"Sur la tête d'ma reum !" ou "Sur la vie d'ma reum!".

Relevant du registre argotique et du verlan, ces deux locutions interjectives signifiant "Sur la tête de ma mère !" et "Sur la vie de ma mère !", sont couramment employées par les jeunes pour attester de leur bonne foi ou de leurs intentions.

Elles constituent naturellement de simples ellipses des formes plus traditionnelles "Je te/vous le jure sur la tête de ma mère" ou "Je te/vous le jure sur la vie de ma mère".

Sources : wiktionary.org

"Saperlipopette !".

J'adore cette interjection, qui relève tout à la fois du registre désuet et du registre familier.

Exprimant la surprise, la contrariété, l'agacement ou l'impatience, ce juron constitue, depuis environ un siècle et demi, une amplification de la forme "Saperlotte !" (également utilisée sous les variantes "Sacrelote !", "Saprelotte !", ou "P'rlotte !") ; elle-même dérivée de la formule "Sapristi !".

On dit par exemple : "Saperlipopette ! J'étais pourtant certain d'avoir laissé mes lunettes sur la table du salon !".

"Sapristi !".

Cette interjection, qui marque la surprise, la contrariété, l'agacement ou l'impatience, est en réalité une déformation de la formule "Sacristi", utilisée afin de ne pas blasphémer ouvertement.

"Tout va" et "À tout-va".

Ces deux locutions ont des significations radicalement différentes :

  • "Tout va !" est en effet une locution adjectivale en forme d'interjection utilisée dans les casinos par les banquiers ou croupiers afin d'indiquer que le montant de la mise n'est pas limité ou que tout l'argent laissé sur le tapis participe au coup qui va être joué.
  • tandis que "À tout-va" est :
    • une locution adjectivale du registre familier signifiant : immodéré, inconséquent.

On dit par exemple : "Je n'aurais jamais dû confier mon numéro de carte de crédit à mon mari : il l'utilise à tout-va !".

    • ou une locution adverbiale du registre familier signifiant : n'importe où, n'importe comment, sans limitation, imprudemment.

On dit par exemple : "Aux États-Unis d'Amérique les armes à feu se vendent à tout va !".

Sources : www.larousse.fr et wiktionary.org

"À tes souhaits !" ou "À vos souhaits !".

Un homme assis qui éternue

De très nombreuses personnes utilisent ces deux locutions nominales du langage courant lorsque quelqu'un éternue devant vous, pensant respecter les bonnes manières en disant cela.

Il n'en est cependant rien. C'est en effet une façon détournée de faire remarquer à la personne qu'elle nous a importuné en émettant ce bruit.

Et selon les règles de politesse, il convient simplement de ne rien dire.

Source : secouchermoinsbete.fr

Ne dites pas : "LOL" !

Mais,  à tout le moins : "MDR"(Mort De Rire)" !

Ce sera toujours mieux que de dire "Laughing Out Loud !", sans même le savoir ; ce qui - soyons réalistes - doit bien être le cas d'au moins deux tiers des utilisateurs de cette interjection en forme d'acronyme anglais. Et tout en ignorant naturellement davantage encore ce que cela peut bien signifier précisément ("Rire à haute voix").

Sachez surtout qu'au -delà d'à peine 25 ou 30 ans vous vous ridiculisez auprès des jeunes en utilisant ce type de formule !

"Pute vierge !".

Ce juron blasphématoire relevantdu registre vulgaire constitue à n'en pas douter, pour les Marseillais, une très nette remise en cause de la conception virginale du Christ par la mère de Jésus.

Pourquoi dire : "What The Fuck !" ou "WTF !" ?

Et pas : "Putain !", "Merde !" ou "C'est quoi ce bordel !" (registre vulgaire) !

Ou, moins vulgairement : "T'es sérieux !" !

Et pourquoi pas, même : "C'est insensé !" (langage courant).

Cette dernière formule a le mérite d'être devenu de nos jours d'un emploi si peu fréquent, que son usage bénéficie - je vous l'assure - d'un bien meilleur impact que celui d'une locution interjective aussi fréquemment utilisée désormais que "What The Fuck !", qui au surplus d'être vulgaire n'est même pas française.

À l'instar d'"OMG", l'interjection anglaise "WTF" est désormais utilisée par nos jeunes générations dans leurs messages électroniques.

Comment un tel asservissement linguistique et culturel de masse a-t-il bien pu se produire... je me le demande encore !

"Putain de Manon !" ou "Le con de Manon !".

Ces deux interjections du registre argotique et du registre vulgaire s'utilisent pour marquer un vif mécontentement, un profond agacement.

On dit par exemple : "Putain de Manon ! Je viens de rater mon train !".

Ou : "Le con de Manon ! Je vais le fracasser !".

Source : www.expressions-francaises.fr

"Scrogneugneu" ou "Scrongneugneu" !

J'adore ces deux interjections exprimant le déplaisir, dont j'ai longtemps ignoré, je le confesse, qu'il s'agissait d'une altération de l'expression "Sacré nom de Dieu !", dont la forme primitive était "Sacrégnongnieu !".

"Palsambleu !" ou "Parsambleu !".

Ces deux jurons, délicieusement désuets à mes yeux, résultent d'une altération de la formule "Par le sang de Dieu", ainsi modifiée afin d'éviter le blasphème.

Dans les deux cas, à l'instar de "Corbleu" ou "Morbleu", ils marquent :

  • soit un vif agacement nuancé d'indignation.

Par exemple, en réponse à la réception d'une information déplaisante : "C'est étrange, je viens d'entendre votre fille appeler le facteur "Papa" ?". "Palsambleu !".

  • soit l'assentiment, l'évidence.

Par exemple, afin de ponctuer une assertion : "J'ai toujours dit qu'il gagnerait, parsambleu !".