43 façons de dire "L'anus".

Un anus en très gros plan

"Le TDC", "Le Trou du cul", "Le troudu" et "Le trouduc" appartiennent au registre vulgaire.

De même que "La boîte à chocolat", "Le fion", "La pastille", "La rondelle", "Le trou à caca", "Le trou à merde", "Le trou de balle"  ou "La turbine à chocolat".

Ou "Le boyau cullier", qui relève également du registre désuet.

"Le borgne", "Le cyclope", "L'échalotte", "L'oeil de bronze", "L'oeillet", "L'oeillet plissé", "L'oeillet rose", "L'oeilleton", "L'oignon", "Le petit", "Le petit trou", "Le pétoulard", "Le pot", "Le pot d'échappement", "La rosette", "Le trou", "Le trou mignon", "Le trou plissé", "Le trou qui pète", "Le troufignard", "Le troufignon", "Le troufion" (ou "Le trouffion"), et "Le vase" relèvent du registre argotique.

Et "L'entrée des artistes", "La porte de derrière" ou "La porte de service" du registre familier.

"Le fondement" et "L'orifice anal" appartiennent au registre soutenu.

Et "L'orifice du rectum" ou "L'orifice rectal" au jargon médical.

Sources : www.languefrancaise.net, dictionnaire.sensagent.leparisien.fr et Le guide de poche des gros mots. 1001 insultes, injures et jurons pour toutes les occasions, de Jean-Michel Jakobowicz (2020)

"Axillaire".

Cet adjectif qui appartient au jargon médical désigne, selon le contexte :

  • en anatomie : ce qui est relatif... à l'aisselle.

On parle par exemple de "Ganglions axillaires".

Ou de "Béquilles axillaires".

Une paire de béquilles axillairesUne jeune femme marchant avec des béquilles axillaires

Celles-ci possèdent un point d'appui sous les aisselles.

Elles sont moins utilisées que les cannes anglaises - qui possèdent un point d'appui brachial - car leur utilisation génère quelquefois des troubles neurologiques, en traumatisant, à la longue, le creux axillaire, à cause de l'appui continuel de la tête de la béquille sur les différentes structures nerveuses et vasculaires qui y passent.

  • ou, en botanique : ce qui est situé à l'aisselle d'une feuille.

On parle par exemple de "Bourgeon axillaire".

Source : www.larousse.fr

 

"Faire pleurer Mirza".

"Faire pleurer Mirza", c'est à dire : uriner

Cette étrange locution verbale relève du registre familier.

Et signifie tout simplement : uriner.

On dit par exemple : "Attendez-moi les gars : je vais faire pleurer Mirza et j'arrive !".

Cette expression fait naturellement référence à la sympathique chanson "Mirza", chantée en 1965 par l'excellent Nino Ferrer, et dans laquelle celui-ci évoque son chien ; un animal que l'on sort... pour uriner.

Un petit chien sur une pelouse, urinant le long d'un arbre

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire "Uriner" en français.

"Avoir des cannes de serin".

"Avoir des cannes de serin" (© Bestimage)

Cette locution verbale en forme d'idiotisme animalier appartient au registre argotique.

Et elle signifie tout simplement : avoir de longues jambes très maigres.

On dit par exemple : "Tu verrais la nouvelle copine de mon frangin : toute en longueur, avec des cannes de serin".

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mes articles consacrés :

  • ainsi qu'aux locutions nominales "Être en jambes", "Être très en jambes" et "Être tout en jambes".

"Brachial", "Brachiale", "Brachiales", "Brachiaux".

Des bras de femme, croisés

Cet adjectif peu connu du grand public qualifie ce qui appartient ou ce qui a rapport... au bras.

On parle par exemple du "muscle brachial", du "plexus brachial" ou de l'"artère brachiale".

Et l'on dit d'une canne anglaise qu'elle comporte un "appui brachial".

Une canne anglaise avec un appui "brachial"

Attention : il s'agit d'un "ch" qui se prononce "ke".

Et l'on dit donc : bra-ki-al ou bra-ki-o.

"L'aisselle".

Ce substantif féminin polysémique appartient au langage courant.

Et il désigne, selon le contexte :

  • en anatomie : la cavité (ou le creux) située au-dessous de la jonction du bras avec l'épaule, que l'on appelle dans le registre populaire "Le dessous-de-bras".

Celle-ci est naturellement poilue.

Une aisselle d'homme poilueUne aisselle de femme poilue

 

Mais parfois épilée.

Une aisselle d'homme épiléeUne aisselle de femme épilée

  • et en botanique : l'angle aigu que forme une feuille avec la partie terminale de la tige.

Des aisselles de feuilles (shéma) (© Alain-Pierre Sittler)Les différentes parties d'une feuille

Sources : Le Robert

"Pleurer à chaudes larmes" ou "Pleurer toutes les larmes de son corps".

Une petite fille, pleurant à chaudes larmes (© Jill Greenberg 2012)

Ces deux locutions verbales parfaitement synonymes en forme d'idiotismes corporels.

Appartenant au langage courant, elles signifient toutes deux : pleurer beaucoup, abondamment ; être particulièrement triste, sembler inconsolable.

On dit par exemple : "Je me souviens encore de ma petite fille, pleurant à chaudes larmes parce que son ballon s'était envolé".

Ou : "Moi-même, enfant, j'avais pleuré toutes les larmes de mon corps, la fois où, notre télévision familiale étant en panne, j'avais appris que je n'allais pas pouvoir regarder Les Saintes chéries, mon feuilleton préféré".

On dit également : "Pleurer comme une Madeleine" ou "Pleurer comme un veau".

Source : www.linternaute.fr

"Avoir des cannes".

Cette locution verbale polysémique peut avoir différentes significations en fonction du niveau de langue auquel on se situe.

Ainsi, "Avoir des cannes" signifie :

Une jeune femme, marchant avec des cannes anglaises
Une jeune femme, marchant avec des cannes anglaises
  • dans le langage courant, par ellipse : marcher avec des cannes anglaises, utiliser des cannes anglaises pour marcher.

On dit par exemple : "Ma fille se remet peu à peu de sa chute, mais elle a toujours des cannes".

  • ou, dans le registre argotique et dans le domaine du sport : être en forme, être en jambes (registre familier).

Ce qui sous-entend donc : être capable de courir vite. Ou longtemps.

On dit par exemple : "Attention : il faut se méfier de cet ailier car il a des cannes".

L'attaquant belge Eden Hazard "a des cannes" ("court vite" dans le registre argotique)
L'attaquant belge Eden Hazard "a des cannes" ("court vite" dans le registre argotique)

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mes articles consacrés à :

"Être coiffé comme un dessous-de-bras" ou "Être coiffée comme un dessous-de-bras".

Enfant, j'avais adoré découvrir cette expression en forme d'idiotisme corporel.

Appartenant au registre populaire, elle signifie : ne pas être coiffé(e) du tout, être complètement décoiffé(e), avoir les cheveux en désordre, ébouriffés, "en pétard" (registre familier).

À l'image des poils des "dessous-de-bras" (registre populaire), c'est à dire des aisselles, lorsqu'ils sont très longs.

On dit par exemple : "Tu auras vu la tête de ma frangine au réveil : les yeux gonflés, coiffée comme un dessous-de-bras".

"Être coiffé comme un dessous-de-bras"

"Un trompe-l'oeil" ou "En trompe-l'oeil".

Un tableau en trompe-l'oeil

Ces deux formules en forme d'idiotismes corporels relèvent du langage courant.

Et elles désignent ou signifient respectivement

  • "Un trompe-l'oeil" (locution nominale) :
    • au sens propre : une peinture ou un décor donnant, à distance, par divers artifices, l'illusion de la réalité (​relief, matière, perspective).

Et cela, en jouant sur la confusion de la perception du spectateur qui, sachant qu'il est devant une surface plane peinte, est malgré tout, trompé sur les moyens d'obtenir cette illusion.

La façade du Théâtre Saint-Georges, 51 rue Saint-Georges, à Paris, dans le 9e arrondissement, avant d'être peinte en trompe-l'oeil par Dominique Antony. Le réalisateur François Truffaut y avait tourné, en 1980, son film "Le dernier métro"
La façade du Théâtre Saint-Georges, 51 rue Saint-Georges, à Paris, dans le 9e arrondissement. Le réalisateur François Truffaut y avait tourné, en 1980, son film "Le dernier métro"
La façade du Théâtre Saint-Georges, 51 rue Saint-Georges, à Paris, dans le 9e arrondissement, peinte en trompe-l'oeil par Dominique Antony. Le réalisateur François Truffaut y avait tourné, en 1980, son film "Le dernier métro"
La même façade, peinte en trompe-l'oeil par Dominique Antony.
Une étonnante fresque murale en trompe-l'oeil, à Poznan (Pologne)
Une étonnante fresque murale en trompe-l'oeil, à Poznan (Pologne)
Portrait en trompe-l'oeil du neurologue autrichien Sigmund Freud (6 mai 1856 - 23 septembre 1939), fondateur de la psychanalyse, révélant "ce qu'il y a dans l'esprit d'un homme"
Portrait en trompe-l'oeil du neurologue autrichien Sigmund Freud (6 mai 1856 - 23 septembre 1939), fondateur de la psychanalyse, révélant "ce à quoi pense un homme"

Il s'agit d'un procédé très ancien, puisque Pline l'Ancien rapporte l'anecdote selon laquelle Zeuxis avait peint des raisins si réalistes que des oiseaux, trompés par l'exécution parfaite, s'étaient précipités contre le tableau !

Et malgré la pauvreté des moyens techniques dont ils disposaient, les décorateurs romains sont parvenus à imiter le relief à même les murs pour simuler la sculpture et les éléments d'architecture : colonnes, chapiteaux, soubassements, statues, enrichissant à moindres frais les intérieurs.

Assez étonnamment, le mot "Trompe-l'oeil" est utilisé dans toutes les langues - y compris l'anglais - la seule exception étant l'espagnol, qui utilise le mot "Trampantojo".

L'idée de cet article m'est d'ailleurs venue en regardant en VOSTF un épisode du feuilleton états-unien "Les Soprano", dans lequel Carmine Lupertazzi Jr. dit "Little Carmine" (Ray Abruzzo), récemment devenu le chef de famille mafieuse new yorkaise, à la mort de son père, explique à ses collègues - en anglais - que la fresque murale du salon de sa villa de Miami (Floride) est un "trompe-l'oeil".

Mais il prononce ce mot d'une telle façon ("Trompay lay oil" soit trom-pi-li-oï-le) que j'ai dû utiliser à deux reprises la fonction retour arrière de mon lecteur de DVD pour m'en assurer !

Jugez-en plutôt :

Alors qu'il convient naturellement de le prononcer (presque) comme nous, ainsi que l'attestent deux petits enregistrements du Cambridge Dictionnary donnant des exemples de prononciation états-unienne et anglaise pour "Trompe l'oeil".

Mais ce qui est encore plus drôle, c'est que les anglophones ont inventé un pluriel pour ce mot - rappellons-le invariable en français - qu'ils écrivent... "Trompe-l'oeilS", en prononçant le "s", ignorant manifestement le pluriel irrégulier en "Yeux" de ce mot.
  • et au sens figuré : un faux-semblant, un leurre.

On dit par exemple : "La sérénité actuelle de l'équipe de France ne serait-elle qu'un trompe-l'oeil ?".

    • et "En trompe-l'oeil" (locution adverbiale) :
      • au sens propre : exécuté(e) en recourant à ce procédé.
      • On parle par exemple de "Façade peinte en trompe-l'oeil", de "Décor en trompe-l'oeil", de "Mur en trompe-l'oeil" ou de "Paysage en trompe-l'oeil".
      • et au sens figuré : d'apparence trompeuse ; faisant illusion.

On dit par exemple : "Je ne suis pas inquiet car il me semble qu'il s'agit d'une fébrilité en trompe-l'oeil".

  • Sources : www.linternaute.fr, wikipedia.org, sopranos.fandom.com, www.cnrtl.fr et www.larousse.fr

"Popaul".

Ce mot masculin constitue, selon le contexte :

  • dans le registre familier : un diminutif du prénom masculin "Paul".

On dit par exemple : "C'est mon ami Paul, dit Popaul, qui va venir m'aider".

  • et dans le registre populaire : un surnom du pénis.

On retrouve notamment ce mot dans les expressions imagées "Emmener Popaul au cirque" et "Faire pleurer Popaul".

Verge au repos

Source : wiktionary.org