"Un guérillero" et "Des guérilleros" ou "Une guérillera" et "Des guérilleras".

Une guérillera et des guérilleros

Ces différents substantifs masculins et féminins sont directement hérités des mots espagnols  "guerillero", "guerilleros", "guerillera" et "guerilleras".

Et ils désignent : un ou des combattants au sein d'une guérilla (de l'espagnol "guerilla").

Une colonne de guérilleros en marcheDes guérilleras

 

"Une guérilla".

Ce substantif féminin nous vient directement de l'espagnol "guerilla", qui désignait initialement la résistance espagnole par des troupes irrégulières contre l'armée française, lors de la tentative d’annexion de l’Espagne par Napoléon Ier, entre 1808 et 1813.

La guérilla espagnole de résistance aux troupes napoléoniennesLa guérilla espagnole de résistance aux troupes napoléoniennes

Et il désigne :

  • au sens propre : un corps franc, une bande de partisans, une troupe irrégulière, en lutte contre une armée régulière constituée.

On dit par exemple : "Le gouvernement doit faire face à plusieurs guérillas disséminées à travers l'ensemble du pays".

Des guérilleras et des guérilleros

  • et par extension, dans le domaine militaire : la technique de combat de ces corps francs, faite d’escarmouches et d’évitement de tout engagement frontal.

Un guérillero colombien combattant dans la jungleDes guérilleros combattant dans la jungle

 

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à la "Guérilla urbaine".

Sources : wiktionary.org et wikipedia.org

"Un alpaga" ou "Un alpaca".

Ce mot désigne :

  • au sens propre un mammifère domestique originaire d'Amérique du Sud, de la famille des camelidés.

L'alpaga est élevé pour sa laine de très grande qualité. Et sa femelle est appelée "l'alpaguette".

Alors qu'on l'avait longtemps considéré comme très proche du guanaco, une étude de 2001 a montré qu'il avait un ancêtre commun plus récent avec la vigogne qu'avec le guanaco.

Comme les autres camélidés, l'alpaga rumine mais n'est pas classé dans la famille des ruminants.

Selon le pelage, on distingue deux types d'alpagas : les suris et les huacayas.

Un alpaga
Un alpaga
  • et par ellipse lexicale, un manteau en laine d'alpaga.

Celle-ci est très haut de gamme : plus douce, plus chaude, plus résistante et plus légère que la laine de mouton. Et donc évidemment bien plus onéreuse.

Un manteau d'alpaga
Un manteau d'alpaga

Nota bene : le mot espagnol "Alpaca" est beaucoup moins utilisé en France que le mot "Alpaga".

Source : wikipedia.org

"Le Clasico".

Ou "Le Classique" en français.

Il s'agit du nom attribué aux rencontres opposant, depuis 1928, le Real Madrid et le FC Barcelone, les deux plus grands clubs de football d'Espagne et deux des six ou huit meilleurs clubs du monde.

Une rencontre retransmise dans 140 pays des cinq continents, et suivie en 2017 par 650 millions de téléspectateurs.

Doit-on dire "La tequila" ou "Le tequila" ?

Bouteilles de tequila
Réponse
L’un ou l’autre, car le mot espagnol « el tequila » est masculin !

Au Mexique : champ d'agave bleu destiné à la production de tequila

Cette boisson alcoolisée est produite au Mexique à partir de l'agave bleu, la plante également à l'origine de la fabrication du "Mezcal".

Panneau de bienvenue dans la localité mexicaine de Tequila (Janisco)

L'appellation d'origine "Tequila" requiert une production dans la localité du même nom et dans le seul état de Jalisco ou dans quelques municipalités des États mexicains de Nayarit, Michoacan, Guanajuato, et Tamaulipas.

Les cinq zones de production de la tequila
Les cinq zones de production de la tequila

"Le Real", "Le Real Madrid", "Le Real Madrid Club de Futbol", "RMCF", "Los merengues", "Los galacticos", "Los blancos", "La maison blanche" ou "Le club madrilène" ou "Les madrilènes".

Logo du Real Madrid

Toutes ces appellations désignent un club professionnel espagnol de football, basé à Madrid (Espagne).

Logos successifs du Real Madrid depuis 1902
Logos successifs du Real Madrid depuis 1902

Fondé en 1902 par Julian Palacios et les frères Juan et Carlos Padros, le "Madrid Football Club" se voit adjoindre en 1920 le titre "Real" (signifiant "Royal" en espagnol) par le roi Alphonse XIII d'Espagne et son nom est hispanisé en 1941 pour devenir "Real Madrid Club de Futbol".

Vainqueur de très nombreux titres nationaux et internationaux, il a reçu de la Fédération internationale de football association (FIFA) le titre honorifique de plus grand club du XXe siècle.

Le Real Madrid s'impose au sommet du football européen au milieu des années 1950, sous la présidence de Santiago Bernabeu, en remportant notamment les cinq premières éditions de la Coupe d'Europe des clubs champions, de 1956 à 1960.

Lire la suite

"Le guano".

Ce mot venu de l'espagnol désigne un amas d'excréments d'oiseaux marins ou de chauves-souris qui a longtemps constitué l'habitat d'oiseaux marins qui venaient nicher dessus et pondaient leurs oeufs à l'intérieur.

Considéré comme une substance fertilisante, les humains l'ont utilisé comme engrais en vertu de son efficacité, liée à sa grande concentration en composés azotés, qui rend bien plus productifs les sols manquant de matières organiques.

Cependant, cet usage intensif du guano prélevé en trop grande quantité a eu un effet destructeur sur la nidification d'espèces d'oiseaux les amenant quasiment au bord de l'extinction.

L'île de Clipperton, l'atoll le plus isolé au monde et seul lagon d'eau douce au monde, en a par exemple été victime à une époque.

Source : wikipedia.org

"Le mercato".

Ce mot espagnol, qui signifie "Le marché", est systématiquement utilisé depuis quelques années par les journalistes sportifs français pour désigner le marché officiel des transferts de joueurs (en particulier de football) d'un club professionnel à un autre.

Il existe deux mercatos : celui d'hiver et le principal, qui a lieu durant l'été.

"Une remontada" ou "La remontada".

Ce terme espagnol qui signifie "Remontée", désigne, dans le domaine sportif, l'action de remonter la différence de buts et rattraper son retard ; en particulier depuis le 8 mars 2017 et l'extraordinaire performance réalisée par le Barça, en huitième de finale de la Ligue des Champions, face au PSG.

Qualifié jusqu'à la 95e minute, grâce à sa victoire 3-0 remportée trois semaines plus tôt et à son but inscrit à l'extérieur, (qui compte double, en cas d'égalité au score sur l'ensemble des deux rencontres aller et retour, pour les ignorants !), le club parisien avait fini par laisser s'échapper la qualification en quart de finale, en perdant... 6-1, au terme d'un match d'anthologie.

"Le Classico".

Ce néologisme inspiré de l'espagnol "clasico" a été inventé depuis la fin des années 2000 par la chaîne de télévision payante française Canal Plus pour désigner les rencontres opposant le PSG (Paris Saint-Germain FC) et l'OM (Olympique de Marseille).

Précédemment surnommé "Le Choc des Olympiques", il s'agit naturellement d'un - bien modeste - décalque du "El Clasico" espagnol ("Le Classique"), opposant, depuis 1928, le Real Madrid et le FC Barcelone, les deux plus grands clubs d'Espagne et deux des meilleurs clubs au monde. Une rencontre retransmise dans 140 pays des cinq continents, et suivie en 2017 par 650 millions de téléspectateurs.

À l'instar du quotidien sportif L'Équipe, qui appelle les rencontres entre ces deux équipes "Le Classique", je trouve parfaitement absurde et ridicule cette appellation batarde de "Le Classico".

"Une pasionaria" ou "Une passionaria".

Ce mot espagnol désigne une combattante, une femme engagée, se passionnant pour une cause, une idée - le plus souvent de gauche -, dont l'exemple et l'éloquence agissent sur les foules.

Il provient directement du surnom de la femme politique basque espagnole, héroïne de la guerre civile, Dolores Ibarruri.

Source : wikipedia.org et www.cnrtl.fr