"Dès lors" et "Dès lors que".

Ces deux jolies locutions adverbiales du langage courant possèdent des significations légèrement différentes.

  • "Dès lors" signifie en effet : à partir de ce moment, à compter de ce moment, dès ce moment". Ou "aussitôt", "en conséquence", "par conséquent", "conséquemment", "donc".

On dit par exemple : "Je me suis cassé la jambe le 17 mars. Et dès lors, j'ai cessé de me rendre à mon travail en transport en commun".

Ou : "Il a neigé toute la nuit. Dès lors, je ne risquais pas de venir à vélo ce matin".

  • tandis que "Dès lors que" signifie : du moment que ; puisque.

On dit par exemple : "Dès lors que tu acceptes de venir, j'accepte de te ramener en voiture".

 

 

"Renfrogner", "Se renfrogner" et "Renfrogné" ou "Renfrognée".

  • Le verbe "Renfrogner" signifie : contracter les traits du visage en signe de mécontentement ou sous l'effet de la mauvaise humeur.

On dit par exemple : "La moindre contrariété te renfrogne".

Une fillette au visage renfrogné

  • "Se renfrogner" signifie : manifester du mécontentement par une expression contractée et maussade du visage.

On dit par exemple : "Inutile de te renfrogner, je ne cèderai pas !"

  • et l'adectif "Renfrogné" ou "Renfrognée" signifie donc : contracté, plissé en signe de mécontentement, en parlant du visage.

Une fillette au visage renfrogné

Sources : www.cnrtl.fr et wiktionary.org

 

Ne pas confondre : "Mettre à bas" et "Mettre bas".

Ces  deux locutions verbales du langage courant possèdent en effet  des significations très différentes.

  • "Mettre à bas" signifie : démanteler, abattre, démolir, détruire.

On dit par exemple : "Nous devons mettre à bas cette bicoque à moitié en ruine".

Ou : "Mettre à bas ce régime corrompu est une priorité".

  • tandis que "Mettre bas" signifie : donner naissance à un ou plusieurs petits, "accoucher" pour un animal, plus particulièrement pour les mammifères.

On dit par exemple : "Ma chienne va mettre bas d'ici peu".

Source : crisco2.unicaen.fr

"Un bide", "Avoir du bide" ou "Prendre du bide" et "Être un bide", "Faire un bide" ou "Prendre un bide".

Le substantif masculin "Bide" appartient au registre argotique.

Et il possède deux significations très différentes :

  • le ventre.

On dit par exemple : "Mon ancien copain avait du bide, mais j'ai horreur de ça".

Ou : "Si mon nouveau mec prend du bide, je le plaque".

Avoir du bide ou avoir du ventre

  • ou : un échec complet, un fiasco ; notamment dans le domaine du spectacle.

On dit par exemple : "Son nouveau disque est un bide"

Ou : "Faire un bide dans sa ville natale a dû être assez humiliant".

Et : "Ce réalisateur a pris un bide avec son nouveau film".

Source : wiktionary.org

"Dorer la pilule" ou "Se dorer la pilule".

"Se dorer la pilule"

Ces deux locutions verbales du registre familier ont des significations fort différentes :

  • "Dorer la pilule" à quelqu'un signifie en effet, selon le contexte :
    • berner, duper une personne ; la flatter afin de la pousser à faire ou à accepter une chose à laquelle elle répugne.

On dit par exemple : "Je leur ai si bien doré la pilule qu’ils ont fini par me vendre leur terrain pour trois francs six sous".

    • ou : faire accepter un désagrément ou consoler d’une disgrâce, d’un refus, en l’accompagnant de promesses et de paroles aimables, bienveillantes, flatteuses voire mielleuses.

On dit par exemple : "Le directeur ne lui a donné ni augmentation ni promotion mais lui a bien doré la pilule".

  • tandis que "Se dorer la pilule" signifie : bronzer, se dorer au soleil.

On dit par exemple : "Mes filles ont passé leurs vacances à se dorer la pilule au bord de la piscine".

"Dorer une pilule" était autrefois un terme de pharmacie signifiant : la recouvrir d’une mince couche d’or afin que l'on puisse l'avaler sans sentir le goût, l'amertume du médicament.

Sources : wiktionary.org et dictionnaire.reverso.net

"Être clair comme de l'eau de roche" et "Être clair comme du jus de boudin" ou "Être clair comme du jus de chique".

Ces trois locutions adjectivales antonymes très imagées signifient respectivement :

  • "Être clair comme de l'eau de roche" : être parfaitement clair (langage courant).

On dit par exemple : "La situation est claire comme de l'eau de roche : ils s'aiment et veulent se marier !".

  • et "Être clair comme du jus de boudin" (idiotisme alimentaire) ou "Être clair comme du jus de chique" : ne pas être clair du tout, être trouble, obscur (registre familier).

On dit par exemple : "L'intrigue est claire comme du jus de chique : on ne comprend rien à rien !".

Ou : "Je n'ai rien compris à ton histoire : c'est clair comme du jus de boudin !".

"Être à la bourre", "Être de première bourre" et "Être en pleine bourre".

Ces deux locutions adverbiales du registre populaire signifient respectivement :

  • "Être à la bourre" : être en retard, ne pas être à l'heure ; être pressé.

On dit par exemple : "J'suis à la bourre ; mon réveil n'a pas sonné !".

  • "Être de première bourre" : être de première qualité, de qualité supérieure, de premier ordre, de premier choix  ; très bien, parfait, excellent.

On dit par exemple : "Il est de première bourre ton pinard, Manu !".

  • et "Être en pleine bourre" : être en pleine forme.

On dit par exemple : "L'équipe est vraiment en pleine bourre en ce moment et cette rencontre ne devrait pas les inquiéter".

Sources : www.linternaute.fr, www.larousse.fr et www.languefrancaise.net

"Flinguer quelqu'un" ou "Fusiller quelqu'un" et "Flinguer quelque chose" ou "Flinguer quelque chose".

Ces différentes locutions verbales relèvent de différents niveaux de langue et possèdent des significations très différentes :

  • "Flinguer quelqu'un" appartient au registre argotique et signifie : tirer sur une personne avec une arme à feu. Et éventuellement la tuer.

On dit par exemple : "Le type s'est fait flinguer en sortant de la banque".

  • "Fusiller quelqu'un" et signifie :
    • au sens propre, dans le langage courant : exécuter une personne condamnée à mort en la passant par les armes, c'est à dire en lui faisant tirer dessus par un peloton d'exécution muni de fusils.
    • et au sens figuré, dans le registre familier :
      •  dire du mal ou écrire du mal.

On dit par exemple : "Le nouveau ministre s'est fait fusiller dans le Canard enchaîné de mercredi dernier !".

      • lancer un regard.

On dit par exemple : "Elle m'a fusillé lorsqu'elle m'a aperçu".

      • photographier rapidement, en rafale (on dit plus souvent "Mitrailler").

On dit par exemple : "L'actrice s'est fait fusiller sur les marches".

  • tandis que "Flinguer quelque chose" et "Fusiller quelque chose" relèvent toutes deux du registre argotique et signifient : âbimer, casser, détériorer, détraquer, voire détruire, souvent par inexpérience ou du fait d'une mauvaise manipulation.

On dit par exemple : "Le nouveau stagiaire a flingué le photocopieur !".

Ou : "Mon mari a flingué ma bagnole samedi dernier !".

Source : www.languefrancaise.net

"La Martinique" et "La petite Martinique".

Les deux sont des îles situées dans la mer des Caraïbes mais n'ont strictement rien à voir et appartiennent du reste à deux pays différents :

  • "La Martinique" (972) est un DROM (ex DOM) français, situé dans l'archipel des petites Antilles.

Il s'agit d'une île d'environ 60 km de longueur, pour 30 km de largeur, comptant environ 358 000 habitants.

La Martinique (972), un DROM (Département et Région d'Outre-Mer) français

  • tandis que "La petite Martinique" est l'une des quatre îles principales de La Grenade, un petit état insulaire, situé dans l'archipel des Grenadines.
Carte de la Grenade, avec l'île de la Petite Martinique, tout au Nord
Carte de la Grenade, avec l'île de la Petite Martinique, tout au Nord

Il s'agit de l'île la plus septentrionale, située au Nord-Est de l'île de Cariacou.

D'une superficie de 2,4 km2, elle compte environ 900 habitants.

L'île de la Petite Martinique
L'île de la Petite Martinique

Source : wikipedia.org

"Par le fait", "Par le fait que" et "Par le fait même".

Ces deux locutions adverbiales signifient respectivement :

  • "Par le fait" : en réalité, en fait, de fait, effectivement ou véritablement.

Cette formule insiste sur le caractère réel d'une chose ou d'une situation.

On dit par exemple : "La pandémie est toujours là, par le fait".

Ou : "Je vais mieux, par le fait".

"Par le fait" devient parfois, pour certaines personnes - comme l'auteure de mes jours, qui en truffe ses conversations - un tic de langage.

  • "Par le fait que" : du fait que.

On dit par exemple : "Cela se traduit par le fait que notre niveau de langue ne cesse de se détériorer".

  • et "Par le fait même" : de ce fait, par conséquence ou par voie de conséquence.

On dit par exemple : "Ma chérie, après quinze ans de mariage, j'ai pu constaté depuis deux ans que tu m'avais trouvé un remplaçant durant mes voyages d'affaires. Par le fait même, je me vois contraint de te signaler que je compte divorcer afin d'épouser ma jeune assistante, avec laquelle nous attendons des jumeaux pour la fin de l'année".

Sources : www.linternaute.fr, www.larousse.fr et www.cnrtl.fr

"En sorte que" et "Faire en sorte que".

Ces deux expressions du langage courant ont des significations légèrement différentes :

  • "En sorte que" est une locution conjonctive signifiant : si bien que, de telle manière que, tellement que.

On dit par exemple : "Je collectionne les mots et expressions depuis plus de cinquante ans, en sorte que je dispose d'un inépuisable réservoir pour J'aime les mots".

  • et "Faire en sorte que" est une locution verbale signifiant : agir de telle façon que, prendre les dispositions nécessaires pour que.

On dit par exemple : "Je fais en sorte que la plupart des articles de J'aime les mots comportent des exemples et/ou des photographies permettant d'illustrer mes propos".

"Avoir l'oeil sur quelqu'un", "Avoir quelqu'un à l'oeil", "Tenir à l'oeil quelqu'un", "Tenir quelqu'un à l'oeil", "Avoir l'oeil sur quelque chose", "Avoir quelque chose à l'oeil", "Obtenir à l'oeil quelque chose" ou "Obtenir quelque chose à l'oeil".

Ces différentes expressions du registre familier en forme d'idiotismes corporels signifient respectivement :

  • "Avoir l'oeil sur quelqu'un", "Avoir quelqu'un à l'oeil", "Tenir à l'oeil quelqu'un" ou "Tenir quelqu'un à l'oeil" : le surveiller étroitement.

On dit par exemple : "Ne t'inquiète pas pour ton fils : je l'ai à l'oeil".

  • "Avoir l'oeil sur quelque chose", "Obtenir à l'oeil quelque chose" ou "Obtenir quelque chose à l'oeil": obtenir gratuitement quelque chose, pour rien, sans avoir à payer.

On dit par exemple : "J'ai longtemps eu mon pastis à l'oeil grâce à un copain qui travaillait au port de Marseille".

  • et "Avoir quelque chose à l'oeil" :
    • au sens propre : avoir par exemple une tache ou une poussière dans l'oeil.

On dit par exemple : "Ma fille a quelque chose à l'oeil, il me semble".

    • au sens figuré : obtenir gratuitement quelque chose, pour rien, sans avoir à payer.

On dit par exemple :"J'ai pu avoir des places à l'oeil cette année".