Il ne faut pas confondre "Les aïeuls" et "Les aïeux".

  • Curiosité intéressante de notre jolie langue, le substantif masculin "Un aïeul" possède l'étrange particularité de posséder... deux pluriels différents !
    • "Les aïeuls" désigne en effet : les grands-parents ou les grands-pères ; mais parfois aussi les arrière-grands-parents,

On dit par exemple : "L’héritage de mes aïeuls paternels a permis à mon père de s’acheter une petite maison de campagne".

    • tandis que "Les aïeux" signifie : les ancêtres, les ascendants ou plus largement ceux qui ont précédé la génération actuelle.

On dit par exemple : "Mes aïeux sont originaires de Pologne, d'où ils sont partis à la fin du XIXe siècle".

  • Il n'existe en revanche qu'une seule forme au féminin pluriel - "Aïeules" - qui désigne tout aussi bien les grands-mères que les ancêtres féminines.

On dit par exemple : "Mes aïeules ont donné une bonne éducation à mes parents, qui se sont efforcés de nous la retransmettre à ma soeur et moi".

Si l'on excepte la locution interjective "Mes aïeux !", qui relève du registre familier, les termes "aïeuls" et "aïeux" sont généralement perçus comme relevant du registre soutenu.

Et comparativement avec les mots "ancêtres" ou "grands-parents", ils sont souvent connotés positivement, marquant une attitude de respect, d’admiration ou bien, dans des contextes différents, d’humour, d’ironie.

"Aïeuls" et "aïeux" sont d’ailleurs souvent associés à des qualificatifs tels que "dignes", "illustres", "vaillants", "nobles".

Pour désigner les arrière-grands-parents, on emploie le terme "bisaïeuls" (ou parfois "aïeuls") et pour les générations précédentes, "trisaïeuls", "quatrièmes aïeuls" ou plus rarement "quadrisaïeuls", "cinquièmes aïeuls", etc.

Source : bdl.oqlf.gouv.qc.ca

"Un gage" et "Des gages".

Ce substantif masculin peut avoir plusieurs significations différentes lorsqu'il est au pluriel :

  • "Un gage" - et au pluriel "Des gages" - est en effet un terme polysémique désignant :
    • dans le domaine juridique :
      • un contrat par lequel le débiteur ou un tiers se dessaisit au profit du créancier d'un bien meuble afin de garantir le paiement de la dette,
      • le droit du créancier sur ce bien meuble,
      • ou le bien meuble lui-même affecté à cette garantie.

On parle ainsi de "Prêteur sur gages".

    • dans un jeu : une pénitence que le joueur perdant doit exécuter,
    • tout ce qui représente une garantie, une caution.

On dit par exemple : "Sa bonne foi est le gage de son honnêteté".

    • et enfin : une preuve, un témoignage de la réalité d'un sentiment, d'une qualité (un "gage d'amitié" ou un "gage d'affection").
  • tandis que "Des gages" est un terme du registre désuet, que l'on utilise exclusivement au pluriel et qui désignait autrefois : la rémunération des employés de maison ou des ouvriers agricoles pour une période déterminée.

On dit par exemple : "Je vais donner ses gages à ma servante et la congédier".

Sources : Le robert et www.larousse.fr

"Se rembrailler".

J'aime beaucoup ce verbe marseillais signifiant, selon le contexte :

  • rajuster ses vêtements,
  • remonter son pantalon,
  • voire : se rhabiller.

On dit par exemple : "Rembraille-toi : on dirait un clochard !".

Ou : "Je me suis rembraillé à toute vitesse : son mari allait arriver d'un moment à l'autre !".

Tout comme l'adjectif "Débraillé", ce verbe injustement méconnu dans le reste de la France fait référence aux "Braies", ce vêtement en forme de pantalon, ajusté ou flottant, porté par plusieurs peuples de l'Antiquité (en particulier les Gaulois et les peuples germaniques), ainsi qu'au Moyen Âge.

Braies médiéviales
Braies médiéviales

Vous en avez vu depuis votre plus jeune âge, dès lors que vous connaissez Obélix et ses célèbres braies à rayures blanches et bleues !

Les célébrissimes guerriers gaulois Obélix et Astérix, toujours vêtus de braies
Les célébrissimes guerriers gaulois Obélix et Astérix, toujours vêtus de braies

Le mot "Braies" qui nous vient du gaulois est un substantif féminin qui présente la particularité d'être exclusivement employé au pluriel.

Braies
Braies

Et "Se rembrailler" signifie donc étmologiquement: rajuster, remonter ses braies.

Source : wikipedia.org

"Prendre dans ses rets".

Le substantif masculin pluriel "Rets", qui appartient au registre désuet et n'existe pas au singulier, désigne : un filet, un ouvrage de corde ou de fil, noué par mailles utilisé pour prendre du poisson ou des oiseaux.

La locution verbale du registre désuet "Prendre dans ses rets", que ses utilisateurs actuels n'utilisent qu'au sens figuré, signifie par conséquent : faire tomber dans les pièges que l'on a tendu.

On dit par exemple : "Ma belle-soeur a pris mon frère dans ses rets dès la classe de terminale".

Ou : "On peut craindre qu'une nouvelle fois le chancelier allemand ne prenne le président français dans ses rets".

Source : wiktionary.org

Les curieux pluriels de "Un travail" : "Des travaux", "Des professions" mais également... : "Des travails" !

"Un travail" est un substantif masculin du langage courant désignant un certain de nombre de choses et principalement :
  • avant toute chose : une activité professionnelle régulière et rémunérée.

On dit par exemple : "Avoir un travail", "Chercher un second travail", "Offrir du travail", etc.

  • mais également : l'ensemble des opérations que l'on doit accomplir pour élaborer quelque chose.

On dit par exemple : "Un travail d’embellissement et de rénovation", "Un travail de couture", etc.

  • ou encore : l'ensemble des phénomènes mécaniques qui constituent l'accouchement, grâce auquel le foetus et le placenta sont expulsés de l'utérus.

Le travail commence par les contractions de l'utérus, puis se poursuit par la naissance du bébé et se termine par l'expulsion du placenta.

Le travail, première phase de l'accouchement ; du début des contractions jusqu'à la dilatation ou l'ouverture complète du col de l'utérus
Le travail, première phase de l'accouchement ; du début des contractions jusqu'à la dilatation ou l'ouverture complète du col de l'utérus
  • ainsi que, par ellipse lexicale de "Un travail à ferrer" : un appareil servant à maintenir et immobiliser les grands animaux domestiques (principalement les boeufs et les chevaux), afin de les ferrer, les examiner, les soigner.
Un travail à ferrer
Un travail à ferrer
Mais, de façon assez curieuse, le pluriel de "Un travail" n'est pas le même dans ces trois cas, puisque l'on dit :
  • de façon générale : "Des travaux".
On dit par exemple : "Des travaux d’embellissement et de rénovation", "Des travaux de couture", etc.
  • mais "Des travails" lorsque l’on parle du "Travail à ferrer".

On dit par exemple : "J'ai encore plusieurs travails à réparer cette semaine".

  • et "Des emplois" ou "Des professions" lorsque l'on emploie le terme "travail" au sens général d’activité professionnelle.

On dit par exemple : "Je suis obligé d'avoir deux emplois pour m'en sortir financièrement" (et non "deux travails").

Ou : "Je connais pas mal de personnes qui exercent deux professions simultanément" (et non "deux travails").

Dans ce cas, en effet, il est d’usage de ne pas utiliser le mot "travail" au pluriel (qui serait ici "travaux").

Sources : www.dictionnaire-academie.fr et www.doctissimo.fr

"Des funérailles", "Des obsèques" et "Un enterrement".

Ces trois substantifs désignent la cérémonie et le convoi funèbres en l'honneur d'un défunt.

Ils ne sont cependant pas parfaitement synonymes et présentent différentes particularités que voici :

  • Le mot "Funérailles" relève du registre soutenu et présente la particularité de n'exister qu'au pluriel.

Son emploi sous-entend la présence d'une certaine somptuosité, d'un certain éclat. Et il s'agit donc d'un mot réservé aux cérémonies rassemblant de nombreuses personnes et concernant des personnes dotées d'une certaine renommée. On parle ainsi de "Funérailles nationales".

  • Le mot "Obsèques" n'existe également qu'au pluriel mais appartient au langage courant.

Il s'applique indifféremment aux personnalités ou aux inconnus.

  • Tandis que le mot "Enterrement" relève du langage courant et s'utilise également au singulier.

De façon générale, le mot "Funérailles" sous-e

on utilise

Source : www.cnrtl

"Dans les parages".

  • Le mot "Parages" directement issu du vocabulaire maritime, désigne :
    • au sens propre, à l'origine, des contrées maritimes,
    • et, par analogie, des contrées ou des régions terrestres.
  • La locution nominale "Dans les parages", qui relève du registre familier, signifie donc "Dans le voisinage, à proximité, aux alentours, dans les environs".

On dit par exemple : "Passe donc à la maison si tu es dans les parages".

  • Et la locution verbale "Être aux parages" signifie "Approcher de", "Être aux environs de".

On dit par exemple : "Nous étions aux parages de la capitale lorsque le moteur nous a lâché !".

Quel est le pluriel de : "Un arabe au portail" ?

Réponse
« Des melons au porto !« .
Explication du calembour
Pour les racistes en tous cas, car le mot « Melon » (registre argotique), aujourd’hui fort heureusement tombé en désuétude – sinon dans certains milieux politiques pas forcément des plus progressistes – est un terme péjoratif et injurieux, assez couramment utilisé durant la seconde moitié du XXe siècle, pour désigner celui que l’on qualifiait alors de « Nord-africain » (langage courant) ou d' »Arabe » (registre familier).