessinée" !

Comme cela nous l'a été annoncé le 31 janvier 2019, lors de la matinale, sur la chaîne radiophonique publique française France Inter.

Mais : "Cette année, le président du jury du Livre Inter sera Riad Sattouf, un des dessinateurs DE BANDE DESSINÉE LES PLUS CÉLÈBRES" !

On ne dit pas : "Y a eu un travail pendant un an, journalistique" !

Comme l'a fait le député français, LFI, Adrien Quatennens, le 15 septembre 2019,dans l'émission radiophonique française "Questions politiques", sur la radio publique française France Inter.

Mais : "IL y a eu un travail JOURNALISTIQUE, pendant un an" !