"Mickey Rooney".

Il s'agit du nom d'artiste de l'acteur états-unien Joseph Yule Jr., né le 23 septembre 1920 et mort le 6 avril 2014.

Célèbre dès les années 1930 comme enfant vedette, il s'est marié à huit reprises, dont une première fois de manière éphémère (1942-1943), avec l'actrice états-unienne Ava Gardner.

Mickey Rooney et AVa Gardner

Réalisateur, producteur, scénariste et compositeur, il a tourné dix décennies durant, de 1927 à 2014, c'est à dire de 7 à 94 ans !

 

 

 

 

 

 

 

Et il a tourné son dernier film "La nuit au musée : Le secret des pharaons" (2014) quelques semaines à peine avant sa mort.

Mickey Rooney

Source : wikipedia.org

"Claude Jade".

Il s'agit du nom d'artiste de l'actrice française Claude Jorré, née le 8 octobre 1948 et morte le 1er décembre 2006.

Actrice fétiche du réalisateur français François Truffaut, qui a fait d'elle "La petite fiancée du cinéma français", elle est devenue célèbre grâce à son rôle de Christine Darbon, la petite amie, l'épouse, puis la femme divorcée d'Antoine Doinel, dans le cycle de films : "Baisers volés" (1968), "Domicile conjugal" (1970) et "L'Amour en fuite" (1978).

Son rôle dans "L'Étau", réalisé en 1968 par le réalisateur britannique Alfred Hitchcock - qui l'avait embauché sur les conseils de François Truffaut -, lui vaut d'appartenir à la grande galerie des "blondes hitchcockiennes".

"Francis Ford".

Francis Ford, le frère aîné de John Ford

Il s'agit du nom d'artiste de l'acteur, scénariste et réalisateur états-unien d'origine irlandaise Francis Joseph Feeney, né le 14 août 1881 et mort le 5 septembre 1953.

Parti pour la Californie en 1909 avec Gaston Méliès (le frère aîné du célèbre réalisateur français Georges Méliès), il y devient acteur et réalisateur pour les studios Universal.

Ayant connu une ascension rapide aux premiers temps de l'industrie du cinéma, il a vu sa carrière décliner au moment de l'essor de celle de son jeune frère qu'il a fait débuter sous le nom de "Jack Ford", puis "John Ford" et qui est devenu l'un des plus importants réalisateurs états-uniens.

John Ford

Sa très importante filmographie compte près de 200 films comme réalisateur et près de 500 comme acteur.

Source : wikipedia.org

"Janet Leigh".

Janet Leigh dans "Psychose" (1960)

Il s'agit du nom d'artiste de l'actrice états-unienne Jeanette Helen Morrison, née le 6 juillet 1927 et morte le 3 octobre 2004.

Janet Leigh dans "Psychose" (1960)

Elle est notamment connue pour son interprétation de Marion Crane dans le film "Psychose", réalisé en 1960 par le metteur en scène britannique d’Alfred Hitchcock, qui lui vaut d'appartenir à jamais à la grande galerie des "blondes hitchcockiennes".

Elle a épousé en troisième noce l'acteur états-unien Tony Curtis, dont elle a eu deux filles, devenues elles aussi actrices : Kelly Curtis et Jamie Lee Curtis.

Jamie Lee Curtis, sa petite soeur Kelly et leurs parents, les acteurs vedettes états-uniens Tony Curtis et Janet Leigh

Source : wikipedia.fr

"André Cayatte".

André Cayatte

Il s'agit du nom d'artiste du réalisateur français Marcel Truc, né le 3 février 1909 et mort le 6 février 1989.

"André Cayatte" est également un nom de plume, puisque cet avocat de formation a publié différents romans et essais sous ce nom ; son oeuvre poétique étant signée "Armand Tréguière".

À partir de l'évocation de faits divers réels, son œuvre cinématographique interpelle le spectateur sur des sujets de société, tels que la corruption, l'abus de pouvoir, la délation, la pédophilie, l'euthanasie, la chirurgie esthétique, la bombe atomique, la réconciliation franco-allemande, la peine de mort, etc.

Ses trente films, dont de nombreux succès malgré une censure récurrente, ont ainsi mis en procès une société en voie de déshumanisation et formé un unique plaidoyer contre tout ce qui dans la modernité condamne l'individu, et tout spécialement le système judiciaire et le conformisme dont il se soutient.

Adolescent dans les années 1970, je me souviens avoir régulièrement entendu mon père dénoncer avec véhémence les films de ce réalisateur engagé, arguant de ce que "Chez Cayatte, ce n'est pas compliqué : il n'y a que des victimes innocentes injustement condamnées !".

Source : wikipedia.org

"Anny Ondra".

Anny Ondra

Il s'agit du nom d'artiste de l'actrice tchèque Anna Sophie Ondrakova, née le 15 mai 1902 et morte le 28 février 1987.

Aujourd'hui largement oubliée du grand public - et même de nombreux cinéphiles, hélas - elle demeure pourtant, à jamais, la première de la grande galerie des "blondes hitchcockiennes".

L'acteur danois Carl Brisson et l'actrice tchèque Anny Ondra dans "The manxman" (littéralement, "L'homme de l'île de Man") réalisé en 1928 par Alfred Hitchcock et sorti en 1929
L'acteur danois Carl Brisson et l'actrice tchèque Anny Ondra dans "The manxman" (littéralement, "L'homme de l'île de Man") réalisé en 1928 par Alfred Hitchcock et sorti en 1929

Elle a en effet été l'héroïne du dernier film muet du maître du suspense : "The manxman" (1929).

L'acteur anglais John Longden et l'actrice tchèque Anny Ondra, face à l'acteur anglais Charles Paton, dans le film anglais "Chantage", réalisé en 1929 par Alfred Hitchcock
L'acteur anglais John Longden et l'actrice tchèque Anny Ondra, face à l'acteur anglais Charles Paton, dans le film anglais "Chantage", réalisé en 1929 par Alfred Hitchcock (Collection Christophe)

Et de son premier film parlant ("Chantage") (1929), pour lequel elle a été doublé, en raison de son trop fort accent.

Vedette du cinéma tchèque, elle joue dans plus de quarante films en Bohême, en Autriche et en Allemagne jusqu’en 1928, principalement sous la direction de l'acteur tchèque devenu réalisateur Karel Lamac, dont elle devient la compagne.

Cette année-là, en effet elle signe un contrat avec la BIP (British International Pictures). Elle y rencontre Alfred Hitchcock, avec qui tourne les deux films évoqués.

Cela ne marque pas pour autant le deuil de sa carrière, puisqu'elle jouera encore dans une quarantaine de films en Allemagne, en France et en Tchécoslovaquie.

Avant de faire sa dernière apparition à l'écran en 1957.

Vie privée

L'acteur, réalisateur et producteur tchèque Karel Lamac, également connu sous les noms germanisé de Carl Lamac et francisé ou anglicisé de Charles Lamac
L'acteur, réalisateur et producteur tchèque Karel Lamac, également connu sous les noms germanisé de Carl Lamac et francisé ou anglicisé de Charles Lamac

Elle a été la compagne du célèbre acteur et réalisateur tchèque Karel Lamac, avec lequel elle a créé la société de production allemande Ondra-Lamac-Film, en 1930, qui produira jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, malgré leur séparation.

L'actrice tchèque Anny Ondra et le champion de boxe allemand Max Schmeling, le jour de leur mariage, en 1933
L'actrice tchèque Anny Ondra et son époux, le champion de boxe allemand Max Schmeling, le jour de leur mariage, en 1933

Puis, en 1933, l'épouse du célèbre champion de boxe allemand Max Schmeling (28 septembre 1905 - 2 février 2005 à Wenzendorf), qui fut le premier boxeur européen champion du monde des poids lourds, entre 1930 et 1932, avant de devenir, dans les années 1950, un important responsable de Coca-Cola Europe en Allemagne.

Le champion de boxe allemand Max Schmeling, premier européen sacré champion du monde de boxe, entre 1930 et 1932

Et demeure considéré, aujourd'hui encore, comme le huitième meilleur boxeur poids lourd de tous les temps par le site BoxRex.com.

Source : wikipedia.org

"Marie-José Nat".

Marie-José Nat

Il s'agit du nom d'artiste de l'actrice française Marie-José Benhalassa, née le 22 avril 1940 et morte le 10 octobre 2019.

L'actrice française Marie-José Nat  L'actrice française Marie-José Nat

Mannequin, elle remporte en 1955 un concours du magazine "Femmes d'aujourd'hui" qui lui permet de devenir la partenaire de l'acteur français Jean-Claude Pascal dans un roman-photo intitulé "L'amour est un songe". Au cours du tournage, celui-ci lui trouve son pseudonyme, "Nat", en raison des longues tresses qui entourent son visage.

Elle a été successivement l'épouse de :

L'actrice française Marie-José Nat et son premier mari, l'acteur français Roger Dumas

  • l'acteur et parolier français Roger Dumas (1960-1962), rencontré en 1959 sur le tournage du film "Rue des prairies" de Denys la Patellière, avec Jean Gabin.

Souvenez-vous : le copain de régiment à qui Belmondo dit "Quelle aventure !" à la fin de "L'homme de Rio" de Philippe de Broca (1964) ; devenu par la suite parolier, notamment de "Comme un garçon" de Sylvie Vartan, en 1967.

L'actrice française Marie-José Nat et son deuxième mari, le réalisateur français Michel Drach

  • du réalisateur français Michel Drach (1965-1981), sous la direction duquel elle tourne en 1970 "Élise où la vraie vie", dans lequel elle joue le rôle d'une Française amoureuse d'un Algérien durant la guerre d'Algérie. Ce qui lui vaut de devenir l'une des actrices préférées des algériens. Et en 1974 "Les Violons du bal", pour lequel elle obtient le prix d'interprétation féminine au festival de Cannes.

Affiche du film français "Élise ou la vraie viel" de Michel Drach (1970)  Affiche du film français "Les violons du bal" de Michel Drach (1974)

  • et de l'écrivain, peintre et parolier français Serge Rezvani (2005), l'auteur du célèbre "Le tourbillon de la vie", interprété par Jeanne Moreau dans le film "Jules et Jim" de François Truffaut", en 1962.

L'actrice française Marie-José Nat et son troisième mari, l'écrivain, peintre et parolier français Serge Rezvani

Après avoir entretenu durant plusieurs années une liaison avec l'acteur français Victor Lanoux, de la fin des années 1970 à la fin des années 1980.

L'actrice française Marie-José Nat et son compagnon, l'acteur français Victor Lanoux

Source : wikipedia.org

"Tome" ou "Philippe Tome".

Le scénariste belge Philippe Tome

Il s'agit du nom de plume du scénariste de bande dessinée belge Philippe Vandevelde, né le 24 février 1957 et mort le 5 octobre 2019.

Le petit Spirou

Il a repris, avec Janry, la série de bande dessinée belge "Spirou et Fantasio", de 1982 à 1998.

Et il est, notamment, le créateur, en 1983, avec Janry, de la série "Le Petit Spirou" ainsi que de la série "Soda", successivement dessinée, à partir de 1985, par Luc Warnant, Bruno Gazzotti (tome 3 à 12) et Dan Verlinden (tome 13).

Le détective Soda

"Montéhus".

Montéhus

Il s'agit du nom de scène du chansonnier français Gaston Mardochée Brunswick, né le 9 juillet 1872 et mort le 31 décembre 1952. Il est notamment l'auteur des chansons antimilitaristes "Gloire au 17e", "La Butte Rouge" et "La Jeune Garde".

D'abord socialiste modéré, il évolue en 1906 vers un antimilitarisme radical, avant de rejoindre l'Union sacrée en 1914, et d'adhérer à la SFIO dans les années 1930.

Charles Aznavour

Charles Aznavour

Il s'agit du nom de scène de l'acteur, écrivain et auteur-compositeur-interprète franco-arménien Shahnourh Varinag Aznavourian, né le 22 mai 1924 et mort le 1er octobre 2018.

Il a commencé sa carrière musicale en 1942, à l'âge de seulement 18 ans, au sein du duo "Roche et Aznavour".

Il a écrit ou coécrit - au cours de sa prodigieuse carrière qui court sur 78 années et 8 décennies - plus de mille chansons, que ce soit pour lui-même ou d'autres artistes.

Et en a enregistré près de mille deux cents chansons interprétées en plusieurs langues : en français, anglais, italien, espagnol, allemand, arménien, napolitain, russe et sur la fin de sa carrière en kabyle, ce qui a contribué à faire de lui l'un des chanteurs français les plus connus en dehors du monde francophone.

Sans renier sa culture française, il représente l'Arménie dans plusieurs instances diplomatiques internationales à partir de 1995 et obtient la nationalité arménienne en 2008.

Cinéma

Charles Aznavour a joué dans plus de 60 films et téléfilms.

Il a débuté enfant, à 12 et 14 ans, dans "La guerre des gosses" (1936) d'Eugène Deslaw et Jacques Daroy et "Les disparus de Saint-Agil" de Christian-Jaque (1938), sans être toutefois crédité aux génériques.

On se souvient en particulier de "Tirez sur le pianiste" de François Truffaut (1960), "Le tambour" de Volker Schlöndorff (1979) ou "Les fantômes du chapelier" de Claude Chabrol (1982).

À titre personnel, je garde un excellent souvenir de son interprétation du docteur Samuel Goldmann, l'un des deux "Intellectuels assis", avec François Jonsac (Maurice Biraud), face à la "Brute qui marche" (Lino Ventura), dans "Un taxi pour Tobrouk" de Denys de la Pattelière (1961).

Ou de celle d'Edmond Clacul dit "le naïf", dans "La métamorphose des cloportes" de Pierre Granier-Deferre (1965), deux de mes films français préférés, dialogués de main de maître par Michel Audiard.

Arthur dit "le mou" (Maurice Biraud), Alphonse Maréchal dit "Le malin" (Lino Ventura), Rouquemoute dit "Le rouquin" (Georges Géret) et Edmond Clancul dit "Le naïf" (Charles Aznavour) dans "La métamorphose des cloportes", le film franco-italien de Pierre Granier-Deferre (1965)
Arthur dit "le mou" (Maurice Biraud), Alphonse Maréchal dit "Le malin" (Lino Ventura), Rouquemoute dit "Le rouquin" (Georges Géret) et Edmond Clancul dit "Le naïf" (Charles Aznavour) dans "La métamorphose des cloportes", le film franco-italien de Pierre Granier-Deferre (1965)

Famille

Pour finir, il convient de rappeler que Charlez Aznavour était le cousin de l'acteur américain Mike Connors, héros de la série "Mannix".

Source : wikipedia.org