"L'aisselle".

Ce substantif féminin polysémique appartient au langage courant.

Et il désigne, selon le contexte :

  • en anatomie : la cavité (ou le creux) située au-dessous de la jonction du bras avec l'épaule, que l'on appelle dans le registre populaire "Le dessous-de-bras".

Celle-ci est naturellement poilue.

Une aisselle d'homme poilueUne aisselle de femme poilue

 

Mais parfois épilée.

Une aisselle d'homme épiléeUne aisselle de femme épilée

  • et en botanique : l'angle aigu que forme une feuille avec la partie terminale de la tige.

Des aisselles de feuilles (shéma) (© Alain-Pierre Sittler)Les différentes parties d'une feuille

Sources : Le Robert

On ne dit pas : "Le dernier match qu'i' z'ont fait à la maison" !

L'ancien joueur de football international français Olivier Rouyer

Ainsi qu'a pu le déclarer, le 21 avril 2021, l'ancien joueur de football international français Olivier Rouyer, dans l’émission vespérale "L’Équipe du Soir", sur la chaîne de télévision française L’Équipe.

Mais, à tout le moins : "Le dernier match qu'iLS ONT DISPUTÉ à la maison" !

Ou : "Le dernier match qu'iLS ONT JOUÉ à la maison" !

Et idéalement, pour moi : "LA derniÈRE RENCONTRE qu'iLS ONT DISPUTÉ à DOMICILE" !

Ou : "LA derniÈRE RENCONTRE qu'iLS ONT JOUÉ à DOMICILE" !

Parce qu'il accumule les phrases de ce type, dans cette émission que je suis régulièrement, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Ça c'était dans l'ancien temps" !

L'ancien joueur de football international français Olivier Rouyer

Comme a pu le déclarer, le 14 avril 2021, l'ancien joueur de football international français, Olivier Rouyer, dans l’émission vespérale d’Olivier Ménard "L’Équipe du soir", sur la chaîne de télévision française L’Équipe.

Mais : "Ça c'était AUTREFOIS" !

"La piloérection", "Le réflexe pilo-moteur" ou encore "L'horripilation".

Des genoux ayant la "chair de poule"

Il s'agit des véritables noms de ce que l'on appelle dans le langage courant "La chair de poule".

"Effectuer une miction".

"Effectuer une miction"

Cette locution verbale appartient au registre soutenu ainsi qu'au vocabulaire et jargon médical.

Il s'agit en effet de la façon idoine de désigner ce que nous appellons dans le langage courant "Uriner " et dans le registre familier "Faire pipi".

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire "Uriner" en français.

"Une gravelle" et "La gravelle".

Ces deux substantifs féminins du registre désuet désignent :

  • "Une gravelle" : une concrétion rénals granuleuss plus petits qu'un calcul, ordinairement de la grosseur d'une tête d'épingle,
  • et "La gravelle" : par métonymie, la maladie caractérisée par la formation de ces concrétions, dont l'élimination peut causer de vives douleurs. Que l'on appelle désormais "la lithiase rénale".

On ne dit pas : "C'est comme à l'époque, quand les français et les anglais..." !

Ainsi que j'ai pu le lire dans les sous-titres de la VOSTF du film états-unien des frères Bobby et Peter Farrelly "Terrain d'entente", sorti en 2005.

Mais bien évidemment : "C'est comme AUTREFOIS, quand les français et les anglais..." !

"À l'époque" n'a en effet jamais signifié "Autrefois".

"L'appendice nasal".

Un nez de femme

Il s'agit tout simplement du véritable nom de ce que l'on appelle plus familièrement : le nez !

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire "Le nez" en français.

On ne dit pas : "Mais comment elle se fait la confiance ?" !

La journaliste française Sonia Mabrouk, présentatrice de l'émission quotidienne "Midi News", sur la chaîne de télévision française d'information en continu CNews

Comme a pu le déclarer la journaliste française Sonia Mabrouk, le 17 mars 2021, dans son émission Midi News, sur la chaîne de télévision française d'information en continu CNews.

Mais :

  • "Mais comment elle se CONSTRUIT la confiance ?",
  • "Mais comment elle s'ÉLABORE la confiance ?",
  • "Mais comment elle s'ÉTABLIT la confiance ?",
  • ou "Mais comment elle s'instaure la confiance ?" !

Parce qu'elle a accumulé ce jour là, en a peine vingt minutes, pas moins de sept tournures de phrases, sinon fautives, du moins - pour moi - indigne d'une professionnelle du verbe expérimentée comme elle peut l'être, je lui décerne donc mon label de médiocrité "Fâchés avec le français"

.

"L'halitose".

Avoir mauvaise haleine

Ce  substantif féminin désigne ce que l'on appelle communément "La mauvaise haleine", c'est à dire : une haleine dont l'odeur est désagréable, voire incommodante.

Cette nuisance très fréquente atteint environ la moitié de la population adulte du monde occidental.

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire "Avoir mauvaise haleine".

Source : www.commeunefleche.com