"L'obésité morbide" et "L'obésité massive".

L'obésité résulte du fait d'ingérer plus de substances caloriques que l'organisme n'en dépense sur le long terme, ce qui conduit à une augmentation de la masse adipeuse et à un excès de poids pour une stature donnée.

Elle est évaluée au moyen de l'IMC (Indice de Masse Corporelle), à partir duquel l'OMS a défini des seuils de surcharge pondérale.

  • L'obésité morbide correspond à un IMC dépassant 40.
  • Et l'obésité massive correspond à un IMC se situant au-delà de 50.

"Le VIH" et "Le SIDA".

On a très souvent tendance à confondre ce sigle et cet acronyme, sans trop savoir exactement ce qui les distingue et ce qu'ils représentent au juste :

  • le VIH (Virus de l'Immunodéficience Humaine) est un rétrovirus infectant l'humain, se transmettant par plusieurs fluides corporels (sang, sécrétions vaginales, sperme ou lait maternel).

Il a été découvert en 1983 par les virologues français Luc Montagnier et Françoise Barré-Sinoussi, ainsi que le virologue allemand Harald zur Hausen. Ce qui leur a valu le prix Nobel de physiologie ou médecine en 2008.

  • et il est responsable du SIDA (Syndrome d'ImmunoDéficience Acquise), qui est un ensemble de symptômes consécutifs à la destruction de cellules du système immunitaire. Il est le dernier stade de l'infection au VIH, lorsque l'immunodépression est sévère.

Affaibli, le système immunitaire est en effet rendu vulnérable à de multiples infections opportunistes.

Le SIDA est aujourd'hui considéré comme une pandémie ayant causé la mort d'environ 36 millions de personnes dans le monde depuis 1981, date de la première identification de cas de SIDA.

Source : wikipedia.org

"L'atterrissage", "L'atterrage" et "L'atterrissement".

Ces trois substantifs masculins paronymes ont des significations fort différentes.

  • l'"Atterrissage", c'est, au sens étymologique, le fait de rejoindre la terre ferme.

Le terme recouvre cependant des notions différentes suivant qu'il est employé dans le domaine maritime ou aéronautique.

    • en navigation maritime, c'est le moment où, sur un navire venant du large, le navigateur aperçoit la terre (visuellement ou au radar) et identifie la côte qui se présente à lui grâce à des amers caractéristiques. Cette identification lui permet d'effectuer un point par relèvements optiques ou par distances radar, et donc de recaler son estime. L'adoption d'un premier point sûr manifeste l'atterrissage : on dit que le navire a "atterri".

L'atterrissage est facilité par le choix d'une route arrivant sur une côte facilement identifiable, un relief caractéristique, le feu d'un phare, etc.

Naturellement l'apparition des systèmes de positionnement par satellites a largement réduit l'importance et la signification de l'atterrissage.

 L'atterrissage d'un avion   Atterrissage d'un oiseau

    • Pour un aéronef ou pour un animal, l'atterrissage est la phase finale du vol, à l'issue de la procédure d'approche, et pendant laquelle il se pose sur le sol.

Au début de l'histoire de l'aviation, le terme employé était la "prise de terrain", expression toujours utilisée de nos jours en parapente.

  • l'"Atterrage" est le terme décrivant l'abord des côtes, c'est-à-dire l'ensemble des points particuliers et des amers permettant de reconnaître une côte ou les approches d'un port depuis le large.

Un atterrissement

  • tandis que l'"Atterrissement" ou "Alluvionnement" est un terme géologique et de droit désignant un amas de terre formé par sédimentation le long d'un rivage ou d'une rive, à mesure que la mer ou les fleuves apportent vase et limon.

On dit ainsi qu'une prairie s'accroît "par atterrissements".

Source : wikipedia.org

"Un rivage" et "Une rive".

  • Le rivage est la partie de la terre bordant la mer.

C'est donc la zone limite entre la terre ferme et une étendue d’eau salée, sans que des frontières précises soient géographiquement définies.

  • Tandis que la rive borde une étendue d'eau douce : fleuve, rivière, étang, lac, etc.

Le mot "rive" désigne à la fois :

    • la ligne de contact entre l'eau et la terre, jusqu'au sommet de la berge (lorsque celle-ci existe et émerge). Selon la variation de la hauteur d'eau, elle peut s’étaler au-delà et la rive s'arrête alors le long des plus hautes eaux historiquement connues lors des crues.
    • la bande de terre en bordure, le long de l'étendue d'eau.

Étrangement, pas moins de trois adjectifs parfaitement synonymes désignent ce qui a trait à la rive.

Source : wikipedia.org

"Un chronomètre" et "un chronographe".

Il s'agit de deux instruments de mesure du temps, mais :

  • un chronomètre est une montre munie d'un affichage de la seconde, se distinguant de la simple montre par sa fiabilité et sa précision ; l'exactitude de son mouvement étant certifiée par un organisme officiel neutre.

On différencie le "chronomètre de poche", ou "montre de poche", désignant une montre à gousset pouvant se tenir dans la poche d'un vêtement, du "chronomètre-bracelet", attaché au poignet.

Et les termes "montre de bord", ou "horloge de bord", désignent un instrument horaire embarqué à bord d'un véhicule tel qu'une automobile, un aéronef ou encore une navette spatiale.

On le voit, le terme de "chronomètre" est malheureusement très abusivement employé pour parler d'appareils de mesure de durées courtes, tels que ceux utilisés lors de compétitions sportives, qui sont en fait des "chronographes" !

  • et un chronographe est une montre équipée d’une aiguille indépendante que l’on peut démarrer, stopper et remettre à zéro, en vue de mesurer un intervalle de temps.

Le plus souvent, le chronographe est actionné par des poussoirs permettant d'enclencher le comptage ("Départ"), de l'arrêter ("Arrêt") et de faire la remise à zéro (*).

Le monde sportif dans son ensemble, journalistes spécialisés y compris, parle pourtant de "chronomètre" ou de "chrono" par apocope.

Et ce, que ce soit pour désigner l'instrument de mesure ou la mesure elle-même ; la formule "Réaliser un bon chrono" signifiant "Réaliser un bon temps".

Source : wikipedia.org

(*) : "Start", "Stop" et "Reset".

"Banals" et "Banaux".

  • "Banals", pluriel de l'adjectif "banal", signifie "communs, courants, très employés.

On dit par exemple : "Recevoir de banals compliments".

  • Tandis que "Banaux", pluriel de l'adjectif "banal", se disait, au Moyen Âge, des banalités, ces biens appartenant à un seigneur, dont les paysans se servaient en échange d’une redevance.

On dit par exemple : "Des fours banaux", "Des moulins banaux" ou "Des pressoirs banaux".

"Vocabulaire actif" et "Vocabulaire passif".

Dictionnaires

Le vocabulaire est l'ensemble des mots effectivement employés par une personne dans un énoncé oral ou écrit.

  • mais, tandis que le vocabulaire actif est produit et utilisé par le locuteur, c'est à dire prononcé ou écrit par une personne,
  • le vocabulaire passif est, lui, compris par cette même personne dans un contexte spécifique mais non utilisé.

Par exemple : de nombreuses personnes comprennent la formule "mon fils a voulu s'immiscer dans notre conversation" lorsqu'elles la lisent ou l'entendent. Et elle appartient donc à leur vocabulaire passif.

Mais infiniment moins nombreux sont ceux qui l'utilisent couramment à l'écrit comme à l'oral, et pour lesquelles le verbe "s'immiscer" appartient au vocabulaire actif ; l'immense majorité des gens se contentant de dire "Mon fils a voulu se mêler de notre conversation".

C'est d'ailleurs l'un des enjeux de ma démarche à travers la rédaction de J'aime les mots, que d'essayer de contribuer à une amélioration du niveau de langue moyen de mes compatriotes, en leur redonnant le goût d'utiliser davantage de très nombreux mots, verbes et locutions jolis ou pertinents, qui appartiennent à leur vocabulaire passif mais pas à leur vocabulaire actif.

Source : wikipedia.org

 

 

Ce qui distingue "Un navet" et "Un nanar".

Bobine de film et clap de cinéma

Bien que désignant tous deux des films de cinéma de mauvaise qualité, ces deux termes du registre familier correspondent cependant à des réalités relativement distinctes :

  • "Un navet" est en effet, au sens figuré, dans le registre familier : un film de cinéma jugé mauvais, insipide ennuyeux,

Ils abondent malheureusement, les réalisateurs et acteurs devant chaque année payer leurs impôts et assurer leur train de vie.

Le mot "Une daube", utilisé lui aussi au sens figuré, en est un parfait synonyme (registre familier). De même que "Une panouille" (registre argotique).

  • tandis que "Un nanar" est, dans le registre argotique, un film particulièrement mauvais qui se regarde au second degré.

Et même un film tellement mauvais qu'il en devient drôle.

En d'autres termes, le nanar est un navet qui est drôle.

Le summum du nanar me semble incontestablement être le film américain de 1958 du réalisateur Ed Wood (auquel Tim Burton consacra un film biographique en 1995), "Plan 9 from outer space".

Affiche du film états-unien "Plan 9 from outer space" de Edward D. Wood Jr (1959)

Ce film culte est devenu mythique, tant pour son esthétique kitsch que pour son caractère cocasse, souvent involontaire. Tout dans ce film est tellement insensé que l'on a un mal fou à imaginer qu'il ne s'agit pas d'une parodie.

Pour ceux d'entre vous qui auraient la chance de ne pas l'avoir encore vu, précipitez-vous pour organiser une projection entre amis : fous-rires garantis pour toute la soirée !

Source : wiktionary.org et cineyann.over-blog.com

"Une bière d'abbaye" et "Une bière trappiste".

Attention : "Une bière trappiste" est aussi "Une bière d’abbaye" mais "Une bière d’abbaye" n’est pas "Une bière trappiste" !

  • Une bière d’abbaye est en effet une bière faisant référence à la vie monastique ou à une abbaye particulière, en activité ou non.

Jadis brassée sur place par les moines, il s’agit aujourd’hui d’une licence délivrée à un brasseur par une communauté monastique, ou de la référence à une abbaye disparue.

Seules quelques bières sont encore brassées dans les murs de l’abbaye, comme la Val-Dieu.

Exemples de bière d’abbaye : la Grimbergen, Maredsous, Floreffe ou Affligem.

Des bières d'abbaye

  • Tandis qu'une bière trappiste doit être produite par des moines trappistes, ou du moins, brassée sous leur supervision. Elle doit être fabriquée au sein d’une abbaye trappiste et une part des revenus doit être consacrée à des œuvres à caractère social.

Les bières trappistes sont généralement hautement fermentées et respectent un procédé prescrit par l’Association Trappiste Internationale.

L’appellation "bière trappiste" requiert donc des conditions nettement plus strictes que celle de "bière d'abbaye".

Aussi n'existe-t-il aujourd’hui que 10 bières trappistes dans le monde, dont :

    • six belges : la Chimay, Orval, Rochefort, Westmalle, Westvleteren et Achel,
    • deux hollandaises,
    • une autrichienne
    • et une américaine.

Des bières trappistes

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire "Une bière".

Source : www.lesbieresbelges.be

Quelle est la différence entre "Une coquille" et "Un bourdon" ?

  • Une "Coquille" était une erreur de composition en typographie, consistant à mettre un caractère à la place d'un autre, du temps de la composition au plomb.

Le mot a toutefois continué d'être utilisé pour les nouvelles méthodes de composition utilisant un clavier, avant de s'étendre de l'imprimerie à la dactylographie et à l'informatique.

Et l'on appelle donc aujourd'hui "Coquille" une faute de frappe où l’on appuie sur une touche voisine de la touche voulue, le résultat étant une lettre à la place d’une autre.

Exemple : Écrire "Bite" ("verge" en argot) au lieu de "Bile" est une coquille.

Sur le sujet, je me permets de vous recommander mon article "Quand les coquilles deviennent des couilles"

  • tandis qu'un "Bourdon" est un oubli de lettres, de mots, de paragraphes, voire de pages entières, dû à l’inattention du compositeur, du correcteur, du metteur en pages ou de l'auteur.

Exemple : Écrire "Couille" ("testicule" en argot) à la place de "Coquille" est donc un bourdon et non une coquille, comme on le croit et le lit souvent !

Et c'est parce qu'il était convaincu de corriger un bourdon, qu'un typographe britannique a cru bon de modifier la formule "All black", écrite par un journaliste, en 1955, à propos de l'équipe nationale de rugby néo-zélandaise, en "All Black" !

Source : wikipedia.org

 

"Les boulevards des maréchaux", "Les boulevards extérieurs", "Le boulevard périphérique", "Le périphérique intérieur" et "Le périphérique extérieur".

Toutes ces locutions nominales désignent d'importants axes circulaires de circulation routière ceinturant la ville de Paris (75).

  • "Les boulevards des maréchaux" (ou, par ellipse : "Les maréchaux") constituent un ruban quasiment continu ceinturant Paris (75), à la limite de la ville, sur une longueur de 33,7 kilomètres.

Il s'agit de boulevards classiques, à double sens, qui occupent l'emplacement de l’ancienne "rue militaire", bâtie en 1840, le long de l'enceinte de Thiers.

Et ils tiennent leur nom de ce que, à leur création, en 1864, la totalité de ces boulevards portaient des noms de maréchaux du Premier Empire : "Ney", "Davout", "Murat", "Kellermann", "Victor", etc

Le boulevard Ney, l'un des "Boulevards des maréchaux", à Paris (75)
Le boulevard Ney, l'un des "Boulevards des maréchaux", à Paris (75)
  • "Les boulevards extérieurs" sont tout simplement un autre nom de cet axe.
  • "Le boulevard périphérique de Paris" - également appelé par ellipse "Le boulevard périphérique" ou par apocope "Le périph", voire "Le BP (Boulevard Périphérique)" - est une voie circulaire, d'une longueur de 35,04 km, qui fait le tour de la ville de Paris (75).
Le boulevard périphérique de Paris (75)
Le boulevard périphérique de Paris (75)

Construit de 1956 à 1973, en grande partie sur l'emplacement des anciennes fortifications de la commune de Paris et de la Zone, il est inauguré par le Premier ministre Pierre Messmer le 25 avril 1973.

Il comporte le plus souvent quatre voies de circulation dans chaque sens (exceptionnellement deux ou trois et parfois cinq).

Malgré une forte baisse depuis la fin des années 1990, certains tronçons de cet axe dépassaient encore les 250 000 véhicules par jour en 2010.

Le boulevard périphérique est constitué du "Périphérique intérieur" et du "Périphérique extérieur" :

    • "Le périphérique intérieur" est le nom donné à la voie de circulation située sur le côté intérieur du boulevard périphérique, laquelle tourne dans le sens des aiguilles d'une montre.
Boulevard périphérique intérieur (à gauche) et extérieur (à droite) de Paris (75)
Boulevard périphérique intérieur (à gauche) et extérieur (à droite) de Paris (75)
    • et "Le périphérique extérieur" est le nom donné à la voie de circulation située sur le côté extérieur du boulevard périphérique, laquelle tourne dans le sens inverse des aiguilles d'une montre.

Source : wikipedia.org

"Les Bambaras", "Les Dioulas", "Les Mandingues" et "Les Malinkés".

Il s'agit dans tous les cas de peuples africains d'Afrique de l'Ouest appartenant aux peuples Mandés.

Parlant des langues apparentées et formant un groupe linguistique, ils manifestent des cultures et des traditions sensiblement différentes.

Ils sont tous mandingues et se répartissent principalement comme suit :

  • les Bambaras au Mali ,
  • les Dioulas en Côte d'Ivoire, au Burkina Faso et au Mali,
  • et les Malinkés en Guinée, au Sénégal, en Gambie et au Mali.