"Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage".

"Le lion et le rat" de Jean de la Fontaine (Livre II, fable 11. 1668 )

J'adore cette admirable phrase du registre soutenu qui a si merveilleusement traversé les siècles.

Elle constitue en effet la morale concluant la fable de Jean La Fontaine intitulée "Le lion et le rat" (Livre II, fable 11. 1668 ).

Et signifie qu'il est inutile de s'énerver lorsque l'on est confronté à une difficulté. Et qu'il faut au contraire faire preuve de patience et agir posément.

"Le lion et le rat"

"Il faut, autant qu'on peut, obliger tout le monde
On a souvent besoin d'un plus petit que soi.
De cette vérité deux fables feront foi,
Tant la chose en preuves abonde.

Entre les pattes d'un lion
Un rat sortit de terre assez à l'étourdie.
Le roi des animaux, en cette occasion,
Montra ce qu'il était et lui donna la vie .
Ce bienfait ne fut pas perdu.
Quelqu'un aurait-il jamais cru
Qu'un lion d'un rat eût affaire ?
Cependant il avint qu'au sortir des forêts
Ce lion fut pris dans des rets,
Dont ses rugissements ne le purent défaire.
Sire rat accourut, et fit tant par ses dents
Qu'une maille rongée emporta tout l'ouvrage.

Patience et longueur de temps
Font plus que force ni que rage".

Sources : www.linternaute.fr et www.lafontaine.net

"Faire sa Joséphine" .

Cette jolie locution verbale du registre argotique signifie : faire sa mijaurée, faire sa chochotte ; affecter un air de chasteté, repousser avec indignation les propositions galantes d'un homme.

On dit par exemple : "Elle fait sa Joséphine, mais on connaît son passé !".

Sources : laliste.net, www.russki-mat.net et www.languefrancaise.net

"Une rodomontade".

J'aime beaucoup ce joli substantif féminin du registre soutenu qui désigne : une fanfaronnade, une attitude prétentieuse et ridicule, une vantardise pleine d'insolence ; une action, un propos, un comportement ou un propos de rodomont.

"Un rodomont" est un substantif masculin du registre soutenu qui désigne : un fanfaron de bravoure, un bravache, un fier-à-bras, un matamore.

Et "rodomont" est l'adjectif qualifiant ce type d'individu.

À l'instar de "sacripant", ces mots nous viennent directement de la littérature italienne, puisqu'il font référence à Rodomont, roi d’Alger courageux, fier et insolent, un personnage de Boïardo Matteo Maria, dans "Roland amoureux" (1483), un long poème inachevé, et de L’Arioste, dans "Roland furieux" (1516), sa suite.

Sources : www.larousse.fr et wikipedia.org

"Une occurrence".

Ce substantif féminin du registre soutenu désigne :

  • un événement, un cas, une occasion donnée ou présente.

On dit par exemple : "En l'occurrence" ou "En pareille occurrence".

  • en linguistique : une apparition d'une unité linguistique (mot, locution) dans un corpus.

On dit par exemple : "J'ai relevé d'assez nombreuses occurrences des verbes abhorrer, abominer et exécrer dans le blogue J'aime les mots".

  • et en logique : place occupée par un symbole dans une formule.

Par exemple : "Il y a deux occurrences de la lettre p dans la formule " Γ p OU (p & q)".

Sources : wiktionary.org et www.larousse.fr

"Une fois n'est pas coutume".

J'aime beaucoup cette expression proverbiale du registre soutenu qui signifie que l'on peut faire exceptionnellement une chose que l’on aurait tort de faire habituellement.

Ou que l'on peut changer ses habitudes de manière exceptionnelle, sans que cela n'engage pour l'avenir.

On dit par exemple : "Une fois n'est pas coutume, je ne vais pas vous donner d'exemple".

Son équivalent dans le registre familier est : "Pour une fois" ("Pour une fois, je ne vais pas vous donner d'exemple").

Sources : www.expressio.fr et wiktionary.org

"L'irascibilité" et "Irascible".

J'aime beaucoup ces deux jolis mots du registre soutenu.

  • "L'irascibilité" est un substantif féminin signifiant le caractère ou l'état d'une personne irascible.
  • et "Irascible" est un adjectif ignifiant : qui s’emporte facilement, qui est prompt à se mettre en colère, à s'irriter.

On dit par exemple : "Je plains sincèrement ma voisine : son mari est irascible au possible".

Sources : wiktionary.org et larousse.fr

"Ne pas avoir pour deux sous de jugeote";

J'aime beaucoup cette expression du registre familier qui signifie : manquer sérieusement de bon sens, de discernement.

Voire ne pas être très intelligent.

On dit par exemple : "Je ne risque pas de prêter de l'argent à mon cousin pour son projet : il n'a pas pour deux sous de jugeote".

Source : www.expressio.fr

"Plonger dans des abîmes de perplexité" ou "Plonger dans un abîme de perplexité".

J'aime beaucoup cette jolie locution verbale du registre soutenu qui signifie, au sens figuré : confronter à une indécision, une hésitation, une incertitude sans limites, insondable sur ce que l'on doit faire ou penser.

On dit par exemple : "La capacité des adolescents actuels à passer des journées entières les yeux rivés sur l'écran de leur téléphone portable me plonge dans des abîmes de perplexité".

Sources : www.larousse.fr et www.cnrtl.fr

"Prendre en bonne part" ou "Se prendre en bonne part".

J'aime assez ces deux locutions verbales du registre désuet qui signifient :

  • être content d’une chose ; recevoir bien ce qu’on nous dit ou ce qu’on nous fait, le trouver bon.

On dit par exemple : "Prenez le en bonne part, mais ce n'est pas là votre meilleur article !".

  • et être susceptible d’une bonne interprétation.

On dit par exemple : "Croyez-moi, mon ami, cette critique peut se prendre en bonne part et vous n'avez, je crois, aucune raison de vous sentir blessé".

Elles existent également sous la forme inverse : "Prendre en mauvaise part" ou "Se prendre en mauvaise part"

Source : wiktionary.org

"En infra" et "En supra".

J'aime beaucoup ces deux locutions latines servantt à renvoyer à un passage, dans un texte et signifiant respectivement :

  • "En infra" : ci-dessous, plus bas.

On dit par exemple : "Merci de me retourner un exemple signé à l'adresse figurant en infra".

  • et "En supra" : ci-dessus, plus haut.

On dit par exemple : "Les personnes dont les noms figurent en supra ont déjà toutes été appelées".

"Susdit", "Susdite", "Susdites" ou "Susdits" et "Susmentionné", "Susmentionnée", "Susmentionnées" ou "Susmentionnés".

J'aime beaucoup ces deux adjectifs parfaitement synonymes du registre soutenu qui signifient respectivement :

  • "Susdit" : dit ci-dessus, précédemment évoqué.

On dit par exemple : "L'individu susdit a été aperçu à deux reprises rôdant aux alentours de la villa".

  • "Susdite" : dite ci-dessus, précédemment évoquée.

On dit par exemple : "La susdite victime a agonisé des heures durant".

  • "Susdites" : dites ci-dessus, précédemment évoquées.

On dit par exemple : "Les personnes susdites seront convoquées ultérieurement".

  • "Susdits" : dits ci-dessus, précédemment évoqués.

On dit par exemple : "J'ai toujours adoré les films susdits".

  • "Susmentionné" : mentionné ci-dessus, précédemment évoqué.

On dit par exemple : "Encore un film du réalisateur susmentionné".

  • "Susmentionnée" : mentionnée ci-dessus, précédemment évoquée.

On dit par exemple : "Comme beaucoup d'autres, la loi susmentionnée n'a jamais été appliquée".

  • "Susmentionnées" : mentionnées ci-dessus, précédemment évoquées.

On dit par exemple : "Les scènes susmentionnées ont toutes été tournées en studio".

  • et "Susmentionnés" : mentionnés ci-dessus, précédemment évoqués.

On dit par exemple : "Je n'ai jamais voté pour un seul des projets susmentionnés".

"La médiocrité".

J'aime assez ce substantif féminin qui désigne :

  • dans le registre soutenu : état ou qualité de ce qui est médiocre (moyen, peu important, peu digne d'être remarqué) ; état de celui ou de ce qui se situe dans la moyenne ou en-dessous de la moyenne.

On dit par exemple : "La médiocrité des résultats scolaires de mon neveu m'afflige".

  • et dans le langage courant : l'insuffisance dans la qualité ou la valeur de quelque chose ou de quelqu'un :
    • faible valeur, mauvaise qualité d'une chose.

On dit par exemple : "Ce foie-gras est d'une médiocrité que son prox avantageux ne saurait excuser".

    • manque d'intelligence, de talent, de qualités personnelles ; insuffisance du côté de l’esprit ou du mérite.

On dit par exemple : "La médiocrité intellectuelle de certains députés m'a toujours sidéré".

Sources : www.larousse.fr, wiktionary.org et www.cnrtl.fr