"Charles Gérard".

Charles Gérard

Il s'agit du nom d'artiste de l'acteur français d'origine arménienne Charles Adjémian, né le 1ᵉʳ décembre 1922 et mort le 19 septembre 2019.

Ami inséparable de l'acteur français Jean-Paul Belmondo pendant plus de soixante-et-onze, ils partageaient la même passion du sport, et notamment de la boxe et du tennis.

Charles Gérard et Jean-Paul Belmondo : 71 annnées d'une amitié indéfectible

L’indéfectible complicité qui liaient ces deux "frère siamois" remontait en effet à leur rencontre à l’Avia Club, en 1948.

Charles Gérard

Ce que la plupart des gens ignorent, c'est que cet acteur que l'on a vu dans 55 films de 1970 à 2015 - dont 20 du réalisateur français Claude Lelouch, dont il était le second rôle fétiche ! -, était à l'origine... un réalisateur, auteur d'une demi-douzaine de longs métrages, entre 1958 et 1967.

Affiche du film français "Une balle dans le canon" de Charles Gérard (1958)
Affiche du film français "Une balle dans le canon" de Charles Gérard et Michel Deville (1958)
Affiche du film français "L'ennemi dans l'ombre" de Charles Gérard (1960)
Affiche du film français "L'ennemi dans l'ombre" de Charles Gérard (1960)
Affiche du film français "La loi des hommes" de Charles Gérard (1962)
Affiche du film français "La loi des hommes" de Charles Gérard (1962)
Affiche du film français "À couteaux tirés" de Charles Gérard (1964)
Affiche du film français "À couteaux tirés" de Charles Gérard (1964)

Source : wikipedia.org

"Pascale Ogier".

Pascale Ogier

Il s'agit du nom d'artiste de l'actrice française Pascale Thomas, née le 26 octobre 1958 et morte en pleine jeunesse, le 25 octobre 1984, à l'âge de 26 ans.

Fille du musicien français Gilles Nicolas et de l'actrice française Bulle Ogier, dont elle a repris le nom d'artiste, elle a brièvement été la muse du réalisateur français Éric Rohmer.

L'actrice française Bulle Ogier
L'actrice française Bulle Ogier

Héroïne principale de son film "Les nuits de la pleine lune", tourné l'année de sa disparition, en 1984,elle demeure la figure mélancolique des années 1980.

Une enfant de la balle

Pascale était la fille de l'actrice française Bulle Ogier, dont l'ami n’était autre que le producteur et réalisateur suisse Barbet Schroeder.

Dès l’âge de 10 ans, elle tourne pour André Téchiné dans "Paulina s’en va" (1969). Et entame ensuite des études de cinéma qu’elle va délaisser pour se lancer dans le métier d’actrice.

Son premier véritable rôle sera, en 1978, dans le deuxième film d’un certain Jean-Claude Brisseau, alors soutenu par Eric Rohmer. Ce dernier est, par ailleurs, le voisin de Bulle Ogier, et il a vu grandir Pascale. La même année, il lui offre son second rôle dans "Perceval le Gallois" (1978).

A la même période, elle rencontre le tout jeune cinéaste états-unien Jim Jarmush, avec qui elle noue une relation, pour ensuite former un triangle amoureux avec le directeur artistique Benjamin Baltimore.

Pascale Ogier intègre alors un mythe, qui n’est pas cinématographique : celui de la "branchitude" parisienne du début des années 80, cette période si spéciale, faite d’endroits devenus mythiques tels que le Palace ou les Bains Douches. Pascale fait ses nuit blanches au Palace avec Eva Ionesco, Christian Louboutin , Alain Pacadis, Thierry Ardisson, Pauline Lafont et sa mère, Bernadette, Pascal Greggory, Elli Medeiros, Virginie Thévenet, ou même Roland Barthes. Des nuits plus belles que les jours de certains, des nuits si branchées, si droguées...

Eric Rohmer continue de travailler avec la jeune actrice, et lui offre, en 1979, un rôle au théâtre des Amandiers dans une nouvelle traduction française qu’il a faite lui même de "La petite Catherine de Heilbronn". En 1981 elle consigne le scénario du "Pont du Nord", réalisé par Jacques Rivette et joue dans le film, aux côtés de sa mère. Sa prestation lui vaut d’être reconnue aux États-Unis comme un espoir du cinéma.

A vingt quatre ans, elle maîtrise la diction apprise de Marguerite Duras, celle là même que sa mère imitait, à l’instar d’Emmanuelle Riva dans "Hiroshima mon amour" (1959).

En 1984, Éric Rohmer, qui a eu le loisir de l’inviter souvent avec d’autres adolescents et d’étudier cette jeunesse affranchie tant de la morale que des idéologies, promise à un avenir sans difficultés sinon sentimentales, lui confie le rôle principal d’un film existentialiste sur l’éternelle histoire d’amour et de mort que l’impossible désir pour l’autre fait rejouer à la génération des années 80 : "Les nuits de la pleine lune".

Comme le réalisateur représente la comédie que les enfants de la bourgeoisie contemporaine se jouent à eux mêmes et la manière qu’a une jeune femme de se mettre en scène dans sa vraie vie, il confie à l’actrice elle même le soin de choisir ses tenues dans sa propre garde-robe et les accessoires du décor dans son environnement. Par une mise en abîme imperceptible, il fait de son personnage une décoratrice.

C’est également Pascale Ogier qui fait découvrir à Éric Rohmer le disque "Rectangle" d’Elli et Jacno, dont les chansons électroniques, légères et justes à la fois, serviront d’illustration sonore.

Louise, le personnage à la voix fragile et si singulière qu’elle interprète, partage sa vie entre deux hommes. Le jour, dans une ville nouvelle de la banlieue, avec un compagnon, interprété par Tchéky Karyo, dont elle s’éloigne inexorablement jusqu’à ce qu’il se résigne à la quitter. Et la nuit, à Paris même, avec un confident chaste tenu au rôle d’ami et accompagnateur, qu’incarne Fabrice Luchini. A la dernière scène, l’héroïne disparaît seule dans la nuit parisienne. Le film fait près de six cent mille entrées et Pascale Ogier devient une actrice reconnue, par le public et la profession. En septembre, son interprétation, dans laquelle elle semble jouer la femme qu’elle est à la ville, lui vaut la Coupe Volpi pour la meilleure interprétation féminine à la Mostra de Venise. Et le prix lui est remis par un cinéaste qu’elle révère : Michelangelo Antonioni.

Elle commence ensuite le tournage d’"Elsa, Elsa", un film de Didier Haudepin dont elle incarne le personnage principal. Le 17 octobre, elle prend part à une réception officielle à l’Élysée en l’honneur de l’industrie de la mode, en présence du président Mitterrand, de grands couturiers et de d’artistes célèbres. Sept jours plus tard, est diffusée une interview filmée au début du mois pour l’émission "Cinéma, Cinémas", où elle évoque avec pudeur une sexualité sombre faites de "choses physiques aussi, beaucoup… Je rêve beaucoup de ça. (…) les histoires d’amour (…) C’est ma fatalité, je crois… Pour toujours".

Le lendemain à l’aube, 25 octobre 1984, deux mois et demi après la sortie des "Nuits de la pleine lune", au sortir d’une soirée au Palace, comme cela lui était déjà arrivé, elle est prise d’une crise d’angor, chez un ancien partenaire d’excès adolescents. Celui-ci ignore qu’elle souffre d’un souffle au coeur , trace d’une malformation cardiaque congénitale, et tarde à alerter les secours. Pascale Ogier meurt sur place des conséquences d’une ischémie myocardique dégénérée en hypoxie générale, à la veille de son 26e anniversaire, quatre jours après le réalisateur François Truffaut. Le soir même a lieu l’avant-première de son dernier long métrage, "Ave Maria", dont elle ne connaîtra pas le destin scandaleux. Et ce n’est que des années plus tard que les médias français évoqueront un surdosage de cocaïne, qui aura décompensé sa cardiopathie.

La chanteuse Lio la remplace dans le tournage d’"Elsa, Elsa".

Et, en février, lors de la Nuit des César, elle est citée à titre posthume - honneur qui n’avait jamais été rendu qu’à Romy Schneider - au rang des meilleures actrices, le prix étant remporté par Sabine Azéma.

En 1985, le chanteur Renaud, dans son album "Mistral gagnant" lui consacre une superbe chanson où, sans la nommer, il l’appelle affectueusement "P’tite conne" :

Et Jim Jarmusch, qui avait le projet de tourner avec elle, lui dédie son film "Down by law".

Célébrée dès le lendemain de sa mort comme l’icône des années quatre vingt, par le critique Alain Pacadis, qui la compare à ce que fut l'actrice Anouk Aimée, dans les années soixante pour une Nouvelle Vague finissante, Pascale Ogier est devenue, plus de trente ans après, une véritable figure de roman.

Son nom est presque homonyme de celui du réalisateur français Pascal Laugier, avec lequel il convient évidemment de ne pas la confondre.

Sources : wikipedia.org et lemagcinema.fr

"Gilbert Bécaud".

Il s'agit du nom de scène de l'auteur-compositeur-interprète français François Gilbert Léopold Silly, né le 24 octobre 1927 et mort le 18 décembre 2001.

Il demeure l'emblème de l'Olympia, où sa prestation du 17 février 1955 lui valut - parmi d'autres - le surnom de "Monsieur 100 000 volts".

En 1957, Gilbert Bécaud enregistre la chanson "Salut les copains", qui, en 1959, donne son titre à une émission radiophonique d'Europe 1 qui, très vite, devient culte auprès des adolescents, donnant naissance au magazine éponyme à succès.

Quatre ans plus tard, en 1961, une autre chanson de Bécaud, nommée "Tête de bois" inspire son titre à une émission de télévision également destinée aux jeunes : "Âge tendre et tête de bois".

Gilbert Bécaud arborait toujours une cravate à pois qu’il porta presque tout au long de sa carrière. Cherchant un travail, il s’était en effet présenté un jour dans un piano-bar, afin de demander au patron s’il pouvait remplacer le pianiste qui était absent. Mais le patron refusa sous prétexte que Bécaud ne portait pas de cravate. Sa mère qui l'accompagnait alors, n’hésita pas à découper le bas de sa robe bleue à pois afin de lui confectionner une espèce de cravate, grâce à laquelle le patron du bar permit à Bécaud de lui faire une démonstration de piano. Sa prestation s'étant avérée réussie, le patron lui demanda de venir jouer tous les soirs et, de ce jour, Bécaud ne cessa d'arborer une cravate à pois !

Source : wikipedia.org et www.cinememorial.com

"Sheila".

Sheila

Il s'agit du nom de scène de la chanteuse française Annie Chancel, née le 16 août 1945.

Idole des années yéyé, Sheila est l'artiste féminine française qui a enregistré le plus de tubes entre 1963 et 1982.

Elle a connu un succès international lors de sa période disco, pendant laquelle elle a chanté en anglais et dansé avec le trio de danseurs noirs "B. Devotion", collaborant avec Nile Rodgers et le groupe Chic en 1980, puis avec Keith Olsen en 1981.

Elle aurait vendu plus de 85 millions de disques dans le monde et est l'une des rares artistes françaises à s'être classée au Billboard américain.

Son éphémère mariage avec le chanteur Ringo fit la une de l'actualité le 7 avril 1975.

"Derib".

Derib

Il s'agit du nom d'artiste, en forme de syncope, du dessinateur de bande dessinée suisse Claude De Ribaupière, né le 8 août 1944.

Ayant débuté au studio Peyo, il est l'auteur des séries animalières "Attila", "Pythgore" et "Yakari".

 

Passionné par les Indiens d'Amérique, il a également créé la grande saga indienne en deux époques "Celui qui est né deux fois" et "Red Road", ainsi que la magnifique série "Buddy Longway".

 

Enfin, il est l'auteur de bandes dessinées destinées à aider la jeunesse en difficulté : "Jo" (prévention du SIDA), "No Limits" (prévention de la violence juvénile) et "Pour toi Sandra" (prévention de la prostitution).

"Arletty".

Arletty

Il s'agit du nom de scène de l'actrice française Léonie Bathiat, née le 15 mai 1898 et morte le 23 juillet 1992.

On se souvient naturellement de sa gouaille et de son accent parigot à couper au couteau, ainsi que d'au moins trois de ses répliques, qui n'ont pas pris une ride :

Vous étonnerais-je en vous précisant qu'il s'agit de l'une de mes actrices françaises préférées !

L'actrice française Arletty, dans le chef d'oeuvre de Marcel Carné et Jacques Prévert, "Le jour se lève" (1939
L'actrice française Arletty, dans le chef d'oeuvre de Marcel Carné et Jacques Prévert, "Le jour se lève" (1939)

Elle figure dans quelques un des chefs-d'œuvre du patrimoine cinématographique français des années 1930 et 1940.

Et notamment - en à peine huit ans - au palmarès de ces six merveilles que sont :

Affiche du film français "Hôtel du Nord" de Marcel Carné (1938)

Affiche du film français "Circonstances atténuantes" de Jean Boyer (1939)

Affiche du film français de 1939 de Maurice Lehmann et Claude Autant-Lara "Fric-Frac"

Affiche du film "Le jour se lèver" de Marcel Carné (1939)Affiche du film "Le jour se lèver" de Marcel Carné (1939)

Affiche du film "Le jour se lèver" de Marcel Carné (1939)Affiche du film "Le jour se lèver" de Marcel Carné (1939)

Affiche du film "Le jour se lèver" de Marcel Carné (1939)

  • "Le jour se lève" de Marcel Carné avec des dialogues de Jacques Prévert (1939), face aux extraordinaires Jean Gabin et Jules Berry,

Affiche du film "Les visiteurs du soir" de Marcel Carné (1942)Affiche du film "Les visiteurs du soir" de Marcel Carné (1942)

Affiche du film "Les visiteurs du soir" de Marcel Carné (1942)Affiche du film "Les visiteurs du soir" de Marcel Carné (1942)

  • "Les Visiteurs du soir" de Marcel Carné avec des dialogues de Jacques Prévert(1942), face au "divin" Jules Berry,

Affiche du film français "Les enfants du paradis" de Marcel Carné (1946)

Source : wikipedia.org

"Touch Connors" puis "Mike Connors".

Mike Connors

Il s'agit des deux noms d'artiste successifs de l'acteur états-unien d'origine arménienne Krekor Ohanian, né le 15 août 1925 et mort le 26 janvier 2017.

"Touch" était son surnom lorsqu'il était un joueur émérite de basket-ball, avant de débuter sa carrière à la télévision et au cinéma. Et il s'est donc d'abord fait appeler "Touch Connors" de 1952 à 1958.

Également producteur, il est notamment célèbre pour son rôle du détective privé Joe Mannix dans la série télévisée "Mannix".

C'était un cousin du chanteur et acteur franco-arménien Charles Aznavour.

Source : wikipedia.org

"Mobutu Sese Seko".

Mobutu Sese Seko

Il s'agit de la forme abrégée de "Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu wa Za Bangau", nom que s'était donné le militaire et homme d'État congolais Joseph-Désiré Mobutu, né le 14 octobre 1930 et mort le 7 septembre 1997.

C'est en général - avec la formule "Le maréchal Mobutu" - le nom sous lequel on désignait ce dictateur, autoproclamé maréchal, qui dirigea son pays d'une poigne de fer durant plus de 31 ans, de novembre 1965 à mai 1997.

Mais il était également surnommé "Papa Maréchal" et "Roi du Zaïre", ainsi que "Le léopard du Zaïre », "Le léopard de Kinshasa" et "L'Aigle de Kawele".

Source : wikipedia.org

"Bulle Ogier".

Il s'agit du nom d'artiste de l'actrice française Marie-France Thielland, née le 9 août 1939.

Ayant fait ses débuts au théâtre en 1963, elle fait sa première apparition au cinéma en 1966.

Sa prestation dans "L'amour fou" de Jacques Rivette, en 1969, est très remarquée.

Et le succès de "La salamandre" d'Alain Tanner, en 1971, la fait plus largement connaître du public.

Affiche du film suisse "La salamandre" de Alain Tanner (1971)
Affiche

Et dans les années qui suivent, alternant cinéma, théâtre et télévision, Bulle Ogier travaille régulièrement avec Jacques Rivette, Barbet Schroeder ou Marguerite Duras.

Vie privée

Bulle Ogier est l'épouse du réalisateur et producteur de cinéma suisse barbet Schroeder.

Et elle était la mère de l'actrice française prématurément disparue Pascale Ogier.

Récompenses

En 1999, elle est nommée pour le César de la meilleure actrice dans un second rôle avec "Vénus Beauté (Institut)", où elle joue la patronne de l'institut de beauté.

Affiche du film français "Vénus beauté (Institut)" de Tonie Marshall (1999)

Et elle reçoit le Molière de la comédienne dans un second rôle, en avril 2011, pour "Rêve d'Automne" de Jon Fosse, mis en scène par Patrice Chéreau.

Source : wikipedia.org