Pourquoi écrire : "Newsroom", "Daily" et "Work" ?

Comme le fait la chaîne de télévision française d'information en continu LCI sur son site internet, pour trois de ses dix onglets.

Et pas, par exemple, : "Actualité",  "Vie quotidienne" et "Emploi" !

Pour ces mots anglais - au surplus mal choisis et ne correspondant à rien en anglais - je leur décerne sans hésiter mon label de médiocrité "Fâchés avec le français" !

On ne dit pas : "Pour justement pallier À cet isolement" !

Comme l'a fait, le 19 mars 2020, la secrétaire d'État chargée des personnes handicapées Sophie Cluzel, sur la chaîne de télévision française d'information en continu BFM TV.

Mais : "Pour justement pallier cet isolement" !

Je ne supporte plus d'entendre un tel barbarisme dans la bouche de personnes éduquées, diplômées et rompues à l'exercice de la parole comme peut l'être cette femme politique... qui n'a même pas pour elle l'excuse de la jeunesse, puisqu'elle est née, comme moi en 1961. Et que ses professeurs de collège et de lycée lui ont expliqué durant toutes les années 1970 que l'on ne disait pas "pallier à" mais "pallier" !

Je lui décerne donc, sans hésiter, mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Être en capacité à réunir" !

Le journaliste français Pierre Jacquemain

Comme l'a déclaré le journaliste français Pierre Jacquemain, le 15 mars 2020, sur la chaîne de télévision française d'information en continu franceinfo.

Mais : "Être CAPABLE DE réunir" voire, bien plus simplement, "POUVOIR réunir" !

Pour cette phrase invraisemblable et inadmissible dans la bouche d'un professionnel du verbe, je lui décerne, sans hésiter, mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

.

On ne dit pas : "Le feuilleton Neymar qui a été énormément parlé" !

Comme l'a fait, le 12 février 2020, Cyril Hanouna dans l'émission "Touche pas à mon poste", sur la chaîne télévisée française C8.

Mais : "Le feuilleton Neymar DONT ON A énormément parlé" ou "Le feuilleton Neymar qui a été énormément COMMENTÉ" !!

Pour l'ensemble de son oeuvre et sa désastreuse influence sur la façon de parler de mes compatriotes, je lui décerne mon label de médiocrité "Fachés avec le français".

On ne dit pas : "Comment qu'c'est possible - dans un état de droit - qu'on ait" !

Comme l'a invraisemblablement déclaré le journaliste sportif français Bernard Lions, le 2 mars 2020, dans l'émission vespérale d'Olivier Ménard, "L'Équipe du soir", sur la chaîne de télévision française "L'Équipe".

Mais : "Comment EST-IL possible - dans un état de droit - quE L'on ait" !

Ou, à tout le moins, : "Comment EST-CE QU'IL EST possible - dans un état de droit - quE L'on ait" !

Même si je me dois, par honnêteté intellectuelle de lui rendre grâce de nous avoir épargné un "qu'on a" final, je ne peux néanmoins que lui octroyer - pour une phrase aussi mal construite - mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "J'ai pas de problèmes sur les latéraux" !

Comme l'a fait le journaliste sportif français Bertrand Latour, le 18 février 2020, dans l'émission d'Estelle Denis "L'Équipe d'Estelle", sur la chaîne télévisée française L'Équipe.

Mais : "JE N'ai pas de problèmes AVEC les (DÉFENSEURS) latéraux" !

Parce qu'il a également déclaré, un instant plus tard, "Il faut mieux être secure", je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Il faut mieux être secure" !

Comme l'a fait le journaliste sportif français Bertrand Latour, le 18 février 2020, dans l'émission d'Estelle Denis "L'Équipe d'Estelle", sur la chaîne télévisée française L'Équipe.

Mais : "Il VAUT mieux être SÉCURISÉ" ou "Il VAUT mieux être TRANQUILLE" !

Parce qu'il avait également déclaré, un instant plus tôt, "J'ai pas de problèmes sur les latéraux", je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Ça va augurer de bonnes choses pour la suite" ni "Y a un gros niveau" !

Comme l'a fait la journaliste française Anne-Sophie Bernardi, le 19 décembre 2019, dans l'émission "L'Équipe d'Estelle" sur la chaîne télévisée française "L'Équipe".

Mais : "Cela AUGURE de bonnes choses pour la suite" et "Le niveau est élevé" !

On ne dit pas : "T'es obligé d'en prendre compte" !

L'ancien conseiller sportif français Gilles Favard

Comme l'a dit - et répété, au surplus ! -le 6 février 2020, l'ancien conseiller sportif du FC Nantes, Gilles Favard, dans l'émission vespérale d'Olivier Ménard "L'Équipe du soir, de la chaîne télévisée française L'équipe.

Mais : "TU es obligé d'en TENIR compte" ou "TU es obligé dE LE prendre EN compte" !

Parce que ce monsieur est coutumier de ce type d'énormités, je lui attribue, sans hésitation aucune, mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Si y a un truc qu'on sait c'est que" !

Le journaliste sportif français Grégory Schneider

Comme l'a déclaré le journaliste sportif français Grégory Schneider, le 6 décembre 2019, dans l'émission vespérale "L'Équipe du Soir" de la chaîne de télévision française "L'Équipe" !

Mais, à tout le moins, : "S'IL y a un truc quE L'on sait c'est que" !

Et, mieux encore, : "S'IL y a unE CHOSE que NOUS SAVONS, c'est que" ou "CE QUE L'on sait c'est que" !

Voire - bien plus simplement et correctement - "NOUS SAVONS que" !

Pour cette phrase épouvantable, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français" !

On ne dit pas : "Ça nous montre que y a" !

L'essayiste et homme politique français Raphaël Glucksmann

Comme l'a fait l'essayiste français Raphaël Glucksmann, le 11 mars 2018, lors de son débat radiophonique dominical avec la journaliste française Natacha Polony ("Le duel Natacha Polony, Raphaël Glucksmann") sur la station publique française France Inter.

"Cela nous montre qu'il y a" aurait évidemment d'avantage convenu !

Prononcer intégralement et correctement de savantes locutions telles que : "dans le monde", "ce que l'on sait", "on le sait" ou "la seule chose que l'on sait", plutôt que : "dans l'monde", "c'qu'on sait", "on l'sait" ou "la seule chose qu'on sait", n'aurait par ailleurs vraisemblablement pas nuit à la clarté de l'échange.

Grâce soit en revanche rendue à son interlocutrice, madame Polony, de sa parfaite élocution, je le confesse bien reposante pour les oreilles, au regard de la lamentable bouillie verbale servie par son interlocuteur.

Pour l'ensemble de sa calamiteuse prestation, je décerne sans hésiter à Raphaël Glucksmann mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "C'est juste pas possible" !

Mais : "C'est TOUT SIMPLEMENT IMpossible" !

Plus un jour ne se passe, je crois, désormais, sans que je ne n'entende au moins une fois cette formule proprement insupportable, qui combine un calque de l'anglais ("Juste" pour "Simplement") à une tournure populaire ("Pas possible" pour "Impossible").

Parce qu'elle représente en quelque sorte à mes yeux une véritable summum de la médiocrité linguistique ambiante, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Moi j'pense que Neymar ça s'rait une véritable responsabilité à lui confier le brassard" !

Comme l'a déclaré l'ancien joueur international de football français Johan Micoud, le 17 décembre 2019, dans l'émission vespérale "L'Équipe du Soir", sur la chaîne télévisée française L'Équipe.

Mais : "JE pense que confier le brassard À Neymar LUI CONFÉRERAIT une véritable responsabilité" !

Parce qu'il profére régulièrement dans cette émission des phrases aussi mal construites, je lui attribue sans hésiter mon label de médiocrité "Fâchés avec le français" !

 

Pourquoi dire : "C'est un win-win c't'histoire" ?

Le journaliste sportif français Dave Appadoo

Comme l'a déclaré le journaliste sportif français Dave Appadoo, le 11 décembre 2019, dans l'émission vespérale "L'Équipe du soir", de la chaîne télévisée française L'Équipe.

Mais : "TOUT LE MONDE EST GAGNANT DANS cETtE histoire" !

Un accord "win-win" est en effet un accord "gagnant-gagnant".

Parce que Dave Appadoo est coutumier du fait et accumule anglicismes et fautes de grammaire lors de ses interventions dans cette émission que je suis régulièrement, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "N'importe quel auditeur i' peut " !

Comme l'a déclaré le syndicaliste CGT français Thomas Vacheron, le 2 décembre 2019, dans l'émission "Le téléphone sonne", sur la chaîne radiophonique publique française France Inter.

Mais : "N'importe quel auditeur peut" !

Cela vous évitera d'avaler le pronom de la troisième personne du singulier masculin "Il"... et surtout de commettre un lamentable pléonasme.

Pour ces deux raisons je décerne à ce monsieur mon label de médiocrité "Fâchés avec le français" !