Ne dites pas : "Préférer le pain au levain" !

Pain au levain

Comme l'a écrit Anissa Boumédiène (*), le 27 novembre 2019, dans le quotidien gratuit 20 Minutes.

Mais : "PRIVILÉGIEZ le pain au levain" !

  • L'utilisation de la troisième personne du pluriel me semble en effet préférable dès lors qu'il s'agit d'une recommandation.
  • Et l'emploi du verbe "Privilégier" plutôt que "Préférer", évite d'imaginer qu'il faille manger du "pain" plutôt que du "levain", mais bien du "pain au levain".

(*) : Veuve de l'ancien président algérien (1965-1978) Mohamed Boukharouba dit Houari Boumédiène (né le 23 août 1932 et mort le 27 décembre 1978).

Ou une simple homonyme ?

On ne dit pas : "Des chaînes qui s'adressent à l'audience domestique" !

Comme l'a lamentablement fait la journaliste française Sonia Devillers, le 21 novembre 2019, dans sa chronique "L'instant M", sur la chaîne radiophonique nationale France Inter.

Mais : "Des chaînes qui s'adressent à l'AUDITOIRE NATIONAL" !

Pour ce double anglicisme et parce que je la sais coutumière du fait, je lui attribue mon label de médiocrité "Fâchés avec le français" !

On ne dit pas : "Pour le coup" !

Le spécialiste des jeux vidéo Fred Moulin

Comme l'a déclaré, à plusieurs reprises en quelques minutes, le spécialiste français des jeux vidéo Fred Moulin, le 4 novembre 2019, dans l'émission de Sonia Devillers, "L'instant M", sur la chaîne radiophonique publique française France Inter.

Mais par exemple, selon le contexte :

  • "En l'espèce",
  • "En la circonstance",
  • "En l'occurrence",
  • À cette occasion",
  • "Au moins",
  • "Cette fois",
  • "Pour une fois",
  • "Donc",
  • ou "Alors" !

J'avoue ne plus supporter cette formule stupide et ridicule, que j'entends désormais plusieurs fois par jour dans la bouche de mes compatriotes, et qui est devenu un véritable tic de langage.

On ne dit pas : "I dit tellement des choses incroyables j'trouve" !

Comme l'a déclaré le rappeur français Vald, le 13 novembre 2019, dans l'émission d'Augustin Trapenard "Boomerang" sur la chaîne radiophonique française France Inter.

Mais : "JE TROUVE QU'IL dit des choses TELLEMENT incroyables" !

Ne dites pas : "Ça sent "The end" !

L'ancien président du club de football français du Racing Club de Lens (62) Gervais Martel

Comme l'a déclaré l'ancien président du RC Lens (62) Gervais Martel, le 4 novembre 2019, dans l'émission vespérale d'Olivier Ménard, "L'Équipe du soir", de la chaîne de télévision française "L'Équipe".

Mais : "CELA sent LA FIN" !

Pas spécialement pour cette déclaration, mais de façon générale, parce que j'ai rarement entendu une personne de cet âge (il est né en 1954) et avec ce niveau d'études (école de commerce) et de responsabilité (chef d'entreprise et président de club) s'exprimer aussi mal, Gervais Martel jouit du privilège d'être détenteur permanent de mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On n'écrit pas : "Le lapin de Pâque" !

Comme l'a écrit la journaliste française Mathilde Ceilles le 8 novembre 2019 dans l'édition marseillaise du quotidien gratuit français "20 Minutes".

Mais : "Le lapin de PâqueS" !

Le "Lièvre de Pâques", devenu "Lapin de Pâques" est une créature imaginaire qui, selon la tradition, distribue, la veille du matin de Pâques, une importante fête de la chrétienté, des "oeufs de Pâques" colorés ou en chocolat. Ce messager est représenté par un lapin dans les régions anglophones ("Easter Bunny" en anglais), mais c'est généralement un lièvre qui assume cette mission dans les régions germanophones ("Osterhase" en allemand). Et dans le Grand Est français ce rôle peut être assuré par un lapin ou par un lièvre.

Parce qu'elle a également écrit dans le même article "On a aucun contrôle", je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français" !

Source : wikipedia.org

On ne dit pas : "On a aucun contrôle" !

Comme l'a écrit la journaliste française Mathilde Ceilles le 8 novembre 2019 dans l'édition marseillaise du quotidien gratuit français "20 Minutes".

Mais : "On N'a aucun contrôle" !

Parce qu'elle a également écrit dans le même article "Le lapin de Pâque", je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français" !

On ne dit pas : "T'as une vraie rivalité, j'trouve" !

Le journaliste sportif français Giovanni Castaldi

Comme l'a déclaré le journaliste sportif français Giovanni Castaldi, le 4 novembre 2019, dans l'émission vespérale d'Olivier Ménard, "L'Équipe du soir", de la chaîne de télévision française "L'Équipe".

Mais : "TU as une vraie rivalité, jE trouve" !

Et même, idéalement, à mon sens : "IL ME NOUS SEMBLE QUE NOUS AVONS une VÉRITABLE rivalité

On ne dit pas : "Cinq équipes s'affrontent à cinq autres" !

Comme l'a fait le spécialiste des jeux vidéo Fred Moulin, le 4 novembre 2019 dans l'émission de Sonia Devillers, "L'instant M", sur la chaîne radiophonique publique française France Inter.

Mais : "Cinq équipes EN affrontent cinq autres" ou "Cinq équipes s'OPPOSENT à cinq autres" ! !

On n'affronte pas "à quelqu'un" ; on "affronte quelqu'un".

Ou alors, on "s'oppose à quelqu'un" ou on "se confronte à quelqu'un".

"Avoir le seum".

Est-il nécessaire de le préciser, j'exècre naturellement cette immonde expression du registre argotique, dérivée de l'arabe, que les jeunes français utilisent massivement depuis quelques années et qui signifie : être énervé, en colère, dégoûté, frustré.

Le gouvernement français - à travers sa DSCR (Délégation à la Sécurité et à la Circulation Routières) devenue DSR (Délégation à la Sécurité Routière) en 2017 - s'en était pitoyablement fait le porte-parole, en décembre 2012, à travers une lamentable campagne publicitaire pour la sécurité routière destinée aux jeunes, dont les devises étaient "Si t'as pas de Sam, t'as le seum" et "Si t'as un Sam, t'as le swag".

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire "Être énervé" ou "Énerver".

 

On ne dit pas : "On va pas rev'nir à c'que disait Bernard" !

L'ancien président du club de football français du Racing Club de Lens (62) Gervais Martel

Comme l'a déclaré l'ancien président du RC Lens (62) Gervais Martel, le 28 octobre 2019, dans l'émission vespérale "L'Équipe du soir", de la chaîne de télévision française L'Équipe.

Mais : "On NE va pas revEnir SUR cE que disait Bernard" !

Pas spécialement pour cette déclaration, mais de façon générale, parce que j'ai rarement entendu une personne de cet âge (il est né en 1954) et avec ce niveau d'études (école de commerce) et de responsabilité (chef d'entreprise et président de club) s'exprimer aussi mal, Gervais Martel jouit du privilège d'être détenteur permanent de mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Je suis d'avis à" !

Le journaliste sportif français Pierre Maturana

Comme l'a déclaré le journaliste sportif français Pierre Maturana, le 4 août 2019, dans l'émission de télévision française "L’Équipe Mercato", de la chaîne L’Équipe.

Mais : "Je suis d'avis DE" !

Parce qu'il est coutumier du fait et s'exprime souvent très mal, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".