On ne dit pas : "Ce quartier c'est un quartier très large, très grand" !

La journaliste française Sarah-Lou Cohen, chef du service police-justice sur BFM

Comme l'a déclaré, le 25 septembre 2020, la journaliste française Sarah-Lou Cohen, chef du service police-justice de la chaîne de télévision française d'information en continu BFMTV.

Mais : "Ce quartier EST TRÈS ÉTENDU" !

Parce que cette jeune femme est une professionnelle du verbe, qu'elle est une journaliste expérimentée, qu'elle parlait là d'une pratique relevant de son domaine de compétence, que les événements de ces dernières années lui ont malheureusement beaucoup trop donné l'occasion de peaufiner, et parce qu'enfin elle nous a gratifié en quelques minutes à peine d'au moins deux autres phrases - pour moi - inacceptables (*), je lui décerne sans hésitation mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

(*) : "Un homme correspondant au signalement fait par les victimes" et "Nos reporters qui sont sur place voient en nombre des policiers qui sont armés".

On ne dit pas : "Le règlement est devenu drastique" !

Le journaliste sportif français Dave Appadoo

Comme l'a déclaré, le 12 juillet 2020, le journaliste sportif français Dave Appadoo, dans l'émission vespérale d'Olivier Ménard "L'Équipe du soir", sur la chaîne de télévision française L'Équipe.

Mais : "Le règlement est devenu DRACONIEN" !

Je n'en peux plus de cette utilisation permanente de ce mot anglais...

Parce que Dave Appadoo est coutumier du fait et accumule anglicismes et fautes de grammaire lors de ses interventions dans cette émission que je suis régulièrement, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Nos reporters qui sont sur place voient en nombre des policiers qui sont armés" !

La journaliste française Sarah-Lou Cohen, chef du service police-justice sur BFM

Comme l'a déclaré, le 25 septembre 2020, la journaliste française Sarah-Lou Cohen, chef du service police-justice de la chaîne de télévision française d'information en continu BFMTV.

Mais : "Nos reporters qui sont sur place voient DE NOMBREUX policiers armés" !

Parce que cette jeune femme est une professionnelle du verbe, qu'elle est une journaliste expérimentée, qu'elle parlait là d'une pratique relevant de son domaine de compétence, que les événements de ces dernières années lui ont malheureusement beaucoup trop donné l'occasion de peaufiner, et parce qu'enfin elle nous a gratifié en quelques minutes à peine d'au moins deux autres phrases - pour moi - inacceptables (*), je lui décerne sans hésitation mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

(*) : "Un homme correspondant au signalement fait par les victimes" et "Ce quartier c'est un quartier très large, très grand".

Pourquoi dire : "Depuis le restart du championnat" ?

L'ancien joueur international de football franco-polonais, devenu consultant, Ludovic Obraniak

Comme l'a déclaré l'ancien joueur international de football franco-polonais Ludovic Obraniak, devenu consultant, le 15 septembre 2020, dans l'émission "L'Équipe d'Estelle", de la chaîne de télévision française L'Équipe.

Et pas : "Depuis le REDÉMARRAGE du championnat" !

Pour ses anglicismes, ses fautes de grammaire et ses phrases construites en dépit du bon sens, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Le projet qu'est en train d'faire Rennes" !

L'ancien joueur international de football franco-polonais, devenu consultant, Ludovic Obraniak

Comme l'a lamentablement déclaré l'ancien joueur international de football franco-polonais devenu consultant, Ludovic Obraniak, le 15 septembre 2020, dans l'émission "L'Équipe d'Estelle", de la chaîne de télévision française L'Équipe.

Mais : "Le projet qu'est en train dE BÂTIR Rennes" !

Pour ses anglicismes, ses fautes de grammaire et ses phrases construites en dépit du bon sens, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "C'était pas l'objet d'être le procès à Raoult" !

Le journaliste français Alexandre Devecchio

Comme l'a lamentablement déclaré le journaliste français Alexandre Devecchio, le 15 septembre 2020, dans l'émission "Le débat", de la chaîne de télévision française d'information en continu LCI.

Mais : "CETTE AUDITION N'AVAIT PAS POUR objet d'être le procès DE Raoult" !

Pour cet épouvantable charabia, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Les meilleurs joueurs que l'PSG a besoin i' sont tous pris" !

L'ancien joueur international de football franco-polonais, devenu consultant, Ludovic Obraniak

Comme l'a pitoyablement déclaré l'ancien joueur international de football franco-polonais devenu consultant, Ludovic Obraniak, le 15 septembre 2020, dans l'émission "L'Équipe d'Estelle", de la chaîne de télévision française L'Équipe.

Mais : "Les meilleurs, PARMI LES joueurs DONT LE PSG a besoin, sont tous pris" !

Pour ses anglicismes, ses fautes de grammaire et ses phrases construites en dépit du bon sens, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "C'est des articles qui sont reviewés" !

Le docteur Frédéric Adnet, directeur médical du SAMU de Seine-Saint-Denis et responsable du service des Urgences du CHU Avicenne de Bobigny (93)

Comme l'a déclaré le professeur Frédéric Adnet, directeur médical du SAMU de Seine-Saint-Denis (93) et responsable du service des Urgences du CHU Avicenne de Bobigny (93), le 15 septembre 2020, sur la chaîne de télévision française d'information en continu LCI.

Mais : "CE SONT des articles qui sont ÉTUDIÉS" ou "CE SONT des articles qui sont EXAMINÉS"  !

Pour cet épouvantable anglicisme, ainsi que pour cette énorme faute de grammaire ("C'est des"), qu'il a réitéré quelques instants plus tard, et parce qu'il accumule des énormités qu'une personne de son rang - qui passe son temps au surplus à s'exprimer sur les plateaux de télévision - ne devrait pas commettre, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "C'est les plus hautes revues" !

Le docteur Frédéric Adnet, directeur médical du SAMU de Seine-Saint-Denis et responsable du service des Urgences du CHU Avicenne de Bobigny (93)

Comme l'a déclaré le professeur Frédéric Adnet, directeur médical du SAMU de Seine-Saint-Denis (93) et responsable du service des Urgences du CHU Avicenne de Bobigny (93), le 15 septembre 2020, sur la chaîne de télévision française d'information en continu LCI.

Mais : "CE SONT les revues les plus PRESTIGIEUSES" !

Pour cette énorme faute de grammaire ("C'est des"), qu'il avait déjà commise quelques instants plus tôt, et parce qu'il accumule des énormités qu'une personne de son rang - qui passe son temps au surplus à s'exprimer sur les plateaux de télévision - ne devrait pas commettre, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

Pourquoi dire : "Pour aller au break even il faut trois millions et demi d'abonnés" ?

Virgile Caillet, Délégué général de l'Union sport & cycle

Comme l'a déclaré, le 21 août 2020, Virgile Caillet, le délégué Général de l'Union sport & cycle, dans l'émission matinale Good Morning Business, de la chaîne de télévision française RMC Story.

Mais : "Pour ATTEINDRE LE SEUIL DE RENTABILITÉ il faut trois millions et demi d'abonnés" ?

Parce que j'estime inadmissible de jargonner ainsi en anglais sur une chaîne de télévision française destinée au public français - fût-ce dans une émission à caractère économique - je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

 

Pourquoi dire : "Sa personnalité matche beaucoup avec l'organisation lyonnaise" ?

Le journaliste sportif français Olivier Ménard

Comme l'a déclaré le journaliste sportif français Olivier Ménard, le 15 août 2020, dans son émission vespérale "L'Équipe du soir", de la chaîne de télévision française L'Équipe.

Et pas : "Sa personnalité CORRESPOND TRÈS BIEN avec l'organisation lyonnaise" !

Ou : "Sa personnalité S'ACCORDE TRÈS BIEN avec l'organisation lyonnaise" !

Parce qu'il est coutumier du fait et ne cesse d'employer des anglicismes, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Moi, personnellement, j'ai trouvé que" !

L'ancien président du club de football français du Racing Club de Lens (62) Gervais Martel

Comme l'a déclaré, le 24 août 2020, l'ancien président du RC Lens, Gervais Martel, dans l'émission vespérale d'Olivier Ménard L'Équipe du soir, de la chaîne de télévision français L'Équipe.

Mais, bien plus simplement : "J'ai trouvé que" !

Pas spécialement pour cette déclaration, mais de façon générale, parce que j'ai rarement entendu une personne de cet âge (il est né en 1954) et avec ce niveau d'études (école de commerce) et de responsabilité (chef d'entreprise et président de club) s'exprimer aussi mal, Gervais Martel jouit du privilège d'être détenteur permanent de mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".