"La houle" et "Les vagues".

Il s'agit de deux phénomènes différents, mais néanmoins indissolublement liés l'un à l'autre, les vagues s'avérant être la conséquence directe de la houle.

  • "La houle" est le mouvement ondulatoire à la surface de l'eau. C'est donc une onde, et si on a l'impression en la regardant que la mer se déplace, il n'en est rien : chaque goutte d'eau, pour résumer, reste en place (elle décrit des cercles verticaux, mais revient à son point de départ). Elle est créée par le vent, et caractérisée non seulement par sa taille, mais aussi par sa période (la durée entre deux crêtes). Plus elle sera entretenue par le vent sur une longue distance sans obstacle (le "fetch"), plus cette durée entre deux crêtes sera importante et plus la houle contiendra d'énergie.

Dans l'océan Atlantique, une houle d'une période de plus de 15 secondes est déjà considérée comme longue. Mais dans l'océan Pacifique, plus vaste, des houles d'une période supérieure à 20 secondes ne sont pas rares.

Vagues

  • et "Les vagues", correspondent au déferlement de la houle lorsque celle-ci rencontre un obstacle (fond, rocher…).

Ce déferlement sera d'autant plus violent que la remontée des fonds est brutale, d'où le fait que les plus grosses vagues se produisent généralement sur des rochers plutôt que sur des plages. La taille des vagues dépend donc de la taille de la houle, mais aussi de sa période et des fonds marins.

Ou du marin qui vous narre ses exploits ! Mais cela, c'est une autre histoire !

Source : www.letelegramme.fr

"Rigueur" et "Rigorisme".

  • la "rigueur" peut avoir différentes significations :
    • c'est d'abord est une sévérité inflexible, une austérité, une dureté extrême ("mesures de rigueur"),
    • mais également l'application stricte, sévère de principes moraux, religieux ("une rigueur religieuse"),
    • un comportement austère, rigide, un aspect dur, sévère ("une rigueur puritaine"),
    • le caractère dur, pénible d'une chose difficile à supporter ("la rigueur du climat"),
    • ou, enfin, le caractère d'exactitude, de précision, de régularité de quelque chose ("la rigueur scientifique").
  • apparu à la fin du XVII e siècle, le "rigorisme" est un respect très strict des règles de la religion ou de la morale. C'est une forme de radicalisation religieuse, pouvant être apparentée ou associée à de la rigidité morale.

Le "rigorisme" est donc le nom que prend "la rigueur" dès lors qu'elle s'applique au domaine de la morale ou de la religion.

Source : www.cnrtl.fr

"Odorant" et "Odoriférant".

Ces deux adjectifs paronymes ont des significations assez proches qu'il n'est, je pense, pas inutile de préciser :

  • "odorant" signifie "qui exhale ou répand une odeur, bonne ou mauvaise, mais GÉNÉRALEMENT AGRÉABLE ; qui sent bon".>

Car dans le cas inverse on utilise son antonyme, "Malodorant".

On dit ainsi : "Sur la table trônait un plat odorant".

  • "odoriférant" (registre soutenu) signifie "qui exhale ou répand une odeur AGRÉABLE".

On dit ainsi : "Il lui avait acheté un superbe bouquet odoriférant".

"Une ecchymose" et "Un hématome".

Il s'agit dans les deux cas d'une rupture de vaisseaux sanguins causée par une contusion. Mais celle-ci est moins importante pour une ecchymose que pour un hématome.

  • "Une ecchymose" ou "Un bleu" est un épanchement diffus de sang sous la peau. Le gonflement est relativement limité mais il peut être douloureux. Après quelques jours, la couleur de la peau passe du bleu violacé au jaunâtre ou verdâtre. L'ecchymose guérit spontanément en quelques jours.

Ecchymose sur le bras

  • "Un hématome" est une accumulation de sang sous la peau ou dans un organe. Des vaisseaux sanguins se rompent et provoquent alors une lésion bleutée et gonflée.

En fonction de l'emplacement de l'hématome sur le corps, cet hématome peut porter différents noms et d'autres symptômes peuvent apparaître :

L'ongle prend une coloration noire et peut ensuite tomber deux à trois semaines plus tard.

Un "ongle noir" ou "rat" (registre populaire) c'est à dire un "hématome sous-unguéal"

    • S'il est situé sous le cuir chevelu, l'hématome forme une "Bosse séro-sanguine", communément appelée "oeuf de pigeon". Auquel cas, il est indispensable de surveiller les signes d'un traumatisme crânien.

Bosse au front

Oreille en chou-fleur ou "othématome"

"Empathie" et "Sympathie".

  • L'empathie est la reconnaissance et la compréhension des sentiments et des émotions d'un autre individu ainsi que, dans un sens plus général, de ses états non-émotionnels, comme ses croyances.

Par exemple : On a de l'empathie pour les habitants d'un pays frappé par des attentats.

  • tandis que la sympathie sous-tend une notion de participation, de lien, de concordance, de communication.
    • que ce soit à l'égard de personnes :
      • il peut s'agir d'un penchant naturel, spontané et chaleureux de quelqu'un vers une autre personne.

On dit par exemple : "J'éprouve une grande sympathie pour mes voisins très âgés".

      • ou d'une faculté de participer à la joie ou aux peines d'autrui.

On dit par exemple : "Je leur ai adressé un témoignage de sympathie lorsqu'il ont perdu l'un de leurs proches".

    • ou à l'égard de choses :
      •   il s'agit alors d'un sentiment instinctif d'attraction, de bienveillance, d'une disposition favorable envers quelque chose.

On dit par exemple : "Mon voisin a toujours eu des sympathies pour les partis de droite".

"Compassion" et "Empathie".

  • la compassion est un sentiment par lequel un individu perçoit ou ressent la souffrance d'autrui, et est poussé à y remédier, par amour ou morale.

Par exemple : On compatit/on a de la compassion pour les parents dont l'enfant vient d'être enlevé et violenté. On leur adresse un message de soutien et participe à la marche blanche qu'ils organisent.

  • tandis que l'empathie est la reconnaissance et la compréhension des sentiments et des émotions d'un autre individu ainsi que, dans un sens plus général, de ses états non-émotionnels, comme ses croyances.

Par exemple : On a de l'empathie pour les habitants d'un pays frappé par des attentats.

Sur un sujet contigu, je vous recommande également la lecture de mon article :"Quelle est la différence exactement entre l'empathie et la sympathie ?".

Source : wikipedia.org

Intervertir", "Inverser" et "Permuter".

  • Intervertir, c'est renverser l'ordre des éléments d'un tout ou d'une série ; mettre une chose à la place d'une autre (et réciproquement),

Par exemple : "ABCDEF" devient "ADEFBC" ou "BCDFEA", etc.

  • Inverser, c'est placer dans des positions inverses par rapport aux positions précédentes, en ce qui concerne l'ordre ou le sens,

Par exemple : "ABCDEF" devient "FEDCBA".

  • Et permuter, c'est - dans un système donné - prendre la place d'un élément qui vient, en retour, occuper la vôtre.

Par exemple : "ABCDEF" devient "ABEDCF" (le "C" et le "E" ont permuté).

Source : wwww.cnrtl.fr

"Emballage" et "Emballement".

Ces deux termes peuvent être synonymes lorsqu'il s'agit de qualifier l'action d'emballer un objet ou un produit.

  • Toutefois, l'"emballage", c'est également, :
    • par métonymie, ce qui sert à emballer un objet ou un produit,

On parle par exemple d'"Emballage consigné".

    • une rafle de police, dans le registre argotique,
    • et une accélération brutale et désordonnée des coureurs cyclistes au moment du sprint.
  • tandis que l'"emballement" désigne, :
    • par analogie, le régime trop élevé d'un moteur ou d'une machine qui s'emballe,
    • ou, au sens figuré, le fait de s'emballer pour quelqu'un ou quelque chose, de se laisser aller à l'enthousiasme, synonyme d'inclination puissante, de passion ou de coup de foudre. 

Source : www.cnrtl.fr

"Médiéval" ou "Médiévale" et "Moyenâgeux" ou "Moyenâgeuse".

Bien qu'en apparence synonyme, les deux adjectifs revêtent toutefois des significations très distinctes :

  • L'adjectif "médiéval/médiévale" désigne ainsi ce qui est relatif au Moyen Âge,

Un château médiéval

  • tandis que l'adjectif "moyenâgeux/moyenâgeuse" sous-entend un jugement de valeur :
    • qui peut être parfois positif.

On parle par exemple de "village moyenâgeux" ou de "ruelle moyenâgeuse", pour souligner le caractère historique et touristique d'un lieu.

    • mais, le plus souvent négatif et synonyme de "barbare", "violent", "inculte", "tyrannique", "anarchique", etc.

On parle par exemple de "croyances moyenâgeuses" ou de "pratiques moyenâgeuses".

Pasans médiévaux

"Un autobus" (ou un "Bus") et "Un autocar" (ou un "Car").

Je constate malheureusement que les deux mots "Autobus" et "Autocar" (ainsi que leurs aphérèses respectives "Bus" et "car") ont de plus en plus tendance à être - à tort -utilisés indifféremment l'un de l'autre.

Certes il s'agit dans les deux cas de véhicules de transport collectif, dont l'aspect extérieur peut parfois sembler assez similaire.

Mais là s'arrête la ressemblance, puisque :

Autobus

  • l'autobus (ou bus) est un véhicule utilisé en zone urbaine, pour les "transports urbains".

Il circule normalement à vitesse réduite, avec de fréquents arrêts, et il arrive souvent que l'on doive y voyager debout.

On dit par exemple : "La ville d'Aix-en-Provence compte de nombreux autobus scolaires".

Autocar

  • tandis que l'autocar (ou car), pour sa part, sert :
    • à relier les villes entre elles, dans le cadre des transports "interurbains".

On y voyage donc toujours assis et le port de la ceinture y est obligatoire. Quant aux bagages encombrants, ils doivent être mis dans une soute à bagages.

On dit par exemple : "La navette autoroutière Aix-Marseille se fait par autocar".

    • ou à effectuer des voyages touristiques.

Les trajets s'avérant souvent relativement long, le véhicule comporte des toilettes ainsi que des sièges couchettes.

On dit par exemple : "J'ai voyagé en autocar de Paris à Bruxelles."

Ou : "J'ai visité Paris la nuit en autocar".

"La vue" et "La vision".

  • la vue, est la capacité du système visuel à percevoir son environnement par l'intermédiaire des rayons lumineux qui pénètrent dans l'œil.

Elle est le résultat :

    • du bon fonctionnement de nos yeux,
    • de l’intégrité de nos conductions nerveuses représentées par nos nerfs optiques,
    • du parfait fonctionnement :
      • de nos aires visuelles situées dans le cortex occipital derrière la tête,
      • de nos aires corticales spécialisées dans le traitement du mouvement, des formes et des couleurs,
    • de notre mémoire,
    • de notre apprentissage (reconnaissance, langage)
    • et de notre capacité d’interprétation.
  • tandis que la vision est le phénomène par lequel l'être vivant intègre et utilise les informations venues du système visuel pour répondre à ses besoins.

C'est l’aptitude à observer, visualiser, interpréter, comprendre, analyser, assimiler, mémoriser les informations reçues par les yeux.

Autrement dit : la vue est l'outil et la vision la manière dont on l'utilise, ce que l'on en fait.

Source : www.cenavi.fr

"Ibère", "Ibérien" ou "Ibérique".

Ces trois adjectifs paronymes n'ont pas la même signification :

  • "Ibère" désigne ce qui est relatif à l'Ibérie, ancien nom de l'Espagne, et à son ancien peuple,
  • "Ibérien" ou "Ibérienne", également,
  • tandis qu'"Ibérique" peut, en plus, se rapporter à l'espace géographique formé par l'Espagne et le Portugal.

On parle ainsi des "Royaumes ibériques" ou de la "Péninsule ibérique".