On ne dit pas : "On m'fait préparer pour être toute belle" !

L'ancienne "lofteuse" Loana Petrucciani (© C8)

Comme l'a déclaré la malheureuse Loana Petrucciani, dans le documentaire "Loana, une lofteuse up and down", réalisé par Guillaume Genton et diffusé le 11 mars 2021, sur la chaîne de télévision française C8.

Mais : "On mE PRÉPARE pour être toute belle" !

Pour sa déplorable façon de s'exprimer tout au long de ce documentaire, je ne peux que lui décerner mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

L'adjectif "Chafoin" et les locutions verbales "Être chafouin" ou "Avoir l'air chafouin" sont souvent mal employés !

Une fillette maussade (© Mark Velasquez Photography)

Il ne se passe pas de semaine en effet, désormais, sans que je ne les entende utilisés de façon erronée par un animateur de radio ou de télévision.

Ainsi, les journalistes français Estelle Denis et Olivier Ménard (*), qui animent respectivement les émissions sportives "L'Équipe d'Estelle" et "L'Équipe du soir", sur la chaîne de télévision française L'Équipe, usent-ils et abusent-ils de cet adjectif "Chafouin", qui n'a jamais signifié "Chagriné", "Contrarié" ou même "Maussade", mais : sournois, rusé !

Parce qu'ils pourraient tout de même prendre la peine d'ouvrir un dictionnaire de temps à autres, plutôt que d'utiliser systématiquement les mots à la mode employés par les copains, je leur décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

(*) : "Le regard chafouin, chagrin de Bernard", le 15 mars 2021.

 

On ne dit pas : "Le président va tabler sa décision" !

La journaliste française Sonia Mabrouk, présentatrice de l'émission quotidienne "Midi News", sur la chaîne de télévision française d'information en continu CNews

Comme a pu le déclarer la journaliste française Sonia Mabrouk, le 17 mars 2021, dans son émission Midi News, sur la chaîne de télévision française d'information en continu CNews.

Mais : "Le président va FONDER sa décision" !

On peut "tabler sur quelque chose pour prendre une décision", mais pas "tabler une décision".

Parce qu'elle a accumulé ce jour là, en a peine vingt minutes, pas moins de sept tournures de phrases, sinon fautives, du moins - pour moi - indigne d'une professionnelle du verbe expérimentée comme elle peut l'être, je lui décerne donc mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

Un joueur de football ne saurait être "Cataclysmique" !

Le journaliste sportif français Giovanni Castaldi

Comme l'a déclaré le 8 mars 2023, le journaliste sportif français Giovanni Castaldi, dans l’émission vespérale d’Olivier Ménard "L’Équipe du soir", sur la chaîne de télévision française "L’Équipe".

Mais seulement "Très mauvais" ou "Épouvantablement mauvais" !

L'adjectif "cataclysmique" ne qualifie en effet que :

  • ce qui fait intervenir l'action de cataclysmes, comme par exemple la "théorie cataclysmique",
  • ce qui ressemble à un cataclysme, est difficile à contenir. En particulier, dans le domaine médical : un "éternuement cataclysmique" ou une "hémorragie cataclysmique".

Pour cet abus de langage, comme pour l'ensemble de ses prestations dans les émissions de la chaîne "L'Équipe", je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

Mais je dois à la vérité de préciser que la plupart de ses confrères auraient pu être épinglés concernant cet emploi inapproprié et abusif de l'adjectif "Cataclysmique".

Source : www.cnrtl.fr

On ne dit pas : "Des fois, y a des surprises qi s'passent" !

L'ancien athlète français devenu consultant sportif Bouabdellah Tahri dit Bob Tahri

Comme l'a pitoyablement déclaré, le 19 mars 2021, l'ancien athlète et consultant  sportif français Bob Tahri, dans l’émission vespérale d’Olivier Ménard "L’Équipe du soir", sur la chaîne de télévision française L’Équipe.

Mais à tout le moins : "Des fois, IL y a des surprises qUi sE PRODUISENT" !

Et idéalement : "IL ya PARfois des surprises" !

Parce qu'il ne cesse de commettre ce type de phrases insensées, je lui lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "On en parle en longueur juste après la pube" !

La journaliste française Clélie Mathias

Comme l'a lamentablement déclaré la journaliste française Clélie Mathias, le  15 mars 2021, dans l'émission "La belle équipe", sur la chaîne de télévision française d'information en continu CNews.

Mais : "On en parle PLUS LONGUEMENT TOUT DE SUITE après la pubLICITÉ" !

"Pour cette phrase inepte cumulant l'usage inapproprié de formules ("En longueur"), anglicisme ("Juste") et apocope ("Pube"), je lui décerne sans hésiter mon label de médiocrité "Fâchés avec le français"

On ne dit pas : "À la débottée" !

Le journaliste sportif français Benoît Cosset

Comme l'a déclaré, le 8 mars 2021, le journaliste sportif français Benoît Cosset, dans l’émission vespérale "L’Équipe du soir", qu'il présentait ce soir-là, sur la chaîne de télévision française L’Équipe.

Mais : "Au débotté" !

Parce qu'il est censé être un professionnel du verbe, je lui décerne, pour ce barbarisme, mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

Pourquoi dire : "Un responsable politique en responsabilité" ?

La journaliste française Sonia Mabrouk, présentatrice de l'émission quotidienne "Midi News", sur la chaîne de télévision française d'information en continu CNews © CNews)

Comme a pu le déclarer la journaliste française Sonia Mabrouk, le 17 mars 2021, dans son émission Midi News, sur la chaîne de télévision française d'information en continu CNews.

Et pas simplement : "Un responsable politique en FONCTION" ou "Un responsable politique en POSTE" !

Parce qu'elle a accumulé ce jour là, en a peine vingt minutes, pas moins de sept tournures de phrases, sinon fautives, du moins - pour moi - indigne d'une professionnelle du verbe expérimentée comme elle peut l'être, je lui décerne donc mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Ils ont un championnat domestique à terminer" !

Le journaliste sportif français Dominique Séverac

Ainsi que l'a lamentablement déclaré, le 25 janvier 2021, le journaliste sportif français Dominique Séverac, dans l'émission vespérale d'Olivier Ménard "L’Équipe du soir", sur la chaîne de télévision française L’Équipe.

Mais bien évidemment : "Ils ont un championnat NATIONAL à terminer" !

Parce qu'il est parfaitement intolérable d'utiliser cet anglicisme absurde, je lui décerne sans hésiter mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "C'est juste pas possible" !

Le journaliste sportif français Giovanni Castaldi

Ainsiq eu l'a délaré, le 8 mars 2021, le journaliste sportif français Giovanni Castaldi , dans l’émission d'Estelle Denis "L’Équipe d'Estelle", sur la chaîne de télévision française "L’Équipe".

Mais : "C'est TOUT SIMPLEMENT IMpossible" !

Plus un jour ne se passe, je crois, désormais, sans que je ne n'entende au moins une fois cette formule proprement insupportable, qui combine un calque de l'anglais ("Juste" pour "Simplement") à une tournure populaire ("Pas possible" pour "Impossible").

Parce qu'elle représente en quelque sorte à mes yeux une véritable summum de la médiocrité linguistique ambiante, je décerne à ce journaliste mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Le moment le plus zo-ri-ble de ma vie" !

L'ancienne "lofteuse" Loana Petrucciani (© C8)

Comme l'a déclaré la malheureuse Loana Petrucciani, dans le documentaire "Loana, une lofteuse up and down", réalisé par Guillaume Genton et diffusé le 11 mars 2021, sur la chaîne de télévision française C8.

Mais, à tout le moins : "Le moment le plus HOrrible de ma vie" !

Et idéalement : "Le PIRE moment de ma vie" !

Pour sa façon déplorable de s'exprimer tout au long de ce documentaire, je ne peux que lui décerner mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "De là qu'on a su que j'avais 135 (de QI)" !

L'ancienne "lofteuse" Loana Petrucciani

Comme l'a pitoyablement déclaré la malheureuse Loana Petrucciani, dans le documentaire "Loana, une lofteuse up and down", réalisé par Guillaume Genton et diffusé le 11 mars 2021, sur la chaîne de télévision française C8.

Mais : "C'EST AINSI QUE L'on a su que j'avais 135 (de QI)" !

Pour sa déplorable façon de s'exprimer tout au long de ce documentaire, je ne peux que lui décerner mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".