On ne dit pas : "Ce président, définitivement, ne sait pas faire court" !

Comme l'a lamentablement déclaré le journaliste français Bruce Toussaint, le 13 avril 2020, sur la chaîne de télévision française d'information en continu BFM TV.

Mais : "Ce président ne sait ABSOLUMENT pas faire court" !

C'est l'adverbe anglais "definitely" qui signifie "absolument" !

Je n'en peux plus de toutes ces personnes - au premier rang desquelles les journalistes, malheureusement - abreuvées d'anglais qui confondent la langue de Shakespeare et le français...

Parce que Bruce Toussaint ne peut pas ignorer qu'il commet là une faute, que je juge personnellement inadmissible, je lui décerne mon label de médiocrité "Fachés avec le français" !

On ne dit pas : "Un pléonasme redondant" !

Comme je l'ai malheureusement entendu dire un jour par un animateur de télévision analphabète désireux de se faire passer pour intellectuel en employant des mots dont il ignorait la signification...

Mais simplement : "Un pléonasme" !

Dire "Un pléonasme redondant" est en effet en soi un superbe exemple de pléonasme.

Et même de pléonasme tout particulièrement stupide, puisque, par essence même, un pléonasme EST redondant !

 

On ne dit pas : "Il a reconquéri son public" !

Comme l'a lamentablement déclaré, le 17 avril 2020, l'homme politique français Karim Zeribi, sur le plateau de la chaîne de télévision française d'information en continu BFM TV.

Mais : "Il a reconQUIS son public" !

Pour avoir prononcé une telle absurdité et parce qu'il n'a ni l'excuse d'être jeune (il est né en 1966) ni celle de l'inexpérience d'avoir à s'exprimer en public (il a été député européen de 2012 à 2014), je lui décerne mon label de médiocrité "Fachés avec le français".

On ne dit pas : "Qui faut qui soit" !

L'ancien conseiller sportif français Gilles Favard

Comme l'a déclaré, le mercredi 21 mars 2018, Gilles Favard, ancien conseiller sportif du FC Nantes, dans l'émission vespérale d'Olivier Ménard "L'Équipe du soir", de la chaîne de télévision française L'Équipe, en parlant des qualités requises pour être un meneur de jeu.

Mais : "Qui doit nécessairement être" !

Parce qu'il ne sait pas parler correctement le français, assassinant systématiquement notre langue lors de la plupart de ses interventions, je lui décerne sans hésiter mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

Pourquoi dire : "J'étais dans les hills" ?

Comme la chanteuse belge Axelle Red, certes néerlandophone de naissance mais qui parle pourtant parfaitement bien notre langue, le 15 mars 2018, dans l'émission quotidienne de Charline Vanhoenacker, Alex Vizorek et Guillaume Meurice "Par Jupiter !", sur la chaîne radiophonique publique française France Inter, pour préciser le lieu d'enregistrement de son denier album, "Exil".

Et pas : "j'étais dans les collines" !

Merci à Charline Vanhoenacker de l'avoir immédiatement reprise et corrigée, car il est exceptionnel que ce soit le cas.

Quand ce n'est pas l'animateur lui-même qui se permet de reprendre et de corriger l'invité ... pour angliciser son propos !

Je me souviens ainsi du cs consternant d'un animateur de la même radio, qui s'était permis de confirmer de la manière suivante le propos de son interlocuteur, après que celui-ci se soit félicité de la qualité d'une bande annonce : "Oui, le trailer est vraiment excellent !"...

 

On ne dit pas : "Sans parler qu'avec la garantie Fiat" !

Comme on peut l'entendre dans la publicité radio de mars 2020 du célèbre constructeur automobile turinois.

Mais : "Sans parler DE la garantie Fiat" !

Pour oser diffuser auprès du grand public un message aussi lamentablement rédigé, qui relève du pur charabia d'analphabète, je leur décerne sans hésiter mon label de médiocrité "Fachés avec le français" !

On ne dit pas : "Les français sont en interrogation, notamment sur les masques" !

Le journaliste français Bruno Jeudy

Comme l'a déclaré le journaliste français Bruno Jeudy, le 8 avril 2020, sur la chaîne de télévision française d'information en continu BFM TV.

Mais : "Les français S'INTERROGENT, notamment À PROPOS DES masques" !

Je n'en peux plus de ce verbiage abscons et de cet emploi abusif et erroné de la préposition "sur" !

Pour ces deux raisons je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "C'que nous avons besoin" !

Comme l'a déclaré, le 2 avril 2020, à Bruce Toussaint, le député français Damien Abad, président du groupe LR (Les Républicains) à l'AN (Assemblée Nationale), sur la chaîne de télévision française d'information en continu BFM TV.

Mais : "CE DONT nous avons besoin" !

Pourquoi dire : "C'est full" ou "Les Zénith se sont avérés full" ?

Comme l'a déclaré le producteur français Christophe Porquet, le 4 mars 2020, dans le documentaire "Jean-Baptiste Guégan : l'incroyable destin de l'homme à la voix de Johnny", diffusé sur la chaîne de télévision française TMC.

Mais : "C'est PLEIN" ou "Les Zénith se sont avérés PLEINS" !