"Perdre les pédales".

Cette locution nominale du registre familier évoque naturellement la perte du contrôle de son véhicule.

À vélo, la situation est déjà problématique. Mais elle peut se révéler véritablement dramatique en voiture, puisque lorsque l'on ne sait plus quelle est la pédale du frein et quelle est celle de l’accélérateur, on met en danger aussi bien les autres que soi-même.

"Perdre les pédales" signifie donc :

  • au sens propre :
    • perdre l’équilibre, à bicyclette, en s’emmêlant les pieds.
    • et ne plus savoir sur quelle pédale appuyer pour freiner, en voiture.
  • et au sens figuré :
    • perdre le fil de son raisonnement ; perdre son assurance, se troubler.

On dit par exemple : "Ma copine a complètement perdu les pédales devant le jury".

    • perdre le contrôle de la situation, ne plus rien comprendre.

On dit par exemple : "Mon oncle a perdu les pédales : il ne maîtrise plus rien et sa société court à la catastrophe".

    • voire : devenir fou.

On dit par exemple : "Le grand-père de ma voisine a complètement perdu les pédales et va devoir être interné".

Sur le même thème, je vous recommande la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire "Être fou" ou "Être un fou".

Sources : www.caminteresse.fr et wiktionary.org

69 façons de dire "Être fou" ou "Être un fou".

Les formules "Avoir fumé la moquette", "Être à côté de ses pompes", "Être barré", "Être cintré" et "Être givré" appartiennent au registre argotique.

Le registre populaire nous propose "Être azimuté", "Être barge" (ou "Être barje"), "Être bargeot", "Être barjo" (ou "Être barjot"), "Être fêlé", "Être louf" et "Être siphonné".

Et le registre familier est très riche, avec "Avoir disjoncté", "Avoir les fils qui se touchent", "Avoir un grain", "Avoir un petit vélo dans la tête","Avoir une araignée au plafond", "Avoir une case de vide", "Être à l'Ouest", "Être braque", "Être chtarbé", Être cinglé", "Être cinoque" (ou "Être sinoque"), "Être déglingué", "Être déjanté", "Être détraqué", "Être dingo", "Être dingue", "Être foldingo", "Être foldingue", "Être frappadingue", "Être frappé" (par ellipse de "Être frappé de démence"), "Être maboul", "Être marteau", "Être ouf" (qui relève du verlan), "Être piqué", "Être ravagé", "Être tapé", "Être timbré", "Être toqué", "Être un agité du bocal", "Être un allumé", "Être zinzin", "Ne pas avoir la lumière à tous les étages" ou "Perdre les pédales". Ainsi que le fameux "Être fada" de nos amis marseillais.

"Avoir perdu la raison", "Avoir perdu la tête", "Déraisonner", "Être aliéné", "Être atteint de démence", "Être atteint de folie", "Être atteint de troubles mentaux", "Être dément", "Être dérangé" (par ellipse de ""Être mentalement dérangé"), "Être désaxé", "Être déséquilibré", "Être détraqué", "Être fou à lier", "Être frappé de démence" ou"Être insensé" appartiennent au langage courant.

De même que "Être malade" (par ellipse de "Être malade mentalement"), "Être malade mentalement", "Être mentalement dérangé", "Être mentalement perturbé", "Être perturbé" (par ellipse de "Être mentalement perturbé"), "Être taré" (au sens de "atteint d'une tare"), "Être un fou furieux" ou "Être un malade mental".

"Avoir perdu la tête" et "Ne pas avoir de tête".

Ces deux expressions du langage courant ne signifient absolument pas la même chose :

  • "Avoir perdu la tête", c'est en effet être devenu fou.

Ou avoir été décapité, autrefois, mais la formule n'a que rarement été utilisée en ce sens, sinon au second degré...

  • tandis que "Ne pas avoir de tête", c'est être terriblement distrait, toujours tout oublier.

"Avoir une araignée au plafond".

Cette expression, qui date de la deuxième moitié du XIXe siècle, serait apparue chez les prostituées parisiennes afin de désigner quelqu'un de mentalement dérangé, perturbé.

La métaphore est délicieuse : le plafond est le sommet intérieur de la boîte crânienne dans laquelle, l'araignée, animal habitué des intérieurs négligés, peut librement tisser sa toile, sans être dérangée.

Source : ww.expressio.fr

"Un grain".

Ce mot peut avoir, selon le contexte, de nombreuses significations :

  • la graine, le fruit et la semence de certains végétaux, en particulier des céréales.

On parle notamment du "grain de blé",

  •  une unité ancienne, soit de masse (0,0648 gramme), soit de longueur.

L'unité de masse est toujours utilisée de nos jours pour mesurer la poudre des cartouches d'armes à feu, ainsi que pour les perles et les diamants.

  • en météorologie maritime, un vent violent et de courte durée qui s'élève soudainement et est généralement accompagné de précipitations,
  • en métallurgie ou en physique des solides, un monocristal de petite dimension,
  • en musique, l'aspect chaleureux d'un morceau dégagé par ses instruments et parfois le support vinyle,
  • en photographie, le plus petit détail visible d'un tirage photographique,
  • à La Réunion (97-4), une graine de fabaceae, c'est-à-dire les fèves, lentilles, et pois qui complètent le riz traditionnel dans la composition d'un carry à base de viande ou poisson en sauce très épicée,
  • enfin, "Avoir un grain" signifie, dans le registre argotique, "être fou".