On ne dit pas : "C'est une situation qui s'empire" !

Comme l'a dit, le 24 mars 2020, Patrick Chamboredon, président de l'ONI (Ordre National des Infirmiers), sur la chaîne de télévision française d'information en continu BFM TV.

Mais : "LA situation EMPIRE" !

Ou alors : "Cela empeste de plus en plus" ! Mais je ne pense que cela soit ce que souhaitait dire ce pauvre monsieur.

Explication du calembour
Il résulte de l’homophonie entre les formes conjuguées « S’empire » et « Sent pire ».

Parce que ses fonctions font qu'il devrait au moins savoir s'exprimer correctement, je décerne à M. Chamboredo mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

Pourquoi je ne parviens plus à écouter s'exprimer la journaliste française Ruth Elkrief, sur la chaîne de télévision française d'information en continu BFM TV.

La journaliste française Ruth Elkrief

Ayant voulu suivre son émission le 24 mars 2020, je n'ai pu tenir davantage que 5 minutes, après l'avoir entendu aligner les énormités suivantes :

  • "C'est la première fois qu'y en a autant en 24 heures de plus" au lieu de "C'est la première fois qu'IL y en a autant EN plus en 24 heures" !
  • Il est rev'nu sur les tests qui allaient augmenter" ! au lieu de "Il A RAPPELÉ QUE LE NOMBRE DE tests ALLAIT augmenter".
  • "Là y a un coup d'accélérateur" ! au lieu de "Là IL y a un coup d'accélérateur".
  • "On est sur une réduction drastique de l'offre de TGV" ! au lieu de "NOUS FAISONS FACE À une réduction DRACONNIENNE de l'offre de TGV".

Cette façon permanente d'aussi mal s'exprimer est inacceptable à mes yeux pour une personne de son âge (elle a un an de plus que moi, qui suis né en 1961), très diplômée (IEP, DEA en études politiques, CFJ !) et professionnelle du verbe depuis 1985.

Pour toutes ces raisons, je lui décerne donc mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

 

Pourquoi écrire : "Newsroom", "Daily" et "Work" ?

Comme le fait la chaîne de télévision française d'information en continu LCI sur son site internet, pour trois de ses dix onglets.

Et pas, par exemple, : "Actualité",  "Vie quotidienne" et "Emploi" !

Pour ces mots anglais - au surplus mal choisis et ne correspondant à rien en anglais - je leur décerne sans hésiter mon label de médiocrité "Fâchés avec le français" !

On ne dit pas : "Pour justement pallier À cet isolement" !

Comme l'a fait, le 19 mars 2020, la secrétaire d'État chargée des personnes handicapées Sophie Cluzel, sur la chaîne de télévision française d'information en continu BFM TV.

Mais : "Pour justement pallier cet isolement" !

Je ne supporte plus d'entendre un tel barbarisme dans la bouche de personnes éduquées, diplômées et rompues à l'exercice de la parole comme peut l'être cette femme politique... qui n'a même pas pour elle l'excuse de la jeunesse, puisqu'elle est née, comme moi en 1961. Et que ses professeurs de collège et de lycée lui ont expliqué durant toutes les années 1970 que l'on ne disait pas "pallier à" mais "pallier" !

Je lui décerne donc, sans hésiter, mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

Pourquoi dire : "Les professionnels de santé seront en capacité de pouvoir se procurer des masques" !

Comme l'a déclaré Jérôme Salomon, le directeur général de la santé, le 18 mars 2020, lors de sa conférence de presse quotidienne à propos de la pandémie de maladie à coronavirus 2019.

Et pas : "Les professionnels de santé POURRONT se procurer des masques" !

Satanée novlangue !

On ne dit pas : "Être en capacité à réunir" !

Le journaliste français Pierre Jacquemain

Comme l'a déclaré le journaliste français Pierre Jacquemain, le 15 mars 2020, sur la chaîne de télévision française d'information en continu franceinfo.

Mais : "Être CAPABLE DE réunir" voire, bien plus simplement, "POUVOIR réunir" !

Pour cette phrase invraisemblable et inadmissible dans la bouche d'un professionnel du verbe, je lui décerne, sans hésiter, mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

.

On ne dit pas : "Le feuilleton Neymar qui a été énormément parlé" !

Comme l'a fait, le 12 février 2020, Cyril Hanouna dans l'émission "Touche pas à mon poste", sur la chaîne télévisée française C8.

Mais : "Le feuilleton Neymar DONT ON A énormément parlé" ou "Le feuilleton Neymar qui a été énormément COMMENTÉ" !!

Pour l'ensemble de son oeuvre et sa désastreuse influence sur la façon de parler de mes compatriotes, je lui décerne mon label de médiocrité "Fachés avec le français".

On ne dit pas : "J'ai fait l'choix d'faire cet engag'ment là" !

Comme a malheureusement pu le déclarer - entre autres : je ne pouvais pas tout noter ! - l'homme d'affaires et homme politique français Stanislas Guerini, délégué général de LaREM, le 24 janvier 2019 sur la chaîne de télévision française d’information en continu LCI, au sujet de sa présence en politique.

Mais : "J'ai fait lE choix dE faire cet engagEment là" !

Et, plus simplement encore : "J'ai SOUHAITÉ M'ENGAGER" !

Pour cet infâme charabia et parce qu'un homme politique de ce rang - député et délégué général du parti majoritaire au pouvoir - n'a pas le droit de s'exprimer aussi mal, je lui décerne sans hésiter mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

 

On ne prononce pas : "Une montreud'femme" !

L'animateur Jérôme Anthony et le commissaire-priseur Emmanuel Layan

Comme l'ont fait successivement l'animateur français Jérôme Anthony et le commissaire-priseur français Emmanuel Layan, le 12 février 2020, dans l'émission "Un trésor dans votre maison" de la chaîne de télévision française 6Ter.

Mais : "Une montrE DE femme" !

On ne dit pas : "Comment qu'c'est possible - dans un état de droit - qu'on ait" !

Comme l'a invraisemblablement déclaré le journaliste sportif français Bernard Lions, le 2 mars 2020, dans l'émission vespérale d'Olivier Ménard, "L'Équipe du soir", sur la chaîne de télévision française "L'Équipe".

Mais : "Comment EST-IL possible - dans un état de droit - quE L'on ait" !

Ou, à tout le moins, : "Comment EST-CE QU'IL EST possible - dans un état de droit - quE L'on ait" !

Même si je me dois, par honnêteté intellectuelle de lui rendre grâce de nous avoir épargné un "qu'on a" final, je ne peux néanmoins que lui octroyer - pour une phrase aussi mal construite - mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Une droite qui s'est scrashé en plein vol" !

Comme l'a déclaré le politologue français Roland Cayrol, le 23 février 2020, dans l'émission "Ça fait parler" sur la chaîne télévisée française d'information en continu LCI.

Mais, à tout le moins, : "Une droite qui s'est CRASHÉ en plein vol" !

Et, idéalement, : "Une droite qui s'est ÉCRASÉ en plein vol" !

Le verbe "scrasher" n'a en effet jamais existé en français ; pas plus que "to scrash" en anglais !

Sans doute monsieur Cayrol confond-il ces deux verbes anglais que sont "crasher" et "scratcher" ?

Mais que n'utilise-t-il donc pas un verbe français pour éviter ce type de déconvenue !