"Pontifical", "Ponticale", "Pontificales" et "Pontificaux".

Cet adjectif du registre soutenu désigne ce qui est relatif au souverain pontife, au pape.

Et que l'on qualifie plus couramment, dans le langage courant, de "Papal", "Papale", "Papales" et "Papaux".

On dit par exemple :

  • "Le droit pontifical" ou "L'habit pontifical",
  • "Une propriété pontificale" ou "La résidence d'été pontificale de Castel Gandolfo",
  • "Les messes pontificales" ou "Les visites pontificales",
  • et "Les appartements pontificaux" ou "Les États pontificaux".

"Un mécréant".

Ce substantif masculin désigne - au sens propre - une personne n'adhèrant pas à la religion considérée comme la seule vraie. C'est à dire, originellement : la religion chrétienne.

Naturellement ce terme est aujourd'hui désuet, mais on l'utilise, dans une acception moderne et plaisante, pour désigner une personne n'ayant aucune religion.

"Le sacerdoce" ou "Un sacerdoce".

Ce substantif masculin désigne :

  • au sens propre : la fonction ou "le ministère" exercé par un ecclésiastique,
  • et au sens figuré : une fonction présentant un caractère quasi religieux en raison du dévouement qu'elle exige.

On dit par exemple : "Je ne vous cache pas que ma fonction est un véritable sacerdoce : je n'ai pas pris de vacance depuis vingt ans et travaille plus de quinze heures par jour, six jours sur sept".

Source : wiktionary.org

"Un antiphonaire".

Un antiphonaire

Ce substantif masculin fort peu connu, il me semble, désigne : un recueil de chants liturgiques catholiques rassemblant les partitions grégoriennes des heures canoniales.

Les premiers antiphonaires remontent au temps du pape Grégoire Ier, au VIe siècle.

Différences avec le bréviaire :

  • L'antiphonaire contient les parties chantées de l'office, notées en notation neumatique,
  • il ne contient pas l'office des lectures,
  • et il ne contient que les rubriques du bréviaire spécifiques au chant.

Source : wikipedia.org

"Un vigile", "Une vigile" et "Les vigiles".

Ces mots homophonographes du langage courant peuvent désigner des choses très différentes, selon le genre et le nombre :

  • "UN vigile" désigne ainsi :

Un vigile, en faction

 

    •  de nos jours : une personne chargée de la surveillance et de la sécurité de locaux administratifs, commerciaux, industriels, universitaires, etc.

Un vigile, en faction devant un portail.

    • et, dans la Rome antique, un homme chargé de combattre les incendies et de veiller, la nuit, à la sécurité de la ville.
  • Tandis que "UNE vigile" désigne le jour qui précède et qui prépare une fête religieuse, dans la religion catholique.

On parle par exemple de la "vigile pasquale", qui précède le jour de Pâques, ou de la "vigile de Noël".

  • Et que "Les vigiles" (féminin) désignent, dans la liturgie catholique, le premier office du cursus de l'office divin qui se dit au point du jour, voire au milieu de la nuit et que l'on appelle également "les matines",

Sources : www.larousse.fr et wiktionary.org

"Un proposant".

Ce substantif masculin, il me semble peu connu, désigne, selon le contexte :

  • dans les églises réformées ("protestantes") : un candidat au ministère pastoral qui, après les études de théologie, accomplit le stage préparatoire au pastorat. Il est autorisé par la compagnie des pasteurs à lire la Bible dans les temples de la ville et à prêcher dans ceux de la campagne.
  • en médecine : le premier malade d’une lignée qui consulte pour une affection génétique et qui déclenche ainsi une enquête génétique dans sa famille afin de déterminer le mode de transmission de cette affection

On dit par exemple : "Le malade est un petit-neveu du proposant".

  • une personne ou organisation à l’origine d’une proposition.

On dit par exemple : "Comme d'habitude, les proposants ne se bousculent pas au portillon !".

Ou : "Le proposant est un célèbre syndicat, autrefois tout puissant dans cette profession".

Source : wiktionary.org

"Le Dimanche des Rameaux" ou "Le Dimanche des Palmes".

Cette fête, qui inaugure la Semaine sainte, rappelle l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem (Israël).

Selon l’Évangile, Jésus entre dans la ville sur le dos d’une ânesse et la foule l’acclame avec des feuilles de palmiers.

À la messe, ce jour-là, la communauté chrétienne se remémore cet événement, qu'elle célèbre à travers une procession dans l’église et une lecture du récit de la Passion du Christ. Ainsi qu'une bénédiction solennelle des rameaux.

Naturellement, faute d'un réchauffement climatique suffisant, les branches de palmier sont souvent remplacées sous nos latitudes tempérées par des branches de buis.

Dans le Sud de la France, où je vis depuis 1999, on parle souvent de "Dimanche des Palmes".

"La contrition" et "Faire acte de contrition".

  • La "contrition" est un terme du vocabulaire religieux désignant l'acte de volonté par lequel le chrétien se détourne du péché et se dispose à recevoir la grâce pour revenir à Dieu.

Autrement dit : le repentir sincère d'avoir commis un péché et la volonté de ne plus en commettre.

Et, par extension, : "le remords, le repentir".

  • et "Faire acte de contrition" signifie donc se repentir sincèrement d'avoir commis un péché et avoir la volonté de ne plus en commettre.

Ou, par extension, : "se repentir, avoir des remords".

Source : www.cnrtl.fr et www.larousse.fr

Pourquoi dire : "Une megachurch" ou même "Une mégachurch" ?

Megachurch

Et pas, tout simplement, : "Une méga-église" ou "Une mégaéglise" !

Ce terme désigne en effet une église protestante, généralement chrétienne évangélique, rassemblant plus de 2 000 personnes.

Megachurch

"Abluer", "Une "Ablution" ou "Des ablutions".

Ce verbe totalement méconnu et ce substantif du registre soutenu désignent, selon le contexte :

    • Un rite de purification dans de nombreuses religions :
      • par l'eau, le plus souvent,
      • dans la liturgie catholique romaine :
        • l'usage de l'eau bénite lors du baptême,
        • lors du lavement de pieds le jeudi saint,
        • ou durant la messe, lorsque le prêtre se lave les doigts pour la célébration eucharistique, avant la consécration des deux espèces, où le pain et le vin deviendront le corps et le sang du Christ,
      • dans les religions orientales (musulmanes notamment) : un rite de purification du corps,
    • et, par extension, : se laver le corps ou une partie du corps par mesure d'hygiène ("Faire ses ablutions").

On dit par exemple : "Nous nous retrouverons demain matin au petit-déjeuner, lorsque vous aurez fait vos ablutions".

Source : www.larousse.fr

"Un apostolat".

Ce substantif du registre soutenu appartient originairement au vocabulaire religieux et désigne :

  • au sens propre : la mission d'un apôtre c'est à dire la propagation de la foi et la prédication,
  • par extension : toute activité en vue de la diffusion de la foi chrétienne,
  • et au-delà : une activité désintéressée impliquant du dévouement, du zèle et de l'abnégation ; une mission requéeant de l'énergie et du désintéressement.

Source : www.larousse.fr

"Athée", "Athéiste" et "Agnostique".

  • Un "Athée" ou "Athéiste" est une personne adepte de l'"athéisme" ou incroyance religieuse, qui ne croit en aucun dieu et nie son (ou leur) existence.
  • Tandis qu'un "Agnostique" refuse de se prononcer et émet des doutes sur une existance divine, refusant de prendre parti dans les débats métaphysiques.

Source : wiktionary.org et www.linternaute.fr