"Mirobolant".

Ce joli adjectif du registre familier signifie : trop beau pour avoir des chances de se réaliser.

On dit par exemple : "Malgré toutes ses promesses mirobolantes, l'ancien maire n'est pas parvenu à se faire réélire".

Ou : "Certains jeunes rêvent de devenir joueur de football professionnel, dans l'espoir de gagner des sommes mirobolantes".

Source : www.larousse.fr

"Sis à" ou "Sise à".

Il s'agit des participes passés masculin et féminin du - fort peu usité - verbe "seoir".

Et signifient : "Situé(e) à" ou "Établi(e) à".

On dit par exemple : "M. Dumas est le gérant de cette société, sise au 22 rue de la Mirabelle".

Ou : "Il s'agit d'un cabaret, sis au 120 boulevard du Roi".

Pour ma part, bien que ces jolies formules appartiennent évidemment au registre désuet ainsi qu'à un certain vocabulaire et jargon administratif, immobilier, juridique et judiciaire, je ne me prive pas de les utiliser.

"Toute affaire cessante" ou "Toutes affaires cessantes".

Cette jolie locution adverbiale du langage courant signifie : immédiatement ; tout de suite ; sans délai ; sur-le-champ.

On dit par exemple : "Appelle ton fils et dis lui de venir à la clinique toutes affaires cessantes : sa femme va accoucher d'un instant à l'autre".

Sources : wiktionary.org et www.cnrtl.fr

"En tapinois".

J'aime beaucoup cette locution adverbiale du registre soutenu signifiant :

  • au sens propre : en cachette, en se cachant, de façon dissimulée ; à la dérobée, clandestinement, en se dissimulant.

On dit par exemple : "Pendant des mois mon petit ami devait venir me voir nuitamment, en tapinois".

  • et au sens figuré : sournoisement, par des voies sourdes et détournées.

On dit par exemple : "Je ne supporte pas cet individu : il ne fait qu'agir en tapinois".

Sources : www.larousse.fr, www.cnrtl.fr, www.linternaute.fr et wiktionary.org

"Courageux mais pas téméraire".

J'aime beaucoup cette amusante locution adjectivale du registre familier qui signifie : craintif ; ne ne témoignant pas d’un grand courage.

Elle se dit par ironie d'une personne très prudente, voire timorée, sous un air un peu bravache.

On dit par exemple : "Courageux, mais pas téméraire, le type a attendu que ses copains soient sortis pour s'en prendre à moi".

Sources : wiktionar.org et www.larousse.fr

"Peser au trébuchet".

Trébuchet de bijoutier

J'aime beaucoup cette expression du registre soutenu signifiant : analyser très minutieusenent une situation en s'attachant aux plus infimes détails.

On dit par exemple : "Je pense avoir effectué le bon choix : ma décision a été pesée au trébuchet".

Elle fait référence à l'une des trois acceptions du substantif masculin polysémique "Trébuchet".

Source : wiktionary.org

"Liminaire".

Cet joli adjectif du registre soutenu nous vient du mot latin "liminaris", construit à partir du mot "limen", "liminis" ("seuil").

Et il signifie : placé en tête, au début d'un ouvrage ou d'un discours.

On parle par exemple de "texte liminaire" pour une préface de livre.

Et de "propos liminaire" ou de "déclaration liminaire" pour un prologue de discours ou lorsqu'une personne commence par poser (ou imposer) le contexte de ce qu'elle va dire avant de le dire.

En déclarant par exemple : "Je souhaite rappeler ici, avant toutes choses, que j'ai toujours été profondément et fondamentalement attaché aux valeurs de l'écologie".

Nota bene : toute ressemblance, ou similitude avec des déclarations récentes ne saurait être que coïncidence fortuite.

Sources : www.larousse.fr, wiktionary.org et michel.balmont.free.fr

"Fortuit" ou "Fortuite" et "La fortuité".

Ces jolis adjectifs et substantif féminin du registre soutenu signifient respectivement :

  • "Fortuit" ou "Fortuite" : qui arrive ou paraît survenir par hasard.

On dit par exemple : "Mon épouse a fait la connaissance de mon assistante de façon fortuite...  en rentrant à la maison sans prévenir avec deux jours d'avance".

  • "La fortuité" : qualité de ce qui arrive de manière fortuite, imprévue ; par hasard.

On dit par exemple : "La fortuité est à l'origine de nombreuses recettes de cuisine ou inventions".

Et non la "sérendipité", ainsi que je l'entends malheureusement dire trop souvent désormais !

Source : www.larousse.fr et wiktinary.org

"Être dur de la feuille".

J'adore cette expression du registre argotique en forme d'idiotisme botanique qui signifie : avoir des difficultés auditives, entendre mal.

Naturellement, elle interloque souvent mes interlocuteurs étrangers ou les personnes peu habituées à la langue verte, mais c'est toujours un véritable plaisir pour moi que de la leur expliquer.

Concernant ce thème de la surdité, je vous recommande également la lecture de mon article consacré à toutes les façons de reprocher à quelqu'un de ne rien entendre ou de dire que l'on entend mal.

"Pareillement".

Ce joli adverbe du langage courant signifie, selon le contexte :

  • De façon pareille, égale ; de la même manière, de même.

On dit par exemple : "Restaurateurs et hôteliers sont pareillement victimes de la crise".

Ou : "Les mois de septembre et octobre ont été pareillement pluvieux".

  • Aussi, également.

On dit par exemple : "La santé est bonne et le moral pareillement".

Ou : "J'ai adoré l'entrée et le dessert pareillement".

  • Dans la même proportion, de la même façon.

On dit par exemple : "Le père et la fils sont pareillement incultes".

Ou : "Le précédent ministre et l'actuel sont pareillement incompétents".

  • À ce point.

On dit par exemple : "Je n'imaginais pas que l'on puisse pareillement échouer".

Ou : "On m'a rarement pareillement gâté".

Sources : www.larousse.fr et www.cnrtl.fr

"Un atermoiement".

J'aime beaucoup ce substantif masculin du registre soutenu qui désigne :

  • dans le domaine juridique : un délai accordé à un débiteur pour l'exécution de ses engagements.

Le mot "atermoiement" vient du mot "terme" dans le sens d'"échéance".

En droit commercial il désigne le fait qu'un créancier concède un délai de grâce à son débiteur lorsque celui-ci n'est pas en mesure d'exécuter immédiatement une prestation exigible au moment où son règlement est arrivé à son terme.

  • dans le registre soutenu : l'action d'"atermoyer", c'est à dire de différer, de remettre à plus tard une décision qu'il faudrait prendre sur le moment, de retarder, d'ajourner, de tergiverser.

On dit par exemple : "Lorsqu'il s'agit de tenir ses promesses à l'égard du personnel soignant, ce gouvernement, comme les précédents, ne semble capable d'agir que par atermoiements".

Sources : wiktionary.org, www.larousse.fr et www.cnrtl.fr.

"La cochonnaille", "La charcuterie", "Une cochonnerie" et "Une cochonceté".

Voilà bien quatre substantifs féminins que l'on peut malheureusement souvent confondre, alors qu'ils ne désignent pas vraiment la même chose !

  • "Cochonnaille" appartient au registre familier et désigne la viande et les abats de cochon diversement apprêtés, traditionnellement appelés dans le langage courant "Charcuterie".

On dit par exemple : "Jacques Chrirac ne résistait pas à une bonne assiette de cochonailles".

Cochonnailles

  • "Cochonnerie" relève du langage courant et désigne :
    • l'état d'une chose ou d'une personne extrêmement malpropre ; d'une malpropreté digne du cochon.

On dit par exemple : "Cet appartement est d'une cochonnerie repoussante".

Ou : "Ce type est d'une cochonnerie incroyable".

    • une chose sale, mauvaise ou malsaine ;

On dit par exemple : "Arrête de faire des cochonneries".

Ou : "Cesse-donc de manger des cochonneries à longueur de journée".

    • une chose sans valeur, de très mauvaise qualité ; une "Cochonnerie".

On dit par exemple : "Tu devrais jeter toutes ces cochonneries".

Ou : "Ce fauteuil en promotion était une véritable cochonnerie !".

    • ou : une parole ou une action obscène, indécente, relevant de la paillardise, de la grivoiserie, de la gaudriole, voire de la pornographie ; une "Cochonceté".

On dit par exemple : "Il ne cesse de lui dire des cochonneries".

  • et "Cochonceté" - un mot que j'aime beaucoup - appartient au registre familier et désigne également :
    • une chose sans valeur, de très mauvaise qualité ; une "Cochonceté".
Le rayon jambon sous plastique d'une grande surface alimentaire
Le rayon jambon sous plastique d'une grande surface alimentaire

On dit par exemple : "Pour mon ancienne copine, le jambon ou les légumes sous plastique - même bio - n'étaient que des cochoncetés !".

Le rayon légumes bio sous plastique d'une grande surface alimentaire
Le rayon légumes bio sous plastique d'une grande surface alimentaire
    • ou : une parole ou une action obscène, indécente, relevant de la paillardise, de la grivoiserie, de la gaudriole, voire de la pornographie ; une "Cochonceté".

On dit par exemple : "Ce type est connu pour ne proférer que des cochoncetés".

Ou : "Mon fils et sa copine s'étaient enfermés dans la chambre pour faire des cochoncetés !".

Sources : www.larousse.fr et www.cnrtl.fr