"Être clair comme de l'eau de roche" et "Être clair comme du jus de boudin" ou "Être clair comme du jus de chique".

Ces trois locutions adjectivales antonymes très imagées signifient respectivement :

  • "Être clair comme de l'eau de roche" : être parfaitement clair (langage courant).

On dit par exemple : "La situation est claire comme de l'eau de roche : ils s'aiment et veulent se marier !".

  • et "Être clair comme du jus de boudin" (idiotisme alimentaire) ou "Être clair comme du jus de chique" : ne pas être clair du tout, être trouble, obscur (registre familier).

On dit par exemple : "L'intrigue est claire comme du jus de chique : on ne comprend rien à rien !".

Ou : "Je n'ai rien compris à ton histoire : c'est clair comme du jus de boudin !".

"Être à la bourre", "Être de première bourre" et "Être en pleine bourre".

Ces deux locutions adverbiales du registre populaire signifient respectivement :

  • "Être à la bourre" : être en retard, ne pas être à l'heure ; être pressé.

On dit par exemple : "J'suis à la bourre ; mon réveil n'a pas sonné !".

  • "Être de première bourre" : être de première qualité, de qualité supérieure, de premier ordre, de premier choix  ; très bien, parfait, excellent.

On dit par exemple : "Il est de première bourre ton pinard, Manu !".

  • et "Être en pleine bourre" : être en pleine forme.

On dit par exemple : "L'équipe est vraiment en pleine bourre en ce moment et cette rencontre ne devrait pas les inquiéter".

Sources : www.linternaute.fr, www.larousse.fr et www.languefrancaise.net

"Flinguer quelqu'un" ou "Fusiller quelqu'un" et "Flinguer quelque chose" ou "Flinguer quelque chose".

Ces différentes locutions verbales relèvent de différents niveaux de langue et possèdent des significations très différentes :

  • "Flinguer quelqu'un" appartient au registre argotique et signifie : tirer sur une personne avec une arme à feu. Et éventuellement la tuer.

On dit par exemple : "Le type s'est fait flinguer en sortant de la banque".

  • "Fusiller quelqu'un" et signifie :
    • au sens propre, dans le langage courant : exécuter une personne condamnée à mort en la passant par les armes, c'est à dire en lui faisant tirer dessus par un peloton d'exécution muni de fusils.
    • et au sens figuré, dans le registre familier :
      •  dire du mal ou écrire du mal.

On dit par exemple : "Le nouveau ministre s'est fait fusiller dans le Canard enchaîné de mercredi dernier !".

      • lancer un regard.

On dit par exemple : "Elle m'a fusillé lorsqu'elle m'a aperçu".

      • photographier rapidement, en rafale (on dit plus souvent "Mitrailler").

On dit par exemple : "L'actrice s'est fait fusiller sur les marches".

  • tandis que "Flinguer quelque chose" et "Fusiller quelque chose" relèvent toutes deux du registre argotique et signifient : âbimer, casser, détériorer, détraquer, voire détruire, souvent par inexpérience ou du fait d'une mauvaise manipulation.

On dit par exemple : "Le nouveau stagiaire a flingué le photocopieur !".

Ou : "Mon mari a flingué ma bagnole samedi dernier !".

Source : www.languefrancaise.net

"La Martinique" et "La petite Martinique".

Les deux sont des îles situées dans la mer des Caraïbes mais n'ont strictement rien à voir et appartiennent du reste à deux pays différents :

  • "La Martinique" (972) est un DROM (ex DOM) français, situé dans l'archipel des petites Antilles.

Il s'agit d'une île d'environ 60 km de longueur, pour 30 km de largeur, comptant environ 358 000 habitants.

La Martinique (972), un DROM (Département et Région d'Outre-Mer) français

  • tandis que "La petite Martinique" est l'une des quatre îles principales de La Grenade, un petit état insulaire, situé dans l'archipel des Grenadines.
Carte de la Grenade, avec l'île de la Petite Martinique, tout au Nord
Carte de la Grenade, avec l'île de la Petite Martinique, tout au Nord

Il s'agit de l'île la plus septentrionale, située au Nord-Est de l'île de Cariacou.

D'une superficie de 2,4 km2, elle compte environ 900 habitants.

L'île de la Petite Martinique
L'île de la Petite Martinique

Source : wikipedia.org

"Par le fait", "Par le fait que" et "Par le fait même".

Ces deux locutions adverbiales signifient respectivement :

  • "Par le fait" : en réalité, en fait, de fait, effectivement ou véritablement.

Cette formule insiste sur le caractère réel d'une chose ou d'une situation.

On dit par exemple : "La pandémie est toujours là, par le fait".

Ou : "Je vais mieux, par le fait".

"Par le fait" devient parfois, pour certaines personnes - comme l'auteure de mes jours, qui en truffe ses conversations - un tic de langage.

  • "Par le fait que" : du fait que.

On dit par exemple : "Cela se traduit par le fait que notre niveau de langue ne cesse de se détériorer".

  • et "Par le fait même" : de ce fait, par conséquence ou par voie de conséquence.

On dit par exemple : "Ma chérie, après quinze ans de mariage, j'ai pu constaté depuis deux ans que tu m'avais trouvé un remplaçant durant mes voyages d'affaires. Par le fait même, je me vois contraint de te signaler que je compte divorcer afin d'épouser ma jeune assistante, avec laquelle nous attendons des jumeaux pour la fin de l'année".

Sources : www.linternaute.fr, www.larousse.fr et www.cnrtl.fr

"En sorte que" et "Faire en sorte que".

Ces deux expressions du langage courant ont des significations légèrement différentes :

  • "En sorte que" est une locution conjonctive signifiant : si bien que, de telle manière que, tellement que.

On dit par exemple : "Je collectionne les mots et expressions depuis plus de cinquante ans, en sorte que je dispose d'un inépuisable réservoir pour J'aime les mots".

  • et "Faire en sorte que" est une locution verbale signifiant : agir de telle façon que, prendre les dispositions nécessaires pour que.

On dit par exemple : "Je fais en sorte que la plupart des articles de J'aime les mots comportent des exemples et/ou des photographies permettant d'illustrer mes propos".

"Avoir l'oeil sur quelqu'un", "Avoir quelqu'un à l'oeil", "Tenir à l'oeil quelqu'un", "Tenir quelqu'un à l'oeil", "Avoir l'oeil sur quelque chose", "Avoir quelque chose à l'oeil", "Obtenir à l'oeil quelque chose" ou "Obtenir quelque chose à l'oeil".

Ces différentes expressions du registre familier en forme d'idiotismes corporels signifient respectivement :

  • "Avoir l'oeil sur quelqu'un", "Avoir quelqu'un à l'oeil", "Tenir à l'oeil quelqu'un" ou "Tenir quelqu'un à l'oeil" : le surveiller étroitement.

On dit par exemple : "Ne t'inquiète pas pour ton fils : je l'ai à l'oeil".

  • "Avoir l'oeil sur quelque chose", "Obtenir à l'oeil quelque chose" ou "Obtenir quelque chose à l'oeil": obtenir gratuitement quelque chose, pour rien, sans avoir à payer.

On dit par exemple : "J'ai longtemps eu mon pastis à l'oeil grâce à un copain qui travaillait au port de Marseille".

  • et "Avoir quelque chose à l'oeil" :
    • au sens propre : avoir par exemple une tache ou une poussière dans l'oeil.

On dit par exemple : "Ma fille a quelque chose à l'oeil, il me semble".

    • au sens figuré : obtenir gratuitement quelque chose, pour rien, sans avoir à payer.

On dit par exemple :"J'ai pu avoir des places à l'oeil cette année".

"Faire du charme" et "Faire le charme de" ou "Faire tout le charme de".

Ces différentes formules du langage courant ne doivent pas être confondues car elles ont des significations fort différentes :

  • "Faire du charme" : signifie essayer de plaire.

On dit par exemple : "Mon copain a fait du charme à sa voisine de palier".

  • tandis que "Faire le charme de" ou "Faire tout le charme de" signifie : rendre agréable, plaisant(e).

On dit par exemple : "C'est sa luminosité exceptionnelle  qui, à mes yeux, fait tout le charme de la Provence".

"Ne pas pouvoir se tromper" et "Ne pas avoir le droit à l'erreur".

Ces deux expressions du langage courant - dont la signification pourrait, en apparence, sembler relativement similaire - ne veulent cependant pas du tout dire la même chose.

  • "Ne pas pouvoir se tromper" signifie en effet que la solution est très simple.

On dit par exemple : "Pour venir chez moi, c'est très simple : tu ne peux pas te tromper" (combien de fois ne vous l'a t-on pas fait celle là ...).

Ou : "Le montage de ce meuble suédois est enfantin : tu ne peux pas te tromper" (on ne rigole pas ! je pressens que vous avez également des anecdotes pour ce second exemple...). .

  • Tandis que "Ne pas avoir le droit à l'erreur" signifie que l'on sera automatiquement sanctionné en cas d'erreur. Et cela, nonobstant notre bonne foi, notre bonne volonté, notre désir de bien faire, notre éventuelle inexpérience, les obstacles rencontrés ou les impondérables survenus.

On dit par exemple : "Le gouvernement doit faire très attention avec cette nouvelle réforme car il n'a pas droit à l'erreur".

On ne dit pas : "À l'état de neuf" !

Mais : "À l'état neuf" ou "En état neuf" !

Cette appellation signifie qu'il s'agit d'un objet qui n'est pas "neuf", qui a par exemple pu être déballé, voire ne plus posséder son emballage et/ou son ou ses suremballage/s d'origine. Mais qui n'a jamais été utilisé.

Ainsi :

  • Un livre toujours sous plastique est un livre "neuf".

Et la même chose pour un vêtement toujours sous plastique ou une cafetière dont l'emballage carton est toujours cerclé de plastique.

Chemises homme neuves toujours sous plastique
Chemises homme neuves toujours sous plastique
  • Tandis qu'un livre jamais ouvert est un livre "à l'état neuf" ou "en état neuf".
    Et la même chose pour une chemise jamais portée ou une cafetière jamais utilisée.

Collectionneur maniaque depuis mon plus jeune âge (philatéliste à 6 ans...), voila plus d'un demi-siècle que je suis exaspéré par la façon dont nombre de personnes se permettent de qualifier de "neuf" ou "en état neuf" des objets en "état neuf" ou en "excellent état", voire à peine en "très bon état" !

Ainsi, lorsque en tant que collectionneur de DVD, je parcourais des dizaines d'heures durant les places de marché des grands sites de commerce à la recherche de titres rares ou épuisés, j'étais toujours sidéré par les annonces du type "État neuf. Boîtier manquant. Légères rayures sur le disque", qui me mettaient chaque fois hors de moi...

"Avoir la santé" ou "Être à la Santé".

Prison de la Santé à paris (75). Dernier établissement pénitentiaire intra-muros de la capitale française
  • "Avoir la santé" c'est ne pas être malade, se porter bien, être en bonne santé.
  • tandis que "Être à la Santé", c'est être emprisonné, incarcéré dans un établissement pénitentiaire français créé en 1867, au 42 rue ... de la Santé, à Paris (75).

Appelé "maison d’arrêt de la Santé", ou plus simplement "prison de la Santé" ou "la Santé", cet établissement est la dernière prison intra-muros de la capitale.

Et il a été fermé de 2014 à début 2019 pour d'importants travaux de réhabilitation.

"Faire du mur" et "Faire le mur".

Ces deux locutions verbales, qui doivent étonner bien des étrangers, ont des significations bien différentes :

  • "Faire du mur" (langage courant) c'est s'entraîner seul au tennis, face à un mur d'entraînement,

Joueur de tennis en train de faire du mur

  • Tandis que "Faire le mur" (registre familier), c'est s'échapper de quelque part ; le plus souvent du logis familial ou d'un établissement scolaire.

"Avoir quelque chose en tête", "Avoir une idée derrière la tête" et "Se mettre quelque chose en tête".

Ces trois expressions du langage courant en forme d'idiotisme corporel avec le mot "Tête" ont des significations assez proches :

  • "Avoir quelque chose en tête" c'est en effet projeter, avoir l'intention de faire telle chose.

On dit par exemple : "Mon beau-père a en tête de construire une piscine dans son jardin pour l'été prochain".

  • Tandis que "Avoir une idée derrière la tête", c'est avoir une intention, un projet que l'on ne dévoile pas ouvertement.

On dit par exemple : "La police est arrivée à la conclusion qu'en achetant ainsi en grosse quantité de la poudre, des clous et des autocuiseurs, les deux individus avaient vraisemblablement une idée derrière la tête... Mais laquelle ? Cela demeure un mystère".

  • Et "Se mettre quelque chose dans la tête" ou "Se mettre quelque chose en tête", c'est prendre la résolution de faire quelque chose et s'y tenir obstinément, s'en persuader, s'en convaincre.

On dit par exemple : "Mon voisin s'est mis en tête d'installer un élevage de poules dans son jardin !".

Source : www.larousse.fr

"Avoir perdu la tête" et "Ne pas avoir de tête".

Ces deux expressions du langage courant ne signifient absolument pas la même chose :

  • "Avoir perdu la tête", c'est en effet être devenu fou.

Ou avoir été décapité, autrefois, mais la formule n'a que rarement été utilisée en ce sens, sinon au second degré...

  • tandis que "Ne pas avoir de tête", c'est être terriblement distrait, toujours tout oublier.