On ne dit pas : "C'est un sujet", "Il y a là un vrai sujet" ou "Nous avons un sujet" !

Comme je ne cesse de l'entendre depuis quelques années de la part de nos dirigeants ou journalistes.

Mais :

  • "C'est un sujet D'INQUIÉTUDE", "C'est un sujet DE PRÉOCCUPATION" ou "C'est un PROBLÈME" !
  • "Il y a là un vrai sujet D'INQUIÉTUDE", "Il y a là un vrai sujet DE PRÉOCCUPATION" ou "Il y a là un PROBLÈME" !
  • ou "Nous avons un sujet D'INQUIÉTUDE", "Nous avons un sujet DE PRÉOCCUPATION" ou "Nous avons un PROBLÈME" !

Je ne supporte plus cette utilisation inepte de plus en plus répandue du mot "Sujet", qui me rend proprement hystérique !

On ne dit pas : "Ils veulent faire entendre de la voix" !

Comme l'a fait une journaliste française, envoyée spéciale à St. Petersburg (Floride) (États-Unis d'Amérique) de la chaîne de télévision publique française France 2, lors des élections présidentielles états-unienne d'avril 2020.

Mais : "Ils veulent faire entendre LEUR voix" ou "Ils veulent DONNER de la voix" !

On n'écrit pas : "Quelque 35 879 cas de Covid-19 ont été recensés ce mercredi" !

Article du 11 novembre 2020 paru sur www.leparisien.fr

Comme on peut le lire dans un article du 11 novembre 2020 sur le site www.leparisien.fr.

Mais : "35 879 cas de Covid-19 ont été recensés ces dernières 24 heures en France, ce mercredi" !

Ou : "Quelque 35 900 cas de Covid-19 ont été recensés ces dernières 24 heures en France, ce mercredi" !

Placé devant un adjectif numéral, le mot "Quelque" est en effet un adverbe signifiant "environ", "à peu près".

Et l'on ne peut par conséquent l'utiliser avant un adjectif numéral aussi précis que "35 879"...

Source : Les gardiens de la langue française www.facebook.com/groups/461120284226475/

 

On ne dit pas : "Hillary Cliton avait obtenu 2,8 millions de voix supplémentaires" !

Comme l'a annoncé, le 31 octobre 2020, une présentatrice française de la chaîne de télévision publique d'information en continu franceinfo.

Mais : "Hillary Cliton avait obtenu 2,8 millions de voix DE PLUS" !

"Supplémentaire" signifie en effet : constituant un supplément, s'ajoutant à ce qui est considéré comme normal, complet ou suffisant dans les conditions habituelles, à ce qui a été décidé.

On parle ainsi de "Délai supplémentaire" ou de "Trains supplémentaires".

Sources : www.larousse.fr et www.cnrtl.fr

On ne dit pas : "À dessein électoraliste" !

Ainsi que j'ai entendu un intervenant le dire, le 31 octobre à 13H20, sur la chaîne de télévision française d'information en continu CNews.

Mais : "À DES FINS électoralistes".

C'est à dire : pour remplir un objectif électoraliste.

Et non "à dessein", qui n'est pas une locution adjectivale, mais une locution adverbiale signifiant : exprès, délibérément, intentionnellement, volontairement ; de façon préméditée.

Sans doute la paronymie existant entre "à des fins" et "à dessein" explique-t-elle la confusion.

On ne dit pas : "Une approche de ce type est tout bonnement inacceptable" !

Ainsi que je l'ai entendu, en décembre 2020, sur un chaîne de télévision française d'information en continu.

Mais : "Une approche de ce type est tout SIMPLEMENT inacceptable" !

La locution "Tout bonnement" signifie en effet tout autre chose.

Je vous recommande la lecture de mon article à ce sujet.

Ne dites pas : "Un certain nombre de personnes pensent que" !

Ainsi que je l'entends régulièrement dans les organes d'information.

Mais : "CERTAINES personnes pensent que" !

À l'instar de mon lecteur Christophe Natu, qui m'en a fait la remarque ce jour, je pense que l'on doit réserver la formule "Un certain nombre" aux cas où la valeur de ce nombre est décisive.

On peut ainsi dire "Au bout d'un certain nombre d'infractions, l'amende est doublée" dès lors que l'on ne connaît pas ce nombre.

On ne dit pas : "I' sont bien contents que y a encore des petites entreprises qui" !

Comme j'ai entendu une dirigeante d'entreprise française le déclarer, le 31 octobre 2020, , dans l'émission "13H15 le samedi", sur la chaîne de télévision publique française France 2.

Mais : "ILS sont bien contents qu'IL y aIT encore des petites entreprises qui" !