"Un casse", "Une casse" et "La casse".

Ces différents substantifs homophonographes mais de genres différents ne doivent surtout pas être confondus :

  • "Un casse" désigne en effet, dans le registre argotique : un cambriolage, et en particulier une attaque de banque à main armée, effectué par des "casseurs".

Des casseurs de banque

  • tandis que "Une casse" désigne, dans le langage courant :
    • autrefois, dans le domaine de l'imprimerie et plus précisément de la typographie :
      • un casier en bois, divisé en casiers contenant l’ensemble des caractères en plomb, bois ou matière plastique d’une même fonte (c’est-à-dire de même corps, style et graisse d’une police donnée).

Un imprimeur devant sa casse

La casse est divisée en cases appelées "cassetins", dont les dimensions et les emplacements (du moins pour les "bas de casse" c'est-à-dire les lettres minuscules, et les signes de ponctuation les plus courants) sont définis par la fréquence d'utilisation des lettres et la commodité d’accès.

Pour chaque police, les caractères les plus fréquemment utilisés - ceux représentant les minuscules - sont rangés à portée de main, donc en bas de la casse. Les capitales se trouvent en haut de la casse. Les casses forment des tiroirs et sont rangées dans un meuble appelé "rang". Et les petites casses, destinées à recevoir des caractères particuliers, ou des blancs, cadrats, cadratins, espaces, interlignes, des filets, des vignettes ou culs-de-lampe, etc., sont appelées "casseaux".

Un meuble d'imprimeur ou "Rang", destiné à ranger les "casses", qui constituent des tiroirs
Un meuble d'imprimeur ou "Rang", destiné à ranger les "casses", qui constituent des tiroirs

L'appellation "bas de casse", utilisée pour désigner l'ensemble des caractères représentant les minuscules, a été reprise dans les polices informatiques.

      • Par extension, on parle de "Casse" pour désigner l'alternative entre "capitale" (ou "majuscule") et "minuscule". La casse est généralement régie par les conventions typographiques, le français exigeant par exemple une majuscule en début de phrase et aux noms propres.
    • et de nos jours, par ellipse : une casse automobile, c'est à dire un entrepôt de ferrailleur spécialisé dans les véhicules accidentés ou hors service appelés "épaves automobiles", appelé "casseur" et faisant généralement le commerce des pièces détachées.

Une casse automobileUne casse automobile

 

  • et "La casse", dans le même langage courant :
    • l'action ou le fait de casser, briser ou détériorer des biens mobiliers, comme par exemple des vitrines ou du mobilier urbain.

Ainsi que le résultat de cette action.

On dit par exemple : "Encore une fois, la manifestation de samedi a dégénéré et il y a eu beaucoup de casseurs et de casse".

    • ou : un objet en vente dans un magasin.

On dit par exemple : "Attention à la casse, les enfants : si vous faites tomber un vase, nous allons devoir le payer !".

    • dans le domaine de la viticulture et de l'oenologie : une altération, dégradation de la couleur du vin.
    • et dans le domaine militiaire : une peine consistant à dégrader un officier.

On dit par exemple : "En agissant ainsi, vous risquez la casse".

Sources : www.linternaute.fr, wikipedia.org et www.cnrtl.fr

 

"Las" ou "Las" et "Un las".

Ces différents termes homographes ne doivent surtout pas être confondus :

  • "Las" :
    • - prononcé "la-ss" -  est une interjection de plainte, exprimant la douleur, le regret.

Équivalant à notre actuel "Hélas", elle appartient aujourd'hui  au registre désuet et au registre soutenu. Et je me plais personnellement à l'utiliser régulièrement.

On dit par exemple : "Je voulais absolument voir cette exposition. Las, je n'ai pas pu obtenir de billet".

    • - prononcé "la" - est un adjectif du registre soutenu signifiant :
      • qui éprouve trop de fatigue pour continuer une chose commencée ou même pour la commencer.

On dit par exemple : "Je suis trop las pour regarder un film ce soir".

      • qui est importuné jusqu’au dégoût par quelque chose ou par quelqu’un.

On dit par exemple : "Je suis las d'entendre des anglicismes à longueur de journée".

  • et "Un las" - prononcé "la" - est un substantif masculin désignant :
    • l'endroit de la grange où l'on stocke la récolte de céréales.
    • ou : une pelle en bois utilisée par les sauniers.

Source : wiktionary.org

 

"Il vit sa vie" et "Il vit son vit".

Dans ces deux phrases paronymiques, les mots "vie" et "vit" sont homophones, puisqu'ils s'écrivent différemment mais se prononcent de façon identiques ("vi").

Et les trois mots "vit" employés sont homophonographes, puisqu'ils s'écrivent ("vit") et se prononcent ("vi") de façon identique, mais possèdent des significations totalement distinctes :

  • "Il vit sa vie" :
    • Dans la première partie de cette phrase ("Il vit"), le mot "vit" constitue la troisième personne du singulier du verbe "vivre" au présent de l'indicatif.

Et cette phrase constitue une déclinaison de l'expression du langage courant "Vivre sa vie".

  • et "Il vit son vit" :
    • Dans la première partie de cette phrase ("Il vit"), le mot "vit" constitue la troisième personne du singulier du verbe "voir" au passé simple de l'indicatif.
    • tandis que dans la seconde partie ("son vit"), le mot "vit" est un substantif masculin du registre soutenu désignant la verge.

Il ne faut pas confondre : "Bio", "Une bio" et "La bio".

Ces trois mots homophonographes sont des apocopes et ils appartiennent donc au registre familier.

  • Mais "Bio" désigne, selon le contexte, les adjectifs "biographique" ou "biologique",
  • tandis que "Une bio" désigne le mot "biographie",

"Un combat sans merci", "Un duel sans merci" ou "Une lutte sans merci" n'opposent pas forcément que des personnes impolies !

Il existe en effet en français deux mots "Merci", qui peuvent être, selon le contexte :

  • un substantif masculin du langage courant, synonyme de "remerciement", que l'on utilise pour remercier.

Lorsque l'on dit par exemple : "Un grand merci pour votre accueil".

Ou : "Il est parti sans un merci".

  • ou un substantif féminin du registre soutenu signifiant : pitié, grâce.

Et c'est ce second "Merci" qui est utilisé dans les locutions verbales "Un combat sans merci", "Un duel sans merci" ou "Une lutte sans merci", qui désignent : un combat, un duel ou une lutte impitoyable.

On dit également : "Être à la merci de quelque chose ou de quelqu'un".

Source : wiktionary.org

 

Pourquoi dire : "Hacker" et "Un hacker", "Un hackeur" ou "Une hackeuse" ?

Et pas, simplement : "Pirater informatiquement" et "Un pirate informatique" ou "une pirate informatique" !

Puisqu'il s'agit de pénètrer par effraction dans des systèmes ou des réseaux informatiques.

Le substantif masculin "Un hacker" est un mot anglais.

Quant au verbe "Hacker" et aux substantifs masculin "Un hackeur" et fémlinin "Une hackeuse", il s'agit de mots de franglais.

Les utiliser contraint d'ailleurs ceux qui le font à prononcer différemment les mots homophonographes "Hacker" (a-ké) et "Un hacker" (un a-keur) afin de les distinger...

Source : wikipedia.org

"Le proto" et "Un proto".

Ces deux mots homophonographes sont des apocopes de substantifs masculins :

  • et "Un proto", c'est un prototype (registre familier).

C'est à dire :

    • autrefois : le modèle original, l'étalon, l'original (d'un objet à reproduire) (registre désuet),
    • par analogie : le modèle, l'exemple parfait.

On dit par exemple : "Ce type est le prototype du casse-pied".

Le MAVERIC (Model Aircraft for Validation), un prototype d'aile volante Airbus, présenté le 11 février 2020
Le MAVERIC (Model Aircraft for Validation), un prototype d'aile volante Airbus, présenté le 11 février 2020
    • et dans l'industrie : le premier exemplaire, le premier modèle réel d'un objet, d'une machine, d'un véhicule, établi afin de le mettre au point, avant d'entreprendre la fabrication en série.

Sources : wiktionary.org, www.cnrtl.fr et www.larousse.fr

"Poli".

Ce petit mot homophonographe du langage courant peut être, selon le contexte :

  • un adjectif signifiant : qui respecte les règles de la politesse, des bienséances.

On dit par exemple : "Cet élève est très poli" ou "On m'a adressé un courrier fort poli m'enjoignant de ne plus écouter La chevauchée des Walkyries aussi fort au delà de 22 heures".

  • ou : le participe passé du verbe "polir" signifiant :
    • uni, lisse et luisant, pour une surface.
    • On dit par exemple : "Le courant du fleuve avait poli les galets".
    • poncé, pour une surface.

On dit par exemple : "J'ai fait l'acquisition d'un superbe petit guéridon poli par les ans".

    • astiqué.

On dit par exemple : "Ma grand-mère avait littéralement poli ses buffets en les astiquant quotidiennement".

    • plus châtié, plus élégant, aussi parfait que possible, pour un énoncé, un style.

On dit par exemple : "Avec les années, l'auteur provocateur d'il y a une ou deux décennies a poli son style".

    • initié aux règles de la civilité, de la bienséance, pour une personne.

On dit par exemple : "Comme cela était souvent le cas, le jeune valet avait été poli par le vieux majordome".

"La chevauchée des Walkyries" de Richard Wagner (1856)

Son utilisation par Francis Ford Coppola dans la désormais mythique scène d'attaque par hélicoptères du film états-unien "Apocalypse now", en 1979.

"Ouïe !", "L'ouïe et "Une ouïe".

Ces différents mots homographes ont des prononciations et significations différentes qui doivent réellement interloquer nos amis étrangers.

  • "L'ouïe" est un substantif féminin se prononçant "oui" et désignant le sens par lequel on perçoit les sons, également appelé "audition".

On dit par exemple : "Avoir l'ouïe fine", pour signifier que l'on entend très bien.

  • et "Une ouïe" est un substantif féminin se prononçant "oui" et désignant :

Capot de Jeep avec trois ouïes

    • une ouverture pratiquée sur le capot d'un appareil, d'une machine ou d'un véhicule.

Pour une automobile, on parle ainsi par exemple d"ouïe avant centrale de capot" ou d'"ouïes latérales".

Les ouïes d'un violon

    • une ouverture pratiquée dans la table d'harmonie des instruments à cordes et mettant la caisse de résonance en relation avec l'air ambiant.
  • et, chez les poissons :
    • chacune des deux fentes de rejet de l'eau ayant servi à la respiration, situées sous le rebord postérieur des opercules,

L'ouïe d'un poisson

    • ou chacun de ces opercules eux-mêmes.

Source : www.larousse.fr

"Un vigile", "Une vigile" et "Les vigiles".

Ces mots homophonographes du langage courant peuvent désigner des choses très différentes, selon le genre et le nombre :

  • "UN vigile" désigne ainsi :

Un vigile, en faction

 

    •  de nos jours : une personne chargée de la surveillance et de la sécurité de locaux administratifs, commerciaux, industriels, universitaires, etc.

Un vigile, en faction devant un portail.

    • et, dans la Rome antique, un homme chargé de combattre les incendies et de veiller, la nuit, à la sécurité de la ville.
  • Tandis que "UNE vigile" désigne le jour qui précède et qui prépare une fête religieuse, dans la religion catholique.

On parle par exemple de la "vigile pasquale", qui précède le jour de Pâques, ou de la "vigile de Noël".

  • Et que "Les vigiles" (féminin) désignent, dans la liturgie catholique, le premier office du cursus de l'office divin qui se dit au point du jour, voire au milieu de la nuit et que l'on appelle également "les matines",

Sources : www.larousse.fr et wiktionary.org

"L'ALAT".

Cet acronyme peut avoir deux significations radicalement différentes :

  • dans le domaine militaire, il désigne en effet : l'Aviation Légère de l'Armée de Terre.

Hélicoptères de l'ALAT (Aviation Légère de l'Armée de Terre)

Le grand public l'ignore en effet souvent, mais 70% environ des hélicoptères de l'armée française ne relèvent pas de l'Armée de l'air... mais de l'Armée de terre !

Et j'avoue ne l'avoir pour ma part découvert qu'au début des années 2000 lors de l'élaboration de mon dictionnaire de sigles et acronymes.

Pilotes et mécaniciens de l'ALAT (Aviation Légère de l'Armée de Terre)

L'ALAT est historiquement issue de l'artillerie dont elle a réuni en 1952 les moyens aériens sous le nom d'ALOA (Aviation Légère d'Observation d'Artillerie), avant de prendre son nom actuel en 1954 et de devenir une arme distincte de l'artillerie en 2003.

Insigne de l'ALAT (Aviation Légère de l'Armée de Terre), créée en 1954

L'ALAT compte environ 4 500 hommes et son COMALAT (Commandement de l'ALAT) est basé à Vélizy-Villacoublay (78), près de Versailles (78), depuis 1967.

Elle utilise principalement des hélicoptères (409 en 2020, pour seulement 15 avions) et sert principalement à l'appui des troupes au sol.

Hélicoptères de l'ALAT (Aviation Légère de l'Armée de Terre)

Ses différents rôles sont en effet :

    • l'éclairage des forces au sol (chars et infanterie),
    • le repérage de cibles pour l'artillerie,
    • le combat contre les éclaireurs adverses,
    • le combat antichar,
    • le ravitaillement,
    • ainsi que la dépose et la récupération de soldats en zone ennemie.
  • tandis que dans le domaine de la santé il désigne : l'ALanine AminoTranférase, qui est une enzyme se trouvant normalement à l'intérieur des cellules du foie et qui se libère dans le sang en cas de destruction totale ou partielle de ces cellules.

Le taux d'ALAT dans le sang sert donc à diagnostiquer et suivre les maladies du foie.

L'alanine aminotranférase est également désignée sous le sigle ALT.

Sources : wikipedia.org et www.futura-sciences.com