On ne dit pas : "Maintenant que y a eu ce livre très intéressant de Philippe Garnier, sur lui, puisqu'il l'a rencontré plusieurs fois, d'entretiens, et que on le redécouvre" !

Le critique de cinéma et éditeur français François Guérif, grand spécialiste du film noir

Comme l'a très laborieusement déclaré le critique de cinéma français François Guérif, en 2015, dans sa présentation figurant sur le DVD du film états-unien "L'orchidée blanche", réalisé en 1947 par André de Toth.

Mais plus simplement : "Maintenant qu'IL y a eu SUR LUI ce livre D'ENTRETIENS très intéressant de Philippe Garnier, qui l'a rencontré plusieurs fois, on le redécouvre" !

Pour cet affreux galimatias, je décerne à ce monsieur mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Elles ont été au bout de leur combat" !

Comme l'a déclaré l'avocat français Didier Seban, le 15 novembre 2020, dans l'émission "On est presque en direct", de Laurent Ruquier, sur la chaîne de télévision publique française France 2.

Mais : "Elles SONT ALLÉES au bout de leur combat" !

Pour cette grossière faute de grammaire, à mes yeux impardonnable de la part d'un professionnel du verbe tel qu'un avocat, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Elle a toujours milité pour les droits des femmes, pour les élargir, pour les augmenter" !

La journaliste française Anne-Élisabeth Lemoine

Comme l'a déclaré la journaliste Anne-Élisabeth Lemoine, le 10 novembre 2020, dans l'émission "6 à la maison", sur la chaîne de télévision publique française France 2.

Mais : "Elle a toujours milité EN FAVEUR D'UN DÉVELOPPEMENT Des droits des femmes" !

Pour cet affreux charabia, et parce que ce n'est pas la première fois que cette dame m'écorche les oreilles, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

 

On ne dit pas : "On dirait le racisme c'est comme" !

L'humoriste français Donel Jack'sman

Comme le déclare l'humoriste français Donel Jack'sman, dans l'un de ses spectacles.

Mais : "On dirait QUE le racisme c'est comme" !

Voire, idéalement : "IL SEMBLERAIT QUE le racisme cE SOIT comme" !

Parce que ce monsieur accumule les fautes et les anglicismes lorsqu'il s'exprime, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Ça va changer notre futur" !

L'homme politique français Clément Beaune

Comme l'a déclaré l'homme politique français Clément Beaune, Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, chargé des Affaires européennes, le 3 novembre 2020, dans l'émission "USA 2020 l'élection qui va changer le monde", sur la chaîne de télévision publique France 2.

Mais : "CELa va changer notre AVENIR" !

Prononcer les mots en entier et parler français lui aurait éviter de décrocher mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Le père de la jeune fille il" ni "Le père de la victime il" !

La journaliste française Mélanie Vecchio

Comme l'a déclaré la journaliste française "police-justice" Mélanie Vecchio, le 20 octobre 2020, sur la chaîne de télévision française d'information en continu BFMTV.

Mais simplement : "Le père de la jeune fille" (+ verbe conjugué) et "Le père de la victime" (+ verbe conjugué) !

Parce que répéter systématiquement ce type de pléonasme - comme cette personne l'a fait à au moins six reprises lors de sa courte intervention - me semble indigne d'une professionnelle du verbe, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Il désigne nommément le nom du professeur" ni "La teneur des auditions sont au coeur de" !

La journaliste française Mélanie Bertrand

Comme l'a déclaré la journaliste française "police-justice" Mélanie Bertrand, le 20 octobre 2020, sur la chaîne de télévision française d'information en continu BFMTV.

Mais simplement : "Il désigne nommément le professeur" !

Et : "La teneur des auditions EST au coeur de" !

Parce que de telles phrases me semblent indigne d'une professionnelle du verbe, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "I' doit être dans la capacité de" !

L'ancien athlète français devenu consultant sportif Bouabdellah Tahri dit Bob Tahri

Comme l'a déclaré, le 18 septembre 2020, l'ancien athlète et consultant sportif français Bob Tahri, dans l'émission vespérale d'Olivier Ménard "L'Équipe du soir", sur la chaîne de télévision française L'Équipe.

Mais : "IL doit être CAPABLE de" !

Et même, simplement : "IL doit POUVOIR" !

Parce qu'il accumule dans cette émission les fautes de grammaire, les anglicismes et ce genre de phrases insupportables, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

Les "Cosy home days" du 1er octobre au 15 novembre 2020 et "Connect your home to pour life" !

Tels sont les deux slogans anglais que la société française Somfy nous inflige dans sa publicité télévisée française d'octobre 2020 !

Comme toujours, je me demande ce que les responsables mercatiques de ce type de société peuvent bien avoir dans le crâne lorsqu'ils conçoivent ce type d'annonce...

Ont-ils seulement conscience de ce qu'une immense majorité de français - qui ne sont déjà plus capables de parler correctement leur propre langue - ne comprennent pas un traître mot de ce genre de messages ?

Pour ce doublé anglophone, je décerne en tous cas à la société Somfy mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Pour pallier à ce manque" !

Comme je l'ai entendu, le 1er octobre 2020, dans "Le magazine de la rédaction" de la chaîne de télévision régionale "Provence Azur".

Mais : "Pour pallier CE manque" !

Je ne supporte plus d'entendre cette faute grossière et si régulièrement dénoncée, que j'estime absolument impardonnable de la part d'un professionnel du verbe comme l'est un journaliste.

Je décerne donc cette émission mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Lloris égalise Desailly" !

Le journaliste sportif français Fabien Chorlet

Comme l'a pitoyablement écrit le journaliste sportif Fabien Chorlet, le 8 septembre 2020, sur le site internet du journal Onze Mondial www.onzemondial.com.

Mais, bien évidemment : "Lloris ÉGALE Desailly" !

Ainsi qu'il nous l'explique en effet, "avec 116 sélections, le portier de Tottenham montera ainsi sur le podium des joueurs les plus capés de l'histoire de l'équipe de France, à égalité avec l'ancien défenseur central Marcel Desailly, vainqueur de la Coupe du monde en 1998. Mais le Niçois figure toujours derrière Thierry Henry (123 sélections) et Lilan Thuram (142 sélections)".

Je suis véritablement atterré par une telle confusion entre les verbes "Égaler" et "Égaliser".

À l'oral, dans le feu de l'action et de la part d'un simple amateur, passe encore ; mais à l'écrit et venant de de la part d'un journaliste spécialisé, je hurle : "Non !".

Pour cette méconnaissance crasse de notre langue, je décerne sans hésitation à ce malheureux Fabien Chorlet mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "La ministre n'a pas connaissance du niveau nécessaire aux masques" !

La femme politique française LaREM Agnès Buzyn

Comme l'a pitoyablement déclaré l'ancienne ministre des solidarités et de la santé Agnès Buzyn, le 30 juin 2020, lors de son audition, à l'Assemblée nationale, devant la Mission d'information sur l'impact, la gestion et les conséquences dans toutes ses dimensions de l'épidémie de Coronavirus-Covid 19.

Mais : "La ministre n'a pas connaissance du NOMBRE DE MASQUES nécessaires" !

Pour ce charabia indigne d'un ministre, qui plus est au cours d'une audition préparée de longue date et pour laquelle je ne doute pas qu'elle se soit entouré de conseillers en communication, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Un homme correspondant au signalement fait par les victimes" !

La journaliste française Sarah-Lou Cohen, chef du service police-justice sur BFM

Comme l'a déclaré, le 25 septembre 2020, la journaliste française Sarah-Lou Cohen, chef du service police-justice de la chaîne de télévision française d'information en continu BFMTV.

Mais :

  • "Un homme correspondant au signalement COMMUNIQUÉ par les victimes",
  • "Un homme correspondant au signalement DONNÉ par les victimes",
  • ou "Un homme correspondant au signalement ÉTABLI par les victimes" !

Parce que cette jeune femme est une professionnelle du verbe, qu'elle est une journaliste expérimentée, qu'elle parlait là d'une pratique relevant de son domaine de compétence, que les événements de ces dernières années lui ont malheureusement beaucoup trop donné l'occasion de peaufiner, et parce qu'enfin elle nous a gratifié en quelques minutes à peine d'au moins deux autres phrases - pour moi - inacceptables (*), je lui décerne sans hésitation mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

(*) : "Nos reporters qui sont sur place voient en nombre des policiers qui sont armés" et "Ce quartier c'est un quartier très large, très grand".

On ne dit pas : "Ce quartier c'est un quartier très large, très grand" !

La journaliste française Sarah-Lou Cohen, chef du service police-justice sur BFM

Comme l'a déclaré, le 25 septembre 2020, la journaliste française Sarah-Lou Cohen, chef du service police-justice de la chaîne de télévision française d'information en continu BFMTV.

Mais : "Ce quartier EST TRÈS ÉTENDU" !

Parce que cette jeune femme est une professionnelle du verbe, qu'elle est une journaliste expérimentée, qu'elle parlait là d'une pratique relevant de son domaine de compétence, que les événements de ces dernières années lui ont malheureusement beaucoup trop donné l'occasion de peaufiner, et parce qu'enfin elle nous a gratifié en quelques minutes à peine d'au moins deux autres phrases - pour moi - inacceptables (*), je lui décerne sans hésitation mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

(*) : "Un homme correspondant au signalement fait par les victimes" et "Nos reporters qui sont sur place voient en nombre des policiers qui sont armés".

On ne dit pas : "Nos reporters qui sont sur place voient en nombre des policiers qui sont armés" !

La journaliste française Sarah-Lou Cohen, chef du service police-justice sur BFM

Comme l'a déclaré, le 25 septembre 2020, la journaliste française Sarah-Lou Cohen, chef du service police-justice de la chaîne de télévision française d'information en continu BFMTV.

Mais : "Nos reporters qui sont sur place voient DE NOMBREUX policiers armés" !

Parce que cette jeune femme est une professionnelle du verbe, qu'elle est une journaliste expérimentée, qu'elle parlait là d'une pratique relevant de son domaine de compétence, que les événements de ces dernières années lui ont malheureusement beaucoup trop donné l'occasion de peaufiner, et parce qu'enfin elle nous a gratifié en quelques minutes à peine d'au moins deux autres phrases - pour moi - inacceptables (*), je lui décerne sans hésitation mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

(*) : "Un homme correspondant au signalement fait par les victimes" et "Ce quartier c'est un quartier très large, très grand".