"Le mandatum".

Ce mot latin, qui signifie "Chose ordonnée", désigne la cérémonie du lavement des pieds du Jeudi saint.

Et il est le premier mot de l'antienne débutant cette cérémonie chrétienne célébrant le geste du Christ avec ses apôtres : "Mandatum novum do vobis, ut diligatis invicem, sicut dilexi vos, dicit Dominus".

"Un calendrier de l'Avent".

Il s'agit d'une tradition d'origine germanique, destinée à faire patienter les enfants jusqu'à Noël.

Elle fait écho à l'attente des chrétiens durant le temps de l'Avent de la naissance de Jésus-Christ durant la nuit de Noël, le 24 décembre.

Dès le XIXe siècle, il était de tradition en Allemagne de donner chaque matin aux enfants des images pieuses durant les 24 ou 25 jours précédant Noël.

En 1908, l'éditeur Gerhard Lang, a l'idée de commercialiser un calendrier composé de petits dessins colorés reliés à un support en carton.

Dès 1920 est commercialisé le premier calendrier de l'Avent avec des petites portes ou fenêtres à ouvrir.

Mais ce n'est qu'en 1958, qu'apparaissent les premières surprises en chocolat placées derrière ces petites fenêtres ; chacune d'entre elles devant être mangées jour après jour.

Et de nos jours, la tradition étant désormais bien installée, c'est l'ensemble des chocolatiers industriels qui rivalise d'imagination et de machiavélisme pour proposer de plus en plus tôt (dès octobre !), de plus en plus de produits, de plus en plus onéreux.

Source : wikipedia.org

Ne dites pas : "Faire repentance" !

Mais : "Se repentir" !

Concrètement, il s'agit de regretter douloureusement ses péchés et ses fautes et de désirer se racheter.

"Avoir le don d'ubiquité" ou "Ne pas avoir le don d'ubiquité".

  • Dans sa forme positive, cette locution verbale désigne, à l'origine, la faculté divine d'être présent partout en même temps ou "Omniprésence",
  • mais elle désigne également la faculté d'être présent physiquement en plusieurs lieux à la fois,
  • et, par analogie, le fait de donner l'impression d'être partout à la fois.

La forme négative "Ne pas avoir le don d'ubiquité" s'utilise souvent pour expliquer que, les journées n'ayant que 24 heures, on ne pourra pas tout faire à la fois, ni être partout en même temps.

"Lavabo".

Ce terme latin signifiant "Je laverai" est utilisé dans la Bible, sous la forme "Lavabo inter innocentes manus meas" ("Je laverai mes mains parmi des innocents"), utilisée dans le rituel de la messe, au moment du lavement des mains du prêtre après avoir béni le pain et le vin (censés représenter le corps du Christ)

Ce n'est qu’aux premières années du XIXe siècle que le mot "Lavabo" a commencé à désigner une table de toilette, un meuble ayant une cuvette enfoncée, permettant de se laver. C'est ensuite la cuvette elle-même qui a rapidement pris ce nom de "Lavabo", lequel a finalement désigné - lorsque les tuyauteries modernes ont amené directement l’eau "courante" dans les habitations - l’appareil sanitaire que nous connaissons aujourd'hui.

Le mot "Lavabo" désigne donc :

  • au sens propre, la prière que le prêtre dit en lavant ses doigts durant la messe, avant la consécration,
  • mais aussi, par métonymie, la vasque destinée aux ablutions du prêtre officiant,

  • dans le langage courant, un dispositif mobile garni d’une cuvette et d’un pot à eau, destiné à se laver,

Meuble de toilette ancien

  • puis, une cuvette fixe, surmontée de robinets et dotée d’un trou d’évacuation d’eau, destinée à se laver,Lavabo
  • par métonymie, la pièce où est fixée cette cuvette ou ces cuvettes (on dit alors "Les lavabos"),

Lavabos collectifs

  • et, par extension, le cabinet d’aisance installé dans cette pièce.

Source : wikipedia.org

"L'alopécie", "La calvitie" et "La tonsure".

  • L'alopétie désigne ce que l'on appelle plus communément la chute des cheveux, et quelquefois des sourcils, de la barbe, etc., avec dénudation de la peau. Il s'agit donc d'un phénomène.
  • tandis que la calvitie en est le résultat, partiel ou total, et désigne donc :

Calvitie

      • soit la partie dénuée de cheveux, située sur le dessus du crâne, fréquente chez les hommes à partir d'un certain âge,

Calvitie complète

      • soit un crâne entièrement chauve.
  • et que la tonsure est une pratique adoptée par certaines Églises chrétiennes, consistant à raser une partie des cheveux d'un clerc.

Signe de renonciation au monde, elle est aussi, avec la prise d'habit et le changement de nom, un élément d'un rituel de mort et de renaissance qui efface les péchés antérieurs.

Elle fut par ailleurs à l'origine du port de la calotte.

Tonsure

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire "Être chauve".

Source : wikipedia.org

"Rigueur" et "Rigorisme".

  • la "rigueur" peut avoir différentes significations :
    • c'est d'abord est une sévérité inflexible, une austérité, une dureté extrême ("mesures de rigueur"),
    • mais également l'application stricte, sévère de principes moraux, religieux ("une rigueur religieuse"),
    • un comportement austère, rigide, un aspect dur, sévère ("une rigueur puritaine"),
    • le caractère dur, pénible d'une chose difficile à supporter ("la rigueur du climat"),
    • ou, enfin, le caractère d'exactitude, de précision, de régularité de quelque chose ("la rigueur scientifique").
  • apparu à la fin du XVII e siècle, le "rigorisme" est un respect très strict des règles de la religion ou de la morale. C'est une forme de radicalisation religieuse, pouvant être apparentée ou associée à de la rigidité morale.

Le "rigorisme" est donc le nom que prend "la rigueur" dès lors qu'elle s'applique au domaine de la morale ou de la religion.

Source : www.cnrtl.fr

"Porter sur les fonts baptismaux".

Cette expression signifie :

  • au sens propre : faire baptiser son filleul dans la religion chrétienne, pour le parrain ou la marraine, en portant son filleul sur les "fonts baptismaux", c'est à dire la ou les cuves servant à recevoir l'eau du baptême,
  • et, au sens figuré, : être à l'origine de, lancer, mettre en œuvre, provoquer l'avènement de, faire connaître quelque chose qui existait déjà mais n'était pas encore connu du grand public.

Source : www.expressio.fr et www.expressions-francaises.fr

"Un blasphème".

C'est une parole outrageant la divinité, la religion, le sacré, et, par extension, une personne ou une chose considérée comme quasi sacrée.

De ce fait, le blasphème est naturellement prohibé par la religion.

Celui ou celle qui blasphème est appelé "blasphémateur" ou "blasphématrice" et leurs agissements sont qualifiés de "blasphématoires".

Exemple de jurons blasphématoires : "Nom de Dieu !" ou "Bon Dieu !".