"Un valet".

Ce substantif masculin polysémique appartient au langage courant.

Il peut, selon le contexte, désigner :

  • une personne :
    • autrefois : un jeune gentilhomme attaché à la personne d'un chevalier ou d'un grand seigneur, pour remplir auprès de lui les fonctions de page ou d'écuyer (registre désuet).

Un valet (le domestique)

    • un domestique à gages employé par une personne pour la servir.
    • par extension : une personne d'une complaisance servile et intéressée ; qui sert quelqu'un, une cause avec un empressement servile ; un laquais, un larbin.

On dit par exemple : "Ce journaliste n'est qu'un valet (du pouvoir)".

    • un valet de ferme :
      • autrefois : un domestique chargé de la mise en culture et de l’exploitation des terres d’un seigneur ou d’un propriétaire (registre désuet),
      • et de nos joursun salarié chargé de travaux manuels, à la campagne ; un ouvrier agricole.

  • ou un objet :
    • un petit meuble appelé "Valet de nuit" ou "Valet muet". Mais également, de façon tout à fait impropre (par de nombreux sites internet et magasins) :"Valet de chambre"

D'une hauteur de 1,10 m en général, celui-ci permet de ranger les vêtements d'une personne pour la nuit dans la chambre à coucher.

Il est généralement constitué d'un cintre pour une veste, d'une barre pour suspendre un pantalon et éventuellement d'une étagère pour les autres objets : montre, etc. Certains modèles de luxe sont équipés d'une presse électrique afin de repasser le pantalon.

Il en existe quatre : une par "couleur" : Valet de Coeur, Valet de Carreau, Valet de Pique et Valet de Trèfle.

    • Appartenant aux douze cartes appelées "Figures", elle vient par ordre d'importance après le Roi et la Reine (ou Dame).Valet de ferme (engin agricole)
    • ou : un engin de manutention tout-terrain utilisé dans le domaine agricole, appelé "Chariot automoteur de manutatention à conducteur porté", mais dont nom usuel - très ambigu, puisqu'il était déjà celui de deux types de personnes évoquées plus haut - est "Valet de ferme".

Apparu au XXIe siècle, il tend progressivement à remplacer le tracteur de cour traditionnel à chargeur frontal.

Cet engin peut-être équipé d'un chargeur frontal ou téléscopique et d'une motorisation thermique ou électrique.

Valet de ferme avec chargeur à bras télescopique

Source : wiktionary.org

"Effrontément".

Cet adverbe du langage courant signifie : de manière effrontée, avec impudence et insolence.

On dit par exemple : "Le président Macron a menti effrontément aux français, le 18 mai 2020, en osant affirmer avec cynisme que nous n'avions jamais été en rupture de masques. Ses bafouillages successifs sont d'ailleurs révélateurs de son malaise...".

Source : www.larousse.fr

"Un naevus mélanocytaire" ou "Un NM".

Grains de beauté dans le dos d'une jeune femme blonde

Ce vocable et ce sigle médicaux désignent ce que l'on appelle communément "Un grain de beauté" ou "Un point de beauté".

C'est à dire une forme bénigne de tumeur cutanée, consistant en une petite tache ("Naevus" en latin) de forme généralement circulaire ou ovale, située sur le dessus de la peau.

On parle aussi de NM (Naevus Mélanocytaire).

"Liminaire".

Cet joli adjectif du registre soutenu nous vient du mot latin "liminaris", construit à partir du mot "limen", "liminis" ("seuil").

Et il signifie : placé en tête, au début d'un ouvrage ou d'un discours.

On parle par exemple de "texte liminaire" pour une préface de livre.

Et de "propos liminaire" ou de "déclaration liminaire" pour un prologue de discours ou lorsqu'une personne commence par poser (ou imposer) le contexte de ce qu'elle va dire avant de le dire.

En déclarant par exemple : "Je souhaite rappeler ici, avant toutes choses, que j'ai toujours été profondément et fondamentalement attaché aux valeurs de l'écologie".

Nota bene : toute ressemblance, ou similitude avec des déclarations récentes ne saurait être que coïncidence fortuite.

Sources : www.larousse.fr, wiktionary.org et michel.balmont.free.fr

"Le protoxyde d'azote" ou "Le proto".

Cette locution nominale et son apocope désignent ce que l'on appelle couramment "le gaz hilarant".

Ce composé chimique, également appelé "Oxyde nitreux" ou "Hémioxyde d'azote", est un gaz incolore a l'odeur et au goût légèrement sucrés.

Il s'agit d'un puissant gaz à effet de serre, 298 fois plus puissant que le gaz carbonique, devenu le premier contributeur à la destruction de la couche d'ozone !

Utilisations traditionnelles

Ce gaz est utilisé :

  • comme comburant, pour accroîre la puissance des moteurs, en compétition automobile,
  • avec l'acétylène dans certains appareils d'analyse,
  • comme gaz dépoussiérant, pour les ordinateurs,
  • comme gaz propulseur, dans les bombes de crème chantilly,
  • et pour les siphons à crème Chantilly, crème fouettée ou mousses chaudes ou froides.

Siphon à Chantilly

Utilisation comme drogue

On le surnomme "gaz hilarant" car il euphorise à l'inhalation, d'où son usage comme drogue récréative hallucinogène.

Sa consommation par les jeunes français a littéralement explosé ces derniers temps, du fait de :

  • son extrême simplicité d'utilisation :
Un jeune inhalant du protoxyde d'azote à l'aide d'un ballon de baudruche préalablement gonflé à l'aide d'une cartouche de gaz pour siphon
Un jeune inhalant du protoxyde d'azote à l'aide d'un ballon de baudruche, préalablement gonflé à l'aide d'une cartouche de gaz pour siphon ©La Voix du Nord/Pascal Bonnière

Il suffit en effet de remplir un ballon de baudruche avec le contenu d'une cartouche, puis d'inhaler le gaz ainsi transféré dans le ballon.

Cartouches de protoxyde d'azote et ballons de baudruche jetés sur un trottoir après usage

Ainsi s'explique le grand nombre de cartouches argentées vides et de ballons dégonflés que vous avez certainement dû remarquer depuis quelque temps, au moins dans certains quartiers, jonchant souvent les pelouses des parcs et des cités, ainsi que les trottoirs de nos villes...

Cartouches de protoxyde d'azote et ballons de baudruche jetés après usage

  • son extrême facilité d'accès :

Le protoxyde d'azote est en effet en vente libre dans sa version "gaz pour syphon", ce qui permet de se droguer en toute légalité !

  • et son prix absolument dérisoire :

On trouve ce "gaz pour syphon" à un prix défiant toute concurrence et à la portée de n'importe quel jeune enfant, puisque par exemple à 4 euros les 6 cartouches chez Casino, soit seulement 66 centimes pièce !

Blister de 6 cartouches de gaz pour siphon en vente dans les magasins Casino

Et même à 134,95€ les 400 cartouches sur le site bienmanger.com, mis en avant par Google, soit 33,7 centimes pièce !

Lot de 400 cartouches de "gaz siphon professionnelles N2O pour chantilly" en vente sur le site bienmanger.com
Lot de 400 cartouches de "gaz siphon professionnelles N2O pour chantilly" en vente sur le site bienmanger.com

Ou encore à 219€ les 600 cartouches chez le même fournisseur, pour les crétins ne sachant pas compter (36,5 centimes pièces, soit 8,3% plus cher !).

Source : wikipedia.org

"Apotropaïque".

Cet adjectif très peu connu, il me semble, nous vient du grec "apotropein", qui signifie "détourner".

Il s'applique à ce qui conjure le mauvais sort, vise à détourner le danger et les influences maléfiques.

Un talisman, par exemple, en ce qu'il est censé prémunir contre le malheur la personne qui le porte, est un objet que l'on "apotropaïse" ; auquel on prête des "vertus apotropaïques".

"Objets apotropaïques"

On désigne ainsi les objets auxquels on attribue une "valeur apotropaïque", tels que par exemple :

  • l'"oeil apotropaïque" peint à la proue des bateaux dans l’Antiquité, ou encore dans certaines régions (par exemple bateaux de pêche grecs, jonques d'Extrême-Orient), destiné à protéger l’embarcation et les marins en repoussant les périls de la mer,
  • la main de Fatima en Afrique du Nord,
  • la médaille de saint Christophe, dans la voiture,
  • le fer à cheval,
  • le trèfle à quatre feuilles,
  • la patte de lapin,
  • la chouette clouée sur la porte de la grange,
  • une coccinelle arborant sept petits points,
  • ou les gargouilles, sur les églises et cathédrales.

"Attitudes apotropaïques"

  • Attitudes apotropaïques prudentes :
    • ne pas ouvrir le champagne trop tôt,
    • ne jamais allumer plus de deux cigarettes avec la même allumette ou la même flamme de briquet,
    •  ne pas marcher sous une échelle,
    • ne pas offrir un couteau,
    • etc.
  • et Attitudes apotropaïques superstitieuses :
    • croiser les doigts,
    • jeter une pièce dans une fontaine (comme la fontaine de Trevi, à Rome (Latium), en Italie) ou dans un puits à souhaits,
    • répandre du sel au-dessus de son épaule,
    • toucher du bois,
    • voir un arc-en-ciel,
    • voir une étoile filante,
    • etc.

Sources : wikipedia.org et wiktionary.org

"La cochonnaille", "La charcutaille", "La charcuterie", "Une cochonnerie" et "Une cochonceté".

Voilà bien quatre substantifs féminins que l'on peut malheureusement souvent confondre, alors qu'ils ne désignent pas vraiment la même chose !

  • "Cochonnaille" ou "Charcutaille" appartiennent au registre familier et désignent la viande et les abats de cochon diversement apprêtés, traditionnellement appelés dans le langage courant "Charcuterie".

On dit par exemple : "Le président Chirac ne résistait pas à une bonne assiette de cochonailles".

Cochonnailles

  • "Cochonnerie" relève du langage courant et désigne :
    • l'état d'une chose ou d'une personne extrêmement malpropre ; d'une malpropreté digne du cochon.

On dit par exemple : "Mais où as-tu donc trouvé cette cochonnerie ?".

Ou : "Ce type est d'une cochonnerie incroyable".

    • une chose sale, mauvaise ou malsaine ;

On dit par exemple : "Arrête de faire des cochonneries".

Ou : "Cesse-donc de manger des cochonneries à longueur de journée".

    • une chose sans valeur, de très mauvaise qualité ; une "Cochonnerie".

On dit par exemple : "Tu devrais jeter toutes ces cochonneries".

Ou : "Ce fauteuil en promotion était une véritable cochonnerie !".

    • ou : une parole ou une action obscène, indécente, relevant de la paillardise, de la grivoiserie, de la gaudriole, voire de la pornographie ; une "Cochonceté".

On dit par exemple : "Il ne cesse de lui dire des cochonneries".

  • et "Cochonceté" - un mot que j'aime beaucoup - appartient au registre familier et désigne également :
    • une chose sans valeur, de très mauvaise qualité ; une "Cochonceté".
Le rayon jambon sous plastique d'une grande surface alimentaire
Le rayon jambon sous plastique d'une grande surface alimentaire

On dit par exemple : "Pour mon ancienne copine, le jambon ou les légumes sous plastique - même bio - n'étaient que des cochoncetés !".

Le rayon légumes bio sous plastique d'une grande surface alimentaire
Le rayon légumes bio sous plastique d'une grande surface alimentaire
    • ou : une parole ou une action obscène, indécente, relevant de la paillardise, de la grivoiserie, de la gaudriole, voire de la pornographie ; une "Cochonceté".

On dit par exemple : "Ce type est connu pour ne proférer que des cochoncetés".

Ou : "Mon fils et sa copine s'étaient enfermés dans la chambre pour faire des cochoncetés !".

Sources : www.larousse.fr et www.cnrtl.fr

"Un effet de commerce".

Il s'agit du véritable nom de ce qui est communément appelé "Une traite".

Il s'agit d'un moyen de paiement propre aux entreprises, non rattaché à un organisme bancaire. Ce titre négociable constate, au profit du porteur, une créance de somme d'argent, et sert à son paiement.

Il peut revêtir la forme d'une lettre de change ou d'un billet à ordre.

Échangeable, il permet notamment de faire circuler les créances d'un créancier à un autre.

L'effet de commerce implique la présence de trois acteurs :

  • un "tireur" (celui qui l'émet),
  • un "tiré" (celui qui reçoit l'ordre de payer),
  • et un "porteur" (celui qui en bénéficie).

Concrètement, il est émis par le tireur afin d'ordonner au tiré (son débiteur) un règlement à échéance au profit du porteur. Bien que l'effet de commerce ne soit pas rattaché à un établissement bancaire, une banque peut le racheter au porteur. Elle devient alors l'unique créancière du tiré et se rémunère par l'intermédiaire de commissions et/ou d'agios.

Source : www.journaldunet.fr

"Guttural", "Gutturale" ou "Gutturaux".

Cet adjectif du registre soutenu qualifie ce qui est relatif au gosier.

On parle par exemple de "Voix gutturale", afin de désigner une voix aux intonations rauques.

Ou de "Poches gutturales" chez le cheval, afin de désigner des cavités situées à l'arrière du pharynx.

Les poches gutturales du cheval

 

 

 

Les poches gutturales du cheval

 

 

 

 

 

 

Sources : École Nationale Vétérinaire de Toulouse et ararzi.passion.cheval.over-blog.com

"L'appendice caudal".

Nageoire caudale de baleine bleue

Cette locution verbale du registre soutenu est tout simplement le vrai nom de ce que l'on désigne plus familièrement sous le nom de "La queue" (d'un animal).

Les animaux possédant une nageoire caudale sont :

  • Les poissons :

Formes de nageoires caudales de poissons

  • Les cétacés :
    Nageoire caudale d'orque
    Nageoire caudale d'orque

"Une nasopharyngite" ou "Une rhinopharyngite".

Ces deux appellations, qui relèvent du vocabulaire et du jargon médical, désignent ce que l'on appelle communément "Un rhume".

Il s'agit de l’infection respiratoire la plus fréquente chez les jeunes enfants.

Les voies aériennes supérieures (cavité nasale et pharynx ou gorge) sont affectées de façon généralement bénigne par un virus, principalement les picornaviridés (dont les rhinovirus), les adénovirus ou les coronavirus.

Les symptômes principaux se manifestent par :

  • une rhinite (éternuements, toux, congestion et écoulement nasal de mucus),
  • une pharyngite,
  • une conjonctivite,
  • des myalgies,
  • de la fatigue,
  • des maux de tête,
  • une perte d’appétit,
  • mais pas de fièvre.

Source : wikipedia.org